Pourquoi la recherche se déconcentre en France ?

film_posters_the_great_escape_artwork_frank_mccarthy

La grande évasion, 1963, John Sturges

L’économiste Laurent Davezies déclarait récemment : « la régionalisation a permis depuis une douzaine d’années d’opérer des coupes sombres dans les moyens de la recherche publique francilienne au profit d’une répartition « territorialement équitable » entre les régions françaises. Comme si nos 22 régions françaises avaient les mêmes chances, comme Paris, de jouer dans la cour des Boston ou San Francisco… ».

Je ne sais pas trop ce que signifie « jouer dans la cour des Boston ou San-Francisco », mais si l’on se fie au reste de l’article duquel j’ai extrait ces phrases, on peut penser que ce collègue suggère qu’il existe une déconcentration de la recherche française relativement à l’Île-de- France et que cette déconcentration serait nuisible à la productivité, la qualité, ou la visibilité de cette recherche.

Une déconcentration de la recherche en France ?

Pour le savoir, on peut utiliser deux sources, d’une part les publications recensées dans les bases de données bibliométriques, d’autre part les effectifs de la recherche publique. Le tableau 1 montre l’évolution de la part des différents types d’agglomérations scientifiques françaises dans la base de données la plus connue, le Science Citation Index de la société Thomson Reuters. Précisons un peu : ne sont prises en compte que les agglomérations comportant des chercheurs signant des publications recensées dans cette base de données, qui ne porte que sur les sciences de la matière et de la technique.

Tableau 1

Incontestablement, la part de Paris dans les publications françaises a régressé au fil des années, au profit de l’ensemble de la province (à l’exception de Strasbourg, qui est la seule grande ville à voir décroître sa contribution relative aux publications françaises). Cette régression est due à la croissance plus rapide des effectifs de la recherche dans les autres régions. Le tableau 2 présente l’évolution des effectifs de la recherche dans différents types d’institutions pour lesquels les chiffres sont disponibles. Ce tableau montre qu’il n’y a pas eu de « coupes sombres » dans la recherche de l’Île-de-France, puisque le nombre d’enseignants-chercheurs ou de chercheurs de l’INSERM qui y travaillent a quasiment doublé durant les 20 dernières années. On observe plutôt une croissance plus rapide en province. Seuls le CNRS et le CIRAD voient leurs effectifs en Île-de-France décroître un peu en valeur absolue parce que les départs à la retraite ont été compensés plutôt par des postes en dehors de cette région.

tableau 2

La part de la recherche publique française réalisée en Île-de-France a donc régressé durant les 20 dernières années, poursuivant une tendance amorcée dès le milieu des années 1950, parce que le volume global des emplois de recherche s’est accru et que cet accroissement a été plus rapide dans les autres régions.

Cette régression est-elle un problème ?

Commençons par observer qu’elle n’est pas spécifique à la France. Le tableau 3 montre l’évolution de quelques capitales comparables. A l’exception de Berlin, qui bénéficie du rattrapage de l’ancienne Allemagne de l’Est, toutes ces capitales voient diminuer leur contribution relative aux publications de leur pays. Comme ces pays ont des systèmes de recherche différents et ont suivi des politiques très différentes, la tendance à la déconcentration peut difficilement s’expliquer par des politiques qui seraient spécifiques à la France. Notons que Moscou est la seule capitale de ce groupe à concentrer plus que Paris la recherche de son pays.

tableau 3
La France n’est donc pas le seul pays dans lequel on observe une tendance à la
déconcentration géographique des publications. C’est le cas de la plupart des pays, à l’exception de ceux qui sont déconcentrés depuis longtemps (Etats-Unis, Canada) et de quelques cas particuliers pour lesquels existent des explications spécifiques (la Suisse avec la croissance des écoles polytechniques de Zurich et Lausanne, la Nouvelle Zélande avec le décrochage économique relatif de l’une des deux îles, etc.). Des analyses plus détaillées sont disponibles et, des mêmes auteurs, « Cities and the geographic deconcentration of scientific publications », à paraître dans Urban Studies.

La déconcentration géographique se traduit-elle par un effondrement scientifique ?

Encore une fois, nous pouvons utiliser les données de publications dans les sciences de la nature et de la technique.

tableau 4

La part de la France dans les publications mondiales régresse incontestablement, mais nettement moins que celles des Etats-Unis, de l’Allemagne, de la Grande Bretagne ou du Canada. Soulignons le déclin relatif du Japon dans la période la plus récente prise en compte, qui correspond à la mise en place d’une politique de financement exclusif des plus grandes universités (les universités « impériales »). Soulignons également l’effondrement de la Russie, qui a pourtant le « mérite » de conserver un système scientifique très concentré. Cette régression des « grands » pays scientifiques traditionnels est en réalité un effet mécanique de la croissance très rapide du nombre des publications d’autres pays (Chine, Taiwan, lCorée du Sud, Brésil, Turquie, Espagne et Italie -avant 1997-). Ajoutons que toutes les études empiriques existantes démontrent que le nombre de publications par chercheur ne dépend pas de la concentration des chercheurs dans les villes ou les régions, comme le montrait une étude réalisée il y a quelques années par des chercheurs italiens (Bonaccorsi, A., Daraio, C., 2005 « Exploring size and agglomeration effects on public research productivity », Scientometrics, 63(1), 87-120).

La déconcentration géographique de la recherche est un phénomène mondial dû à la croissance des activités scientifiques qui peuvent de moins en moins être cantonnées dans un petit nombre de villes. Ce phénomène touche la France comme les autres pays, mais cela ne semble pas avoir en soi d’effet négatif sur la place du pays dans l’espace scientifique mondial.

Crédit image en bandeau : CC marcovdz


Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. véronique Adam dit :

    Merci pour cette étude.
    Je me disais qu’il faudrait peut-être relativiser ces données en les croisant d’abord avec le lieu et le nombre de manifestations scientifiques organisées (colloques, journées d’études et séminaires) et l’affiliation des chercheurs? Combien d’enseignants-chercheurs extérieurs à l’IDF, mais membres associés à des équipes parisiennes, organisent puis publient des événements qui ont eu lieu à Paris ou en IDF? et inversement, des projets régionaux sont montés et accueillent des post-docs ou des EC issus des universités parisiennes.
    La localisation de la recherche a, me semble-t-il, par ailleurs plus de sens dans les sciences dures que dans les SHS et ALL dont les travaux ne sont pas toujours reliés à l’usage d’outils appartenant aux laboratoires et de structures situées dans l’espace.

  1. 11/09/2013

    […] on 11/09/2013 par iffresblog Source   Mondes Sociaux Par Michel […]

  2. 18/11/2016

    […] Grossetti M., 2014, « Pourquoi la recherche se déconcentre en France ? », Mondes Sociaux. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *