Le patrimoine scientifique toulousain à l’épreuve

Cheval de l’école vétérinaire de Toulouse, copyright École vétérinaire de Toulouse. Reproduction autorisée.

S’il y a plus de dix ans, des instruments, des livres et des archives étaient encore jetés à la benne directement du dernier étage de certains bâtiments historiques universitaires toulousains, est-il envisageable de revivre cet événement aujourd’hui ?

Probablement non. La communauté scientifique et universitaire a en effet acquis une conscience accrue de son patrimoine et de l’intérêt de le sauvegarder. L’évolution des mentalités, mais aussi la constitution de services dédiés et la mise en œuvre d’actions ont permis de franchir des étapes importantes pour améliorer la conservation et la valorisation du patrimoine scientifique. Si les initiatives développées depuis une dizaine d’années en Midi-Pyrénées ont suffisamment convaincu, le plus ardu reste à faire : éviter l’éparpillement des forces mobilisées – ce qui conduirait à une marche dispersée particulièrement préjudiciable – et décliner une politique de site, ce qui placerait le patrimoine scientifique au cœur des missions fondamentales des nouveaux établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Copyright Aurélie Garriga / UFTMP

Copyright Aurélie Garriga / UFTMP

  • Ballé C., Cuenca C., Thoulouze D., dirs., 2010, Patrimoine scientifique et technique : un projet contemporain. Paris : La Documentation Française.
    Lettre de l’OCIM, 2010, n°129.
  • Hottin C., 2011, « Editorial », du numéro 17, Revue des Patrimoines In Situ, n°17, Les patrimoines de l’enseignement supérieur.
  • Roth C., 2000, Etude sur le patrimoine scientifique : les enjeux culturels de la mémoire scientifique, Rapport pour la Mission du patrimoine ethnologique.

En France, au 21ème siècle …

Explorons tout d’abord le contexte national et notons quatre actes facilitateurs. A la fin du 20ème siècle, la France a souffert de la fermeture pendant dix ans de son temple des sciences et des techniques : le Musée des Arts et Métiers. Sa rénovation et sa réouverture en 2000 se sont accompagnées, trois ans plus tard de la constitution de la mission nationale PATSTEC pour la sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain. Tout un pan du patrimoine scientifique jusqu’alors ignoré a pu ainsi être révélé. Ce réseau national a permis une sensibilisation des organismes d’enseignement supérieur et de recherche, des structures culturelles, ainsi que des entreprises, à la sauvegarde des objets témoins de la recherche publique et privée.

En parallèle et de façon complémentaire, le réseau Aurore a été créé en 2007. Il rassemble les Archivistes des Universités et autres établissements d’enseignement supérieur (grands établissements et grandes écoles), des Rectorats, des organismes de recherche et du centre dédié aux archives des mouvements étudiants. Par ailleurs, fin 2009, l’OCIM (Office de Coopération et d’Information Muséales) a inauguré un Observatoire du Patrimoine et de la Culture scientifiques et techniques (OPCST). Enfin, depuis 2007, les universités ont reconnu les spécificités et technicités inhérentes aux métiers du patrimoine par la création d’emplois-types dédiés à la gestion de collections.

Aujourd’hui, la majorité du patrimoine scientifique universitaire français reste néanmoins en souffrance, entre deux commémorations, à l’exception de quatre sites universitaires en région : le Jardin des Sciences à Strasbourg, le Pôle Patrimoine scientifique de l’Université Montpellier 2, l’Espace Culture de Lille 1 et la nouvelle Communauté d’universités et d’établissements de Bordeaux qui développe une politique patrimoniale de campus. Quid de Toulouse ?

À Toulouse, au 21ème siècle…

Unknown-1

Crédits UFTMP

De leur côté, les sciences toulousaines ne se reposent pas sur un désert patrimonial. Ce patrimoine est même caractéristique et représentatif du patrimoine scientifique académique universitaire français tel qu’il est revendiqué par les universitaires eux-mêmes : il rassemble communément des collections zoologiques, paléontologiques, minéralogiques, de chirurgie dentaire, anthropologiques, astronomiques, anatomiques, d’un jardin botanique, des herbiers et des arboretums, des fonds photographiques, un service de livres anciens et des instruments scientifiques anciens et contemporains, pédagogiques et de recherche. Sa diversité ne nuit pas à sa qualité, mais plutôt à sa visibilité. Les collections d’histoire naturelle et de médecine sont, par exemple, détenues par l’Université Paul Sabatier, à l’exception de collections d’anatomie appartenant à l’Ecole vétérinaire. Par ailleurs, le patrimoine astronomique est détenu par l’Observatoire Midi-Pyrénées (Observatoire des sciences de l’Univers) composante de l’Université Paul Sabatier. Enfin, les instruments scientifiques sont éclatés dans différents établissements, universités et écoles d’ingénieurs. Le traitement des archives de sciences peut lui être qualifié d’embryonnaire.

CC Flickr Frédéric Bisson

CC Flickr Frédéric Bisson

Finalement, chaque institution donne l’impression de se débattre pour ou contre ces « trésors » en fonction respectivement des calendriers de commémorations, de la pression des mètres carrés et des contraintes budgétaires. En période critique, le personnel universitaire a même été contraint de confier les pièces rares aux Musées de France (Musée Paul Dupuy et Muséum de Toulouse), garantissant ainsi la conservation des éléments les plus remarquables… mais aboutissant à l’appauvrissement des collections dans les murs universitaires et à la progressive déresponsabilisation des responsables de l’institution envers son patrimoine. Malgré tout, en synergie avec la dynamique nationale, les processus de patrimonialisation toulousains s’élargissent, se multiplient, de manière protéiforme, en mobilisant divers acteurs qui portent des projets d’inventaire, de médiation et de recherche.

Ainsi, au cours des dix dernières années, les universités et écoles d’ingénieurs ont franchi des étapes significatives :  inscriptions à l’inventaire supplémentaire des portraits des doyens de la Faculté de médecine, de la machine dynamo-électrique type Edison de l’ENSEEIHT, de la Soufflerie de Banlève – inscrite également au patrimoine industriel du XXème siècle de l’IMFT -, réalisation d’inventaires (fonds photographique Gaussen, astronomie, minéralogie, paléontologie, herbiers et instruments contemporains), soutenance de deux thèses sur le patrimoine de l’Ecole vétérinaire de Toulouse.

La grande soufflerie de Banlève, classé… par Universite_de_Toulouse
Comme ailleurs, des postes et des services ou missions ont été créés : en précurseur dans les années 1990, le Service des livres anciens et la Commission Patrimoine de l’Observatoire Midi-Pyrénées, mais plus récemment, la mission Archives de l’Université Toulouse I – Capitole en 2003, la mission PATSTEC dans le service de Diffusion des sciences et des techniques de l’Université de Toulouse en 2004, la mission Archives de chercheurs de la MSHS-T (2010), le service commun d’Etudes des Collections Patrimoniales de l’Université Paul Sabatier (2011), ou encore un poste d’archiviste à l’Université de Toulouse 2 – Le Mirail et à l’IMFT (depuis 2012). Ces initiatives ont très probablement profité d’un contexte général favorable, dans la mesure où cette décennie s’est ponctuée régulièrement de commémorations diverses : les centenaires des écoles d’ingénieurs de l’INPT (N7, ENSAT, ENSIACET), les 50 ans du CEMES, les 40 ans d’UTM et de l’UPS, le centenaire du Prix Nobel Paul Sabatier… En parallèle, des projets de médiation ont naturellement émergé dans le cadre notamment du nouveau festival des savoirs partagés « La Novela » porté par la Ville de Toulouse, puis par la métropole, de la Cité de l’Espace et du nouveau Muséum d’histoire naturelle.

Novela

De nouvelles étapes à franchir

La préoccupation patrimoniale croissante des acteurs de la production des savoirs pour conserver une mémoire des pratiques est néanmoins à nuancer. Les faits révèlent plutôt un accroissement du nombre de professionnels du patrimoine au sein des institutions qui accompagnent et sensibilisent les acteurs de la production des savoirs. Ces acteurs, qui sont majoritairement des « administratifs », sont accompagnés de chercheurs. Ainsi, on peut citer deux programmes de  recherche complémentaires et novateurs : ECRITO (Les écritures ordinaires de la recherche : un patrimoine peu exploré, témoin de la construction des savoirs, porté par Muriel Lefebvre, chereurs au LERASS) et PATOUS (Patrimoine immatériel du Toulouse scientifique moderne, 1960-1990, porté par Nicolas Adell et Jérôme Lamy, membres du LISST).

Archives d’Alexandre Dauvillier (Observatoire Midi-Pyrénées – Bagnères de Bigorre)

Archives d’Alexandre Dauvillier (Observatoire Midi-Pyrénées – Bagnères de Bigorre)

Ces deux recherches ont émané de la volonté collective (chercheurs et administratifs) d’explorer dans sa globalité le patrimoine scientifique et technique avec un objectif commun : rendre compte de la construction des savoirs, l’un se préoccupant de la diversité des pratiques/écritures de la recherche en les mettant en regard avec les pratiques de patrimonialisation et de médiation et l’autre récoltant des récits de vie de savants pour questionner « ce que la science fait à la vie ».

Malgré un contexte institutionnel et intellectuel qui s’améliore, ces conditions restent d’un point de vue financier et humain faibles et maintiennent les fonds et collections dans une situation précaire d’un point de vue matériel (conservation) et immatérielle (fructification des savoirs). Doit-on imaginer les universitaires toulousains trop modestes pour ne pas s’emparer réellement de leurs patrimoines ? Peut-on se satisfaire des études et initiatives en marche dispersée mal coordonnées, qui souffrent en outre d’un manque de visibilité nationale ? Sommes-nous prêts à « passer à la vitesse supérieure » en capitalisant les efforts et savoirs accumulés ces dernières années ? La future Université fédérale de Toulouse accompagnera-t-elle enfin les professionnels du patrimoine pour qu’ils apportent des éléments de réponse à la question fondamentale : « quelles sont les pratiques patrimoniales et culturelles qui font sens pour les hommes de science et les citoyens ? ».

Crédit image en bandeau : CC Wikimedia Commons, Muséum d’histoire naturelle de Toulouse


Anne-Claire Jolivet

Service Diffusion de la Culture des Sciences et des Techniques (anne-claire.jolivet@univ-toulouse.fr)

More Posts

Anne-Claire Jolivet

Service Diffusion de la Culture des Sciences et des Techniques (anne-claire.jolivet@univ-toulouse.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *