Le selfie : expression contemporaine de soi

En quelques années, les réseaux socio-numériques (Facebook, Instagram, Twitter, Linkedin…) ont bouleversé les manières de se (re)présenter, tout particulièrement à travers la photo de profil des utilisateurs. Liée à l’apparition du selfie capturé à bout de bras avec un smartphone, le genre de l’autoportrait photographique semble être en mutation.

Fondé en 2004, Facebook est aujourd’hui le leader des réseaux socio-numériques de contenus. L’ampleur et la généralisation de cette plateforme est perceptible en quelques chiffres avec près de 2 milliards d’utilisateurs dans le monde, parmi lesquels 20 millions de français se connectent quotidiennement. Le nombre de contenus publiés (commentaires, articles, images, vidéos, etc.) donne le tournis, les photographies représentent à elles-seules des millions d’images diffusées chaque jour. En 2013, l’Oxford Dictionaries introduit le mot selfie dans son dictionnaire et le définit comme tel : « une photographie prise par soi-même, généralement avec un smartphone ou une webcam, et publiée sur un site de médias sociaux ». Ce mot issu de l’argot « self-ie » désignant un autoportrait se nomme pertinemment « autophotographie » ou « egoportrait » au Québec.

Impossible de passer à côté de ce phénomène entré rapidement dans le quotidien et la sphère publique. Le selfie est partout et il est particulièrement visible aux abords des lieux touristiques, d’une salle de concert ou encore d’une cérémonie ! Toutes les strates sociales s’auto-photographient jusqu’aux célébrités et même le Pape François. Par son ampleur, le selfie est-il une simple évolution du genre de l’autoportrait ou un révélateur de nouveaux enjeux de société ?

De la pièce de monnaie au smartphone

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Le phénomène n’est pas nouveau : dès l’Antiquité, l’effigie de l’Empereur sur les pièces de monnaies romaines véhicule déjà un visage sur un large territoire. Au XIXe siècle, l’invention de la technique photographique bouscule la peinture et se développe exponentiellement. La photographie est une reproduction du réel et comme le souligne Pierre Bourdieu, elle « n’interprète pas, elle enregistre » ; elle devient ainsi un vecteur d’identification.

À l’origine réservé à une élite en signe de richesse et de reconnaissance, le portrait devient de plus en plus accessible. Nadar (1820-1910) est célèbre pour la réalisation de nombreux clichés de personnalités d’époque : les postures sont figées par un temps de pose long, le décor neutre est dépouillé d’accessoires. En 1854, Disdéri (1819-1889) dépose le brevet de la photo « carte de visite ». Cette épreuve de petit format se diffuse et connaît un large succès. Le portrait évolue et se met en scène avec des accessoires et mimiques jouées. Au fur et à mesure des progrès techniques (notamment de Kodak et Polaroid), les appareils photographiques permettent à chacun de réaliser les propres images de sa famille, de son quotidien, de ses vacances, etc.

Le chercheur Bertrand Naivin évoque « l’image-minute » qui se détache progressivement du développement du film argentique pour devenir un polaroid obtenu en quelques minutes. Aujourd’hui, le temps de déclenchement et celui du visionnage de l’image numérique sur l’écran sont concomitants. Apparue dans les années 1990, la photographie numérique se développe en même temps qu’un accès à Internet de plus en plus généralisé. Les pratiques de la photographie suivent ces évolutions : le portrait devient omniprésent, l’unique est désormais multiplié, la sphère privée s’élargit à la communauté publique…

Au XXIe siècle, les téléphones portables sont devenus des outils intelligents capables de réaliser de multiples tâches dont la prise de vue photographique. Ainsi, la qualité de l’image, le double objectif, les logiciels de retouches d’images intégrées et la connexion à Internet sont les facteurs clés de l’expansion du selfie. L’intérêt de la photographie numérique est moins son contenu que sa capacité à être partagée sur les écrans avec son entourage (famille, amis, connaissances, etc.). De ce fait, l’image photographique et en particulier le portrait/autoportrait diffusé sur ces réseaux socio-numériques sont devenus des outils de communication, une promotion de soi-même.

Le selfie de Narcisse ?

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

L’écran est une surface lumineuse où se projette son propre visage comme à la surface de l’eau. Le reflet de soi semble se perdre dans l’abondance des images, tel Narcisse se perdant dans l’abîme de son reflet. Toutefois, cette mise en réseau du selfie n’est-il pas l’expression inverse du narcissisme pathologique ?

C’est une théorie, notamment soutenue par Agathe Lichtensztejn. Selon elle, le selfie n’est pas la fixation d’un moi-idéal surévalué mais au contraire une multiplicité des portraits, une recherche permanente de son propre visage. De plus, le partage de l’image de soi est davantage porteur d’un besoin de communication et d’échanges avec autrui : « il participe à un désir intense de sociabilité, une envie de communiquer, de faire lien avec les autres » contrairement au narcissisme caractérisé par un repli sur soi. Pauline Escande-Gauquié rappelle également que le narcissisme est intrinsèquement lié à la construction identitaire, que toutes les générations ont été confrontées à cette étape, seuls les moyens d’expression utilisés se transforment.

Les réseaux sociaux conditionnent le partage des photographies. Celles-ci sont généralement de format carré et l’usage communautaire favorise l’emploi de mêmes codes de représentations. On pense notamment aux déclinaisons du selfie avec le célèbre duckface (mimique de la bouche rappelant le bec d’un carnard) et en période estivale le très en vogue legfie (photographie des jambes dénudées). P. Escande-Gauquié explique : « les plateformes de partage obligent à une publication formatée et organisée notamment via la « galerie » (Instagram) ou la timeline, dite aussi « mur » (Facebook). Dans cette perspective, chaque photographe amateur poste les images de sa vie selon un idéal esthétique qui est celui de l’imaginaire de la galerie, certes, mais standardisée. Avec ce paradoxe selon lequel « ma vie est un chef d’œuvre unique » mais « reproductible » à l’infini ».

La création de profil d’utilisateur sur les réseaux sociaux présente plusieurs visages d’une même personne s’adaptant à leurs spécificités communautaires. De ce fait, le moi se multiplie (ou se divise) pour apparaître dans un contexte amical, informationnel ou encore professionnel. La photographie de profil s’adapte alors que le selfie s’exprimera plus librement sur certains réseaux sociaux.

CC Pxhere

Le selfie : une preuve d’existence

Les utilisateurs actifs sur les réseaux socio-numériques sont désignés comme « touriste du quotidien » par André Gunthert qui associe la pratique photographique à son outil. Détachée de ses contraintes techniques, la photographie à portée de main permet de capter une image à tout moment et en tout lieu. Cette vision du quotidien capturée visuellement et immédiatement partagée au regard de l’autre possède plusieurs interprétations.

D’une part, l’image est l’attestation d’un moment vécu ou d’une expérience (marquants et/ou banals) comme cela a toujours été le cas de l’image photographique. La mise en ligne de la photographie ajoute à la valeur de témoignage l’attestation de la présence du moment, non plus regardé mais vécu physiquement. Lors d’une visite, le monument historique ne suffit plus, le bras tendu ou la perche à selfie viennent ajouter à la scène le visage. En figurant sa présence, l’utilisateur atteste de son existence : être visible sur la toile est une preuve de vie !

D’autre part, la publication de l’image destinée au regard de l’autre est en attente d’une réaction visible par l’action du « like » et des commentaires, actions perçues comme des récompenses mélioratives pour l’égo. Le besoin de reconnaissance voir de popularité validé par une communauté d’internautes peut révéler une estime de soi défaillante. Les personnes en manque de confiance en elles auraient tendance à produire davantage de selfie et à porter une attention plus soutenue aux réactions suscitées (un phénomène qui peut notamment être prononcé suivant l’âge de l’utilisateur).

Enfin, dans sa multiplicité, le selfie est une partie (et non un tout) visible de l’individu. Elsa Godart questionne cette métamorphose du moi et interroge le sujet qui se « représente » sur l’écran. L’individu devient un personnage de son propre quotidien qu’il met en scène, recadre, filtre, légende… Ainsi, chaque utilisateur propose une facette déformée de soi, par le choix des images, le contexte et les interactions, il est en train d’écrire sa propre fiction.

En définitive, l’étude du selfie comme catégorie de portrait et moyen d’expression soulève de multiples enjeux. Ces problématiques pluridisciplinaires en font un sujet de recherche pertinent, bien loin de son apparente futilité. Dans une société où l’image est omniprésente, la mise en abyme par l’image du « je » révèle une identité devenue représentation et artifice

  • Godart E., 2016, Je selfie donc je suis. Les métamorphoses du moi à l’ère du virtuel, Paris : Albin Michel.
  • Gunthert A., 2015, L’image partagée. La photographie numérique, Paris : Textuel.

Crédits image à la Une : CC Pexels Tookapic


Sandy Berthomieu

CRISES, Université Paul Valéry Montpellier 3 (sandy.berthomieu@etu.univ-montp3.fr)

More Posts - Website

Sandy Berthomieu

CRISES, Université Paul Valéry Montpellier 3 (sandy.berthomieu@etu.univ-montp3.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 07/12/2017

    […] Le selfie : expression contemporaine de soi. En quelques années, les réseaux socio-numériques (Facebook, Instagram, Twitter, Linkedin…) ont bouleversé les manières de se (re)présenter, tout particulièrement à travers la photo de profil des utilisateurs. Liée à l’apparition du selfie capturé à bout de bras avec un smartphone, le genre de l’autoportrait photographique semble être en mutation. Fondé en 2004, Facebook est aujourd’hui le leader des réseaux socio-numériques de contenus. L’ampleur et la généralisation de cette plateforme est perceptible en quelques chiffres avec près de 2 milliards d’utilisateurs dans le monde, parmi lesquels 20 millions de français se connectent quotidiennement. Le nombre de contenus publiés (commentaires, articles, images, vidéos, etc.) donne le tournis, les photographies représentent à elles-seules des millions d’images diffusées chaque jour. […]

  2. 07/12/2017

    […] Le selfie : expression contemporaine de soi. En quelques années, les réseaux socio-numériques (Facebook, Instagram, Twitter, Linkedin…) ont bouleversé les manières de se (re)présenter, tout particulièrement à travers la photo de profil des utilisateurs. Liée à l’apparition du selfie capturé à bout de bras avec un smartphone, le genre de l’autoportrait photographique semble être en mutation. Fondé en 2004, Facebook est aujourd’hui le leader des réseaux socio-numériques de contenus. L’ampleur et la généralisation de cette plateforme est perceptible en quelques chiffres avec près de 2 milliards d’utilisateurs dans le monde, parmi lesquels 20 millions de français se connectent quotidiennement. Le nombre de contenus publiés (commentaires, articles, images, vidéos, etc.) donne le tournis, les photographies représentent à elles-seules des millions d’images diffusées chaque jour. […]

  3. 11/12/2017

    […] Le selfie : expression contemporaine de soi – Mondes Sociaux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mopagcdy a des.or-paform" aentcloud
ts)em/numerique dbjeass="widget-title">Nos derniers artent/="ris=ro:m form" aentgcdoud-.org-ou-t.org-774-ou-t.org-ion>