La crise économique et financière en débat

© Flickr / cc

© Flickr / cc

La crise économique et financière sévit toujours et même s’aggrave un peu partout, surtout en Europe. Il y a une convergence de vue chez les économistes sur une partie du diagnostic de la crise actuelle et de sa sortie possible.

On peut, par exemple, énumérer les facteurs qui ont été la cause de cette crise : des marchés financiers probablement trop dérégulés ; une sphère financière qui génère des bulles récurrentes, et de plus en plus graves ; le dysfonctionnement récurrent du capitalisme financier. Quant aux sorties de crise, on aimerait voir jouer un rôle plus actif à la Banque Centrale Européenne (BCE), ou bien encore, on souhaiterait des politiques économiques davantage centrées sur une croissance pro active, étalées dans le temps, et pas seulement sur des politiques de rigueur ou d’austérité. Nous sommes nombreux aussi à souhaiter des politiques de coopération renforcées pour aller vers un fédéralisme tempéré avec un Parlement aux pouvoirs élargis, et même vers l’émission d’eurobonds (obligations émises en commun par les pays de la zone euro).

Quelques divergences…

MARCHE FI

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Mais il existe aussi de vrais points de divergence que l’on peut ramener à une question centrale : la crise financière et la crise des dettes souveraines doivent-elles faire fondamentalement l’objet d’un traitement séparé, ou bien la crise des dettes souveraines s’articule t-elle étroitement sur la crise financière ? Ou encore : le surendettement des Etats les plus développés provient-il, oui ou non, de la crise financière ? La thèse de l’indépendance relative des deux crises est, en définitive, même si ce n’est pas dit toujours explicitement, celle de la commission européenne, des Etats européens et donc de notre gouvernement. C’est sur cette analyse qu’est pensée actuellement la voie européenne de sortie de crise. Au nom de cette indépendance relative, la crise des dettes souveraines doit être jugulée principalement par des politiques de rigueur budgétaire, puisque d’autres réponses ne sont pas praticables. La solution qui ferait appel à l’inflation est impossible (les banques centrales veillent en effet au grain) et celle qui ferait appel à la croissance n’est pas crédible en raison des perspectives atones des prévisions, notamment en Europe (la zone euro sera en récession cette année et l’année prochaine).

La principale critique que l’on peut faire de ce positionnement, de cette vision de l’indépendance relative des deux crises est la suivante : comment se fait-il que les Etats-Unis, la Grande Bretagne, le Japon et la quasi totalité des pays européens se trouvent, simultanément, il faut insister particulièrement sur ce denier terme, en situation de surendettement depuis 2010 ? Est-ce le fait du hasard ?. On nous dit en France, que les finances publiques ont été gérées n’importe comment depuis 20 ou 30 ans. Et donc qu’il faut maintenant faire des efforts pour réduire nos déficits structurels. C’est bien ce discours qui se répète également dans les autres pays. On voudrait nous nous convaincre que tous les grands pays auraient géré n’importe comment leurs finances publiques depuis une trentaine d’années ! Certes, ces grands pays étaient déjà endettés avant la crise financière, mais on pourrait  dire dans des conditions normales, sauf sans doute le Japon.  La quasi totalité des pays européens étaient dans les clous des critères de Maastricht (les fameux 60%). Faire un déficit pour un Etat dans des proportions raisonnables, correspond à un investissement d’avenir qui se retrouve ensuite, plus tard, dans les recettes fiscales. Avant 2007, personne ne parlait de la crise des dettes souveraines.

Mais que s’est-il donc passé ?

C’est très simple : le surendettement actuel des Etats provient de la crise financière pour deux raisons essentielles. Il a fallu que les Etats recapitalisent massivement les banques : pour la seule Europe, 5000 milliards d’euros. Il a fallu également à coups de milliers de milliards de dollars et d’euros soutenir l’activité économique à partir de la fin de l’année 2008. Si bien que l’endettement public mondial a cru de 55% entre 2007 et 2011, soit à un rythme double par rapport aux années antérieures. En définitive, si l’on veut vraiment diminuer le surendettement actuel, il faut afficher une priorité absolue au combat contre les causes de la crise financière, ce qui n’est pas vraiment fait actuellement et surtout ne pas croire que les politiques budgétaires actuelles vont résoudre le déséquilibre des finances publiques.

Crédits Patrick Mignard

Crédits Patrick Mignard

S’attaquer aux causes de la crise financière, c’est comprendre les causes de l’instabilité financière et monétaire. Les causes en question ont des origines lointaines. Dans les années 1970 et 1980, les Etats ont abandonné leur souveraineté sur les deux prix fondamentaux que sont les taux de change et les taux d’intérêt. Avant cette période, pendant les « Trente glorieuses », ces deux prix fondamentaux étaient sous contrôle public. Et du reste entre 1944, accords de Bretton Woods, et 1971, rupture du lien entre le dollar et l’or, il n’y a pas eu une seule crise financière dans le monde.

  • >Les accords de Bretton Woods (USA), signés le 22 juillet 1944 à la fin d’une conférence internationale, ont dessiné pour plusieurs décennies les grandes lignes du système financier international. Leur objectif principal était de mettre en place une organisation monétaire mondiale et de favoriser la reconstruction et le développement économique des pays touchés par la guerre.
    Les deux protagonistes principaux étaient l’économiste John Maynard Keynes, qui dirigeait la délégation britannique et Harry Dexter White, assistant au Secrétaire au Trésor des États-Unis. Chacun avait préparé un plan. Finalement, c’est la proposition de White qui s’est imposée, organisant le système monétaire mondial parfaitement stable autour du dollar américain, mais avec un rattachement nominal à l’or et aux autres grandes devises.
    Deux organismes ont vu le jour lors de cette conférence, qui sont toujours en activité : la Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI).
CC Flickr Images Money

CC Flickr Images Money

Avec la libéralisation des taux de change et des taux d’intérêt, toute une industrie financière s’est développée pour stabiliser le système de financement de l’économie mondiale. Des prix aussi fondamentaux qui fluctuent sur les marchés toutes les millisecondes c’est évidemment néfaste pour l’économie réelle et les entreprises particulièrement. D’où la création de cette immense industrie de produits dérivés, fabriqués par les plus grandes banques, qui consiste à redonner de l’horizon temporel, au delà de la milliseconde, aux acteurs de l’économie réelle. Ces produits dérivés ont ainsi une face « couverture du risque » vis-à-vis des évolutions incessantes des taux de change et des taux d’intérêt, mais ils ont également une face spéculative pour ceux qui les vendent, puisque le risque ne disparaît pas.

A la veille de la crise financière, cette industrie des produits dérivés atteint une dimension incroyable, à l’échelle mondiale, puisque pour une transaction de l’économie réelle portant sur des biens ou des services, 40 relèvent de cette industrie financière. La crise des subprimes qui intervient en 2007 est provoquée par une catégorie particulière de produits dérivés, les fameux CDOs  (Collateral Debt Obligations). Sans entrer ici dans la mécanique de cette crise, ce qu’il faut retenir, c’est que cette industrie est toujours en place et que d’autres crises se préparent pour les mêmes raisons. Il y a en effet aujourd’hui une bulle obligataire mondiale formée par l’ensemble des dettes publiques mondiales, bulle qui menace à tout moment d’éclater avec des effets instantanés qui seront ravageurs, notamment par l’entrée en action des CDS (Credit Default Swap), autre catégorie particulière de produits dérivés.Comment éviter le pire ?

moz-screenshot-3004

Crédits Patrick Mignard

Non seulement il faut combattre l’instabilité financière, d’une part en allant beaucoup plus loin dans la séparation des banques en deux (banques de dépôt et banques d’affaires), en opérant de véritables scissions patrimoniales comme l’avait fait Roosevelt en 1933, d’autre part en taxant les transactions financières internationales, donc les opérations de changes, ce qui n’est pas actuellement envisagé par la Commission Européenne.Mais surtout il faut combattre l’instabilité monétaire actuelle. Il faut que les Etats retrouvent leur souveraineté sur les deux prix fondamentaux de la finance : les taux de change et les taux d’intérêt. Et quand on parle de taux de change et de taux d’intérêt on se réfère à la monnaie. Il serait éminemment souhaitable qu’un nouveau Bretton Woods soit convoqué pour réformer de fond en comble le système monétaire international. La proposition maîtresse serait de revenir à l’idée de Keynes, à une monnaie commune à l’échelle internationale (mais pas unique) qui permettrait de stabiliser les taux de change et les taux d’intérêt. Ouvrir cette voie, c’est-à-dire aller vers une monnaie conçue comme un bien commun de l’Humanité,  est essentiel aujourd’hui. Le chemin sera long, mais c’est le seul qui permettra de réduire drastiquement la spéculation financière internationale et les crises à caractère systémique de plus en plus graves. Concevoir la monnaie comme un bien commun de l’Humanité, c’est encore croire que des forces démocratiques dans le monde vont pouvoir conjuguer leurs efforts pour qu’un nouvel ordre économique — et monétaire — international puisse émerger. Cet ordre sera alors en mesure de mobiliser les financements de très long terme qui sont exigés, dès à présent, par les transitions énergétique et écologique qu’il faudra aussi assurer à l’échelle mondiale. L’objectif est d’aller non seulement vers une planète multipolaire, et démocratique, mais aussi écologique et sociale.

CC Flickr Images Money

CC Flickr Images Money

Crédit image en bandeau : CC Flickr Images Money

François Morin

LEREPS

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/09/2015

    […] Vous avez dit marché financier ? : « La crise financière en débat » (François Morin) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *