Faire sa peine

4108950284_b4a5319526_o

CC Kim Daram

Les recherches en Sciences sociales relatives à l’univers carcéral déplacent leur regard vers l’expérience carcérale du détenu, dans l’objectif d’analyser son rapport à l’enfermement. L’incarcération est une épreuve au cours de laquelle le détenu, placé au centre d’un quotidien sous contraintes, est censé œuvrer à l’amélioration de ses conditions de détention.

La situation sociale particulière que constitue l’incarcération est appréhendée en tant que ligne biographique dominante ramenant à elle les autres centres d’intérêt de la vie quotidienne. Si ce déterminisme a fait l’objet de recherches s’appuyant essentiellement sur des entretiens biographiques menés avec les détenus, peu d’études se sont intéressées à la manière dont ce rapport particulier à la peine d’emprisonnement se construit au jour le jour à l’intérieur d’une prison, de surcroit chez une population mineure.

Expériences de détention

Cette thèse porte sur les expériences de détention des mineurs incarcérés à l’intérieur d’un établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) situé à Lavaur (Tarn). Une enquête ethnographique menée entre janvier 2008 et juin 2010 permet d’appréhender les expériences de détention au moyen d’une étude approfondie des logiques d’action construites par les détenus durant l’ensemble des temps collectifs mixtes auxquels ils sont sommés de participer. Dès lors, « faire sa peine » s’exprime dans l’instauration d’un rapport pratique à l’enfermement. Le détenu œuvre dans le but d’améliorer ses conditions de détention et bricole des espaces de liberté en manœuvrant avec l’hyperactivité forcée que lui inflige l’institution.

EPM - perpective - sans font

Établissement Pénitentiaire pour Mineurs (EPM) de Lavaur. Crédit Kim Daram

Prié de partager l’ensemble des activités collectives, le jeune détenu, soumis à la surveillance des personnels ainsi qu’à l’observation des détenus (la persistance des regards étant renforcée par la configuration architecturale des lieux ménageant de nombreux espaces ouverts), s’engage dans une mise en scène de soi. Il fait la démonstration de certaines conduites, produits d’une culture importée en prison, et cherche à en camoufler d’autres dans le but de susciter la reconnaissance des acteurs présents. L’EPM de Lavaur est ainsi envisagé en tant que prison-scène.

Idéaux-types de conduites

De ce point de vue, quatre figures de pratiques peuvent être extraites à partir d’une classification des logiques d’action construites par les détenus à l’intérieur des temps collectifs. Elles constituent les idéaux-types de conduites renvoyant à la mise en scène de façades personnelles idéalisées, l’adolescent s’attachant à maintenir ou à faire varier des rôles lui garantissant une meilleure position à l’intérieur des groupes formés lors des temps collectifs.

6771698125_9e979f1d04_b

CC Kate Ter Haar

S’agissant de la première figure, l’analyse du surcodage sexué met en lumière la propension de certains adolescents à s’engager dans une affirmation caricaturale de l’appartenance de genre. Les jeunes détenus exposent aux yeux d’autrui les conduites viriles en accord avec leur sexe biologique afin de susciter la reconnaissance du groupe dont le mode de sociabilité agonistique définit la violence verbale et physique ainsi que les postures de « bonhomme », comme des marqueurs de respectabilité. Au contraire, les filles incarcérées produisent une conduite surféminisée, parfois en opposition avec leurs pratiques hors les murs, plutôt orientées vers l’expression de dispositions sexuées inversées. De nombreuses attitudes renvoient par ailleurs à une posture biface que sous-tend l’image du bon détenu. L’adolescent cherche ainsi à « se faire bien voir » afin d’obtenir, dans une perspective de dons/contre-dons, certains avantages à l’intérieur de la détention. Dès lors, passer pour le bon détenu réside dans le fait de jouer sur les deux tableaux, cherchant à répondre aux exigences du règlement intérieur porté par les personnels de l’établissement, livrant dans le même temps les gages de son appartenance au groupe de pairs.

Capture d’écran 2013-04-16 à 09.25.26

Cellule de l’EPM de Lavaur. Crédit Kim Daram

La troisième figure rend compte du « faire affaire », conduite visant à produire les conditions favorables à l’échange de produits licites ou illicites et renvoyant à la façade du trafiquant. Dès lors qu’elle est exposée, la capitalisation des biens de marque ou interdits à l’intérieur d’un environnement fondé sur la privation (shit, tabac, briquet, portable) suscite la reconnaissance des pairs. Faire valoir l’ensemble de ces biens en les montrant aux membres du groupe permet d’afficher des signes ostentatoires de richesse, indiquant par là son habileté à s’intégrer au sein des réseaux d’échange afin d’en tirer des avantages substantiels. Enfin, certaines pratiques visent à passer inaperçu à l’intérieur de la détention. Les « victimes », dénomination attribuée à une poignée d’adolescents qui se voient imputer une identité sociale virtuelle dépréciée, cherchent à se soustraire au dispositif d’hyperactivité forcée afin de limiter les périodes d’exposition à l’intérieur des groupes de détenus. S’inscrivant de manière quasiment exclusive dans des attitudes d’évitement du groupe et de refus ponctuel des activités, parfois avec l’appui de l’institution, ils sont considérés comme les parias de la détention.

Crédit image en bandeau :  CC Martin


Laurent Solini

PRISSMH/SOI (laurent.solini@gmail.com)

More Posts - Website

Laurent Solini

PRISSMH/SOI (laurent.solini@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *