La Croix et la bannière

Donner la parole aux acteurs d’une procession en s’attachant, à travers des entretiens en occitan limousin et en marchois, à l’expression de la dévotion populaire, mais aussi de la dimension profane, et à rendre compte de l’importance de la relation au territoire et au paysage rural. Tels sont les objectifs du film La crotz e la banière consacré à la procession des Neuf lieux de Magnac-Laval (Haute-Vienne), qui se déroule le lundi de Pentecôte en l’honneur de Saint-Maximin. Cette cérémonie est remarquable par son ancienneté, sa longueur (52 km), son organisation (laïcs), son programme cultuel (prières en français et en latin, hymne et cantiques entièrement en latin) et enfin l’investissement de la population locale.

Le film accompagne la procession depuis la cérémonie qui la précède, une messe de minuit, jusqu’au retour dans la nef en début de soirée, après une pérégrination d’une nuit et d’une journée, ponctuée par les stations du prêtre et de la confrérie à chacune des croix qui bornent la paroisse, décorées de fleurs par les riverains. L’une des particularités de cette déambulation est qu’elle doit souvent quitter les routes et les chemins pour passer à travers champs ou le long des haies, au moment de l’année où la végétation est la plus abondante, et traverser la rivière sur une passerelle de fortune.

Cette circulation dans un territoire rural rattache cette procession à la tradition des rogations ; l’invocation d’ailleurs de la protection du saint sur les travaux agricoles, la prospérité du cheptel et la santé des hommes, reste encore présente dans les vœux exprimés par les simples processionnaires à titre personnel ou familial. Les interviews réalisées auprès des plus anciens font apparaître les enjeux propitiateurs, préservatifs voire thérapeutiques de l’engagement dans une marche particulièrement éprouvante.

CC Pixabay Alexas_Fotos

Mais les entretiens comme les images font aussi apparaître une autre dimension plus indéterminée, mais néanmoins bien présente dans le discours de certains processionnaires : l’épreuve physique vécue comme une expérience spirituelle non nécessairement liée à une adhésion pleine et entière à la foi catholique.

Enfin le film s’attache à montrer, sans contredire ce qui précède, la sociabilité festive qui d’ailleurs dure bien trop de temps pour qu’il soit possible, au moins pour le simple pèlerin, d’y rester recueilli tout du long. La collation matinale et le repas de midi sont des temps forts de convivialité. La reprise spontanée du motif chanté, d’une très grand énergie, Sancte Maximine, ora pro nobis, procède d’un élan d’euphorie, ou de joie communautaire, qu’une analyse en terme de « foi » n’épuise pas. Qui plus est, la procession est aussi une sorte de spectacle rituel pour la population environnante qui, si elle n’y participe pas, se presse en certains lieux pour la voir passer et encourager les processionnaires, n’oubliant pas d’apporter pique-nique et rafraîchissements.

C’est en fait à l’ethnographie à la fois des gestes constitutifs de la procession, religieux et profanes, très simples ou très sophistiqués (cantiques grégoriens chantés a capella) et des discours qui les accompagnent que s’attache le film.

  • Mondes Sociaux remercie l’IEO dau Lemosin pour l’autorisation de diffusion du film La crotz e la banière.

 

Fiche technique

Type de film et année : documentaire, 2015

Production : Institut d’Estudis Occitanas dau Lemosin

Auteurs : Jean-Pierre Cavaillé (LISST-CAS, EHESS) ; Jean-François Vignaud (IEO Lemosin)

Réalisation : Institut d’Estudis Occitanas dau Lemosin

Prise de vue : Adrien Georges ; Richard Léonard ; Boris Andrieu

Montage : Jean-Louis Cros

Format : HD 16/9, couleur, sonore

Langue : français, occitan

Durée : 43mins 30secs

Crédits image à la Une : CC Pixnio et crédits image d’entrée : tous droits réservés IEO dau Lemosin

 


Jean-Pierre Cavaillé et Jean-François Vignaud

Jean-Pierre Cavaillé, LISST-CAS, EHESS (cavaille@ehess.fr) et Jean-François Vignaud, Institut d’Études Occitanes, Limoges (jf.vignaud@ieo-lemosin.org)

More Posts

Jean-Pierre Cavaillé et Jean-François Vignaud

Jean-Pierre Cavaillé, LISST-CAS, EHESS (cavaille@ehess.fr) et Jean-François Vignaud, Institut d’Études Occitanes, Limoges (jf.vignaud@ieo-lemosin.org)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/02/2018

    […] Jean-Pierre Cavaillé, Jean-François Vignaud, « La croix et la bannière » (film). Ou quand une procession religieuse exprime de la dévotion… et du profane (relation au territoire et au paysage, convivialité festive…) : http://sms.hypotheses.org/10946 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *