François Morin, un économiste éclairé

228551283_c6f1d58828_oFrançois Morin, spécialiste reconnu de l’économie financiarisée, est aujourd’hui Professeur émérite de sciences économiques à l’Université Toulouse I – Capitole. Il est une personnalité marquante de cette discipline dont les évolutions ont transformé l’environnement socio-économique des 40 dernières années.

Acteur et penseur de son temps dans une société soumise à une succession rapide de changements économiques, politiques, technologiques, culturels, il est un chercheur à la fois « pointu », érudit et critique. Dès les années 1970, il est un des rares économistes à mettre fortement en exergue le rôle de la finance dans ses interactions avec la sphère de l’économie réelle. Son souci est l’anticipation qui permet d’éclairer les déterminismes croissants induits par le contrôle du pouvoir des firmes, préoccupation qu’il exprime déjà dans sa thèse d’Etat (1974) consacrée à La structure financière du capitalisme français. Si ses alertes récurrentes ne sont pas entendues dans les sphères du pouvoir, ses publications, ses enseignements et ses conférences nous aident à comprendre des phénomènes économiques complexes, et en particulier la crise qui a débuté en 2007. Crise redoutable pour les États surendettés du fait de la superpuissance des marchés financiers, pour le marché du travail fragilisé et pour les citoyens de plus en plus privés de démocratie. Le colloque organisé le 25 octobre 2012 sur La crise du capitalisme financiarisé, en l’honneur de François Morin, est d’ailleurs l’occasion de rassembler autour de lui d’éminents économistes sur ces questions.

Du LEREP au LEREPS

Photo FM2

Photo LEREPS

On ne peut pas vraiment affirmer que la recherche en économie est à l’état embryonnaire quand François Morin est nommé Professeur d’économie à Toulouse en 1975 car deux laboratoires se côtoient, le CRES tourné vers l’économétrie et le CEJEE, spécialisé dans l’économie de l’emploi. Avec quelques jeunes collègues (Alain Alcouffe, Michel Moreaux, Xavier Freixas…) qui ne se retrouvent pas dans cette bipolarité, ils investisssent le champ encore vacant de l’économie industrielle en créant le LEREP (Laboratoire d’Etude et de Recherche en Economie de la Production) qu’il dirigera, seul ou en collaboration, jusqu’en 2000 et dans le cadre duquel il encadrera une cinquantaine de thèses. Leur première publication collective (1977) est une véritable fresque de l’économie française, « Les Banques et les groupes industriels à l’heure des nationalisations ». Le LEREP se développe progressivement, avec l’arrivée de nombreux chercheurs dans les années 1980, comme Jean-Pierre Gilly avec lequel François Morin publie (1981) Les groupes industriels en France : concentration du système productif depuis 1945. Il s’inscrit toujours dans une approche hétérodoxe de l’économie, mais il étend son champ à la gouvernance des territoires, à l’organisation des activités productives en liaison avec l’innovation, au changement technique et à l’évolution des structures financières. Cette diversification est facilitée par l’arrivée de sociologues en 1998. Dès lors, le LEREP devient le LEREPS (Laboratoire d’Etude et de Recherche sur l’Economie, les Politiques et les Systèmes Sociaux).

Qui détient le pouvoir financier ?

Dans le domaine financier, les recherches sous la direction de François Morin ou en collaboration avec lui se concentrent sur l’évolution des modes de gouvernance des groupes à travers l’étude des structures actionnariales et des compositions des conseils d’administration. Qui détient le pouvoir financier ? Cette interrogation lancinante taraude le chercheur et ses disciples qui établissent une cartographie permettant de révéler la traçabilité du pouvoir de décision. Car derrière la figure de l’actionnaire, de nouveaux acteurs sont apparus tels les Fonds de pensions et les Hedge funds.

9782021096163François Morin joue un rôle important dans la réflexion sur les mutations des systèmes économiques bien au-delà du territoire toulousain. Inlassablement, les structures du capitalisme sont sondées, les concentrations stables de pouvoir repérées comme des cœurs financiers, puis leur éclatement et la pénétration de nouveaux acteurs dénoncés. Plusieurs ouvrages académiques illustrent cette recherche : Le Capitalisme en France (1976), La Théorie économique du patrimoine (1985), Le cœur financier européen (1993), Le Modèle de détention et de gestion du capital en France (1998), Le Nouveau mur de l’argent (2006), Un Monde sans Wall Street (2011), auxquels il faut ajouter une vingtaine d’ouvrages collectifs.

Que ce soit à travers des ouvrages ou des articles, académiques ou non, la culture de la recherche et de la diffusion des connaissances est un art de vivre chez lui. Dans le même temps, il publie une quarantaine d’articles universitaires.

  • Quelques publications :

  • «Qui détient le pouvoir financier en France » (Économie et Humanisme, 1974),

  • « Il cuore finanziario italiano e le sue alleanze con i gruppi francesi » (L’Industria, 1992),
  • « La privatisation de la BNP et la formation d’un nouveau pôle financier » (Revue d’Économie financière, 1994),

  • « The privatisation process and corporate governance: the french case » (Corporate governance, state-owned enterprises and privatisation. OECD Proceedings, 1998) ;

  • « La régulation du secteur de l’énergie en France : état des lieux économiques » (Annales de la Régulation, 2006) (liste des publications académiques)

On lui doit également des rapports pour le compte d’instances de premier plan, comme « L’Economie française face aux fonds de pension américains : quelles leçons pour le système de retraite ? » Rapport fait au Conseil d’Analyse Economique (1998), ainsi que des articles et des ouvrages destinés à expliquer au grand public le fonctionnement complexe d’une économie financiarisée. Un de ses derniers ouvrages, Autopsie d’une crise annoncée. Une enquête de Désiré Tofix, écrit en 2010 en collaboration avec Patrick Mignard, économiste retraité et dessinateur de presse indépendant en activité, illustre parfaitement cette préoccupation de transmettre au plus grand nombre.

De la recherche académique aux savoirs pour tous

Conférencier infatigable, il ne se dérobe pas aux invitations aussi nombreuses que diverses : ATTAC, Ligue des Droits de l’Homme, Club ISATIS, Cercle Condorcet de Toulouse, quotidien Le Soir de Bruxelles, Université UQAM de Montréal, Université Laval de Québec, Ecole des citoyens de Caromb, petite cité du Vaucluse… Pour autant, le Professeur émérite ne néglige pas les plus jeunes, ce qui le conduit à intervenir dans les établissements scolaires de Midi-Pyrénées : Lycée Henri Matisse de Cugnaux, Lycée Toulouse-Lautrec de Toulouse, Lycée Saliège de Toulouse… Autres cordes à son arc, l’enseignement de l’économie aussi dans une université populaire toulousaine, l’Université des Savoirs Pour Tous et la tenue d’un blog dédié à la déconstruction de la crise et à la construction de scenarii pour tenter d’en sortir.

Capture d’écran 2013-04-16 à 10.52.59

A côté de ses activités universitaires et de ses conférences, François Morin mène une vie engagée en tant qu’acteur économique auprès de nombreuses instances (voir encadré). Ainsi, il siège au Conseil général de la Banque de France pendant neuf ans (1985-1993). Cette expérience au sein même de l’appareil d’une banque centrale n’est pas sans incidence sur ces recherches. De cette période révolue, il garde nombre d’anecdotes qu’il a toujours autant de plaisir à raconter.

Quelques références

  • Membre du Conseil d’Analyse Economique (1997-2000)
  • Membre du Conseil National de l’Information Statistique (1989-1996)
  • Administrateur à l’Aérospatiale, au titre du Collège des personnalités qualifiées (1989-1993)
  • Conseiller technique auprès de Jean Le Garrec, Secrétaire d’Etat chargé de l’extension du secteur public (1981-1982)
  • Secrétaire général (1982-1985), puis Membre (1985-1996) du Haut Conseil du Secteur Public
  • Consultant international auprès de l’Organisation des Nations Unies (1985)
  • Censeur de l’Institut Régional du Développement Industriel (depuis 1988)

Il publie régulièrement des articles dans la presse, notamment économique et financière, à laquelle il accorde aussi des interviews : Les Echos, La Tribune, Le Nouvel Economiste, Option Finance, Capital, Alternatives économiques, The Wall Street Journal, The Economist, Le Monde, Le Soir, La Republica, La Dépêche du Midi

Cette carrière exemplaire placée sous les auspices de la recherche et de la diffusion des connaissances en économie ne doit pas faire oublier que François Morin est un homme de cœur. La convivialité et l’amitié restent les valeurs primordiales de cet économiste éclairé.

À lire aussi

6481628563_1fce4df309_z

Crédit image en bandeau :  CC Gotcredit

Crédit image en médaillon : CCJM Abania Suivre


Malika Hattab-Christmann et Anne Isla,

LEREPS (hattab@univ-tlse1.fr et isla@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Malika Hattab-Christmann et Anne Isla,

LEREPS (hattab@univ-tlse1.fr et isla@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Bès marie-pierre dit :

    pour moi, vous ne soulignez pas assez ses talents pédagogiques : il fut un excellent enseignant et je pense qu’on est plusieurs à se souvenir encore de ce cours merveilleux de Maitrise s’appelant Systèmes et Structures. Ses efforts pour nous faire comprendre à la fois, ses outils analytiques mais également la composition du coeur financier français étaient constants et soutenus. Je reste très nostalgique de ce type de « figure » d’enseignant et de ce type d’enseignement où « l’amphi » prenait tout son sens.

  1. 10/03/2014

    […] chercheur : un article biographique accompagné d’un focus sur une dimension particulière des recherches […]

  2. 02/04/2014

    […] ! – Ah bon ! (soulagement) – D’ailleurs, il a écrit récemment un bouquin sur la crise avec Morin, le professeur d’économie toulousain -Ah, quand même ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *