Recherches et actions en Afrique de l’Ouest Francophone

CC Flickr Steve Evans

CC Flickr Steve Evans

Pas moins de 17 auteurs, tous membres du collectif eAtlas Francophone d’Afrique de l’Ouest (FAO), ont contribué à la rédaction de Sociétés africaines de l’information 2,  publication qui reprend et réactualise des réflexions présentées lors des deux dernières rencontres de Bamako (décembre 2009) et de Cotonou (octobre 2011).

Créé en 2002 à l’occasion du Carrefour  mondial de l’Internet Citoyen, ce collectif international rassemble des chercheurs, mais également des ONG et des collectivités locales. Quatre chercheurs du LISST-CIEU (Université Toulouse 2), Emmanuel Eveno, Jean-Jacques Guibbert, Mathieu Vidal et Françoise Desbordes se sont mobilisés dans cette aventure qui s’articule autour de trois missions : l’étude et la promotion des politiques locales sur le développement de la « société de l’information », la coproduction d’analyses et de rapports et le soutien à la mise en œuvre de projets de développement.

  • EAtlas FAO, ed., 2012, Sociétés africaines de l’information. Vol. 2 : Recherches et actions en Afrique de l’Ouest francophone, Toulouse, 189 p.
  • Eveno E., Gueye C., Guibbert J.-J., Oillo D, Sagna O., 2008, « Sociétés africaines de l’Information : illustrations sénégalaises », n° spécial de Netcom et Netsuds, vol. 22, n°1-2, 5-12.
  • Loukou A.-F., 2009, « Les TIC et l’attractivité dynamique des territoires dans la problématique du développement local en Afrique », TIC & développement, IRD, vol.4.
  • Vidal P., Desbordes F., 2006, Les technologies de la société de l’information (TIC/SIG) au service de l’aménagement et du développement des territoires en Afrique de l’Ouest, Université de Toulouse 2-Le Mirail/ Dakar : École Nationale d’Économie Appliquée, 67 p.

Cette publication et ce collectif sont également l’expression d’une étroite coopération franco-africaine. L’ensemble se place résolument dans le champ de la « recherche-action », associant la recherche, l’action publique et l’ensemble des médiateurs et acteurs du développement des TIC sur le terrain. La feuille de route de l’eAtlas FAO conjugue recherches et actions sur les infrastructures et les problématiques liées aux usages et aux usagers des TIC. Au-delà des discours convenus sur le « village global » et sur l’effacement des frontières et des territoires grâce à l’interconnexion généralisée, le collectif présente une approche des TIC assez modeste en apparence, mais plus proche des acteurs et du local, et finalement plus concrète dans ses réalisations.

Problématiques et expériences de recherches

societe_africaines_de_linformation_vol_2-thumbnail.jpg__250x400_q85_crop_upscaleLes Troisièmes Rencontres d’eAtlas FAO se sont tenues sur le thème de l’appropriation des TIC par les collectivités locales. Le dialogue entre collectivités locales et chercheurs est ici très concret et toujours ancré dans la réalité du terrain. Les questions de l’approvisionnement en électricité ou encore de la formation et de l’éducation des entrepreneurs sont débattues en évoquant les facteurs d’appropriation des outils informatiques par les entreprises. Dans sa diversité, le collectif espère apporter des réponses concrètes face aux défis majeurs allant de la formation de professionnels des TIC jusqu’au développement de partenariats étroits entre ONG et collectivités locales.

La transposition en Afrique de l’Ouest francophone du Label Villes Internet est une
expérience de recherche-action intéressante. Il s’agit d’un projet associatif conçu comme un outil d’autoévaluation des actions des collectivités locales françaises en matière de TIC. Une première tentative a été menée en 2007 à partir de l’idée qu’un label permettrait de structurer les initiatives des collectivités locales africaines, tout en prenant en compte les contraintes de développement des pays concernés. Une première remise du trophée « Ville Internet Afrique », les « Baobases », a ainsi récompensé plusieurs communes de l’agglomération de Dakar à partir d’une évaluation de leur site Internet. Cette première expérience a aussi été l’occasion d’un premier bilan contrasté invitant à mieux interroger les priorités des acteurs publics locaux.

Les acteurs des TIC dans les territoires

Les auteurs nous emmènent ensuite sur le terrain de la fabrique d’une société de l’information ouest-africaine. La présentation du contexte politique et économique contemporain du Bénin, du Mali et du Sénégal, permet de dégager un dénominateur commun  : le rôle central de l’Etat dans tous les secteurs d’activités, et ce depuis les indépendances. A partir du milieu des années 1980, ce rôle est remis en cause par la libéralisation économique, puis par le double processus de démocratisation-décentralisation dès 1990-1991.

zef

eAtlas Francophone d’Afrique de l’Ouest (FAO)

Ce processus a conduit à l’élargissement important du champ d’action de la société civile dans ces trois pays. Une multitudes d’acteurs ont émergé, depuis les associations locales aux actions spontanées, sans stratégie planifiée et sans moyens importants, jusqu’au organisations non gouvernementales nationales ou internationales, aux moyens conséquents et aux marges de manœuvre importantes, en passant par les organisation communautaires (groupes de femmes, coopératives, associations de développement de quartier) évoluant sur des territoires restreints. Le développement des TIC et de la société de l’information en Afrique de l’Ouest a constitué un nouveau terrain d’action pour les acteurs multiples de la société civile, d’autant que cet objet a aujourd’hui fait son entrée dans les discours sur le développement et dans les politiques publiques.

mail-364171_640

CC Pixabay

Les réflexions sur les acteurs du développement des TIC ont été menées à partir de terrains et de territoires croisés et variés. Les avantages du développement numérique sont toujours présentés dans le but de convaincre de la nécessité d’un développement numérique à même de dépasser le « déterminisme numérique du développement ». Dans l’esprit de recherche-action du collectif, les auteurs proposent un panel d’actions à mener à l’attention particulière des pouvoirs publics des Etat d’Afrique de l’Ouest.

L’ouvrage illustre aussi l’intérêt de ce partenariat franco-africain. Ces échanges invitent le lecteur à mettre en regard les expériences des collectivités locales africaines et françaises. Le développement de la société de l’information en France est aujourd’hui davantage porté par des projets locaux que par les macro-systèmes. De même, ce sont largement les collectivités locales françaises qui contribuent désormais au développement numérique en Afrique dans le cadre de la coopération décentralisée. A l’inverse, en Afrique, Internet est souvent « tombé du ciel ». L’équipement numérique a longtemps été une initiative de l’Etat. Le parallèle entre décentralisation et émergence de la société de l’information établie, la fracture numérique est aussi illustrée par l’exclusion des collectivités locales du développement numérique national, régional ou continental.

Actions et expériences locales

Modèle conceptuel du SIG

Modèle conceptuel du SIG

Le dernier volet du deuxième volume de Sociétés Africaines de l’Information analyse des expériences et des mises en pratique concrètes du développement des TI. Il revient sur cinq années d’expériences en matière de coopération décentralisée et propose une géographie de la solidarité numérique décentralisée avant de dresser le bilan des projets réalisés. Parmi ces derniers, on découvre une expérience concrète du développement des SIG (Systèmes d’Information Géographique) pour faire face aux problèmes de gestion foncière des terres agricoles au Sénégal. La mise en place d’un SIG entre Castres-Mazamet (France) et Guédiawaye (Sénégal) pour une meilleure gestion des services techniques de cette ville de la région de Dakar est également un cas de coopération décentralisée. C’est aujourd’hui un projet opérationnel. Un autre exemple impliquant la Communauté de Communes du Plateau (Bénin) et le Grand Chalon (France) est présenté par le responsable TIC de la collectivité locale béninoise. Ce florilège d’expériences se termine par le Réseau des Maisons des Savoirs de Ouagadougou mis en place pour élargir l’accès de la population de la ville au numérique.

Le maire de la capitale burkinabaise conclut l’ouvrage en donnant rendez-vous aux lecteurs, chercheurs, décideurs, bénévoles du collectif eAtlas FAO pour les Quatrièmes Rencontres qui se tiendront cette année  à Ouagadougou.

Crédit image en bandeau : CC Flickr Gustave Deghilage


Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

More Posts - Website

Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 11/03/2014

    […] publication : note de lecture d’un ouvrage ou d’un article, résumé de thèse ou de mémoire d’HDR par leur auteur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *