Universités : la professionnalisation dans tous ses états

Sur la période récente, la professionnalisation de l’Université s’est développée via un discours européen articulant compétitivité de l’Europe et efficacité des formations supérieures, notamment dans leur capacité à développer l’employabilité des étudiants. Il s’est agi alors de professionnaliser tant les contenus de formation que les parcours des étudiants.

Concernant les contenus, la professionnalisation passe par la création de filières professionnelles, comme les licences professionnelles en France, ou encore la multiplication des spécialités de Master entendant répondre au mieux aux besoins supposés des marchés du travail locaux. Pour sa part, la professionnalisation des parcours d’études s’inscrit dans la « logique compétences », censée favoriser la sécurisation des parcours d’insertion. Il s’agit de permettre au jeune de s’orienter en fonction de ses souhaits et aptitudes, de l’aider à reconnaître et à mettre en valeur l’ensemble des expériences et compétences liées à son parcours personnel, dans et hors de l’Université. Les dispositifs d’orientation ou de préparation au projet professionnel entrent par exemple dans ce cadre, de même que les modules d’aide à la rédaction de CV.

Enfin, à la frontière de la professionnalisation des contenus et de celle des parcours, se sont également développés à tous les étages de l’enseignement supérieur stages et formations en alternance.

S’il n’est pas possible de rendre compte ici de toute la diversité des éléments de professionnalisation à l’Université, la dernière publication du Groupe de travail sur l’enseignement supérieur du CEREQ donne à voir quelques interrogations que soulève la professionnalisation « à la française ».

Professionnaliser les diplômes et leur contenu : des choix à revoir ?

CC Mademoiselle Sandrillana

Tout comme l’avait été en son temps le DUT (Diplôme universitaire de technologie) délivré par les Instituts universitaires de technologie (IUT), la licence professionnelle a été créée dans l’optique d’une insertion immédiate de jeunes aux compétences professionnelles renforcées. Or, rapidement, la pratique des sortants de DUT avait été de poursuivre les études au-delà de ce diplôme, et ce bien avant la création des Licences professionnelles (LP) en 1999.

Une étude sur une université d’Île-de-France suggère que la logique qui avait prévalu pour le DUT pourrait bien se poursuivre pour les licences professionnelles : dès à présent, 20 % des  titulaires poursuivent leurs études au-delà de la licence professionnelle. Si l’on est encore loin des 82 % de poursuites d’études qui caractérisent aujourd’hui les DUT pour cette université, ce constat pose la question de la cohérence des postures institutionnelles concernant les dichotomies entre licences dites « professionnelles » et licences dites « générales ». En effet, contrairement à la licence générale, l’accès à la licence professionnelle est sélectif, de sorte que nombre de bons étudiants l’intègrent avec le souhait de poursuivre leurs études. Ce passage en cours de cursus par des diplômes professionnels (DUT, LP) participe alors d’une stratégie de sécurisation des parcours, ces diplômes garantissant une employabilité en cours d’étude, au cas où les diplômes plus élevés envisagés pour la suite ne pourraient être obtenus.

Dans ce contexte, les diplômes professionnels ne reflètent pas une seconde chance, pourtant souvent mise en avant, pour des jeunes qui seraient moins en phase que d’autres avec les exigences académiques universitaires. Ils figurent à l’inverse plutôt des filières sélectives, drainant des populations déjà fortement employables au vu de leur parcours scolaire et de leur comportement d’orientation stratégique au sein du système éducatif.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Si les diplômes professionnels sont supposés délivrer des compétences spécifiques dans un domaine professionnel donné, tous les diplômes de l’enseignement supérieur sont aujourd’hui déclinés en compétences dans les fiches du Répertoire national des certifications professionnelles. Dans cette recension, aux compétences spécifiques à un domaine professionnel s’ajoutent les compétences générales ou transférables.

Une enquête « compétences » a été réalisée par le CEREQ, où d’anciens étudiants étaient invités à évaluer leurs niveaux de compétences générales et spécifiques acquis en formation initiale à l’Université et celui mobilisé dans l’emploi occupé quelques années plus tard. Une quarantaine d’entretiens ont également été menés. Dans la majorité des cas, le niveau des compétences spécifiques déclarées acquises en formation initiale apparaît supérieur à celui finalement requis dans l’emploi. En revanche, le niveau des compétences transversales ou générales acquises en formation est régulièrement estimé inférieur au niveau requis pour occuper leur emploi. Ces résultats interrogent la professionnalisation des contenus à la française qui repose sur une hypothèse : le renforcement des compétences considérées comme spécifiques et attendues par le marché du travail est nécessaire pour améliorer l’insertion des jeunes. D’autres pays n’ont pas fait ce choix, privilégiant des cursus généraux, assortis de modules à visée professionnelle.

Se professionnaliser par l’université : un sésame pour l’emploi ?

CC Viaggiando s’impara Lifelong Learning Programme – European Commission

Les expériences des étudiants à l’étranger sont fortement encouragées – sans qu’il soit évident que ces mobilités améliorent en elles-mêmes les conditions ultérieures d’insertion. Portant sur une université d’une grande métropole française en sciences sociales (économie, gestion droit), une étude montre qu’il n’existerait qu’un lien faible entre la mobilité internationale des étudiants et l’accès à l’emploi à l’issue du Master 2. En revanche, la capacité de mobilité, même régionale, en début de vie active, capacité qui est de fait plus souvent présente chez les individus qui ont effectué un séjour à l’étranger pendant leur cursus, favorise l’accès aux emplois à dimension internationale. Les séjours à l’étranger sont donc moins un sésame pour l’emploi qu’un élément qui témoigne d’une capacité de mobilité favorable quant à l’accès à certains types d’emplois.

D’autres dispositifs de professionnalisation des parcours étudiants sont désormais mis en à l’œuvre à l’université. S’ils sont divers, leurs finalités sont néanmoins communes. Il peut s’agir des aides pour réaliser un CV, contacter des entreprises, identifier ses compétences, connaître ses débouchés professionnels, construire son projet professionnel, obtenir un stage. Une enquête du CEREQ financée par le ministère de l’Enseignement supérieur montre que la diffusion des aides dans ces domaines s’avère relativement forte, quoique non homogène entre les niveaux et domaines de spécialités de licence et master. Par ailleurs, on recense selon les types d’aides des taux de participation variables, allant de 20 % à 40 %. Les étudiants bénéficiaires sont majoritairement satisfaits de ces aides qu’ils trouvent utiles (de 60 % à 80 % de satisfaits). Quant à l’insertion, plusieurs aides s’avèrent avoir un lien positif significatif avec l’accès l’emploi, au Contrat à durée indéterminée (CDI) ou à des emplois qualifiés. En revanche, eu égard aux inégalités, si les aides offrent une plus-value aux jeunes d’origine sociale modeste, elles sont davantage mobilisées par les jeunes de classes sociales favorisées.

Se professionnaliser au long de la vie ou les difficiles retours en formation

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

La professionnalisation a été invoquée au seul prisme de la formation initiale, mais elle peut aussi se lire sous l’angle de la formation tout au long de la vie. Or actuellement, les universités captent moins de 2 % des actions de formation continue financées. Pourtant inscrite dans le Code de l’éducation, cette mission de service public pâtit de plusieurs freins. La réticence de nombreuses universités à s’engager dans une offre de formation continue tiendrait notamment à l’ambiguïté entre une mission de promotion sociale et culturelle, et une ambition de devenir un véritable acteur de la formation continue concurrentiel et lucratif. Par ailleurs, l’offre de formation universitaire ne serait pas suffisamment adaptée aux rythmes des travailleurs. Enfin, demeure la question importante des formateurs, actuellement en vivier trop restreint. Ceci nécessiterait un investissement tant pour la formation des enseignants- chercheurs que pour le recrutement.

Par ailleurs, il existe un certain brouillage des publics, entre les adultes en cours de carrière à l’université censés relever de la formation continue – lucrative, générant des ressources externes pour les universités – et les plus jeunes censés être inscrits en formation initiale financée par dotation publique.

Selon une étude à partir des textes officiels, des statistiques ministérielles et d’entretiens dans huit universités de la région Rhône-Alpes, les publics ne se répartissent pas conformément à la logique de la formation tout au long de la vie entre formation initiale et continue. Dans cette perspective, la formation initiale est réservée aux plus jeunes, et surtout la formation continue intervient pour un public avancé dans la carrière. Or, il s’avère qu’après une courte période d’emploi, de plus en plus d’étudiants poursuivent leurs études via des contrats de professionnalisation, en nette augmentation dans le supérieur. Ces étudiants sont alors comptabilisés du côté de la formation continue, mobilisant les fonds et les personnels dédiés. Ainsi, paradoxalement, la montée en charge des contrats de professionnalisation, plébiscitée pour la formation tout au long de la vie, est très largement accaparée par les jeunes et profite peu aux adultes en cours de carrière. Elle s’accompagne même d’une stagnation, voire d’une réduction des dispositifs mobilisés par les publics adultes (salariés en congé de formation, demandeurs d’emplois, etc.). Les adultes seraient ainsi « les grands perdants des pressions financières » qui s’exercent sur les universités, à l’instar de ce qui se déroule dans de nombreux autres pays.

Crédits image à la Une : CC Flickr Université de Montréal et crédits image d’entrée : CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

 

 


Philippe Lemistre et Virginie Mora

Philippe Lemistre, CEREQ et CERTOP, Université Toulouse Jean Jaurès CNRS (philippe.lemistre@univ-tlse2.fr) et Virginie Mora, CEREQ, Deeva (mora@cereq.fr )

More Posts

Philippe Lemistre et Virginie Mora

Philippe Lemistre, CEREQ et CERTOP, Université Toulouse Jean Jaurès CNRS (philippe.lemistre@univ-tlse2.fr) et Virginie Mora, CEREQ, Deeva (mora@cereq.fr )

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 17/10/2017

    […] Universités : la professionnalisation dans tous ses états – Mondes Sociaux. Sur la période récente, la professionnalisation de l’Université s’est développée via un discours européen articulant compétitivité de l’Europe et efficacité des formations supérieures, notamment dans leur capacité à développer l’employabilité des étudiants. […]

  2. 17/10/2017

    […] Universités : la professionnalisation dans tous ses états – Mondes Sociaux. Sur la période récente, la professionnalisation de l’Université s’est développée via un discours européen articulant compétitivité de l’Europe et efficacité des formations supérieures, notamment dans leur capacité à développer l’employabilité des étudiants. Il s’est agi alors de professionnaliser tant les contenus de formation que les parcours des étudiants. Concernant les contenus, la professionnalisation passe par la création de filières professionnelles, comme les licences professionnelles en France, ou encore la multiplication des spécialités de Master entendant répondre au mieux aux besoins supposés des marchés du travail locaux. […]

  3. 17/10/2017

    […] Universités : la professionnalisation dans tous ses états – Mondes Sociaux. Sur la période récente, la professionnalisation de l’Université s’est développée via un discours européen articulant compétitivité de l’Europe et efficacité des formations supérieures, notamment dans leur capacité à développer l’employabilité des étudiants. Il s’est agi alors de professionnaliser tant les contenus de formation que les parcours des étudiants. Concernant les contenus, la professionnalisation passe par la création de filières professionnelles, comme les licences professionnelles en France, ou encore la multiplication des spécialités de Master entendant répondre au mieux aux besoins supposés des marchés du travail locaux. […]

  4. 17/10/2017

    […] Universités : la professionnalisation dans tous ses états, par Philippe Lemistre et Virginie Mora, Mondes sociaux, 16/10/2017. Le rapport (170 pages). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *