malmaison

Un historien de “plein air” : Rémy Cazals

Sans titre16A l’approche du centenaire de la Première Guerre mondiale (1914-1918), il est nécessaire de revenir sur les travaux d’un historien qui a consacré une grande partie de ses recherches à développer une approche sociale de ce conflit, notamment par le biais de l’importance accordée aux témoignages et à l’expérience vécue des “poilus”.” 

Rémy Cazals, membre du laboratoire FRAMESPA, est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Toulouse 2 – Le Mirail. Né le 7 mars 1942 à Mazamet dans le Tarn (81), il soutient son Diplôme d’Études Supérieures en 1963 sous la direction de Jacques Godechot. En 1968, il obtient l’agrégation d’histoire et se consacre, dès lors, à l’enseignement dans le secondaire. Détaché pendant longtemps aux archives du Tarn puis de l’Aude, cette expérience lui permet d’acquérir une connaissance marquée du travail d’historien et, notamment de l’importance à accorder aux sources.

En parallèle, sous la direction de Rolande Trempé, il prépare sa thèse de troisième cycle intitulée Le mouvement ouvrier à Mazamet au début du XXe siècle (1903-1914) qu’il soutient en 1974. Cette dernière est publiée dès 1978 chez Maspero, sous le titre Avec les ouvriers de Mazamet, dans la grève et l’action quotidienne (1909-1914) pour la partie sociale et en 1983, sous le titre Les révolutions industrielles à Mazamet (1750-1900) pour la partie économique. Après l’obtention de son Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) en 1993, il devient professeur d’histoire contemporaine à l’Université Toulouse 2 – Le Mirail.

De l’enseignant à l’historien

Mais Rémy Cazals n’est pas seulement enseignant, il est un historien reconnu dont les activités sont multiples. En effet, il collabore à plusieurs revues scientifiques en tant que membre des comités de rédaction (Annales du Midi, Diasporas). Il a aussi été directeur de la collection Regards sur l’histoire des Éditions Privat et a organisé de nombreux colloques et manifestations scientifiques et/ou culturels.

Soucieux de s’investir dans l’éducation populaire et la transmission de la mémoire, il est membre actif de l’association Les Audois-Fédération Audoise des Œuvres Laïques (FAOL) qui organise, tous les deux ans depuis 1994, un colloque international à Carcassonne avec le concours des Archives départementales de l’Aude et de FRAMESPA. Le dernier s’est tenu les 23 et 24 mai 2013 et avait pour thème central Le travail à l’arrière en 1914-1918, anticipant les commémorations du centenaire de la Grande Guerre.

500TEMOINS.Couv1BD72-320x452En 2005, il participe à la fondation à Craonne (Aisne, 02) du Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918 (CRID 1914-1918). Cette association de loi 1901 se donne pour objectif d’aider au renouvellement des connaissances en matière d’histoire sociale et culturelle de la Grande Guerre au moyen des méthodes utilisées par les historiens professionnels, mais sans exclure les amateurs et passionnés. Comme sa charte l’indique, le CRID 1914-1918 est une « association d’historiens et de chercheurs en sciences sociales dont la vocation est avant tout scientifique, [il] entend mener une histoire ouverte de la Première Guerre mondiale. À une histoire confinée, sûre d’elle et fermée aux échanges dont la fermeture même obère les résultats, il préfère pratiquer une ‘science de plein air’ qui implique les acteurs de terrain, les sociétés savantes et les connaisseurs non professionnels ». Il s’agit bel et bien de réunir toutes les bonnes volontés, sur un pied d’égalité, afin de susciter le débat et faire avancer les connaissances.

De la Première Guerre mondiale à l’histoire ouvrière en passant par Jean Jaurès

On le voit, Rémy Cazals fait de l’histoire de la Première Guerre mondiale l’un de ses thèmes d’étude favoris. Auteur prolifique, il mène une intense activité de recherche et d’explication. Soucieux de confronter son approche à celles d’autres historiens, il s’ancre dans une démarche collective et refuse rarement le débat historiographique. Celui-ci peut parfois conduire à la controverse, voire à la polémique comme cela a été le cas au début des années 2000 avec les historiens du Centre de recherches de l’historial de Péronne, autour des notions de « culture de guerre », de « brutalisation » des hommes et des sociétés, de consentement/contrainte des soldats à la violence et de l’importance à accorder au témoignage.

- Brutalisation : concept historiographique emprunté à l’historien Georges L. Mosse et appliqué à la Grande Guerre par les membres du centre de recherche de l’Historial de Péronne (tandis que Mosse l’emploie pour le champ politique allemand durant et après la guerre) pour qualifier les comportements des belligérants, notamment la violence observée de part et d’autre (déshumanisation, accoutumance à la violence, atrocités, …) et la montée des fascismes durant l’Entre-deux-guerres. Les membres du CRID 14-18 en contestent l’emploi y opposant le caractère temporaire de cette brutalisation, engendrée par l’expérience du front et la volonté des combattants français de « retrouver une vie paisible » à la fin de la guerre.
- Consentement/contrainte : l’opposition entre les deux traditions historiographiques porte ici sur la soumission volontaire des soldats à la violence et à la guerre. Pour les chercheurs du centre de Péronne, un consentement bien souvent patriotique, voire une adhésion est visible dans les sources. Pourtant, la contrainte apparait sous des formes diverses (bourrage de crâne, emploi de la force, censure…). Il est donc nécessaire de dépasser cette vision manichéenne et de s’interroger sur la « culture de guerre », l’importance des pratiques et d’analyser les témoignages des combattants.
- Culture de guerre : notion proposée par Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker au centre du débat historiographique entre les deux traditions. Elle permettrait d’expliquer la violence et l’horreur du conflit par le consentement et l’adhésion à la « cause nationale ». L’idée d’un consensus, d’une culture de la haine et de la violence commune à tous les combattants se dégage. Elle ne serait pas le résultat d’un bourrage de crâne, d’une propagande intense, mais émanerait des soldats eux-mêmes, engagés dans une « croisade » et dans la défense de la patrie. Pour Rémy Cazals, cette notion est peu, voire pas, visible dans les témoignages des soldats. Il lui substitue le concept de « culture de paix » car il remarque dans les carnets, la persistance de sociabilités du temps de paix (soins apportés aux blessés et aux prisonniers, conscience d’un destin commun, fraternisation, mutineries…).

barthasGrand découvreur d’archives, il est à l’origine, en 1978, de la publication des Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier (1914-1918), témoignage sur la Grande Guerre constamment réédité depuis et traduit en plusieurs langues. Suivront de nombreuses autres éditions, par exemple les écrits d’André Aribaud, Prosper Viguier ou Charlotte Moulis. Mais Rémy Cazals ne se limite pas à la redécouverte des écrits des soldats français puisqu’il participe aussi à leur confrontation avec ceux des soldats allemands, notamment dans Ennemis fraternels (1914-1915), ouvrage publié en collaboration avec l’historien allemand Eckart Birnstiel.

Ses recherches portent également sur d’autres objets. Ainsi, il s’intéresse à l’histoire ouvrière et industrielle durant l’époque moderne et contemporaine, thèmes qui recoupent et ont de larges correspondances avec le précédent. Il est, entre autres, l’auteur d’un ouvrage sur l’industrie textile dans le Mazamétain ou encore le responsable de l’édition, avec Rémy Pech, d’un recueil exhaustif des articles écrits par Jean Jaurès dans le quotidien La Dépêche du Midi.

L’importance d’une histoire « par le bas »

Scène de la vie quotidienne dans une tranchée (Somme, 1916)

Scène de la vie quotidienne dans une tranchée (Somme, 1916)

Dès ses premières recherches, Rémy Cazals note un déséquilibre majeur des sources au profit d’une histoire réalisée souvent « par le haut », c’est-à-dire s’appuyant principalement sur des documents officiels, patronaux, journalistiques ou autres, mais n’accordant que peu de place aux témoignages et aux témoins issus des classes populaires. Par exemple, dans le cas de l’histoire de la Première Guerre mondiale, la parole est avant tout donnée aux généraux, aux diplomates, aux « intellectuels » (écrivains, enseignants, …) mais rarement aux fantassins, aux « poilus ». Or selon lui, afin de réaliser une réelle histoire sociale de cette époque très troublée, il est indispensable de prendre très largement  en compte les écrits des protagonistes (récits de vie, correspondances, carnet, écrits divers, photographies), notamment des simples soldats, de ceux qui ont des « origines populaires », afin de mieux en appréhender la vie quotidienne et le ressenti, tout en écartant pas la nécessaire et salutaire critique de la source. L’objectif principal est de faire une histoire « par le bas », « à hauteur d’homme » afin d’approcher la réalité du front, des combats, de la vie dans les tranchées ou encore des représentations des acteurs.

Il se donne pour mission, avec l’aide des autres membres de l’association et de toute personne intéressée, de faire éditer ou du moins de découvrir un maximum d’écrits, notamment par le biais du Dictionnaire des témoins de la Grande Guerre que l’on peut consulter sur le site du CRID 1914-1918.

Ces écrits sont particulièrement instructifs pour peu que l’on utilise les méthodes et les

Cliquer pour accéder à la vidéo

14/18 : du témoignage à l’histoire (cliquer pour lancer vidéo)

outils critiques dont dispose l’historien. Pour lui, le témoignage est un objet qui doit être replacé dans son contexte (origine sociale, durée d’engagement sur le front, âge, …). Bien sûr, il doit être confronté et croisé avec d’autres écrits, d’autres sources, afin d’éviter les affirmations hasardeuses. Rémy Cazals refuse le terme de « dictature du témoignage » auquel il substitue celui de « dictature de l’historien sur le témoignage ». Ce dernier ne doit pas élaborer une théorie et se servir des témoignages pour la confirmer, en écartant ceux qui n’iraient pas dans son sens.

C’est ainsi que la plupart de ses écrits sont marqués du sceau de la mémoire des acteurs de l’Histoire, individuels et/ou collectifs. Ils permettent de mieux comprendre les logiques sociales et/ou culturelles en œuvre au début du XXe siècle. Rémy Cazals est un historien français reconnu en matière d’étude de la Première Guerre mondiale et de représentation de la vie des soldats de la Grande Guerre et de leur mémoire. À n’en pas douter, il aide très largement à une meilleure connaissance de cet épisode fondateur du « court vingtième siècle » (Éric Hobsbawm).

Bibliographie indicative
Cazals R., 2003, Les mots de 14-18, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.
Cazals R., Brown M., Mueller O., 2005, Frères de tranchées, Paris : Perrin.
Cazals R., Pech R., dirs., 2009, Jaurès : l’intégrale des articles de 1887 à 1914 publiés dans la Dépêche, Toulouse : La Dépêche du Midi/Privat.
Cazals R., 2010, Cinq siècles de travail de la laine : Mazamet (1500-2000), Toulouse : Éditions Midi-Pyrénéennes.
Cazals R., 2011, Identités troublées (1914-1918) : les appartenances sociales et nationales à l’épreuve de la guerre, Toulouse : Privat.
Cazals R., Loez R., 2012, 14-18 : Vivre et mourir dans les tranchées, Paris : Tallandier, Coll. Texto.

Mis en ligne le 25 septembre 2013


Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">