Comment former les adultes ?

Main_plante_carrousel_stagiaire_small (1)Dans La Formation professionnelle pour adultes. De l’éducation pour tous à la gestion individuelle des carrières, ouvrage paru au début de l’année 2013, Benjamin Saccomanno, post-doctorant associé au laboratoire CERTOP (Centre d’Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir), s’intéresse à l’évolution historique et sociale de la formation professionnelle pour adultes (FPA) sur le temps long (1800-2009).

Pour lui, le système de FPA est une « entité aussi complexe que composite », située au  carrefour de deux univers : l’école et le travail. La pluralité des acteurs (État, employeurs, syndicats, politiques et bénéficiaires de la formation), la diversité des structures, des enjeux ou encore des modes et niveaux de coordination et d’action, en rendent très difficile l’étude globale. Mais en raison de sa centralité dans les différentes logiques mises en œuvre (organisation, coordination, financement, négociation, encadrement, etc.), l’État apparaît comme un acteur majeur dans la constitution progressive d’un système de formation performant qui se décline en sous-ensembles à la fois distincts et complémentaires et dont l’objectif principal est « l’accès à des savoirs utiles dans le monde professionnel ».

L’auteur fait le choix de baser son analyse sur un corpus de documents institutionnels, tout en considérant les « concepts mobilisateurs », la sémantique et les aspects cognitifs. Son approche socio-historique analyse l’action, les relations et les logiques élaborées par les acteurs de la FPA. Ainsi, il s’agit de retracer « l’histoire du système de formation professionnelle à travers la progressive organisation de son action et les relations d’acteurs qui en orientent les contenus, définissent les publics et mettent en œuvre les dispositifs».

Historiquement, la formation professionnelle recoupe deux axes : l’économique et le social. D’une part, elle a pour objectif l’adaptation de la main-d’œuvre mobilisée aux évolutions technologiques dans le but d’améliorer la productivité et de favoriser l’essor économique de l’entreprise. D’autre part, elle doit permettre une plus grande mobilité sur le marché du travail tout en enrichissant les qualifications et les savoirs des bénéficiaires.

  • Saccomanno Benjamin, 2013, La Formation professionnelle pour adultes. De l’éducation pour tous à la gestion individuelle des carrières, Paris : L’Harmattan, Coll. Pour comprendre, 218 p.

La structuration de la formation professionnelle

4869480680_d2ced3840b_o

Bourse du travail à Toulouse

Le sociologue retrace d’abord les grandes évolutions du système entre la fin de l’Ancien Régime et la fin de la Seconde Guerre mondiale, notamment au travers de l’action du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM, 1794), des Bourses du Travail (1887) ou encore de la loi Astier (1919) créant le Certificat d’Aptitudes Professionnelles (CAP), complétée par un décret instituant le Brevet Professionnel (BP, 1926) destiné aux salariés.

Mais, ce n’est qu’après la Libération que l’on assiste au développement de la FPA, principalement par le biais d’une collaboration tripartite poussée (État, employeurs, syndicats) et de la mise en place d’un système cohérent ayant pour vocation d’accompagner les grandes inflexions industrielles, économiques et sociales. Pointant les divergences entre les acteurs, notamment en termes d’enjeux idéologiques, politiques et sociaux, l’auteur remarque que le système se structure progressivement autour d’une gestion paritaire et négociée collectivement afin d’atténuer les oppositions/confrontations. Dès la fin des années 1950, la FPA « est érigée en l’un des supports centraux du projet de société qui va organiser la Nation ». Ainsi, on assiste à une légitimation de la FPA considérée comme une nécessité sociale et structurelle. Dans les premières années de la Ve République, elle devient un levier de l’action du programme gaullien. Un concept de « société promotionnelle » s’affirme, notamment quant aux moyens de développer la mobilité et de promouvoir les compétences obtenues grâce à la formation.

L’institutionnalisation de la formation professionnelle

À partir des années 1960, la FPA s’institutionnalise, de nouvelles structures se mettent en place dans le but d’organiser le système de formation sur le territoire. La nécessité d’assurer la formation des salariés se renforce dans un contexte de concurrence poussée, de transformations techniques ou encore de hausse permanente des besoins en qualifications. L’État accompagne ces mutations industrielles en actionnant divers leviers : Fonds National de l’Emploi (FNE, 1963), Commissions de Développement Économique Régional (CODER, 1964), Association pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA, 1966), etc. L’objectif n’est plus de pallier les manques de la formation initiale, mais bien d’anticiper « en tâchant de répondre aux besoins et aux demandes individuelles en matière d’acquisition de qualifications » et de contribuer à une régulation du marché du travail.

Après mai-juin 1968, la FPA est envisagée comme « un des facteurs de rénovation des relations sociales au sein des entreprises, et comme un vecteur de développement des qualifications, nécessaire à la croissance d’une économie de plus en plus ouverte sur le monde ». Les conceptions évoluent, l’insertion professionnelle tend à se substituer à la promotion sociale. Petit à petit, l’État se concentre sur les demandeurs d’emplois, laissant un champ plus large aux entreprises dans la gestion de leurs besoins en formation.

Vers l’individualisation des parcours de formation

Mais ce n’est qu’à partir de 1970 que le système de FPA tel que nous le connaissons aujourd’hui, s’organise réellement. En effet, l’Accord National Interprofessionnel (ANI) du 9 juillet 1970 pose les bases d’une individualisation de la gestion des compétences. Il ne s’agit plus seulement de favoriser une promotion sociale ou au sein de l’entreprise, mais bien de permettre une réorientation de la trajectoire professionnelle vers un autre métier, secteur, etc. La « loi Delors » du 16 juillet 1971 confirme les orientations et l’instauration d’un « droit à la formation pour tous ». L’offre se spécialise suivant les finalités et les publics. L’hétérogénéité des iale et ss, des du 16 ssiUin instauration 1icst.go*6yll. sant u gesé auremarque que le syt lforeursrayant pus lars besoinspose l petitios besoinses éltio>Associalus large aux sesalarié en formatht: 1.5em">