Retour sur l’histoire des Grands fermiers

Il est difficile aujourd’hui de proposer à un large public un essai universitaire centré sur l’histoire rurale. Les modes et les préoccupations des professionnels de l’histoire se sont éloignées des sillons tracés par Lucien Febvre et Marc Bloch dans les années 1930 et des grandes enquêtes menées par Joseph Goy et Emmanuel Le Roy Ladurie sur les dîmes et la rente foncière.

Par ailleurs la coupure avec les réalités de l’ancien monde rural – celui qui a précédé la révolution agricole et le laminage des paysans, entre 1950 et 1980 –, est béante à tel point que tout est à expliquer avant de se lancer, avec pertinence, dans des chantiers nouveaux. C’est donc l’un des enjeux de ce livre que de relancer l’attention sur les sociétés rurales et sur l’empreinte de l’agriculture dans nos territoires.

Au cœur de l’objectif, un groupe social scruté sur la longue durée : les grands fermiers de l’Ile-de-France, installés dès la fin du Moyen Age, et toujours représentés en 2017. Ils ont façonné les grandes plaines à blé, assuré la modernisation de l’agriculture, décrit de longues trajectoires sociales. Ils ont assuré une part sensible de notre identité génétique, en essaimant à tous vents.

  • Moriceau J.-M., 2017, Les Grands fermiers (XVe-XVIIIe siècles), Paris : Fayard, coll. Pluriel.

Pourquoi rééditer un classique ?

Ces personnages ont été à l’origine d’une enquête conduite sur douze années (1980-1992), présentée en doctorat d’histoire (à l’université de Paris I) avant d’accompagner des générations d’étudiants, de ruralistes et de généalogistes, à travers l’édition in extenso qui en a livré le message en 1994. Plus de mille pages de texte, avec notes, tableaux et des figures à foison, cinq copieux index : les éditions Fayard avaient eu le courage – grâce à la confiance de Denis Maraval – de vulgariser l’édition d’une thèse « à la française », sans rien y supprimer, et même en la complétant. Une chance rare !

CC Wikimedia Commons Tkgd2007

Réédités en avril 1998, Les Fermiers de l’Île-de-France sont présents aujourd’hui dans bien des bibliothèques. Pour autant, même devenu classique, l’ouvrage reste l’apanage d’un lectorat averti. Vingt ans après sa diffusion, il m’a semblé utile de mettre à la disposition d’un large public l’essentiel de son contenu sous une forme plus maniable. Dès 1994 certains demandaient en France une version de poche et à l’étranger une version plus accessible : avec cette édition, c’est désormais chose faite.

Deux raisons principales ont motivé une refonte. La première tient à la place que Les Fermiers de l’Île-de-France occupent dans la relance de l’histoire rurale : l’ouverture chronologique au-delà des périodes académiques de l’histoire, les perspectives interdisciplinaires à l’égard de la géographie, de la sociologie ou de l’agronomie, le balisage d’enquêtes en histoire sociale – mais aussi dans l’histoire des techniques, des pratiques agricoles, des bâtiments, de la famille, des modes de vie –, les rapports entre le passé et le présent, y trouvent un exemple emblématique.

La seconde raison tient au choix d’une histoire syncrétique, soucieuse de l’ancrage spatial et du changement dans la longue durée. L’ouvrage jette un éclairage sur l’histoire des campagnes en croisant plusieurs champs de la discipline historique : démographie et généalogie, histoire agraire et géohistoire, histoire des techniques, anthropologie historique, histoire économique, histoire de l’éducation et de la culture, voire histoire du genre.

Actualiser un ouvrage trentenaire

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Depuis 1994, l’ouvrage a reçu des compléments, publiés dans trois secteurs différents. Le premier tient à la suite chronologique du propos : de 1750 à 1914, les familles considérées conservent les rênes de la grande culture, l’ascension sociale des Grands fermiers se poursuit et se consolide, avant de connaître un recul relatif. Le deuxième champ, est celui des itinéraires sociaux-familiaux dont il fallait assurer une sélection raisonnable : des études de cas complémentaires offrent des monographies familiales à partir de généalogies sociales particulières. Enfin, dernier volet, des aspects économiques spécifiques, sur la propriété et l’exploitation, sur l’innovation et la monétarisation ont donné lieu à des contributions qui s’étendent jusqu’au xixe siècle.

Pour autant le fonds est resté le même et il s’offre ici directement à l’appréciation des lecteurs. Dès son achèvement, nombre d’observateurs avaient pointé les lignes de faîte de ce travail. Vingt ans après, revenons-y brièvement. Sur l’utilisation de la démographie historique, l’ouvrage a bénéficié, à sa parution, d’un large crédit. Aujourd’hui, avec l’informatisation des reconstitutions généalogiques et l’avancement des recherches des généalogistes eux-mêmes, les Grands fermiers trouvent d’utiles compléments sur des sites comme Geneanet, où de multiples descendants de nos personnages ont rétabli les fils qui les relient à eux : ces données ne remettent pas en cause les fondements de l’enquête, qui ont servi justement à l’élaboration des premières mises en ligne.

Expliquer la construction de la recherche

La place de l’histoire économique a été débattue. Si les caractéristiques fondamentales de la grande exploitation francilienne me paraissent toujours bien posées, la problématisation de ses « conditions d’émergence » et sa singularité par rapport aux autres capitales européennes mériteraient sans doute quelques développements comparatifs ou théoriques : j’avoue avoir préféré l’analyse pragmatique et concrète de l’histoire des acteurs économiques, un préalable qui me paraissait suffisant. Par rapport à l’histoire économique et sociale traditionnelle, avoir mis en avant la sociologie historique est une position que j’ai effectivement revendiquée, car j’ai cherché à étudier de l’intérieur le fonctionnement d’un groupe social en mobilisant, l’une après l’autre, les variables d’explication. Il en résulte que l’histoire culturelle – la place de l’écrit, le rôle de l’éducation, le statut de la femme et des enfants – comme l’histoire économique – la constitution du capital, l’utilisation du patrimoine, les différents marchés, les liens avec Paris, etc. – ont été mobilisées comme auxiliaires permanentes d’une démarche qui ne pouvait entrer dans toutes leurs aspirations intrinsèques.

CC Pixabay Prawny

L’histoire des techniques a été mise en avant pour comprendre la logique de la grande exploitation et son évolution. Nul doute qu’en regardant en détail des fournisseurs comme les marchands de fer, les maréchaux ou les charrons, on précisera davantage. Mais il est clair que c’est surtout passé 1750, et donc après le terme de cette fresque, que les découvertes sont sensibles.

Parmi les réactions suscitées par l’ouvrage, deux conduisent à revenir ici sur une explication : la représentativité des fermiers étudiés et, corollairement, l’ascension sociale présentée comme un « irrésistible courant ». Effectivement, le milieu du xviiie siècle, avec le continuum des rôles de taille, a offert un point de départ exceptionnel. C’est à cette époque que je pouvais identifier les personnages qui allaient être au cœur de cette enquête. Quelle autre entrée aurait-elle été possible sans sacrifier des années supplémentaires à constituer l’échantillon, pour un résultat nullement assuré ? Au départ, je suivais en amont et en aval les familles repérées. En aval, les développements conduisaient trop loin et ont dû être sacrifiés, sauf éclairages particuliers qui portent le lecteur jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

En amont, la méthode régressive engage inévitablement à avantager ceux qui ont réussi au détriment de ceux qui ont sombré. Je l’ai bien reconnu tout en essayant de corriger le biais fondamental causé par ce parti pris. Dans ce dessein, je ne me suis pas contenté de remonter, de mâle en mâle, les ascendances agnatiques. Mais, au sein d’un même patronyme, j’ai retenu toutes les branches repérables et ajouté les familles qui s’y étaient alliées. De cet élargissement de l’observation en amont sont ressortis des parcours de régression sociale qui ont tranché avec les stabilités ou les ascensions qui auraient dominé sinon le paysage de l’historien.

Un chantier achevé ?

Cette mise au point n’a pas désamorcé toute critique. On a été jusqu’à voir dans l’ouvrage un exemple de « success story ». Les deux chapitres consacrés au « Grand malaise des fermiers » (chap. XVI) et au cortège de « Faillites et déclassements » (chap. XVIII) n’ont pas toujours été pris en considération. On y verra que les trajectoires sont loin d’avoir été linéaires, qu’une attention réelle a été portée aux échecs et à l’irruption des nouveaux venus ! Pour autant, il est clair que les « petits laboureurs » passent dans les coulisses une fois franchie la période cruciale de Louis XIV. Le xviiie siècle venu, seuls les « grands » fermiers apparaissent en pleine lumière : ce point ne saurait être contesté et il fournit le titre de ce nouvel ouvrage. Le chantier n’est pas refermé.

Ceci étant, l’histoire n’est pas une science exacte et la rigueur mathématique ne saurait tout régir. Il faut bien arrêter une enquête, y compris une thèse au long cours comme on n’en fait plus guère aujourd’hui. On doit circonscrire un sujet. Il importe aussi de repérer les disponibilités documentaires. L’historien relativise et pondère alors ses observations en sachant dégager la cohérence et le sens des sources. Même en empruntant une démarche quantitative, l’appréciation qualitative demeure indis­pensable. C’est au carrefour de ces considérations que gît l’intérêt de notre métier.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Vincent van Gogh et crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Vincent van Gogh 


Jean-Marc Moriceau

Université de Caen Normandie, Pôle rural (jean-marc.moriceau@unicaen.fr)

More Posts - Website

Jean-Marc Moriceau

Université de Caen Normandie, Pôle rural (jean-marc.moriceau@unicaen.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. François Pelatan dit :

    Très intéressant ! il y a sans doute une nuance dans le titre: les mots « fermier », « ferme » sont des mots originaires du nord de la France, soit il s’agit du terme courant « ferme » soit il s’agit du terme juridique lié au fermage et donc la distinction entre la propriété et l’usage du sol.

  1. 19/09/2017

    […] pierre de notre monde numérique. Cliquez pour lancer le film Producteurs : CNRS Images, INRIA. Retour sur l’histoire des Grands fermiers – Mondes Sociaux. Il est difficile aujourd’hui de proposer à un large public un essai universitaire centré sur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *