Sur les traces de la vie savante à Toulouse

zkgêrkger^

CC Camptocamp

Le programme PATOUS (Patrimoine immatériel du Toulouse scientifique contemporain), est une enquête collective, toujours en cours, visant à la collecte de récits de vie de chercheurs qui ont participé aux profonds bouleversements qu’a connus, dans la deuxième moitié du XXème siècle, l’organisation scientifique toulousaine à l’instar des institutions scientifiques françaises.

Il bénéficie du soutien du Conseil Régional de Midi-Pyrénées, de la Mission « Sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain de Midi-Pyrénées », du Pole de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) de Toulouse et enfin du Département du Pilotage de la Recherche du Ministère de la Culture.

  • Adell N., dir., 2012, Les savoirs en partage, Toulouse, Toulouse : Midi-Pyrénées Patrimoine, hors-série.
  • Adell N., Lamy J., dirs., La vie savante, Paris : Editions de la MSH, à paraître.
  • Bortolotto C., dir., 2011, Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie, Paris : Editions de la MSH.

L’avant PATOUS

Le PRES de Toulouse hébergeait depuis 2004 une instance émanant d’un projet d’ambition nationale du Musée des Arts et Métiers, la Mission « Sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain de Midi-Pyrénées » dont les tâches fondamentales ont consisté initialement en l’inventaire et la sauvegarde du patrimoine scientifique matériel. Il s’agissait également, du point de vue des instances locales, d’un levier pour la promotion de la culture scientifique à laquelle les institutions scientifiques avaient jusqu’ici fait peu de place. Cette révélation de la dimension historique et culturelle de la science était tout autant destinée à la sensibilisation du grand public qu’à celle des scientifiques eux-mêmes. Cette initiative a été importante et nécessaire, mais non sans limites, comme l’ont constaté très rapidement ses responsables, Anne-Claire Jolivet et Catherine Gadon.

Colonne du microscope à très haute tension - Laboratoire d’optique électronique (aujourd’hui CEMES) - Photographie Jean Dieuzaide – 1973

Colonne du microscope à très haute tension – Laboratoire d’optique électronique (aujourd’hui CEMES) – Photographie Jean Dieuzaide – 1973

En effet, elle a rendu visibles les sciences à instruments spécifiques (à microscopes, à télescopes, à calculateurs…) au détriment de celles dont l’équipement est d’un autre genre, les mathématiques et les sciences humaines et sociales notamment (qui s’appuient essentiellement sur un stylo et du papier). De plus, elle est passée à côté de ce à quoi l’on peut s’attacher ou s’identifier plus aisément qu’aux outils, les hommes qui les utilisent. Le programme « Parcours de chercheurs » a pallié cette absence en donnant à voir et à entendre des scientifiques toulousains qui ont accepté de confier leurs trajectoires à la caméra. Mais ces chercheurs n’étaient qu’une poignée : Gérard Coupinot, astronome, Sylvie Vauclair, astrophysicienne, Armand Lattes, chimiste, Jean Faucher, génie électricien, Serge Chauzy, physicien de l’atmosphère, Georges Giralt, roboticien, Henri-Claude Boisson, mécanicien des fluides et Robert Marconis, géographe et seul représentant des sciences humaines et sociales.

Il fallait donc non seulement élargir le panel, mais encore apporter à cette démarche de collecte de témoignages les outils de méthode et de réflexion d’une discipline qui a placé au centre de sa démarche ce type d’enquêtes, l’Anthropologie. PATOUS est né de cette double nécessité. En même temps, il s’inscrit largement dans les réflexions contemporaines sur l’élargissement du patrimoine scientifique aux dimensions immatérielles, suscitées notamment par l’UNESCO dans une Convention de 2003.

PATOUS ou des récits de vie à la vie savante

Le cahier des charges de PATOUS s’est organisé essentiellement autour du recueil des récits de vie d’un plus grand nombre possible d’acteurs du monde scientifique toulousain (cf. encadré), du passage de ces témoignages au crible de l’analyse anthropologique et enfin, de la restitution à un public plus vaste, comprenant les scientifiques eux-mêmes.

Les acteurs scientifiques

  • 7 biologistes, médecins (Georges Larrouy, Jean-Pierre Zalta, Hugues Chap, Hélène Grandjean, Pierre Celsis, Max Lafontan, Mireille Blanc)
  • 6 mécaniciens des fluides (Didier Bellet, Lucien Masbernat, M et Mme Niclot, Jean-Claude Boulay, Alain Butet de Veine)
  • 5 géographes (Romain Gaignard, Georges Bertrand, Christian Beringuier, Guy Jalabert, Pierre-Yves Péchoux)
  • 3 spécialistes du Génie électrique (Max Marty, Jean Galy et Bui Aï)
  • 3 sociologues (Anne Sauvageot, Christian Roy, Jean-Yves Nevers)
  • 3 économistes (François Morin, Jean-Pierre Florens, Jacques Crémer)
  • 2 historiens (Rolande Trempé, Bartolomé Bennassar)
  • 2 astrophysiciens (Henri Rème, Jean-Paul Zahn)
  • 2 juristes (André Cabanis, Sylvaine Perruzetto)
  • 2 mathématiciens (Henri Caussinus, Philippe Carbonne)
  • 1 chimiste (Bruno Chaudret)
  • 1 physicien (Philippe Durand)
  • 1 astronome (Robert Nadal)
  • 1 archéologue (Jean Guilaine),
  • 1 spécialiste des études sur le genre (Jacqueline Martin)
  • 1 micro-électronicien (Daniel Estève)
  • 1 spécialiste de l’aéronautique (Marc Pellegrin)

Les travaux des membres de l’équipe (constituée initialement de Nicolas Adell, Lola Devolder, Ariela Epstein, Anne-Claire Jolivet, Jérôme Lamy, Sébastien Plutniak et Josselin Tallec, rejoints en 2013 par Marie-Ange Lasmènes, Jeanne Teboul et Jules Tombelle) ont notamment mis en évidence les raisons pour lesquelles les chercheurs conduisent telle recherche plutôt que telle autre, à Toulouse plutôt qu’ailleurs. En somme, a été documentée l’idée générale que toute science est humaine, ce qui transparaît lorsque l’on met au jour les ressorts affectifs, sociaux, cognitifs, sensibles de ce que l’on a appelé « la vie savante ».

la vie savante

Copyright UFTMP

Puis le programme a rendu compte de ses principaux résultats dans le colloque La vie savante. Formes et récits d’un style qui s’est tenu au Muséum d’Histoire naturelle. Ouvert au public (une soixantaine de personnes majoritairement des étudiants), il a été volontairement inscrit dans le programme de l’édition 2012 de La Novela, importante manifestation toulousaine dédiée à la Culture scientifique et technique. Ce colloque a également été l’occasion de confronter les enquêtes menées dans le cadre de PATOUS avec celles conduites par d’autres chercheurs, historiens, sociologues et anthropologues, en France et ailleurs, sur la vie savante et les manières de l’analyser. Entre autres, Christian Jacob, helléniste et Directeur d’études à l’EHESS, y a exposé des réflexions sur la naissance des traditions intellectuelles et les rapports maître-disciple ; Laurent Rollet, Maître de conférences à l’Université de Nancy, a déployé les différentes biographies qu’a pu engendrer la mort du mathématicien Poincaré ; Caroline Ehrhardt, Maître de conférences à l’Université de Paris VIII, a mis en discussion les deux vies du mathématicien Evariste Galois.

Nouveaux objets, nouvelles approches, nouveaux enjeux

Le programme est donc issu d’une catégorie récente, le patrimoine scientifique immatériel, dont il faut bien prendre acte qu’il ne s’agit pas simplement d’un patrimoine supplémentaire. Car il n’est pas seulement question d’augmenter ou de complexifier par ce moyen la profondeur historique d’une science, ni d’envelopper les instruments ou les objets de la « peau » des pratiques et des récits qui les rendraient dès lors plus « vivants ». La notion de « patrimoine scientifique immatériel » repose en fait sur la saisie de nouveaux objets, de nouvelles approches et de nouveaux problèmes pour questionner les façons de faire et de vivre la science.

Ecrito

Crédits LERASS projet ECRITO

Nouveaux objets : il s’agit de l’histoire, de la mémoire et de la culture des sciences, jusques là encore trop souvent considérées au pire comme un domaine d’amateurs ou de chercheurs repliés sur l’histoire de leur discipline (à défaut d’être capables de la faire avancer ?), au mieux comme des candidates à l’élévation au rang d’objets légitimes de la recherche. Et si depuis une trentaine d’années des travaux importants ont été publiés en ces domaines, les voies de la reconnaissance académique sont encore à consolider.

Nouvelles approches : à la lecture de ce qui précède, on comprend que les enquêteurs se sont inscrits dans une perspective collaborative de construction du savoir où le sujet et l’objet sont également « auteurs » des récits produits. Cela a également été un souci méthodologique des membres de l’équipe que d’inviter systématiquement l’enquêté à revenir sur son propos retranscrit, de façon à le compléter, le corriger, de sorte qu’il soit lui-même le premier analyste de sa vie savante.

Ce dernier aspect ouvre l’horizon des nouveaux problèmes. Dans le patrimoine scientifique immatériel et dans la notion de « vie savante » qui en découle l’accent est très fortement mis sur la subjectivité que toute connaissance digne de ce nom mérite et assume. Aussi, les enquêteurs ne sont pas à la recherche de la distance ou du regard froid et surplombant. Au contraire, ils plaident volontiers pour l’importance d’une certaine intimité, seule à même d’offrir une « description dense » et de proposer une série de « points du vue » sur ce que la science fait à la vie de celui qui la produit.

Crédit image en bandeau : CC Flickr Rob Young

CC Flickr Kenny Louie

CC Flickr Kenny Louie


Nicolas Adell

LISST-CAS (nicolasadell@yahoo.fr)

More Posts

Nicolas Adell

LISST-CAS (nicolasadell@yahoo.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *