Industries créatives et industries culturelles

 
©Dawn Endico

©Dawn Endico

La question de l’économie créative figure à l’agenda des pouvoirs publics depuis plus d’une décennie. En Europe, le protocole de Lisbonne de mars 2000 a joué un rôle important dans cette émergence à travers l’objectif stratégique proclamé de faire de l’Union européenne « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d’ici à 2010 ».

En 2006 une étude commandée par la Commission Européenne au bureau KEA European affairs analysait la contribution du secteur culturel à l’agenda de Lisbonne. Elle s’intéressait au secteur « culturel et créatif » et tentait d’harmoniser ces deux notions, en considérant les industries créatives comme un simple élargissement des industries culturelles vers le design, la mode, la conception de produits, l’architecture ou la publicité. La créativité était considérée dans cette étude comme l’utilisation de ressources culturelles sous la forme d’une consommation intermédiaire au cours du processus de production dans les secteurs non culturels.

  • Bouquillion Ph., Miège B., Moeglin P., 2013, L’industrialisation des biens symboliques. Les industries créatives en regard des industries culturelles, Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, Col. Communication, Médias, Société.
  • Flichy P., 1980, Les Industries de l’imaginaire. Pour une analyse économique des médias, Grenoble/Paris, Presses Universitaires de Grenoble/INA.
  • Huet A., Ion J., Lefebvre A., Miège B., Péron R., 1978, Capitalisme et industries culturelles, Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 200 p. 2ème édition revue et augmentée, 1984.
  • Leriche F., Daviet S., Sibertin-Blanc M., Zuliani J.-M., 2008, L’économie culturelle et ses territoires, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 381 p.
  • Sciences de la Société, 1997, Industries culturelles et « société de l’information », n°40, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

La culture, « un catalyseur de la créativité »

A la suite de la publication de cette étude, la Commission Européenne a édité en mai 2007 une Communication relative à l’agenda européen pour la Culture à l’ère de la mondialisation dont l’un des trois objectifs consiste à faire de la culture « un catalyseur de la créativité dans le cadre de la stratégie de Lisbonne pour la croissance et l’emploi ». En novembre 2007, cet agenda a été adopté par le Conseil Européen.

LOGO-definitifCette effervescence institutionnelle touche alors aussi bien les pouvoirs nationaux, régionaux et locaux que l’échelon européen, ce dont témoigne, par exemple, le succès médiatique remporté par le réseau des villes créatives créé par l’UNESCO en 2004. Elle s’accompagne d’une littérature abondante censée fournir des éclairages inédits sur des phénomènes analysés sous l’angle de la nouveauté radicale. C’est précisément sur ce point que L’industrialisation des biens symboliques – les industries créatives en regard des industries culturelle, ouvrage dont nous allons rendre compte ici, se démarque de nombre de publications plus soucieuses de « faire le buzz » ou de soutenir des stratégies marketing que de fournir des clés d’analyse pertinentes.

Contrairement à des travaux s’affichant comme totalement novateurs et prétendant proposer des théories générales inédites sur l’économie de la connaissance, de la culture et de la créativité, cet ouvrage s’inscrit délibérément dans la continuité de recherches antérieures qualifiées par ses auteurs (Philippe Bouquillion, Bernard Miège et Pierre Moeglin) de « théorie des industries culturelles ». Les premiers jalons de cette théorie ont été posés à la fin des années 1970 dans un ouvrage collectif auquel l’auteur de cette note a participé. Si, dans les années suivantes, le centre de gravité des recherches francophones en la matière s’est plutôt déplacé vers Grenoble, Paris ou Montréal, plusieurs laboratoires toulousains (dont le GRESOC et le LERASS) et la revue Sciences de la Société ont, dès la fin des années 1980, continué à explorer cette voie, soit en revisitant certains apports, soit en déplaçant la focale sur les aspects territoriaux du développement des industries culturelles, ou encore sur les politiques culturelles, voire sur les « chantiers de la création » pour reprendre le titre du dossier d’une livraison de Sciences de la Société (n°26, 1992). Pour sa part, en 2006, le LISST-CIEU a organisé un colloque international dans le champ de la géographie culturelle où l’on a retravaillé certaines de ces thématiques.

OuvragePh. Bouquillion, B. Miège et P. Moeglin présentent leur ouvrage comme une sorte de complément et d’actualisation d’un corpus élaboré régulièrement depuis la fin des années 1970 et auquel chacun d’entre eux a apporté, à des titres divers, sa contribution. Ils résument ce corpus en évoquant des « recherches s’efforçant de penser l’enchevêtrement de la création et de la normalisation industrielle ». Ce rappel liminaire les conduit d’emblée à refuser l’amalgame entre industries culturelles et industries créatives ou à ne voir dans les secondes qu’une simple extension du domaine des premières, dans la mesure où l’exigence de reproductibilité n’est en rien constitutive, selon eux, du secteur créatif. En revanche, au point de rencontre de deux tendances lourdes mises en évidence dans le livre – industrialisation de la culture et culturisation de l’industrie – peut se développer, de leur point de vue, le projet ambitieux d’une économie politique des biens symboliques.

Le projet ambitieux d’une économie politique des biens symboliques.

Pour ce faire, ils proposent un système d’explication très structuré autour de trois paradigmes spécifiques des industries de biens symboliques (convergence, collaboration, création) et de cinq modèles socio-économiques destinés à caractériser les industries culturelles, mais qu’ils cherchent à confronter aux particularités des industries créatives. Celles-ci se référent plus particulièrement au cinquième modèle d’analyse, celui du courtage informationnel, qui permet d’analyser les différentes formes organisationnelles et stratégiques d’intermédiation. Ce cadre  très robuste s’accompagne malheureusement d’explications parfois redondantes et d’un style pas toujours aussi délié qu’on le souhaiterait, l’écriture à trois plumes ne facilitant évidemment pas la tâche des auteurs. Mais, d’un autre côté, il fournit des explications cohérentes à des phénomènes complexes, disparates et parfois contradictoires. On remarquera la grande prudence des auteurs, toujours soucieux de ne pas s’enfermer dans un modèle explicatif trop contraignant. Outre un corpus théorique solide, le lecteur bénéficie ainsi de vues à la fois pénétrantes et nuancées sur bien des questions d’actualité qui ne peuvent laisser indifférents les chercheurs toulousains impliqués dans le Labex Structuration des Mondes Sociaux et qui ont pris la culture pour objet. On peut citer, à titre d’exemples, des vues originales et5150385-comment-faire-payer-des-impots-aux-geants-du-net intéressantes sur les stratégies des différents acteurs à l’égard des droits de la propriété intellectuelle, l’analyse – à l’encontre de bien des idées reçues – sur les relations de complémentarité entre action publique et fonctionnement du marché ou encore le positionnement des Big Four (Amazon, Apple, Facebook et Google) entre logiques financières et stratégies d’intermédiation.

L’ambitieux projet porté par cet ouvrage appelle inévitablement quelques réserves et demandes d’éclaircissements. On regrettera, par exemple, que la question du symbolique n’ait pas fait l’objet d’une réflexion plus poussée. Si ce terme générique permet de regrouper commodément, sans pour autant les confondre, les secteurs culturels et créatifs, il reste tout de même à se demander où passe la frontière entre biens pourvus d’une charge symbolique et autres biens, à moins qu’il s’agisse pour les auteurs d’une tendance générale à la symbolisation dont les industries culturelles et les industries créatives constitueraient l’archétype. Un autre point obscur concerne la dimension territoriale du développement industriel de ces biens symboliques et ce point interpelle directement les chercheurs toulousains qui ont souvent intégré cette dimension dans leurs analyses. Les auteurs ne lui concèdent qu’un développement très succinct au détour d’un paragraphe sur l’intermédiation organisationnelle au service des industries hollywood3créatives. Certes, les grands acteurs des filières concernées rêvent de pouvoir s’adresser directement à des individus déterritorialisés du village global. Néanmoins les marchés restent largement segmentés en fonction, notamment, d’habitus territoriaux. Par ailleurs le mirage de l’économie créative – dénoncé à juste titre dans le livre – se propage largement auprès des collectivités locales en soutien à leurs politiques d’attractivité et de compétition territoriale, à travers la mobilisation de ressources matérielles et humaines et l’activation d’imaginaires, souvent « territoriaux », susceptibles de construire des récits performatifs. L’apparition récente de nombreux « clusters créatifs » – qui peinent à dépasser le stade des bonnes (?) intentions – illustre bien cette tendance.

Ces quelques réserves ne sauraient évidemment faire oublier le grand intérêt d’un ouvrage permettant au lecteur de suivre les derniers développements de la théorie des industries culturelles, tout en ayant un panorama richement documenté des stratégies en action dans les différentes filières des industries créatives.


Alain Lefebvre

LISST-CIEU (lefebvre@univ-tlse2.fr)

More Posts

Alain Lefebvre

LISST-CIEU (lefebvre@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *