La performativité du langage des chiffres

CC Flickr PROGroume

CC Flickr PROGroume

L’histoire de nos façons de compter et de « faire parler les chiffres » en dit beaucoup sur nos sociétés : elle raconte qui nous sommes, ce(ux) qui compte(nt) pour nous.

Mais que nous content les comptes d’aujourd’hui ?

Auparavant auxiliaires discrets du pouvoir, les chiffres -financiers, économiques, comptables, gestionnaires- sont devenus dans les années 1980 d’hystériques agents d’une mondialité débridée, au risque 30 ans plus tard, de se muer en un Golem incontrôlable de chiffres, de tableaux de chiffres, de tableaux de tableaux de chiffres….

Des chiffres qui font parler d’eux

Crédits Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Aujourd’hui, l’immense majorité des transactions financières sont réalisées automatiquement entre serveurs distants et l’immense majorité des transactions qui ne sont pas automatiques sont des transactions « dérivées » de l’économie des échanges de biens et des services. Les résultats –et la transparence- de ces vertigineuses dérivations comptables sont incertains et l’histoire immédiate, celle de la crise que nous vivons encore, montre que les prophéties des grands prêtres de la finance ne s’auto-réalisent pas toujours.

Malgré ces alertes et leurs conséquences économiques et sociales, les chiffres et leurs représentants sont plus que jamais tout-puissants dans l’organisation des règles du jeu de l’économie financière moderne. Produits et moteurs d’une économie globalisée, les chiffres envahissent désormais tous les domaines et sphères d’activités de notre vie sociale (activités culturelles, politiques, citoyennes, amicales, familiales, intimes…). Tout se chiffre, se compte et se calcule désormais ; et ce de plus en plus vite et par-delà les distances géographiques, culturelles ou linguistiques. Notre société offre un spectacle sans cesse renouvelé de ces chiffres qui font parler d’eux. Les débats de l’entre-deux tours des élections présidentielles françaises en sont  un bon ( et triste ?)  exemple.

Capture d’écran 2013-11-26 à 18.09.27

À trente ans d’écart, les comédiens ont changé, les chiffres désignent des choses différentes, mais les jeux de langage sont immuables. Tout tourne autour de qui peut s’autoriser à demander (« est en droit de savoir ») tel ou tel chiffre à l’autre.  Savoir si les chiffres sont fiables, « vrais » est secondaire, seuls les bons mots font école (« je ne suis pas votre élève »).

Pourquoi donnons-nous autant d’importance aux chiffres ? Comment expliquer qu’il soit ainsi possible de les faire parler ? Par quelle alchimie du langage, ces signes froids et ces inscriptions austères parviennent-ils à parler d’eux-mêmes, à distance et dans le temps ?

Ce que faire parler les chiffres veut dire

CHIFFRE

CC de Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

D’après la philosophie pragmatique du langage, les mots ne servent pas qu’à décrire les choses mais à les faire exister en les disant. Si je dis « dehors, il pleut », je décris certes une réalité qui existe indépendamment de ma volonté, mais je tente aussi de créer un contexte où il est admis avec mon interlocuteur que la distinction entre un dedans et un dehors a du sens. Je peux alors lui donner l’ordre de rentrer dedans s’il pleut. C’est ce mouvement performatif où dire vise à « faire faire » qui a intéressé certains sociologues et théoriciens des organisations. Cette théorie éclaire la possibilité de faire parler les chiffres.

Ceux-ci doivent tout d’abord viser à faire exister ce qu’ils désignent. Telle est précisément leur fonction : compter, c’est rendre visible, manipulable certaines choses et pas d’autres. En tant qu’acte de langage, leur visée performative est de déclarer que ce qui est compté compte… et doit être compté. Ils (nous) parlent et nous les faisons parler lorsque nous parvenons à leur donner ce pouvoir. Dans cette nouvelle relation qui se constitue entre les chiffres et les choses, les chiffres prennent donc une importance en eux-mêmes. Un troisième personnage entre alors en scène : les porte-paroles des chiffres.  Disant ce que les chiffres sont, ils disent aussi ce que les chiffres- et l’organisation du chiffrage- doivent être, ainsi que leur place dans ce devant être.

L’exemple suivant est particulièrement illustratif des mécanismes performatifs qui se mettent en branle lorsque les chiffres font leur entrée sur la scène conversationnelle.

CC FLickr BlondieISFC

CC FLickr BlondieISFC

Réunion de contrôle budgétaire entre un contrôleur de gestion (CG) et un conducteur de travaux (CT) d’une filiale d’une entreprise de BTP (Fauré et Gramaccia, 2006, p. 5)

CG : En définitive, ce sont les 80 m² de béton qui coûtent très cher. Si on prend tous les postes, on a :
Le bloc : 80*10*0.9 = 720. D’accord ?
La main d’oeuvre : 7*25,6*30 =5376. D’accord ?
Le béton : 90*1.08*10 = 972. D’accord ?
La pompe : 2*450 = 900. D’accord ?
La redevance : 7.5*12 = 90. D’accord ?
L’acier : 600. D’accord ?

CT : Il y a la location et le transport.

CG : Location : 10 jours * 6 = 60 + transport 100. (Il tape sur sa calculatrice, regarde le résultat de la somme des composantes du coût de l’acier et brandit la calculatrice). On arrive à un total de 8800 euros7, par 80 m². (Calculant de tête). Cela fait 110 euros le m² ! Moi, je peux dire au chef, voilà, votre truc, il coûte, 110 euros/m². Avec ce tableau (il montre du doigt l’opération posée par écrit sur la feuille de papier), tu vois, c’est facile.

Cet exemple montre que le chiffrage du chantier rend visible bien des choses : le béton, la pompe, l’acier, le matériel loué et qu’un calcul est rendu manifeste : le coût du mètre carré de fondation. On voit par ailleurs que dire le calcul est aussi une façon de dire qui on est (un spécialiste des chiffres) et de se positionner comme quelqu’un qui s’autorise à poser des questions et à dire ce qu’il faut faire. « Avec ce tableau, tu vois, tu peux dire à ton chef de chantier, c’est cher votre truc ». On voit enfin que faire parler les chiffres ne consiste pas seulement à rechercher un calcul exact, mais à parler de ce que les chiffres pourront dire ailleurs, plus tard, en d’autres circonstances.

CC Flickr Ansik

CC Flickr Ansik

Que faire (faire) avec les « actes de calcul » ?

La vie des organisations est constituée de tels actes de calcul où dire un chiffre permet de faire exister tout à la fois la chose que le chiffre désigne, le chiffre lui-même et le chiffreur. Les recherches en cours (Fauré 2013) tendent à montrer que leur rayonnement performatif dépend de deux conditions.

D’une part, la constitution de chaînes d’inscriptions égalisées. Il faut savoir que l’égalité est au cœur de la plupart des techniques comptables. Lorsqu’un chiffre peut être calculé de deux manières différentes, il gagne en fiabilité. Le champ d’action du calcul s’étend chaque fois qu’un chiffre est mis en relation avec un autre : passif=actif, débit=crédit… La gestion à distance par les chiffres a systématisé cette logique : les écarts, les inégalités font évènement. Il faut donc en parler.

CC Pixabay OpenClipartVectors

CC Pixabay OpenClipartVectors

D’autre part, l’existence de porte-parole accountable. Pour que ces chaînes d’inscription se mettent à vivre il faut que des porte-paroles se mettent à parler des chiffres et des différences entre eux. Ces porte-parole peuvent tenir trois rôles (celui qui rend les comptes, celui qui les reçoit et celui qui les fait) de manière relativement flexible selon les circonstances (Fauré, Brummans, Giroux, Taylor, 2010). Ils contribuent à donner vie et autorité à un paradigme comportemental qui prend une importance croissante dans les sociétés contemporaines : l’obligation de rendre des comptes (Fauré, Bouzon, 2010 ; Fauré, Rouleau, 2011).

Ces recherches suggèrent des directions nouvelles pour de travaux futurs. Tenir compte des conditions de performativité des actes de calcul pourrait ainsi aider l’action publique dans de nombreux domaines. Cela permettrait peut-être de comprendre pourquoi le bilan social était condamné d’avance car ne se branchant sur aucune base de données existante ou pourquoi les 35 heures ne sont aujourd’hui plus remis sérieusement en question  par personne car leur calcul régulier est solidement ancré dans les logiciels comptables actuels. Cela éclairerait aussi les défis de l’Université autonome à la française, notamment la logique des indicateurs de performance inscrite dans la Loi relative aux Lois de Finance (LOLF) qui axe la procédure du budget de l’Etat autour de deux principes : la logique de performance de la gestion publique et la transparence de l’information budgétaire propre.

L’approche performative souligne enfin que si les chiffres peuvent se mettre à parler d’eux-mêmes, ils peuvent aussi se mettre à dire des choses que l’on préfèrerait qu’ils taisent. Telle est la condition pour pouvoir parler en leur nom : accepter de devoir en rendre compte quoiqu’ils disent. Cette possibilité d’oscillation ventriloque entre les chiffres et leurs porte-parole est la piste privilégiée par les recherches en cours (Cooren, Fauré, Matte, 2013).

Quelques travaux toulousains

  • Cooren F., Fauré B., Matte F., 2013. « To speak or not to speak the language of numbers. Accounting as ventriloquisme », Accounting, Organizations and Society workshop, Galway, 25-26 septembre.
  • Fauré B., 2013. Le langage des chiffres dans les processus d’organisation : communications ortganisationnelels et performativité, Habilitation à Diriger des Recherches en Sciences de l’information et de la communication, Université Rennes 2, 243 p.
  • Fauré B., Rouleau L., 2011. « The Strategic Competence of Accountants and Middle Managers in Budget Making », Accounting, Organizations and Society, vol. 36, n°3, 167-182.
  • Fauré B., Brummans B., Giroux N., Taylor J., 2010. « The calculation of business, or the business of calculation ? Accounting as organizing through everyday communication », Human Relations, vol. 63, n°8, 1249-1273.
  • Fauré B., Bouzon A., 2010, « French approaches to the performative properties of language at work : an overview », Management Communication Quarterly, vol 24, n°4, 620-626.
  • Fauré B., Gramaccia G., 2006. « La pragmatique des chiffres dans les organisations : de l’acte de langage à l’acte de calcul », Etudes de Communication, n°29, 25-38.
Crédit image à la Une : CC Flickr E y e / s e e


Bertrand Fauré

(LERASS : be_faure@yahoo.fr)

More Posts

Bertrand Fauré

(LERASS : be_faure@yahoo.fr)

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Chantraine Olivier dit :

    Intéressante synthèse du langae des chiffres. Des exemples triviaux me viennent à l’esprit… A la fin du 20° siécle, arrivée du logiciel Nabuco dans les Universités (ou son prédecesseur….). Le President de l’Université Lille 3 rugit de plaisir en préambule à un Conseil d’Administration : « Ah, on va enfin tout mettre à plat! » Un trublion lui rétorque: « tu veux dire finir de nous mettre à plat… » Quelqus mois plus tard, le Conseil d’Administration chisira son vice -preésident sur le critère ncontestable suivant: « C’est celui qui a mis l’Universitê en comptabilité analytique ».

    • Bertrand Fauré dit :

      excellent ! Qu’est devenue cette université si passionnée des chiffres ? Pour info, le prédecesseur de Nabucco était San Remo 🙂

      • Chantraine dit :

        Oui… San Remo, le rappel de ce nom évoque toute une ambiance. On ne parlera pas de nostalgie… Je me souviens de joutes oratoires hugoliennes au nom de « formations qui peuvent légitimement demander à l’Université de recevoir des moyens à hauteur de leur contribution à la dotation de l’Université via San Remo » …

  2. Fauré dit :

    Année 2015-2016

    8 octobre 2015
    Chiffres publics et privés dans les statistiques italiennes de l’émigration des années 1870 aux années 1920 par Caroline Douki (Université de Paris8-IDHES)

    5 novembre 2015
    Les nouveaux « chiffres politiques » : une comparaison entre l’Allemagne et la France au XVIIIe siècle, par Lars Behrisch (Université d’Utrecht)

    3 décembre 2015
    Quand la monnaie ne sert pas à compter par Jean-Michel Servet (Institut de hautes études internationales et du développement, Genève)

    14 janvier 2016
    Enquêter sur les conceptions des femmes polonaises : les difficiles calculs des démographes polonais de l’entre-deux-guerres par Morgane Labbé (École des hautes études en sciences sociales)

    4 février 2016
    Les chiffres du Comecom (titre provisoire) par Simon Godard (Université de Paris1)

    17 mars 2016
    Sociologie et comptabilité. Réflexions à partir de la réforme comptable chinoise des années 1990 par Corine Eyraud (Université d’Aix-Marseille)

    7 avril 2016
    La construction sociale de la race et de l’ethnicité par les chiffres aux États-Unis : statistiques publiques et marchés par Paul Schor (Université de Paris7)

    12 mai 2016
    Les récents recensements démographiques au Canada et leurs enjeux par Jean-Pierre Beaud (Université du Québec à Montréal)
    2 juin 2016
    Séance de clôture : projet éditorial par Fabien Cardoni, Anne Conchon, Michel Margairaz, Béatrice Touchelay

    http://www.economie.gouv.fr/igpde-seminaires-conferences/chiffre-dans-tous-etats-ouvertures-internationales-et-debats

  3. Corinne Bonnet dit :

    Je me permets de signaler les travaux d’Alain Supiot qui abordent aussi ces questions avec beaucoup d’acuité. Voir récemment http://www.monde-diplomatique.fr/2015/02/SUPIOT/52661

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *