L’amour comme pratique

Le plaisir et l’inquiétude, voilà bien résumée l’ambivalence des sentiments qui saisissent, dans les rayons d’une librairie, l’éventuel lecteur d’un essai sur l’amour. Il sait, dans son for intérieur, qu’une telle évocation est propice à (re)susciter le désir, l’excitation, tout le cortège du transport amoureux. Mais il craint aussi de voir décortiquée, déflorée, mise à nu sa propre expérience avec les conséquences réflexives, parfois funestes, que cela peut engendrer. S’il passe la barrière de l’appréhension, il tirera cependant un profit certain à la lecture de Pratique de l’amour. Le plaisir et l’inquiétude de Michel Bozon, chercheur à l’Institut National d’Etudes Démographiques (INED).

Dans cet essai, l’auteur choisit d’étudier l’amour précisément comme une histoire, en trois étapes, formant autant de chapitres : naissance, stabilisation et désamour. Le sociologue, bien connu pour ses travaux antérieurs sur l’amour et la sexualité, ne se fonde pas ici sur une enquête précise qu’il analyserait. Il s’appuie bien entendu sur des entretiens qu’il cite çà et là, mais c’est plutôt son expérience accumulée sur le sujet qui innerve l’ensemble de l’écriture. De même le cortège méthodologique mobilisé (Michel Foucault, Marcel Mauss…), s’efface devant les références littéraires, nombreuses et variées, de l’amour courtois à la littérature très contemporaine.

L’amour n’est pas un sentiment individuel qui naît soudainement lorsque l’on rencontre la bonne personne. C’est avec ce sens commun qu’invite d’abord à rompre Michel Bozon. Il s’agit plutôt d’un ensemble de pratiques interpersonnelles et d’échanges permanents. Ce sont les interprétations de ces échanges qui sont au fondement de l’amour et le font exister. Ensuite, l’étude sociologique permet de montrer que ces pratiques demeurent asymétriques selon les sexes : l’amour fait toujours l’objet d’un investissement affectif plus important chez les femmes que les hommes. Enfin, l’auteur dégage la dynamique de la pratique amoureuse en trois phases auxquelles sont associées une logique et un ensemble d’actes et de pratiques spécifiques qui révèlent l’amour, le font exister et peuvent y mettre fin.

  • Bozon M., 2016, Pratique de l’amour. Le plaisir et l’inquiétude, Paris : Payot, 198 p.

La réciprocité des débuts amoureux

On le sait, le lien amoureux se construit dans la réciprocité. Mais ce que Michel Bozon nous apprend, notamment dans son premier chapitre, c’est qu’il repose sur un double mouvement de don de soi et de prise de pouvoir sur l’autre. Offrir son temps, confier ses pensées, livrer son corps… Si l’on remet ainsi une part de soi à celui que l’on aime, c’est pour l’inciter à se livrer en échange. La remise de soi permet donc, dans les débuts amoureux, d’acquérir une emprise sur l’autre. Et si les relations naissantes sont toutes différentes, la plupart se construisent de façon progressive. En effet, l’engagement des partenaires se renforce à mesure qu’ils échangent des signes, des biens, des informations, autrement dit, qu’ils s’inscrivent dans une relation de dépendance et de pouvoir. Les sentiments ne précèdent donc pas les pratiques. Plus encore, « l’amour n’est pas la condition de l’abandon dans la relation. C’est plutôt l’abandon à la relation qui amorce l’amour. Et la réciprocité des abandons qui le fait exister pleinement ».

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

L’auteur accorde une importance particulière à deux exemples de remise de soi qui détiennent une valeur symbolique très forte : le cadeau amoureux et la remise de son corps dans l’acte sexuel. La relation sexuelle est une façon de se remettre à l’autre et de le découvrir tout à la fois. Jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle, la remise de son corps intervenait au dernier stade de l’engagement amoureux. Plutôt que la retenue, c’est désormais l’expérience sexuelle qui permet de construire le lien amoureux. Et même si les codes sociaux continuent à inciter les femmes à réguler l’activité sexuelle, les partenaires se remettent leur corps de plus en plus tôt.

Selon Michel Bozon, la montée de l’individualisme s’accompagnerait d’une « fragmentation » de ces remises de soi : désormais, on ne s’abandonne plus tout entier et l’on cherche à maîtriser ce que l’on donne de soi. Pour autant, les échanges interpersonnels continuent de répondre à une « règle d’équilibre » et ce n’est qu’à cette condition que le processus amoureux peut s’inscrire dans la durée.

Le couple : relation stable et amour discontinu

Lorsqu’il y réussit, l’amour naissant devient couple stable. Et l’auteur parle d’amour au sein du couple, là où la plupart des études sociologiques s’attachent à décrire les modes de coopération conjugaux en omettant sa dimension affective. Contrairement à l’idée commune selon laquelle l’amour ne résisterait pas à la routine du quotidien et disparaîtrait inéluctablement au cours du temps, il montre qu’il demeure bel et bien présent dans la vie conjugale.

CC Pixabay PublicDomainPictures

Dans le couple stable, la manifestation de l’amour repose avant tout sur la constitution d’un « domaine commun » : les conjoints partagent un même univers fait d’objets, de lieux, d’habitudes, de projets… Cet espace commun peut procurer un sentiment de familiarité et de bien-être et forme alors un cadre propice à des investissements affectifs plus forts. Les moments de connivence entre les partenaires, qui s’appuient sur cette sphère partagée, sont ainsi interprétés comme des manifestations amoureuses. Pouvoir se comprendre sans avoir à parler, constater que ses pensées coïncident avec celles de l’autre, sans effort d’explicitation, procure un certain plaisir et attise, ne serait-ce que temporairement, l’amour.

Dans les relations stabilisées, l’amour passe également par la mise en scène du lien amoureux en montrant que le partenaire a toujours un statut unique, et en faisant revivre, de façon rituelle et temporaire, le souvenir des débuts amoureux. Certaines pratiques des amours naissantes acquièrent alors une signification renouvelée. Les cadeaux, par exemple, n’ont plus vocation à donner une part de soi, à « se remettre », mais sont plutôt l’occasion de montrer que l’on connaît l’autre, que l’on sait lui faire plaisir. Pour « faire plaisir à l’autre » c’est aussi comme cela que sont parfois envisagées les relations sexuelles dans le couple stable. Ce sont surtout les femmes qui déclarent avoir eu des rapports sans en avoir envie. On voit ici se dessiner une différence genrée dans les modes d’engagement amoureux. La vie sexuelle, et plus largement la mise en scène de l’existence d’un lien amoureux, sont surtout initiées par les hommes tandis que les femmes valorisent les manifestations d’entente et cherchent à consolider le domaine commun.

CC Flickr Nana B Agyei

L’amour fait l’objet d’un investissement non seulement différencié, mais aussi intermittent : dans les couples stables, les phases d’engagement affectif alternent avec des périodes de retrait où l’amour est moins présent. Les manifestations amoureuses sont donc discontinues. Il s’agit pourtant là du fonctionnement ordinaire du couple et ce n’est que lorsque ces pratiques intermittentes se raréfient ou perdent de leur sens que l’on entre dans la phase de désamour, ce qui forme ici le dernier temps de l’analyse.

Le désamour

La phase de désamour ne correspond pas nécessairement à la séparation ou au divorce, mais plutôt à « un processus de désactivation, de démotivation ou d’assèchement de la relation, qui a pour cause et pour effet une défection et une démobilisation des partenaires ». Cette étape de l’histoire amoureuse est présente, dès ses débuts, dans l’esprit des partenaires. Michel Bozon souligne la difficulté à observer ce processus qui, loin d’être directement identifiable, relève de l’interprétation souvent ambiguë des signes de détachement. Comment savoir si l’affaiblissement des liens ne s’inscrit pas dans le cycle routinier de désengagement propre à la vie conjugale ? Même en ce qui concerne la sexualité, qui paraît pourtant être le reflet le plus clair de l’état des relations amoureuses, le sens à donner au ralentissement de la pratique n’a rien d’évident. L’activité sexuelle fait souvent l’objet de commentaires, parfois inquiets, mais les perceptions que les partenaires en ont sont fragiles, difficiles à interpréter.

CC Pixabay AromaArtRodenberg

Le désamour fait naître un sentiment d’étrangeté, que l’auteur nomme « estrangement » : on ne reconnaît plus ce qui nous était familier, on ne retrouve plus en l’autre ce que l’on y voyait. On s’éloigne ainsi de l’espace commun qui s’était progressivement construit. Cela se traduit de façon concrète par le fait de prendre ses repas séparément, de ne plus occuper simultanément les mêmes lieux… Parce qu’il réduit le domaine commun et qu’il rend l’autre indésirable, le désamour possède une force d’entraînement et il est finalement partagé par les deux conjoints. Vient alors le temps de la reprise de soi, qui permet de redéfinir les contours de sa personne et d’en redécouvrir certains aspects qui avaient été mis de côté. La phase du désamour correspond certes à une désactivation de la relation, mais c’est aussi un processus actif de recentrement sur soi qui, comme le conclut Michel Bozon sur une note positive, peut être le point de départ pour de nouvelles amours.

Pour reprendre le propos liminaire sur le plaisir et l’inquiétude, le sous-titre de l’œuvre, la lecture de Pratiques de l’amour n’échappe pas au dilemme du genre mais elle en évite l’écueil. En fondant son essai sur son expérience de chercheur, mais aussi d’individu, de sociologue et surtout de lecteur, Michel Bozon ne livre pas les résultats d’une ou de plusieurs enquêtes qualitatives ou quantitatives, comme il a pu le faire par le passé. Il compose ici un véritable essai dans lequel chacun peut puiser des explications sur les expériences ordinaires de l’amour, sans bouder son plaisir.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Tumisu et crédits image d’entrée : CC Flickr Orionpozo


Maialen Pagiusco

Réseau de Masters Structuration des Mondes Sociaux (SMS), Toulouse (pagiusco.m@gmail.com )

More Posts

Maialen Pagiusco

Réseau de Masters Structuration des Mondes Sociaux (SMS), Toulouse (pagiusco.m@gmail.com )

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 31/10/2017

    […] L’amour comme pratique. Le plaisir et l’inquiétude, voilà bien résumée l’ambivalence des sentiments qui saisissent, dans les rayons d’une librairie, l’éventuel lecteur d’un essai sur l’amour. Il sait, dans son for intérieur, qu’une telle évocation est propice à (re)susciter le désir, l’excitation, tout le cortège du transport amoureux. Mais il craint aussi de voir décortiquée, déflorée, mise à nu sa propre expérience avec les conséquences réflexives, parfois funestes, que cela peut engendrer. S’il passe la barrière de l’appréhension, il tirera cependant un profit certain à la lecture de Pratique de l’amour. Le plaisir et l’inquiétude de Michel Bozon, chercheur à l’Institut National d’Etudes Démographiques (INED). Dans cet essai, l’auteur choisit d’étudier l’amour précisément comme une histoire, en trois étapes, formant autant de chapitres : naissance, stabilisation et désamour. […]

  2. 31/10/2017

    […] L’amour comme pratique. Le plaisir et l’inquiétude, voilà bien résumée l’ambivalence des sentiments qui saisissent, dans les rayons d’une librairie, l’éventuel lecteur d’un essai sur l’amour. Il sait, dans son for intérieur, qu’une telle évocation est propice à (re)susciter le désir, l’excitation, tout le cortège du transport amoureux. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *