Trois mondes de cadres en entreprise

zefzer

CC Ars Electronica

La littérature en sciences sociales sur les cadres en France a mis en évidence l’hétérogénéité de la catégorie sociale en insistant sur les différenciations internes entre statuts, professions, positions de classe, genre, etc. Les chercheurs discutent actuellement la thèse d’un éclatement de la catégorie des cadres.

La recherche présentée ici (Projet CTE, financement ANR 2008-2010, Programme : Entreprises) propose d’aller plus loin en explorant, par une série d’entretiens, les mondes possibles des cadres. Les résultats de cette démarche, issue d’une analyse factorielle des discours (100 entretiens dans 7 entreprises et administrations), révèlent trois mondes distincts.

Le serein…

Le premier est celui du cadre « serein ». Cette figure se distingue par une vie professionnelle sans problème majeur. La trajectoire professionnelle est ascendante et la position de cadre dans l’organisation est clairement assumée. Le recours à la formation est fréquent et l’entretien d’évaluation accompagne l’évolution professionnelle. Il s’agit d’un univers qui paraît stabilisé par des règles de droit ou par des règles collectivement négociées. La référence à la sécurité de l’emploi et au secteur public, fait oublier le différentiel salarial qui existe avec l’entreprise privée. Cette figure du cadre insiste sur son autonomie, mais aussi sur le service rendu au public qui est au fondement de ses convictions.

CC Valérie

CC Valérie

L’affirmation selon laquelle les cadres sont « heureux » au travail est plutôt à contre-courant de la littérature sociologique récente, mais assez répandue dans des sondages d’opinion. Même si le terme « bonheur » remplace ici celui de « sérénité », ce premier groupe de cadres correspond bien à ce profil. Tout d’abord, les cadres sereins ont une durée de travail hebdomadaire de 35 heures qui inclut seulement quelques heures supplémentaires. Ils ont une attitude « décomplexée » face aux mesures d’évaluation par entretien et bénéficient d’une qualification et formation leur permettant d’accompagner leur trajectoire professionnelle. Ils estiment vivre dans un univers protégé. Celui-ci renvoie pour eux, entre autres, à la fonction publique, territoriale dans ce cas d’espèce. Cependant, le discours de ces cadres se caractérise aussi par l’importance accordée à la négociation collective et aux règles négociées de l’organisation du travail. Le lien entre, d’un côté, une vie professionnelle et privée en univers protégé, et de l’autre, l’action des organisations syndicales, est tout à fait significatif.

L’individualisé…

La seconde figure est celle du cadre « individualisé » qui correspond aux stéréotypes existants en la matière. Ce cadre est l’instigateur de sa réussite et de sa progression professionnelle. Il ne compte pas ses heures de travail, arrivant tôt le matin, il repart tard le soir. Il préfère le travail à la famille, défend son entreprise et ses produits. Il pense agir dans un marché concurrentiel à la fois à l’extérieur et à l’intérieur à son entreprise.

CC Philippe Rouzet

CC Philippe Rouzet

L’individu prime dans cette vision du monde. Ce monde est caractérisé par la complexité technique des produits traités et dont il est expert. Cette figure est celle d’un cadre qui semble avoir tout pour être satisfait. Sauf que ses activités professionnelles lui laissent peu de temps pour la vie hors travail. De plus, les menaces pesant sur son emploi créent de l’incertitude sur sa trajectoire professionnelle. Ce deuxième type de cadres semble largement assumer cette posture « individualiste » : celle-ci n’est ni critiquée, ni plébiscitée.

Pour ces cadres, l’individualisme est « naturel » au regard d’un monde économique qui valorise l’engagement individuel et la compétition. Le travail individuel et les performances sont abordés dans leurs discours, ainsi que tous les aspects qui renvoient à la trajectoire individuelle des cadres en entreprise : la carrière, le temps passé aux différentes activités, le stress positif, les rémunérations, les congés. Dans ce groupe, la référence au secteur privé est très forte. C’est ici aussi que les discours sur les mobilités professionnelles, les licenciements et l’emploi sont les plus prégnants. L’individualisation s’accompagne de pressions notables qui pèsent sur l’avenir professionnel : incitation à la mobilité, vécu difficile du temps partiel, réduction des effectifs liée aux restructurations et aux menaces sur l’emploi.

… et le résistant

La troisième figure évoque la résistance contre le monde du cadre classique. Le temps de travail est mesuré à la manière des non-cadres, strictement borné par des dispositifs de mesure et par des règles. Ce cadre ne supporte pas les heures supplémentaires non rémunérées, ni des temps de transports trop longs. La mesure stricte de sa durée du travail s’accompagne d’une pression importante en matière de charge de travail et de délais à respecter, qui se répercutent sur une vie professionnelle considérée comme difficile.

CC Marion Klein

CC Marion Klein

Les manifestations de stress et le vécu des fonctions d’encadrement montrent que la résistance s’enracine dans une vision négative du travail : délais à prendre en compte, contraintes techniques, relations problématiques avec des supérieurs ou homologues, rapports difficiles avec les subordonnés, stress lié à la vie privée… Cette vision négative est contrebalancée par une vision positive des collaborateurs et par l’existence de rapports horizontaux appréciés. L’importance donnée à la famille proche complète la valorisation des formes de la sociabilité. Cette résistance s’appuie à la fois sur des caractéristiques objectives et subjectives exprimées dans les entretiens. Le monde des cadres résistants réunit à la fois les cadres de statut privé travaillant sous le nouveau régime temporel assimilé aux non-cadres, et des cadres fragilisés par des conditions de travail difficiles. Sa cohérence se fonde sur la résistance face au modèle classique du cadre qui ne compte pas ses heures de travail.

En résumé, ces mondes constituent des systèmes sociaux indépendants et témoignent de la diversité des cadres, de leurs pratiques, de leurs représentations et valeurs. Les règles et les régulations de ces mondes se différencient fondamentalement selon les domaines explorés : règles temporelles, règles de répartition entre vie privée et vie professionnelle, règles concernant la place des individus et des collectifs dans le travail.

CC Serge Vincent

CC Serge Vincent

Crédit image en bandeau : CC Chris Christian

Jens Thoemmes

CERTOP (thoemmes@univ-tlse2.fr)

More Posts

Jens Thoemmes

CERTOP (thoemmes@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Article fort sympathique, une lecture agréable. Ce blog est vraiment pas mal, et les sujets présents plutôt bons dans l’ensemble, bravo ! Virginie Brossard LETUDIANT.FR

  2. Alexandre dit :

    Avec mes excuses : je voulais écrire « inintéressant ». Donc, la typologie est intéressante. … tout au féminin bien sûr.

  3. Alexandre dit :

    Cet essai de typologie n’est pas intéressant, la vraie question étant : comment ces 3 figures cohabitent-elles ?
    Par contre, j’ai bien examiné les photos : il n’y a pas de femmes chez vos cadres ? Le « type absent » sans doute !

  4. Loïc dit :

    Cette analyse reflète bien les différentes personnalités des cadres au sein d’une entreprise. Il est vrai que selon le secteur d’activité, le dirigeant doit avoir une personnalité adaptée sinon on risque l’échec. Quelqu’un de trop stressé pourrait perdre son sang froid durant les périodes de rush, et je parle de cela en connaissance de cause. Dans ces cas là c’est une véritable catastrophe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *