Liaisons financières et liaisons humaines selon François Morin

6869768383_84f708306e_b

CC 401(K) 2012

Pour le chercheur s’intéressant aux réseaux inter-organisationnels, les travaux de François Morin constituent une source d’inspiration majeure. Comment se structurent les relations de pouvoirs entre firmes ? Quels sont les déterminants de l’autorité de la décision dans une société de capitaux, support juridique des grands groupes financiers et industriels ?

François Morin propose une réponse théorique (1984, 1994) et pratique (1974, 1993, 1998, 2002, 2006, 2011) à ces questions. Elle repose sur la règle capitaliste « une action-une voix » qui prévaut depuis la fin du 19ème siècle et qui associe le pouvoir de décision à la propriété des parts sociales. Le détenteur des actions qui se voit conférer le droit de participer à la sélection des administrateurs de la société de capitaux est le contrôleur ultime des grandes décisions, parmi lesquelles la nomination de la Direction générale. Dès lors, l’analyse des relations actionnariales entre sociétés permet de comprendre les rapports de pouvoirs qui se tissent entre elles. Les travaux empiriques de l’auteur fournissent une accumulation de faits permettant de soutenir une telle idée qui va à l’encontre de la thèse, initiée notamment par Galbraith dans Le nouvel état industriel (1967) et encore aujourd’hui largement répandue, selon laquelle l’information constitue la principale source du pouvoir dans l’organisation capitaliste.

Bibliographie indicative 

  • Morin F., 1974, La structure financière du capitalisme français, Calmann-Lévy, Paris.
  • Morin F., 1984, Théorie économique du patrimoine, Éditions Ellipses, Paris.
  • Morin F., 1994, « Liaisons financières et coopération des acteurs-systèmes », Revue économique, vol.45, n°6.
  • Morin F., 1998, Le modèle français de détention et de gestion du capital : analyse prospective et comparaisons internationales, Paris, Les Éditions de Bercy.
  • Morin F., 2006, Le nouveau mur de l’argent : essai sur la finance globalisée, Paris, Le Seuil.
  • Morin F., 2011, Un monde sans Wall Street ?, Paris, Le Seuil.

Qui contrôle une firme ?

48957Qui contrôle une firme ? Un actionnaire détenant 50% des actions et des droits de vote assurément. Il existe cependant des sociétés pour lesquelles la majorité des suffrages en assemblée générale peut s’obtenir à l’aide d’une participation inférieure à la moitié du capital social. C’est souvent le cas lorsque des actionnaires minoritaires ne subissent pas de contestation de la part des autres actionnaires, ou parviennent à construire des coalitions actionnariales pour obtenir la majorité. Une multiplicité d’actionnaires s’assurant la maîtrise du vote aura alors la capacité de se faire représenter au conseil d’administration et la structure de ce conseil reflétera la structure de propriété de la société.

C’est ce qu’expose François Morin dans son premier ouvrage, La structure financière du capitalisme français (1974), sur la base d’un matériau jusqu’alors jamais rassemblé en France : les structures de propriétés des 200 plus grands groupes industriels et financiers. On y apprend que plus de la moitié de ces groupes n’est pas contrôlée par des actionnaires majoritaires, mais par des actionnaires minoritaires, familles ou groupes industriels et financiers. On comprend que ces détenteurs de parts sociales sont les preneurs effectifs des décisions. Une représentation graphique tirée de l’ouvrage permet d’illustrer cette réalité. Elle est appliquée à Veolia Environnement au 31 décembre 2012 pour souligner la pérennité de ces analyses. On remarque que sept actionnaires de Veolia représentent 38% des droits de vote, ce qui est suffisant pour obtenir la majorité des suffrages (les spécialistes fixent ce seuil à 20%). On constate que cette structure de propriété trouve sa correspondance dans la structure de gouvernance de la société : les administrateurs de ces actionnaires sont aussi dans le conseil d’administration de Veolia et y occupent la moitié des sièges. Donc un pouvoir actionnarial divisé peut structurer le contrôle de la société.

Sans titre1

Cet exemple montre la pertinence du renouvellement actuel de l’analyse des relations multiplexes entre organisations, notamment dans le cadre de travaux sur les co-administrateurs. Cet exemple rappelle surtout que le contrôle actionnarial est la réalité du capitalisme français.

Penser la structuration du pouvoir entre firmes

Les liaisons financières entre sociétés génèrent des liaisons humaines qui sont le vecteur de la prise de décision. Ces relations actionnariales apparaissent par conséquent appropriées pour penser la structuration du pouvoir entre firmes. A la suite des vagues de privatisations des années 1980 et 1990, une certaine stabilité de la gouvernance des grandes sociétés françaises a été obtenue grâce à la mise en place d’un système de « noyaux durs », c’est-à-dire de participations unilatérales ou réciproques entre ces sociétés. Cet ensemble, appelé cœur financier par François Morin qui en a théorisé la structure et prédit l’éclatement (1994), permettait de protéger les directions en place. Les apports du Professeur toulousain sont très éclairants : quand bien même des managers ou des administrateurs parviendraient à s’isoler d’un pouvoir actionnarial, ils ne pourraient le faire qu’en mobilisant les outils de la propriété pour verrouiller le contrôle de leur gouvernance.

MORIN (1)

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

 

L’éclatement du cœur financier à la fin des années 1990 a déstabilisé ces équipes de direction qui devaient dès lors se soumettre à un pouvoir actionnarial potentiellement inamical. La relative stabilité des équipes dirigeantes et de leur stratégie n’a pu s’obtenir qu’en développant des pratiques d’actionnariat salarié et en sollicitant de nouveaux actionnaires de référence privés, mais qui peuvent à tout moment se transformer en actionnaires hostiles. La recherche de cette stabilité s’est par ailleurs effectuée sur fond d’un nouveau pouvoir financier croissant. La fin du système des noyaux durs a en effet permis de libérer du capital rapidement acquis par des investisseurs institutionnels américains. Ces nouveaux acteurs, véhiculant une norme de création de valeur élevée pour l’actionnaire, ont vu leur poids s’accroître dès le début du 21ème siècle.

Par ailleurs, la déstructuration du cœur financier français, mais aussi allemand ou japonais, doit se comprendre à l’aune de la mise en place d’un cœur financier mondial qui a soutenu la montée de ces investisseurs institutionnels. Un des enseignements de François Morin consiste alors à ne pas oublier que ces participations financières sont le vecteur de la prise de décision, comme on a pu le constater en France avec des gestionnaires de fonds anglo-américains qui prennent désormais position au sein même des conseils d’administration, et dont le vote est crucial en AG. Retrouver une certaine autonomie managériale supposerait de s’extraire de la règle qui encastre le pouvoir de décision dans la propriété des actions.

À lire aussi

Crédit bandeau image : CC Patrick Cardinal

wall-street

 


Tristan Auvray

UMR 7234 CEPN (Paris XIII) (tristan.auvray@univ-paris13.fr)

More Posts - Website

Tristan Auvray

UMR 7234 CEPN (Paris XIII) (tristan.auvray@univ-paris13.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/03/2014

    […] thématique : un article de synthèse sur des travaux relatifs à une thématique portée par le Labex […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *