Vous avez dit « patrimoine scientifique » ?

CC Pierre Marcel, Bing Newton

Peut-on patrimonialiser les objets scientifiques, autrement dit les recenser, les conserver, puis organiser leur monstration en raison de leur intérêt symbolique et de leur exemplarité vis-à-vis du passé, du présent et du futur ? La réponse est affirmative, du moins si l’on s’en tient à une observation de surface.

Et de fait, depuis les années 1970, plusieurs projets de patrimonialisation ont débouché sur des réalisations du type musées, parcs à thèmes scientifiques, centres d’interprétation…

De quelques constats…

Quelquefois ambitieuses, ostentatoires et fréquentées par des publics nombreux et variés (Cité des Sciences et de l’Industrie à La Villette, Cité de l’Espace à Toulouse), souvent plus modestes, relativement discrètes et inégalement fréquentées : Musée des Sciences de Laval (53), Musée Grenoblois des Sciences médicales hébergé par le CHU, maisons de savants labellisées « Maisons des Illustres » par le ministère de la Culture (Musée Buffon à Montbard, 21 ; Maison Louis Pasteur à Arbois, 39)… Et encore ne s’agit-il que de quelques éléments d’un improbable inventaire à la Prévert. Pour leur part, les « vieux » muséums d’histoire naturelle dont la fréquentation est proportionnelle au prestige se sont pour la plupart rénovés, bien au-delà du coup de peinture rafraîchissant : bâtiments nouveaux ou sérieusement restaurés, collections dépoussiérées et enrichies, dispositifs d’exposition et de visite repensés car tout musée est par excellence un espace de rencontre entre les objets et les publics, voire élargissement de son champ : ainsi le Muséum d’Histoire naturelle de Toulouse se positionne « au carrefour du monde des sciences, de la culture, de la pédagogie, des enjeux et des questions de société » et comme « plate-forme d’information et de débats instruits dédiés à la relation Homme-Nature-Environnement ».

CC Pixabay ClkerFreeVectorImages

CC Pixabay ClkerFreeVectorImages

En outre, de façon moins visible pour le non initié, des dispositifs ont été progressivement mis en place pour recenser les patrimoines mobilier et immobilier (cf. les bases de données Palissy et Mérimée qui intègrent désormais des éléments patrimoniaux scientifiques), les conserver, les labelliser, les étudier…

Il faut dire que le temps où l’onction patrimoniale était réservée aux oeuvres d’art, aux monuments et aux sites « naturels » est révolu depuis la création des premiers musées ethnographiques (par exemple les musées d’arts et traditions populaires) et surtout depuis les années 1980, où « tout » est susceptible de passer de l’attention distraite ou oblique à la « chose à voir » précédant souvent  l’entrée en patrimoine : l’industrie (bâtiments, mines, friches industrielles, outillage, produits…), l’agriculture,  la mode, la gastronomie, la sexualité (Monsieur le Maire de Condom, réouvrez le musée du préservatif  !), les jeux, les jouets, la chasse, le sport, les transports… Canet-en-Roussillon, plage fréquentée l’été, a même tenté, sans grand succès (ouf !) mais à grands frais (hélas !), de patrimonialiser le Père Noël qui, on le sait, travaille surtout l’hiver. Bref si l’on n’est pas encore dans l’abus de patrimoine dénoncé il y a peu par Marc Guillaume et Régis Debray, on n’est plus dans le désert stigmatisé naguère au nom de l’illustration des Temps Modernes. La science devrait donc y trouver son compte. Et pourtant…

… à quelques interrogations

Lorsque l’on regarde de plus près, c’est-à-dire à bonne distance des documents promotionnels accrocheurs et des articles de journaux souvent aussi complaisants que peu documentés, des interrogations demeurent :

road-sign-464648_640

CC Pixabay

La science -entendons ici celle qui expérimente et/ou observe à travers une instrumentation aussi sophistiquée que coûteuse et/ou modélise- est souvent repoussée au second rang par ses applications (les techniques) ou par l’industrie qui assure la production des objets de la vie professionnelle ou domestique qu’elle a suscités. Est-ce une fatalité ? Quant aux sciences humaines et sociales, en dehors de l’histoire et de l’ethnologie, elles sont trop souvent réduites aux rôles de figurantes ou d’accompagnatrices de leurs grandes cousines, par exemple le temps d’une rapide explication sociologique ou économique. Il faut donc saluer les initiatives qui cherchent à les promouvoir de façon originale, par exemple en les faisant dialoguer avec les sciences de la nature (futur Musée des Confluences de Lyon, Musée du Quai Branly à Paris…).

Les objets exposés sont avant tout « physiques » : édifices, lieux équipés (par exemple, reconstitution d’un laboratoire de chimie du début du 20ème siècle), instruments emblématiques de la recherche, documents papiers et (audio)visuels (lettres, photos, discours officiels, diplômes, textes administratifs…) permettant de repérer, comprendre et contextualiser les pratiques scientifiques, le fonctionnement des institutions, la vie et l’œuvre des chercheurs…

Machine à calculer de Leon Bollee, 1889. Musée des Arts et Métiers

Machine à calculer de Leon Bollee, 1889. Musée des Arts et Métiers

Mais alors, comment choisir et montrer un objet matériel -par exemple un instrument- qui a été conçu et fabriqué non pour être vu (son esthétique est au mieux accessoire), mais pour fonctionner, c’est-à-dire avoir un usage fonctionnel plus ou moins déterminé et éventuellement quotidien ? Le recenser, le conserver, l’étudier et le montrer, c’est lui conférer une valeur, une exemplarité qu’il n’avait peut-être pas dans son contexte spatio-temporel initial. Dès lors, comment le mettre en évidence sans masquer sa banalité ? De façon tout aussi problématique, pourquoi choisir un objet plutôt qu’un autre et jusqu’où faut-il aller dans la patrimonialisation des objets triviaux ? Pour dire les choses de façon provocatrice, si l’on peut admettre que la photo officielle de Paul Sabatier recevant le Prix Nobel de chimie fait sens dans une chaîne patrimoniale dédiée au grand homme ou à la chimie, est-il indispensable d’exposer le menu du repas qui a suivi la réception ?

Autre interrogation, et non des moindres : si la science, c’est avant tout des connaissances, de l’immatériel, comment faire voir le savoir à la fois hors et à travers les objets (instruments, publications, bloc-notes, brouillons…) qui ont contribué à le produire ? Et aussi les conversations des chercheurs, car au quotidien la science se parle plus qu’elle ne s’écrit ?  Autrement dit, comment traiter ces traces de l’immatériel quand elles ont été conservées et surtout quand elles ne l’ont pas été et qu’elles ne subsistent guère qu’à travers des témoignages écrits ou oraux ?

2105908612_20f6b7133b_z

CC Flickr Baptiste Lafontaine

Comment faire voir le savoir, d’une part, en rendant moins opaques ses modes de production, ses cheminements historiques souvent erratiques, ses succès et ses échecs, d’autre part, de façon à intéresser des publics qui ne sauraient se limiter aux seuls spécialistes ? Il ne faut quand même pas oublier que les publics sont toujours au centre, ne serait-ce que parce que le patrimoine ne revêt pleinement son sens qu’avec sa mise à disposition du plus grand nombre possible. Ils doivent être associés aux dispositifs d’identification, de monstration, de valorisation et d’évaluation, de la même façon qu’ils doivent pouvoir voir sans se déplacer (musées virtuels, collections en ligne ou en DVD, jeux vidéos, ouvrages papiers…).

Ces questions se posent avec une acuité particulière dans les musées qui n’exposent pas ou peu des œuvres, c’est-à-dire des productions a priori conçues pour être montrées. Chercheurs et professionnels tentent d’y répondre dans un mouvement (inter)national et général de renouvellement muséographique : réflexion sur le classement et le déclassement, intégration dans toutes les phases du processus du point de vue des usagers et pas seulement des experts, diversification de l’offre, travail sur les dispositifs de médiation (par exemple, pour les expositions : scénographie, parcours d’interprétation, outils pédagogiques interactifs), mutualisation des ressources, des compétences et des moyens, nouveaux outils de marketing et de gestion…

container-155287_640

CC Pixabay OpenClipartVectors

Enfin, quand on quitte le terrain muséal ou en voie de « muséalisation » pour aller vers les lieux publics de base de la production scientifique (universités, grands organismes de recherche), c’est bien souvent le vide ou presque que l’on rencontre, instruments  et autres objets « obsolètes » ayant régulièrement terminé leur existence fonctionnelle dans les poubelles et containers à l’occasion de déménagements, de travaux, voire de remplacements de matériels par des outils plus performants ou plus utiles. Quand elles existent encore et ont résisté à l’oubli, les collections (roches, herbiers…), ne sortent guère des culs de basse fosse dans lesquelles elles ont été remisées pour être « conservées », alors même qu’elles pourraient être prêtées ou louées à des espaces permanents ou provisoires, voire exposées -ne serait-ce que dans des objectifs pédagogiques pour des publics de chercheurs, d’étudiants et de scolaires- dans leurs locaux par leurs propriétaires. Il arrive même qu’en raison de leur enfouissement et de leur dispersion, les responsables des établissements ou des services concernés peinent à repérer leur emplacement. Paradoxalement, les documents « papiers » s’en tirent mieux : d’abord parce que les bibliothèques sont depuis longtemps sensibilisées à la conservation des ouvrages et revues, ensuite parce que de plus en plus d’universités, y compris de SHS, s’organisent en se dotant de services d’archives s’intéressant à une grande variété de documents. Mais combien de chercheurs sont-ils au courant, et a fortiori actifs ?

CC Wikimedia Commons Darreenvt

CC Wikimedia Commons Darreenvt

Que peut-on attendre de la Mission Nationale de Sauvegarde du Patrimoine Scientifique et Technique Contemporain créée en 2003 afin de susciter des initiatives régionales et assurer un rôle de conseil et d’expertise pour la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel ? S’ils ne sont jamais sans intérêt, les résultats sont contrastés d’une région à l’autre (pour Midi-Pyrénées).

Dans ces conditions, la patrimonialisation des objets scientifiques ne peut relever que d’un choix politique d’autant plus courageux que ceux qui le font ne sont pas certains qu’il sera compris par leurs pairs. Car il suppose des engagements financiers au moment où les crédits sont globalement en diminution, de rompre avec des pratiques de non patrimonialisation bien ancrées et surtout parce que de nombreux scientifiques, convaincus que la science est per natura contemporaine, s’intéressent peu à l’hier et a fortiori à l’avant-hier. Le physicien Jean-Marc Levy-Leblond l’exprime clairement, pour mieux le déplorer : « La science n’a aucun scrupule à oublier le chemin suivi, à jeter ses archives, à brûler ses vaisseaux. Sûre d’avoir avancé, certaine de son progrès, pourquoi se retournerait-elle vers un passé frappé de caducité ? » (in La pierre de touche, Paris : Gallimard, Coll. Folio/Essais, 1996, p. 96). Manifestement, la pratique scientifique coexiste mal avec la culture scientifique…

On peut se complaire dans la déploration ou au contraire, à défaut de saisir les chercheurs par les cornes (horresco referens !), persuader ses propres instances académiques, mais aussi d’autres acteurs publics et privés, que ce patrimoine mérite leur attention car il est une corne d’abondance culturelle. S’agissant de l’Université, l’auteur de ces lignes ose espérer, malgré l’évolution de ses missions, qu’elle est toujours un lieu de culture et qu’elle entend le rester…

Crédit image à la Une : CC Wikimedia Commons David Olivier 


Robert Boure

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr)

More Posts

Robert Boure

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *