Quand Paris était le bordel de l’Europe

Vers le Sud de Laurent Cantet, Lady Bar de Xavier Durringer, Paradis : amour d’Ulrich Seidl… Des films qui, parmi d’autres réalisés ces deux dernières décennies, ont mis en scène le tourisme sexuel des Européen.ne.s sur différents continents. Ce dernier est en effet presque exclusivement pensé comme une pratique de voyageurs des pays occidentaux ou industrialisés dans les pays émergents — les Caraïbes et l’Asie du Sud-Est étant particulièrement étudiés. Mais, à la fin du XIXe siècle, ce n’est point Pattaya, Marrakech ou Béjaïa, mais Paris qui attire les touristes avides de plaisirs charnels.

L’extension du réseau ferré français et européen, l’amélioration et le développement de l’hôtellerie parisienne, les Expositions universelles font du Paris haussmannien l’une des principales destinations touristiques de l’époque. Cependant, au tourisme culturel qui célèbre le patrimoine parisien et l’offre culturelle et intellectuelle de la capitale se substitue progressivement dans la seconde moitié du XIXe siècle un tourisme récréatif orienté vers les loisirs. Dans ce tourisme de divertissement, la fréquentation des lieux de racolage et de prostitution parisiens, de même que la connaissance charnelle de « la Parisienne », tiennent une place considérable.

  • Gonzalez-Quijano L., 2015, Paris, capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisir à Paris au XIXe siècle, Paris : Vendémiaire.

La Vie Parisienne : imaginaire érotique et joyeux de la capitale

« Ce que je veux de toi, Paris/ce que je veux, ce sont tes femmes/ Ni bourgeoises, ni grandes dames/ Mais les autres… l’on m’a compris » chante le Brésilien de la Vie Parisienne d’Offenbach à son arrivée à la gare de l’Ouest (Acte 1, scène 12). Les Parisiens sont joyeux et Paris est la ville où l’on s’amuse. Nombre de ses visiteurs ne voient en elle qu’une bouche entrouverte sur des plaisirs et des jouissances inconnus de la province et de l’étranger. Même le Tsar, durant l’Exposition universelle de 1867, n’accorde qu’une rapide visite aux différents pavillons au profit d’un souper au Café Anglais, d’une représentation de La Grande-Duchesse de Gérolstein au théâtre des Variétés et de deux visites au bal Mabille. Ses centres d’intérêts sont proches de ceux des touristes russes plus anonymes qui, à la fin du siècle, sont fascinés par les grands boulevards et jugent indispensable de visiter l’Opéra et la Comédie-Française.

CC Wikimedia Commons Bonnot

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la construction ou plutôt l’amplification littéraire et dramatique d’un Paris des plaisirs et d’une vie parisienne trépidante, excitante et légère a des conséquences bien réelles qui ne peuvent se comprendre que dans le cadre de l’influence de la culture française de l’époque. Les auteurs français sont alors massivement lus et traduits, tandis que des pièces créées à Paris sont jouées et interprétées dans un grand nombre de capitales. La Vie parisienne de Jacques Offenbach triomphe ainsi non seulement à Paris mais aussi à Bruxelles, à Vienne ou encore à Berlin — où elle fut jouée là aussi plus de deux cents fois. La littérature et le répertoire dramatique et lyrique français imprègnent profondément les représentations européennes, voire mondiales, au point de faire de Paris un gigantesque parc d’attractions, une ville qui ne vit que pour le plaisir et l’amusement. Et nombreux sont les voyageurs qui, à l’instar du baron de Gondremarck, Suédois inventé par Offenbach, n’ont qu’une intention : « s’en fourrer jusque-là » (Acte 2, scène 6).

Ce qu’il faut voir, ce qu’il faut faire : guides pratiques de l’amour vénal

Pour les aider dans leur découverte de Paris, toute une série de guides touristiques sont édités dans la seconde moitié du siècle ; ils se revendiquent « à l’usage exclusif des hommes » et n’indiquent que « des lieux de plaisirs où l’homme ne peut conduire sa légitime épouse et ses enfants ». Ecrits en français mais aussi en langues étrangères, ils portent des titres aussi évocateurs que Paris-fêtard : guide secret de tous les plaisirs, Nocturnal Pleasures of Paris ou The gentlemen’s night guide : The gay women of Paris and Brussels…. to which is added a faithful description of the night amusements, in those gay capitals ou encore Guide secret pour étrangers et viveurs : Secret Directory of foreigner Bachelor in Paris : Zerstreuen amüsieren : Casas nocturnas : Nocturnal pleasure.

CC Wikimedia Commons Émile Bernard

Ces guides à destination de touristes provinciaux ou étrangers décrivent les mêmes lieux que les guides plus généraux — cafés, restaurants, théâtres, cafés-concerts, etc. —, mais mettent davantage en avant leur fréquentation par les femmes galantes ; surtout, ils n’hésitent pas à conseiller et à avertir leurs clients des risques qu’ils peuvent encourir. Le dernier chapitre du Guide des plaisirs de Paris d’Alfred Delvau s’intitule ainsi « Fourberies des femmes en matière de sentiment » et dévoile quelques-unes des ruses qu’utilisaient les filles publiques et les femmes galantes parisiennes pour soutirer le plus d’argent à leur client. Le Guide des plaisirs de Paris de 1908 met aussi en garde ses lecteurs contre l’entôlage (vol commis par une prostituée au préjudice d’un client) et recommande de « se méfier des dames qui vous font boire et qui jouent la comédie en cabinet particulier. Si l’on est trop faible vis-à-vis du beau sexe, s’abstenir prudemment d’avoir beaucoup d’argent sur soi et laisser ses valeurs à son hôtel ».

Les clients étrangers sont en effet très recherchés des filles publiques comme des femmes galantes. Généralement venus pour une courte période à Paris, décidés à s’offrir du bon temps et peu au fait des prix et des tarifs normalement pratiqués, ils font espérer des gains élevés, voire une ascension inespérée au bras de boyards richissimes et sentimentaux ou de rastaquouères flamboyants. La situation est telle que les Parisiens amateurs de femmes vénales s’en plaignent : Maupassant proteste en 1878 auprès de Gustave Flaubert contre l’augmentation du tarif des prostituées et le fait qu’elles soient toutes accaparées par les étrangers.

Tourisme de divertissement et prostitution

CC PxHere

Le phénomène de tourisme sexuel semble particulièrement important lors des cinq Expositions universelles. Beaucoup de guides des plaisirs de Paris sont d’ailleurs publiés ces années-là. Lors de l’Exposition universelle de 1889, 17 maisons de tolérance sont créées, portant le nombre de bordels parisiens à 70. Mais dès 1890, il n’en reste plus que 58. Difficile de ne pas penser que certaines tolérances n’ont été ouvertes que pour exploiter la manne touristique de l’Exposition universelle ou que certaines tenancières ont décidé de fermer boutique après avoir tiré profit d’une année exceptionnelle.

Le développement de ce tourisme sexuel bouscule aussi les frontières du tourisme de loisir : certains lieux appartenant au seul monde de la prostitution ou de la galanterie deviennent des lieux touristiques, sans qu’il y ait nécessairement consommation sexuelle. L’hôtel particulier de la grande courtisane du Second Empire que fut La Païva devient un restaurant indiqué comme tel dans le guide Paris-Parisien : « Dans l’ancien hôtel de la comtesse Henckel de Donnersmarck (La Païva). — Curiosité parisienne (on peut dîner dans l’ancienne salle de bain, etc.). Très élégant ; beaucoup d’étrangers ; musique ». Dans les années 1930, les agences de voyages présentent les tolérances de luxe comme des curiosités de la capitale et des autocars de touristes s’y rendent : prix de la visite 35 francs rue des Moulins et 50 francs rue du Chabanais (alors que pour monter avec une fille le prix est de 20 francs).

CC Wikimedia Commons
Leonetto Cappiello

L’imaginaire autour de la « Parisienne » et de la capitale des plaisirs ne profite toutefois pas aux seules maisons closes et femmes vénales. C’est toute une partie de l’industrie du divertissement et du loisir qui se spécialise dans l’évocation et la vente de ces images-souvenirs de Paris. La pornographie profite également de la manne touristique et une abondante production clandestine est, par exemple, destinée aux visiteurs de l’Expositions universelle de 1900. Pour attirer les touristes dans leurs établissements, les directeurs de théâtre et de salles de spectacle jonchent littéralement les scènes de femmes accortes et légèrement vêtues ; ils jouent de cet imaginaire du Paris qui s’amuse, de la jouissance et de la licence sexuelle censées y régner. Les Folies-Bergère mettent en scène des revues voguant sur ces représentations hédonistes de Paris (Cythère, Montmartre, Les Grandes Courtisanes), tandis que Mlle de Presles se déshabille savamment dans un spectacle intitulé Réveil d’une Parisienne.

Les statistiques manquent pour pouvoir quantifier le phénomène de tourisme sexuel qui touche la capitale dans la seconde moitié du XIXe siècle. Mais cette dynamique entre imaginaire libertin de Paris et tourisme peut se deviner à travers les « souvenirs de Paris » et notamment les cartes postales illustrées. Celles-ci connaissent un succès prodigieux en France dès leur apparition en 1880 et il en est expédié des millions à la Belle Époque. Parmi les innombrables cartes dédiées à la capitale, on trouve des séries fantaisistes comme La Tournée des grands-ducs ou Les Bas-fonds de la vie parisienne, des cartes postales érotiques intitulées Les Vestales parisiennes ou Les Déshabillées de la Parisienne, des cartes publicitaires diffusées par des tenancières de maisons closes ou de rendez-vous. Ces cartes sont parfois gardées comme souvenirs mais le plus souvent envoyées pour illustrer un séjour parisien et ses réjouissances.

Touristes et voyageurs collaborent ainsi à la construction de ce discours sur les divertissements de la capitale dont ils sont peut-être les premières dupes mais qu’ils s’empressent généralement de conforter à leur retour. Cet imaginaire est attisé et entretenu par quelques proxénètes et par d’autres industriels du sexe ; il l’est surtout par les différents secteurs de l’industrie des loisirs (hôtellerie, restauration, spectacles, etc.). Ils sont à l’origine de tant de séjours et de visites de la capitale que l’on peut véritablement parler de tourisme sexuel à propos de l’engouement que suscite Paris.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Alf van Beem et crédits image d’entrée : CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux


Lola Gonzalez

Université Toulouse Jean Jaurès, LabEx SMS (l.gonzalezquijano@gmail.com)

More Posts

Lola Gonzalez

Université Toulouse Jean Jaurès, LabEx SMS (l.gonzalezquijano@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19/09/2017

    […] Quand Paris était le bordel de l’Europe – Mondes Sociaux. Vers le Sud de Laurent Cantet, Lady Bar de Xavier Durringer, Paradis : amour d’Ulrich Seidl… Des films qui, parmi d’autres réalisés ces deux dernières décennies, ont mis en scène le tourisme sexuel des Européen.ne.s sur différents continents. Ce dernier est en effet presque exclusivement pensé comme une pratique de voyageurs des pays occidentaux ou industrialisés dans les pays émergents — les Caraïbes et l’Asie du Sud-Est étant particulièrement étudiés. Mais, à la fin du XIXe siècle, ce n’est point Pattaya, Marrakech ou Béjaïa, mais Paris qui attire les touristes avides de plaisirs charnels. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *