Pourquoi les habitants de l’Île-de-France sont-ils plus productifs « en moyenne » ?

dezfezfze

CC Flickr Nadine

Il y a quelques semaines, le géographe Jacques Levy déclarait dans un entretien à Libération : « L’Ile-de-France est la région la plus productive du pays puisque ses habitants, qui ne représentent que 18% de la population, produisent 29% des richesses. Cela signifie qu’un Francilien en produit près du double qu’un habitant moyen du reste de la France. (…) On peut dire que les contribuables des villes les plus productives financent à fonds perdus les territoires urbains les moins efficaces ». 

Il reprenait les analyses de l’économiste Laurent Davezies, qui déclarait récemment : « L’agglomération parisienne [fournit] près de 30 % du PIB national, elle est le moteur de la croissance française. Si l’ensemble du pays avait sa productivité, la croissance du pays ferait un bond de 50 % ! Pourtant, ses ménages ne bénéficient que de 22,5 % du revenu des ménages français ! ».

Ces chercheurs considèrent que dans une économie mondialisée, les grandes métropoles sont les seules à permettre un niveau de créativité et de productivité suffisant pour connaître un véritable développement économique. Cette hypothèse relative aux effets de la concentration sur la performance économique est elle-même associée à des discours divers sur l’intérêt pour les territoires ne disposant pas de métropole à miser sur l’accueil d’actifs ou de retraités issus des grandes villes, plutôt que sur le développement industriel. Ou encore sur la nécessité de soutenir les métropoles, seules sources de croissance pour la France dans une période de crise, notamment, comme le suggère Laurent Davezies, en renonçant aux politiques de rééquilibrage territorial : « l’égalisation négociée, par exemple, des salaires entre les régions françaises s’est traduite par une inégalité de pouvoir d’achat désormais défavorable aux habitants des régions métropolitaines en raison de l’écart croissant des indices de prix sur les territoires. (…)  Tous les mécanismes d’égalisation territoriale sont aujourd’hui à l’œuvre. Bravo. Mais ces mêmes mécanismes ne sont-ils pas aussi ceux du déclassement de la compétitivité française dans la mondialisation ? ».

CC Flickr Pittou2

CC Flickr Pittou2

Ces discours mériteraient des débats approfondis et des analyses détaillées qui ne sont pas mon propos ici. Je voudrais simplement discuter de l’interprétation que ces collègues font de l’indicateur qu’est le PIB régional. Selon les calculs de l’INSEE, le Produit Intérieur Brut (PIB) par emploi est en 2009 de 99676 € en Île de France, alors qu’il est de 68253 € pour l’ensemble des autres régions de la France métropolitaine, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes étant celles pour lesquelles ce ratio est le plus élevé (respectivement 73833 € et 72819 €). Il est donc indéniable que, en moyenne, un emploi en Île de France est plus « productif », au sens de cet indicateur, que dans les autres régions. Pour les chercheurs cités plus haut, cette différence de moyenne résulte d’un effet général de la concentration des activités qui accroît la productivité dans tous les secteurs et tous les types d’activité. C’est cette interprétation que je souhaite discuter ici.

Machine à calculer Brunsviga, CC Flickr Gaston XIV

Machine à calculer Brunsviga, CC Flickr Gaston XIV

Comment l’INSEE calcule-t-il le PIB régional ? Il calcule d’abord la valeur ajoutée par branche d’activité, puis ventile cette somme selon la masse salariale. Il faut à mon sens tenir compte pour interpréter les différences de PIB régional par emploi de deux effets. Le premier est un effet de composition. Les branches d’activités ne sont pas réparties de façon identique sur toutes les régions et la région parisienne concentre plus particulièrement certaines branches dans lesquelles la valeur ajoutée est particulièrement élevée. Par ailleurs, à l’intérieur d’une même branche d’activité, les emplois ne sont pas répartis de façon homogène, et la région parisienne, qui accueille de nombreux sièges sociaux et établissements de la haute administration concentre de ce fait les très hauts salaires de beaucoup de branches. Le deuxième effet est l’interdépendance : les emplois à haut salaire des sièges sociaux et des activités de service installés en Île de France n’existent que parce qu’il y a de nombreux emplois moins bien rémunérés dans d’autres régions.

Composition

La moyenne est un indicateur agrégé qu’il faut se garder d’interpréter comme un prédicteur de chaque élément qui le compose. Prenons un exemple : soient un collège A qui comporte une classe de chaque niveau (une 6e, une 5e, une 4e et une 3e) et un collège B qui compte les mêmes classes, mais avec une classe de 6e supplémentaire, ouverte à cause d’un afflux récent de population dans le quartier. Si l’on mesure la taille des élèves, on constatera qu’elle est en moyenne plus élevée dans le collège A, puisqu’il accueille en proportion moins d’élèves de 6e, qui sont les plus petits. Pour autant, cela ne signifie nullement que le collège A « attire » les élèves plus grands. Il en est de même pour la productivité régionale : une région peut être plus productive en moyenne, sans que chaque travailleur, pris séparément soit plus productif que ses équivalents des autres régions.

CC Flickr Clement127

CC Flickr Clement127

En fait, comme dans l’exemple des collèges, la différence de productivité moyenne s’explique en partie par un effet de composition : l’Île-de-France comprend proportionnellement plus d’emplois de secteurs qui produisent beaucoup de valeur ajoutée. Il s’agit plus spécialement des services aux entreprises, pour lesquels l’Île-de-France regroupe 43% des emplois, et des services aux particuliers (42,5%). Si cette région est particulièrement productive, c’est parce qu’elle comprend beaucoup d’emplois de service liés à la présence de sièges sociaux de grands groupes, de ministères et grandes administrations et de secteurs d’activité rares tels la finance ou la mode. C’est aussi parce qu’elle concentre des services à la personne relevant du luxe, dont la présence est due à la concentration de population à très hauts revenus dans certaines parties de la région (Neuilly, certains arrondissements parisiens).

CC Flickr Images Money

CC Flickr Images Money

A cette composition des branches d’activité s’ajoute une composition des types d’emplois. L’Île de France concentre tout particulièrement les rémunérations « obscènes » (selon l’expression de Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France, Paris, Zones, 2011), celles des cadres de la finance qu’a étudié Olivier Godechot (« La France a connu une forte augmentation des inégalités au cours des 12 dernières années. La moitié de l’augmentation de la part du millime supérieur est due à une hausse des salaires des cadres de la finance ») et celles de cadres dirigeants qui, comme l’écrit Thomas Piketty « sont dans une large mesure en capacité de fixer leur propre rémunération (…) souvent sans relation avec leur productivité individuelle, au demeurant très difficile à estimer au sein d’organisations de grande taille » (Le capitalisme du 21e siècle, 2013, Seuil). Cette dernière remarque pointe le deuxième aspect à prendre en compte dans l’interprétation du PIB régional, l’interdépendance des emplois.

Interdépendance

Pourquoi certains emplois ou activités sont-ils particulièrement présents en Île de France et absents ou plus rares dans les autres régions françaises ? L’Île-de-France présente deux caractéristiques, qui résultent d’une construction historique de longue durée : d’une part, c’est la capitale d’un pays dont l’administration est à la fois très centralisée et très concentrée — les ministères et la plupart des administrations centrales y sont regroupées —, et d’autre part, c’est une grande métropole très accessible, ce qui lui permet d’accueillir des activités à marché mondial relativement rares. Notons toutefois que ces deux caractéristiques ne sont pas nécessaires à l’obtention d’un chiffre élevé du PIB régional par habitant : en Europe, par exemple, la région de Groningen (petite région rurale et universitaire des Pays-Bas accueillant le siège social du principal transporteur de gaz en Europe, Gasunie) a un ratio plus élevé.

CC Flickr Sim City, Haljackey

CC Flickr Sim City, Haljackey

En réalité, la notion de PIB régional est difficile à interpréter, comme le soulignait récemment le géographe Philippe Estèbe dans un entretien à Libération : « Notre système économique est très fortement intégré et ce sont les politiques publiques qui, depuis cinquante ans, ont fabriqué cette intégration. Ce ne sont pas les Hauts-de-Seine qui ont produit les Hauts-de-Seine, c’est l’Etat. Les économies régionales étant très peu autonomes, cela rend la notion de PIB territorial très difficile à caractériser. (…) Un grand groupe de BTP comme Colas a son siège à Boulogne dans les Hauts-de-Seine. Mais son chiffre d’affaires, ce sont des milliers de travaux partout en France. Imaginer les Hauts-de-Seine autonomes avec un PIB en propre veut dire qu’ils se retrouveraient flottants en l’air. C’est un destin andorran. Ils peuvent l’assumer, à condition de devenir un paradis fiscal. Sinon, ils n’auront plus de prise de terre du tout. Cela signifie qu’à terme, La Défense, ça ne tient pas, les sièges sociaux non plus… ». Philippe Estèbe met ici en évidence la forte interdépendance entre les emplois des mêmes groupes industriels, qui sont situés dans des régions différentes. Autrement dit, la « productivité » apparente de certains emplois des départements de direction ou de gestion, ou de services aux entreprises, est liée à des activités réalisées ailleurs. Il est absurde de raisonner comme si les régions françaises étaient des compétiteurs indépendants partis à égalité dans une grande course à la productivité.

CC Flickr, race Limousine, Jacme31

CC Flickr, race Limousine, Jacme31

Le PIB par habitant est un indicateur statistique qui résulte de la composition d’activités différentes dont certaines sont présentes dans telle ou telle région à cause de processus historiques de long terme. C’est à mon sens une erreur de l’interpréter comme un effet de la concentration de population qui serait homogène sur toutes les activités, de même que c’est une erreur de faire comme si les régions étaient des compétitrices indépendantes alors qu’elles entretiennent des interdépendances considérables, surtout dans un pays comme la France. Si le Limousin (par exemple) a un PIB par habitant plus faible que l’Île de France, ce n’est parce que ses élus ont été de mauvais gestionnaires ou stratèges par rapport à ceux de la région parisienne, ou que ses habitants sont paresseux et peu entreprenants, c’est parce que l’évolution du pays sur plusieurs siècles a produit une certaine répartition des activités sur le territoire qui a fait du Limousin une région plutôt rurale. Ecrire que « les contribuables des villes les plus productives financent à fonds perdus les territoires urbains les moins efficaces » ou imaginer que toutes les régions françaises pourraient avoir la productivité de l’Île-de-France implique une interprétation erronée du PIB par habitant. C’est un peu comme si l’on affirmait que si tous les français voulaient bien se donner la peine d’obtenir la même rémunération que les dirigeants du CAC40 il y aurait moins de misère dans le pays …

Les autres régions ne vivent pas plus aux crochets de l’Île de France que celle-ci ne les vide de leur richesse comme le voulait un cliché ancien des discours sur « Paris et le désert français », tout aussi erroné. L’organisation territoriale est le résultat de processus historiques complexes. Ce qui se perçoit dans des indicateurs agrégés comme le PIB régional est le résultat de ces processus et d’effets de composition qui devraient inciter à un minimum de prudence dans l’interprétation. En particulier, l’analyse de ces indicateurs ne justifie nullement les propos évoqués en introduction, qui constituent en définitive une variante territoriale des discours sur la nécessité de réduire, voire abolir, les mécanismes de solidarité sociale.

Crédit image bandeau : détail du film Les temps modernes, Charlie Chaplin, 1936

Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Fun Factory dit :

    ce n’est pas aussi dû à la diversité des activités dans cette région qui doit réaliser des moyennes sur le taux de productivité globale ?

  2. Thomas dit :

    Votre premier argument est largement tautologique: les territoires urbains sont plus productifs parce qu’ils attirent les emplois les plus productifs. La part des services, qui génèrent plus de richesse, y est plus importante. Oui, c’est vrai, et je ne vois pas en quoi cela contredit Lévy et Davezies.

    Vos arguments ne viendraient contredire Lévy et Davezies que si vous considériez le Monde et la répartition des emplois dans le Monde comme fixe, et que seule la distribution sur le territoire de ces emplois pouvait varier. Mais ce n’est pas le cas, grâce aux gains de productivité. L’argument de Lévy est que le milieu urbain est générateur de gains de productivité.

    Il n’existe pas un stock fixe de valeur ajoutée à répartir sur la planète. Les métropoles créent des emplois à haute valeur ajoutée.

    • Le premier argument contredit Davezies et Lévy sur l’idée d’une productivité intrinsèquement supérieure de l’Ile de France, ce qui est faux. Il n’est pas tautologique, il insiste sur la différence entre avantage intrinsèque et effet de structure, ce qui est essentiel ensuite en termes de politique publique.
      L’argument de Levy sur les effets d’agglomération ne se vérifie pas empiriquement, justement.

  3. Smith dit :

    Intéressant. Ajoutons que dans une économie mondialisée les mêmes phénomènes n’aboutissent pas aux mêmes conclusions : si la productivité apparente de certains emplois est liée à des activités réalisées ailleurs mais cette fois dans le monde (et non en province), alors la conclusion en termes de différence de productivité IDF/Province redevient pertinente… En effet, l’IDF bénéficie de s’être spécialisé dans les secteurs à haute valeur ajoutée ; dans un cadre de division nationale du travail, on ne peut pas le reprocher à la province (notamment parce que c’est bien l’Etat qui a choisi de centraliser les ministères) ; par contre, dans le cadre de la division internationale du travail, la perspective change… C’est aussi de la responsabilité des grandes métropoles de province de s’insérer dans les secteurs à haute valeur ajoutée. Dans un cadre international, le jeu n’est plus à somme nulle.

  1. 23/10/2013

    […] Grossetti vient de publier un petit billet sur le sujet, dont je recommande vivement la lecture (en complément, voir aussi ce billet que […]

  2. 29/10/2014

    […] pour mettre en évidence ces limites. Nous l’avons fait un peu, chacun de notre côté, lui ici par exemple, moi dans ce billet là, mais de manière partielle. Cette fois, nous nous sommes décidés à […]

  3. 26/03/2015

    […] Un article de Michel Grossetti sur le même sujet […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *