Pourquoi s’intéresser aux brouillons de la recherche ?

CC Camdiluv ♥

CC Camdiluv ♥

Quel lien peut-on faire entre une liste de courses et le brouillon d’un chercheur ? Nous écrivons tous, quasi-quotidiennement, de nombreux documents (lettres, listes de courses, calculs des impôts, etc.) qui ne sont pas destinés à être montrés. Ceux-ci, ont une existence parfois éphémère (comme les post-it) ou, au contraire, sont conservés précieusement (comme les cartes postales ou les lettres), indiquant ainsi la dimension affective que nous pouvons leur porter. Ils sont tous mobilisés, d’une manière ou d’une autre, pour appréhender et domestiquer le monde qui nous entoure.

De la même manière, dans leur travail journalier, les chercheurs produisent de nombreux écrits qui, au mieux, seront empilés dans une armoire, au pire seront jetés. À la suite de l’écrivain Georges Pérec, ils peuvent être qualifiés d’« ordinaires », au sens où, s’ils participent quotidiennement au travail de recherche, ils n’acquièrent généralement aucune visibilité et sont fréquemment oubliés voire détruits.

Bibliographie indicative

Des écrits ambivalents forts révélateurs

Afin de rendre compte de la variété de ces écrits (brouillons, photos, données informatiques, entretiens, films, etc.) et de questionner leurs rôles dans les activités des chercheurs, il est nécessaire de définir le fonctionnement des publications, articles et ouvrages notamment, qui constituent la forme écrite légitime et publique de la recherche. Outre leur fonction importante dans la transmission deconnaissances scientifiques nouvelles, les publications sont porteuses de multiples enjeux qui dépassent bien souvent le niveau individuel du chercheur. Ainsi, ces dernières comportent un enjeu juridique, puisqu’elles permettent à un auteur d’affirmer sa paternité sur un résultat. Mais l’article scientifique représente également un véritable enjeu économique, comme source de profit pour les grands éditeurs commerciaux. C’est enfin un enjeu politique important, mobilisé pour évaluer les chercheurs et, par suite, définir les politiques d’attribution des financements de la recherche par exemple.

Cette forme légitime de communication ne peut cependant exister sans les écritures quotidiennes de la science. On peut alors s’interroger sur la manière avec laquelle les chercheurs mobilisent les différents supports dits « ordinaires » pour produire de nouvelles connaissances mais également pour établir une relation avec leurs objets d’étude ou encore pour échanger avec d’autres chercheurs. En quoi la nature du support, papier ou numérique, par exemple, entre-t-elle en compte dans les pratiques d’écriture des chercheurs ? Quel rapport les chercheurs entretiennent-ils avec leurs écrits, une fois une recherche achevée ? Comment évoquer leur ambivalence, entre démarche de conservation, parfois fétichiste, et un besoin d’oubli ? Quel sens, enfin, pourrait-on donner à une démarche de conservation de ces écrits ordinaires, en vue notamment de leur attribuer le statut d’objet patrimonial ?

Enjeux et importance de ces écrits ordinaires

CC François et fier de l'Être

CC François et fier de l’Être

La patrimonialisation des écritures ordinaires de la recherche peut en effet intéresser différents acteurs, avec des objectifs distincts. Ainsi, ces écrits constituent, par exemple, des éléments de valorisation pour une institution scientifique, ou encore, une trace matérielle de son histoire. Pour les chercheurs, les démarches de conservation permettent de ré-exploiter ultérieurement des données anciennes mais également d’amorcer une réflexion sur leurs propres pratiquesprofessionnelles. Enfin, les écrits quotidiens, s’ils sont ordinaires pour les chercheurs, sont extra-ordinaires pour le grand public. De ce fait, ils constituent une fenêtre inestimable sur la science en train de se faire et sont mobilisables pour des opérations de médiation scientifique.
Finalement, l’analyse de ces écrits « ordinaires » de la science montre toute l’importance et les enjeux qu’il y a à s’intéresser au travail quotidien des chercheurs.

Crédit image en bandeau :  CC Sebastien Wiertz
CC Peter Turvey

CC Peter Turvey


Muriel Lefebvre

LERASS (muriel.lefebvre@ut-capitole.fr)

More Posts - Website

Muriel Lefebvre

LERASS (muriel.lefebvre@ut-capitole.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 23/10/2013

    […] Lire : Pourquoi s’intéresser aux brouillons de la recherche ? […]

  2. 23/10/2013

    […] Lire : “Pourquoi s’intéresser aux brouillons de la recherche ?“ […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *