Améliorer l’esthétique des cartes thématiques

1966868516_0425ce4413_z

CC +kk_

Aujourd’hui, la carte thématique (carte météorologique, carte démographique …) est une forme d’illustration que l’on rencontre régulièrement sur de multiples supports d’information, notamment destinés au grand public, comme la presse quotidienne, la télévision ou Internet.

Or, on constate que, sur le plan visuel, ces cartes sont souvent non seulement plus « fouillées » et plus complexes que les produits proposés par la méthodologie classique des manuels de géographie, mais encore plus agréables, pour ne pas dire « plus esthétiques ». Ce constat a suscité l’exploration de disciplines connexes, certaines connues des cartographes, d’autres plus incongrues, qui s’intéressent à l’analyse et l’interprétation des images, pour y découvrir des méthodes et des outils utilisables par le géographe-cartographe.

  • Laurent Jégou, 2013, Vers une nouvelle prise en compte de l’esthétique dans la composition de la carte thématique : propositions de méthodes et d’outils, LISST-CIEU, Thèse de Géographie-Aménagement, Université Toulouse II – Le Mirail.

Percevoir et interpréter la carte

Le cycle de la perception visuelle (dessin de l’auteur d'après E. B. Golstein, 2010)

Le cycle de la perception visuelle (dessin de l’auteur d’après E. B. Golstein, 2010)

Le travail de thèse a tout d’abord voulu revisiter la manière dont la carte était perçue, interprétée, puis comprise, en mobilisant les domaines de la perception visuelle et de la sémiotique. Les recherches en psychologie de la perception ont en effet beaucoup progressé ces dernières années. Elles offrent des connaissances pertinentes en mettant en évidence des principes perceptifs utiles pour la composition de la carte. Par exemple, l’estimation de la complexité de lecture d’une carte peut désormais être approchée par la simulation informatique de la saillance visuelle, c’est-à-dire des éléments qui vont fortement attirer l’attention du regard.

Après la perception visuelle de l’image d’une carte vient son interprétation, étudiée par la sémiotique. La sémiotique visuelle constitue une passerelle entre l’étude de l’emploi de formes visuelles simples, utilisée en cartographie classique, et les approches esthétiques qui mobilisent ces signes selon des modalités bien plus variées. Ces dernières aident à comprendre les possibilités d’expression artistiques des images : plus subtiles, profondes et émotionnelles. Or il a été démontré que les signes visuels plastiques sont fondamentaux dans l’expression des émotions et des idées qui font naître des appréciations d’ordre esthétique. L’exemple le plus frappant est celui de l’utilisation des couleurs en cartographie : en sus de leur rôle de transmission d’informations spatiales iconiques (vert  = forêt) ou quantitatives (rouge sombre = important), elles évoquent toujours des idées, des sentiments, par association colorée.

Le double fonctionnement des signes plastiques (schéma de l’auteur).

Le double fonctionnement des signes plastiques (schéma de l’auteur).

On a relevé en outre que sémiotique visuelle a développé une très intéressante réflexion sur les figures de style visuelles. Le « Traité du signe visuel« , du Groupe µ (1992, Seuil), propose notamment une définition et une description du fonctionnement de ces figures de style qui a permis la recherche de formes applicables à la cartographie. Par exemple, l’utilisation de gammes de couleurs décalées, originales, peut relever de la figure du trope, comme on le remarque tout particulièrement dans les illustrations de 2033, Atlas des Futurs du Monde (Robert Laffont, 2010).

 

Décrire les propriétés esthétiques d’une carte

La thèse s’est ensuite intéressée à la définition et la description des caractéristiques d’une image qui en favorisent l’appréciation qualitative, sur le plan esthétique. L’ontologie esthétique a apporté une définition utile, mais surtout des possibilités d’analyse de ces propriétés esthétiques. L’iconographie, branche de l’histoire de l’art, a ensuite permis de proposer des méthodes de description du fonctionnement sémiotique visuel, que l’on a pu transférer à l’objet carte et expérimenter sur des études de cas.

Exemple de méthode de description formelle appliquée à un document cartographique (dessins de l’auteur)

Exemple de méthode de description formelle appliquée à un document cartographique (dessins de l’auteur)

Toujours à la recherche de méthodes pour améliorer l’aspect esthétique des cartes, on s’est ensuite intéressé aux écrits d’artistes, notamment les premiers peintres abstraits tels Vassily Kandisky et Paul Klee, qui ont exploré la relation entre formes graphiques et propriétés esthétiques, produisant une réflexion particulièrement élaborée sur l’esthétique formelle et les règles de composition. La cartographie peut bénéficier de ces éclairages, car elle partage  avec l’art abstrait l’utilisation des formes et des couleurs simples pour exprimer du sens.

W. Kandinsky, Einige Kreise, 1926, Huile sur toile – 100,5 x 80,5, Guggenheim Museum, New York. Solomon R. Guggenheim Founding © ADAGP, Paris 2009 (g.) etPaul Klee, Cours du Bauhaus, 1921-1922, édition moderne par Hazan, Paris, 2004 (d.).

W. Kandinsky, Einige Kreise, 1926, Huile sur toile – 100,5 x 80,5, Guggenheim Museum, New York. Solomon R. Guggenheim Founding © ADAGP, Paris 2009 (g.) et Paul Klee, Cours du Bauhaus, 1921-1922, édition moderne par Hazan, Paris, 2004 (d.).

Enfin, le domaine du design graphique a été exploré, car il propose, lui aussi, des pistes à la fois pertinentes et pragmatiques pour optimiser les images, que l’on peut facilement appliquer à la cartographie thématique.

Évaluer et tester des améliorations

Exemple de test visuel de l’enquête en ligne, ici une variation colorée

Exemple de test visuel de l’enquête en ligne, ici une variation colorée (dessins de l’auteur)

À partir de ce travail d’exploration de champs du savoir relativement nouveaux pour la cartographie et de transposition des éléments « transférables » à la cartographie, on a tout d’abord élaboré une synthèse pratique de ces éléments, faisant ensuite l’objet d’une enquête en ligne auprès des utilisateurs de cartes thématiques. Cette enquête a reçu un grand nombre de réponses et a permis de faire avancer les idées sur l’appréciation esthétique des cartes.

On a par ailleurs testé plus longuement la mise en pratique de deux thématiques particulières, choisies pour leur pertinence et leur faisabilité potentielles : l’estimation de la complexité visuelle interne d’une image et la visualisation des proportions et des relations colorées d’une carte.

Exemple d’évaluation de la complexité visuelle d’une image cartographique par la simulation de la saillance visuelle selon plusieurs algorithmes (composition de l’auteur)

Exemple d’évaluation de la complexité visuelle d’une image cartographique
par la simulation de la saillance visuelle selon plusieurs algorithmes (composition de l’auteur)

Exemple d’utilisation de l’outil de visualisation des relations et proportions colorées d’une image

Exemple d’utilisation de l’outil de visualisation des relations et proportions colorées d’une image (dessin de l’auteur)

En fin de compte, ce travail de thèse aura justifié le développement de nouvelles approches dans la méthodologie de la cartographie thématique, en allant emprunter à des disciplines proches des concepts, des méthodes d’analyse et des outils d’évaluation. Cette façon originale d’envisager la conception des cartes thématiques offre des perspectives nombreuses pour la création d’outils, potentiellement utiles en pédagogie comme en analyse critique.

Vidal_de_la_Blache_(1)

CC Gallica, « France, frontière Nord-Est et Alsace-Lorraine » [carte militaire], par P. Vidal de La Blache, Armand Colin (Paris).

Crédit image en bandeau : CC Andrew Mason

Laurent Jégou

LISST-CIEU (jegou@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Laurent Jégou

LISST-CIEU (jegou@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *