Agriculture et urbanisation en Tanzanie

CC Flickr, détail Carsten ten Brink

CC Flickr, détail Carsten ten Brink

Où s’arrête la ville ? Où commence la campagne ? L’agriculture est-elle un moteur du développement urbain ou serait-ce le développement des villes qui engendrerait l’essor de l’agriculture ? Quelles sont les relations entre la montagne et la ville ? Comment ces entités s’interpénètrent, se recomposent, voire se co-construisent ? Quelles sont les limites d’un massif agricole arrimé à des réseaux commerciaux internationaux ? Comment renouveler le regard de la géographie et sur certains de ses concepts… Voici quelques interrogations qui ont guidé ce travail de doctorat.

En privilégiant les flux de produits agricoles comme entrée, le chercheur interroge les relations entre le développement agricole et l’urbanisation en Tanzanie. Pour cela, il mobilise une approche systémique qui questionne la montagne comme un système ouvert multiscalaire. Ancrée dans le champ des relations ville-campagne, la société montagnarde est ainsi confrontée à l’émergence d’un modèle d’intégration fondé sur de nouvelles cultures commerciales.

  • Racaud S., 2013, Les montagnes Uporoto entre ville et campagne, géographie des flux et intégration territoriale en Tanzanie, Thèse de Géographie et Aménagement, Dynamiques Rurales, Université Toulouse 2-le Mirail.<

Dans ce contexte, l’analyse intègre les apports des géographies rurales et urbaines – et de mettre ces derniers en perspective avec des recherches s’inscrivant dans le paradigme de la complexité. Les concepts d’intégration territoriale et de réseau d’échange font alors le lien entre l’espace et les acteurs, tout en soulignant les relations intramontagnardes et les rapports entre la montagne et l’extérieur.

Une telle recherche ne pouvait être envisagée sans un travail de terrain ; celui-ci a été réalisé dans le cadre de quatre missions entre 2008 et 2011. Il conjugue l’utilisation de méthodes d’enquête par questionnaire, entretien, observation à l’emploi de la photographie et de la cartographie. La technique du transect (voir encadré) a également été employée afin de montrer la diversité et la complémentarité des paysages et des zones agro-écologiques.

Un transect est une méthode d’observation le long d’une ligne dont le tracé est choisi par l’observateur en fonction de sa pertinence ; il s’agit de relever les variations d’indicateurs sélectionnés selon les objectifs.
Le tracé de l’exemple ci-dessous court de la montagne à la plaine, entre Uyole (1700 m) et Busale (600 m). Il montre la concentration de plusieurs étages agro-écologiques. Sur une distance inférieure à 100 km, on passe de paysages de montagnes tempérées à des paysages de basses côtes tropicales.

 

sqvsdvsdv

Transect entre Uyole (1700 m) et Busale (600 m). Crédits Sylvain Racaud

En définitive, l’organisation extravertie du système montagnard ne constitue pas un vecteur de développement territorial. Au contraire, le modèle d’intégration par les cultures alimentaires commerciales accentue les contrastes entre les espaces les mieux connectés au marché et les marges montagnardes. C’est ce que montre l’étude du cas des montagnes d’Uporoto.

Les montagnes Uporoto : périphérie tanzanienne… et scientifique

CC Wikimedia Commons SiBr4

CC Wikimedia Commons SiBr4

Cet espace est situé à la périphérie sud-ouest de la Tanzanie, aux portes des pays enclavés de la région (Malawi, Zambie, sud-est de la République Démocratique du Congo), tout en étant traversé par le corridor Dar es Salam-Zambie. Il s’agit d’un territoire agricole densément peuplé dont les conditions environnementales permettent la production d’une gamme variée de cultures à destination des marchés urbains nationaux. Située à 1700 m d’altitude, Mbeya, la métropole régionale compte environ 400 000 habitants.

Mbeya et les Uporoto sont des entités entre l’urbain et le rural, mais aussi entre plusieurs échelles géographiques. La fonction d’échange prédomine : elle s’appuie sur l’essor d’un modèle agricole basé sur les cultures alimentaires commerciales (principalement la pomme de terre, la banane et l’avocat) et sur un réseau de marchés. Paradoxalement, car elle concentre des ressources et des hommes, cette zone reste une des moins étudiées d’Afrique de l’Est.

Les marchés : lieux privilégiés de l’échange

Les marchés sont des lieux majeurs dans la montagne car ils combinent les fonctions d’échange économique et d’échange social. Au delà de leurs paysages divers, ils renferment des traits communs qui, paradoxalement, sont marqués par la diversité des formes, des couleurs, des odeurs et des ambiances sonores : ils constituent donc un objet scientifique idéal pour toute étude.

Alors que les marchés urbains sont quotidiens, leurs alter-égo ruraux ne se tiennent qu’une ou deux fois par semaine. Malgré cela,  ils  font office de points de connexion entre les zones de production et celles de commercialisation. Ces places marchandes jouent un rôle fondamental dans les relations entre la ville et la campagne, entre le proche et le lointain ; vitrines de leur arrière pays, elles sont aussi des points d’entrée de nombreux produits en provenance de l’ « ailleurs ». En outre, elles participent plus ou moins fortement à la structuration des territoires par leurs effets polarisants et par leurs fonctions de redistribution. Le développement de ce réseau  de marchés participe à la structuration du monde montagnard selon des bases nouvelles et incertaines.

CC Flickr Geof Wilson

CC Flickr Geof Wilson

Fragilités du modèle d’intégration

La montagne est intégrée aux anciens réseaux commerciaux du café et du thé. Malgré cela, l’amplification en quantité et en variété des échanges des cultures alimentaires commerciales  entre des lieux et des acteurs plus nombreux arrime de manière originale l’économie paysanne au marché. Les recompositions à l’œuvre – comme la spécialisation des terroirs et la marchandisation des moyens de production – révèlent l’essor de nouveaux territoires marchands mis en concurrence tant à l’échelle montagnarde que nationale. Avec cet essor, la mainmise d’acteurs privés dominant le système d’échanges accentue la compétition pour le contrôle des ressources. La terre devient alors un bien de production indifférencié, délié des fondements sociaux qui ont pourtant assuré sa fertilité.

782772

Crédits Sylvain Racaud

À l’intérieur du massif, l’accessibilité, en particulier liée à la proximité avec la route bitumée constitue un élément majeur pour l’agencement des flux de produits agricoles.

Afin de pallier les insuffisances du réseau routier, des places marchandes sont créées par des acteurs locaux pour développer l’attractivité du lieu, cette dernière étant un facteur déterminant de la participation aux échanges. Des nœuds marchands émergent sans attributs urbains. Il en résulte un décalage entre le réseau commercial et le réseau urbain.

À travers le modèle économique qui s’appuie sur l’émission de flux de produits agricoles à destination des marchés urbains, l’exemple des montagnes Uporoto souligne l’interdépendance entre la ville et la campagne. Cette relation fonde le système montagnard. Malgré les transformations en cours, notamment l’intégration à d’autres marchés, l’accumulation économique dans le monde rural est toujours bloquée. Cela rappelle à une autre échelle le modèle des économies de rente africaines qui permet difficilement de sortir de la pauvreté.

Crédit image à la Une : CC Flickr Carsten ten Brink


Sylvain Racaud

Dynamiques Rurales (sylvain.racaud@univ-tlse2.fr)

More Posts

Sylvain Racaud

Dynamiques Rurales (sylvain.racaud@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Aristide dit :

    J’apprécie l’article en ce qu’il renouvelle l’étude des relations villes-campagnes non plus par rapport aux cultures de rente, mais par rapport aux cultures de grande consommation urbaine,
    j’apprécie enfin les similitudes que je vois avec le cas des montagnes de l’ouest Cameroun, j’ai bien envie de lire la thèse.

    Aristide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *