Comprendre les réseaux personnels

CC Galería Gráfica de Redes Personales

CC Galería Gráfica de Redes Personales

Les réseaux personnels sont les personnes avec lesquelles nous entretenons les relations les plus suivies, qu’il s’agisse de liens faibles (voisins, collègues) ou plus forts (famille, amis proches).

Au début des années 1950, John Barnes, un ethnologue britannique qui étudie un village de pécheurs norvégiens, se rend compte qu’il n’arrive pas à comprendre la vie sociale en la référant seulement à des groupements stables : familles, paroisses, groupes professionnels (pêcheries, conserveries).

Il décide alors de s’intéresser aux relations interpersonnelles, ce qui le conduit, en 1954, à proposer une première définition du réseau social : « J’imagine une série de points qui seraient, pour certains d’entre eux, reliés par des lignes. Les points sont des individus, ou parfois des groupes, et des lignes indiquent les interactions qu’ils ont entre eux ».

CC Kevin Dooley

CC Kevin Dooley

Puis d’autres anthropologues et des sociologues s’intéressent aux réseaux et mettent progressivement au point un corpus de notions, de méthodes et de résultats, tandis qu’une communauté de chercheurs s’organise au sein de l’International Network of Social Networks Analysis (INSNA). Pour ces chercheurs, un réseau social est un ensemble de liens fondés sur des interactions. Il n’a pas de limites a priori, ni de conscience collective, ni a fortiori d’organisation formelle : c’est une structure sociale « de bas niveau ».

Bibliographie indicative 

  • Barnes J. E., 1954 « Class and committees in a Norvegian island parish », Human Relations, 39-58.
  • Bidart C., Degenne A., Grossetti M., 2011, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris : PUF.
  • Degenne A., Forsé M., 2004, Les réseaux sociaux, Paris : Armand Colin.
  • Ferrand, A., 2007, Confidents. Une Analyse Structurale de Réseaux Sociaux, Paris, L’ Harmattan.
  • Freeman L., 2004, The Development of Social Network Analysis : A Study in the Sociology of Science, Vancouver : Empirical Press.
  • Lazega, E., 1998, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, P.U.F., Coll. « Que-Sais-Je ? », n°3399.
  • Mercklé P., 2004, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte.

Étudier les réseaux

AVT_Stanley-Milgram_8566

Stanley Milgram

Pour étudier cette structure sans limite, ils imaginent différentes stratégies. Certains s’intéressent aux grands réseaux et démontrent, au moyen d’expériences comme celle du psychologue américain Stanley Milgram, que les réseaux sociaux ont une structure particulière, dite de « petit monde » (il suffit de quelques intermédiaires pour relier deux individus pris au hasard). D’autres étudient en détail des réseaux « complets », circonscrits à l’intérieur d’organisations ou de groupes, afin de déterminer les différences (de capacité d’action, de pouvoir) associées aux variations des positions au sein du réseau. Quelques-uns mettent en évidence les relations interpersonnelles mobilisées dans des processus sociaux (trouver un travail par exemple), démontrant au passage qu’une part de l’activité économique est « encastrée » dans les réseaux.

CC Martin Grandjean

CC Martin Grandjean

Enfin, parmi les travaux produisant les résultats les plus importants, figurent ceux qui traitent des réseaux personnels et qui portent sur des entourages relationnels, les personnes avec lesquelles nous entretenons les relations les plus suivies, qu’il s’agisse de liens faibles (voisins, collègues) ou plus forts (famille, amis proches). On s’intéresse ici aux formes de soutien social procurées par les réseaux, mais également aux inégalités générées ou aux effets de discrimination produits par les affinités électives.

Que sait-on des réseaux personnels ?

On sait que leur taille varie selon le critère que l’on se donne pour les délimiter : en moyenne, nous « connaissons » quelques milliers de personnes par leur nom, nous pourrions mobiliser une ou deux centaines de personnes pour nous présenter à quelqu’un que nous ne connaissons pas, nous échangeons régulièrement avec une trentaine de personnes et nous ne faisons des confidences qu’à trois ou quatre proches. La plupart des études de réseaux personnels portent sur les relations les plus régulières (20 à 50 personnes selon les méthodes d’enquêtes utilisées).

Des relations aux relations

Des relations aux relations

Que nous apprennent-elles ? Elles permettent d’abord de savoir que les réseaux ont une structure spatiale. Alors même que l’on peut entretenir des liens forts avec des personnes à l’autre bout du monde, entre deux tiers et trois quart des personnes avec lesquelles nous sommes en relation résident dans la même aire urbaine. Beaucoup de ces relations sont fragiles : elles disparaissent ou s’endorment lorsque nous partons nous installer ailleurs. Seuls les liens forts (famille, amis proches) résistent. Les relations locales se recréent au fil du temps et il faut environ deux ans pour reconstituer un réseau local similaire à celui de personnes installées depuis longtemps. Constitué de nouveaux liens, ce réseau présente une structure semblable au réseau antérieur.

Les relations ne naissent pas par hasard

Les études de réseaux personnels permettent aussi de comprendre que les relations ne naissent pas par hasard : la plupart se construisent dans des contextes collectifs (famille, études, travail…) ou concernent des personnes qui nous sont présentées par une connaissance. On sait aussi que la taille des réseaux varie avec le niveau social : plus on est favorisé par l’éducation ou le revenu, plus on a de relations. Ces relations sont en outre marquées par une homophilie assez forte : on fréquente davantage ceux qui nous ressemblent par l’âge, le niveau d’études, le genre… Si l’on cumule les différences dans la taille des réseaux avec les effets d’homophilie, on constate que les plus favorisés bénéficient plus des réseaux que les autres car ils ont plus de relations et que ces relations peuvent procurer plus d’aide. Les effets d’homophilie peuvent être interprétés comme une ségrégation douce fabriquant de l’entre soi par le jeu des affinités et de la sociabilité. Cette ségrégation est plus marquée dans les grandes villes que dans des contextes ruraux où la densité des réseaux est également plus élevée. Tout se passe comme si, lorsque la densité de population s’accroît, les contraintes relationnelles sont plus faibles (on a plus de choix dans l’établissement des relations), ce qui favorise les affinités et donc les réseaux personnels socialement plus homogènes. Par ailleurs, en ville, les personnes que l’on fréquente dans le cadre d’activités différentes ont moins de chances de se connaître, ce qui explique la densité plus faible des réseaux.

Contextes de construction des relations sociales (Enquête Toulouse, 2001)

Contextes de construction des relations sociales (Enquête Toulouse, 2001)

Une structure sociale

Si les réseaux sont une structure sociale assez stable, peu sensible aux évolutions de contexte, les études comparatives mettent toutefois en évidence quelques variations : dans des pays ayant vécu sous des régimes autoritaires, les personnes déclarent moins d’amis dans les enquêtes destinées à étudier les réseaux personnels. Dans l’Europe du Sud, la part de ceux qui trouvent du travail par des chaînes de relations interpersonnelles est plus élevée que dans le Nord. Enfin, on mesure encore mal les effets sur les réseaux personnels de la disponibilité de dispositifs de communication de plus en plus sophistiqués (Internet, téléphones mobiles), dont certains sont dédiés aux relations interpersonnelles. Il semble que si ces dispositifs favorisent l’affaiblissement de certaines barrières (d’âge par exemple), ils tendent à renforcer les effets d’homophilie pour les relations les plus durables, avec des densités de réseaux plus faibles. Un peu comme si le monde numérique était une sorte d’hyper-ville.

Les caractéristiques fondamentales des réseaux semblent toutefois évoluer peu : par exemple, le nombre d’intermédiaires nécessaires pour joindre quelqu’un pris au hasard est du même ordre sur les médias électroniques que dans les années 1960. Il reste que les médias « sociaux » rendent les réseaux personnels de plus en plus explicites, ce qui conduit les personnes à les gérer de façon plus réflexive. Les concepteurs de ces médias connaissent les travaux des chercheurs en sciences sociales et les utilisent pour développer leurs produits. Il est donc nécessaire d’équilibrer le jeu en diffusant plus largement les connaissances accumulées sur les réseaux, aussi bien que les questions qui restent posées et font l’objet des recherches contemporaines.

 

Crédit image en bandeau :  CC Boris Mann


Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Robert Marty dit :

    J’ai lu des études sur les participation croisées dans les jurys de thèse qui montrent bien comment les réseaux personnels peuvent conduire à la constitution de mondes fermes dans lesquels on a l’assurance de rester entre soit … un exemple difficile à contester qui touche peut-être à une essence fondamentalement pragmatique voire utilitariste du réseau personnel : la constitution d’un capital social.

    • Oui, des personnes peuvent chercher à créer et entretenir des liens de façon utilitaire. Et, oui, l’exemple des jurys de thèses analysés par Olivier Godechot et Nicolas Mariot montre que la mobilisation de relations interpersonnelles pour ces jurys peut conduire à de l’entre soi. Mais réduire toutes les relations interpersonnelles à une logique purement utilitariste serait contraire aux résultats des études empiriques sur ce thème. Elles montrent en effet que beaucoup de relations ne sont pas associées à des objectifs mais naissent plutôt de la simple répétition d’interactions. On peut même défendre l’idée que des personnes qui auraient une attitude strictement utilitariste relativement à leurs relations auraient du mal à maintenir certaines d’entre elles. C’était le point de vue d’Alain Caillé dans l’introduction d’un ouvrage collectif sur le capital social (http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Le_capital_social-9782707148049.html).

  2. Bès marie-pierre dit :

    définition : « les réseaux personnels sont les personnes avec…. »
    je suis pas tout à fait d’accord : les réseaux ne sont pas des personnes, ce sont des relations que chacun a avec des personnes…..
    Relations d’abord ou personnes d’abord ? relations et personnes ? surement les deux mais quand même, il me semble qu’en sociologie des réseaux sociaux, c’est quand même la relation qui prime par rapport aux individus.

    • Michel Grossetti dit :

      oui, j’ai utilisé cette expression synthétique qui se comprend bien me semble-t-il, mais en toute rigueur il aurait fallu écrire : les réseaux personnels sont des ensembles de relations d’un même individu.

  1. 10/06/2013

    […] Mondes sociaux – Comprendre les réseaux personnels […]

  2. 07/10/2015

    […] aller plus loin : – Comprendre les réseaux personnels, M. Grossetti – Could it be a big world after all ? The « six degrees of separation » […]

  3. 19/10/2015

    […] L’image conversationnelle. André Gunthert : “Internet est une révolution de la consultation plus que de la production” Comprendre les réseaux personnels. […]

  4. 24/11/2016

    […] a franchi la barre des 350 millions d’utilisateurs, dont 12 millions pour la France. Conclusion. Comprendre les réseaux personnels – Mondes Sociaux. CC Galería Gráfica de Redes Personales Les réseaux personnels sont les personnes avec […]

  5. 28/01/2017

    […] Une grande partie de cette nourriture n’a même pas été consommée, ou simplement entamée. Les ménages sont les principaux responsables de ce gâchis (67%), mais aussi les établissements recevant du public (15%): ils ont produit près de 1,08 million de tonnes de déchets en 2010, selon ce rapport. La majorité des déchets alimentaires finit dans des centres d’enfouissement ou d’incinération. Des processus peu écologiques et très coûteux. D'autres solutions plus respectueuses de l’environnement existent, comme le compostage, mais ne sont pas forcément adaptées aux structures qui produisent de gros volumes de détritus, pour des raisons de nuisances visuelles ou olfactives. Un broyeur de la taille d'un gros lave-linge a justement été conçu pour ces structures publiques: l'Eco-cleaner. Des bactéries décomposent les déchets. Mondes sociaux – Comprendre les réseaux personnels. […]

  6. 14/11/2017

    […] les réseaux-sociaux | Page Personnel. Comprendre les réseaux personnels. CC Galería Gráfica de Redes Personales Les réseaux personnels sont les personnes avec […]

  7. 14/11/2017

    […] SOCIAUX Entre divertissement personnel et problématiques séri… Comprendre les réseaux personnels. CC Galería Gráfica de Redes Personales Les réseaux personnels sont les personnes avec […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *