3765307249_02014f92b7_b

La Grande Guerre à travers ses témoins

 
© Tardi

© Tardi

Réalisé avec l’appui du CRID 1914-1918, 500 Témoins de la Grande Guerre a paru en septembre 2013. Dirigé par Rémy Cazals, rédigé par cinq auteurs principaux (Rémy Cazals, Jean-François Jagielski, Alexandre Lafon, Cédric Marty, Yann Prouillet) et vingt-huit contributeurs universitaires, ce dictionnaire rassemble plus de quatre cent notices présentant environ cinq cent témoins de cette guerre dont les commémorations du centenaire ont débuté en novembre 2013. Son objectif est de faire découvrir des parcours individuels en les replaçant en contexte, c’est-à-dire en construisant une critique interne et externe du témoignage afin de mieux comprendre les motivations des auteurs et dégager les spécificités du récit. Il se situe dans la lignée de Témoins, livre de Jean Norton Cru paru en 1929, dans lequel sont analysés trois cent ouvrages émanant de deux cent cinquante témoins environ.

Un « maître-livre » : Témoins (1929)

En écrivant ce livre, Norton Cru poursuivait deux objectifs principaux. D’abord, décrire la guerre en approchant au maximum la réalité de son quotidien, et ce afin de dissuader les peuples de la faire.

Homme des Lumières, Jean Norton Cru (1879-1929) est né en Ardèche dans une famille protestante. Lui-même soldat, il arrive sur le front en octobre 1914 comme caporal et passe au total vingt-huit mois dans les tranchées avant de devenir interprète, d’abord pour l’armée anglaise, puis pour l’armée américaine. Les conditions de vie très dures le marquent et il avoue avoir eu peur comme tous les autres combattants, « frêles machines de chair qui s’avancent dans une pluie de fragments d’acier ». Paradoxalement, sa correspondance est restée inédite jusqu’en 2007.

Sans titre3fzeIl s’agissait ensuite d’informer le public, en particulier les historiens, sur les textes qu’il jugeait dignes de valeur, réalistes, pour éviter qu’ils ne se retrouvent mis sur un pied d’égalité avec des témoignages moins fiables et relevant davantage d’une « littérature guerrière » et/ou romanesque. Autrement dit, il souhaitait montrer la valeur des récits de ceux qui ont vu la guerre au plus près et dénoncer l’existence d’une littérature « d’exploitation de la guerre ». Pour ce faire, il a utilisé des méthodes rigoureuses de critique, lu, comparé et confronté des textes, s’est interrogé sur la qualité de témoin de l’auteur, fait des recherches complémentaires, et enfin classé les récits en six catégories, de ceux « dont la valeur documentaire est pratiquement nulle » à ceux marqués du sceau « de l’excellence » (Genevoix, Delvert, Pézard, Cazin, etc.).

Pour lui, le combattant est celui « qui fait partie des troupes combattantes ou qui vit avec elles sous le feu, aux tranchées et au cantonnement, à l’ambulance du front, aux petits états-majors (…) », c’est-à-dire principalement celui qui monte au front. Mais en raison des moyens dont il disposait, il s’est limité aux témoignages des seuls combattants édités à Paris avant 1928, et appartenant à diverses catégories de professions intellectuelles (professeurs, écrivains, etc.).

Conscients de l’intérêt que revêt cette œuvre, les auteurs du dictionnaire de 2013 ont souhaité s’en inspirer pour faire émerger de nouveaux témoignages et aider à une meilleure compréhension de ce qu’a pu représenter cette guerre pour les contemporains.

L’importance du témoignage en histoire

En histoire, le témoin est celui qui a vu ou vécu un événement comme acteur et a laissé une trace (texte, document, photographie, dessin…) qui décrit des situations, des comportements, des faits selon son ressenti, sa personnalité, etc. Le rôle de l’historien est d’analyser ces traces, de les remettre en contexte par des recherches complémentaires sur l’auteur et les situations décrites, par le croisement des sources, l’analyse des trajectoires avant et après le moment du témoignage.

La « fine blessure », dessin de Pierre Dantoine

La « fine blessure », dessin de Pierre Dantoine

Dans le cas de la guerre de 1914-1918, la publication de témoignages est devenue un phénomène éditorial majeur depuis la fin du XXe siècle. Si de nombreux classiques (Barbusse, Genevoix…) et d’œuvres inédites d’intellectuels (Hertz, Isaac…) sont réédités, la plupart des textes n’émanent pas de professionnels de l’écriture ou de personnes issues des classes les plus instruites, mais d’auteurs d’origine populaire à qui il ne serait jamais venu à l’idée de présenter leur manuscrit à un éditeur, à l’image du tonnelier Barthas, ou de la famille Papillon. Pour Annette Wieviorka, la guerre de 1914-1918 marque les débuts du témoignage de masse, ce que semble confirmer ce dictionnaire.

À la lecture des témoignages, des constantes apparaissent : vie dans les tranchés et au cantonnement, angoisse au moment de l’attaque ou des bombardements, douleur de la séparation, heures noires de l’occupation… Mais les spécificités de l’expérience de la guerre et de sa retranscription font que chaque récit est unique et doit être étudié comme une expérience originale dans le cadre d’une trajectoire personnelle. Deux témoignages divergents ou opposés sur un même événement ne se neutralisent pas, ne sont pas faux ; ils sont à remettre en contexte et à étudier au moyen d’une solide grille d’analyse. En outre, la contextualisation des récits entraîne une réflexion sur l’écriture et la visée du témoignage : on peut écrire pour décrire cette « aventure » et la tragédie individuelle qui en découle, pour poursuivre les conversations personnelles malgré la séparation ou encore pour garder des traces ou coucher sur le papier les horreurs de la guerre.

Selon les auteurs du dictionnaire, la richesse des témoignages « est une chance pour l’historien qui doit continuer à faire son métier : chercher des documents, exercer son esprit critique sur les témoignages comme sur tout autre document ; les placer dans leur contexte ; les confronter entre eux et aux autres sources » afin de réunir « les éléments nécessaires à une histoire sociale au plus près des acteurs ».

Le dictionnaire de 2013

500temoins-couv1bd72-320x452-1-À la différence de Jean Norton Cru, aucun contributeur n’a vécu la guerre directement. La force de l’ouvrage réside donc dans son caractère collectif et dans le fait que tous les auteurs ont travaillé sur la Première Guerre mondiale (travaux universitaires, manifestations scientifiques…), ce qui leur apporte une vision plus large et une grille d’analyse plus complète, grâce, par exemple, à l’apport des technologies d’information et de communication et d’un réseau : seize auteurs sont membres du CRID 1914-1918 qui « reconnait la nécessité de chercher, publier, utiliser les témoignages en leur appliquant, comme à tout autre document, les méthodes du travail critique de l’historien ».

Si Jean Norton Cru disposait de moyens limités pour faire des recherches sur les témoins et les expériences qu’ils relatent, ceux des auteurs du dictionnaire sont considérables : état civil, registres des matricules, journaux de marche des opérations des unités, site internet Mémoires des Hommes…. L’accessibilité des moyens de traitement permet un croisement des sources plus efficace, nécessaire à une meilleure compréhension des textes, des faits ou encore des situations.

Malgré ces avancées, l’ouvrage souffre de quelques limites. Le fait de ne prendre en compte que les seuls témoignages des français et des Alsaciens-Lorrains ayant servi dans l’armée allemande en est une. C’est pour la dépasser que les auteurs plaident pour la réalisation d’un dictionnaire international, projet très ambitieux. Par ailleurs, si un certain « rééquilibrage social » a été introduit, il n’est pas total : de nombreux témoignages restent encore à découvrir ou à publier, tandis qu’une place limitée est accordée aux femmes, la raison essentielle tenant au fait que les hommes témoignent plus puisqu’ils vivent la guerre directement et, qu’en cas de correspondance, ils éprouvent plus de difficultés pour garder les lettres au front. On compte seulement dix-neuf notices et trente-sept témoins-femmes. Les femmes demeurent toutefois présentes dans les récits de « manière indirecte, mais permanente ».

Andrée Lecompt (1903-1998) est née à Vandegies (59) dans une famille aisée. Âgée de 11 ans au début de la guerre, elle tient un journal personnel à partir du 29 novembre 1914. Elle décrit la vie sous l’occupation allemande (son village est pris dès le 25 août 1914) avec ses thèmes récurrents : fouilles, canonnade permanente en fond sonore, logement des Allemands, surveillance de la population, réquisitions pour le travail obligatoire. Elle condamne à plusieurs reprises l’occupation et raconte la survie difficile, même après l’Armistice (son journal se termine en 1919). Au travers de son témoignage, on en apprend non seulement davantage au sujet de la vie quotidienne dans un village français occupé, mais encore sur les militaires allemands. Certains sont « froids » et « grossiers », d’autres rendent des services « appréciés ». En vivant au contact des soldats, Andrée Lecompt s’aperçoit qu’eux aussi ne veulent pas aller au front et souhaitent la fin de la guerre. Le 16 février 1919, elle écrit « J’ai aujourd’hui 16 ans. Combien je me réjouis de ne pas être plus âgée, au moins je pourrai jouir encore longtemps de mes belles années et rattraper mon bonheur perdu depuis quatre années si longues ».

Le dictionnaire regroupe des récits, des dessins, des aquarelles, des photographies ou

Les frères Saint-Pierre en 1919 (fonds Dominique Saint-Pierre, p. 405 du dictionnaire)

Les frères Saint-Pierre en 1919 (fonds Dominique Saint-Pierre, p. 405 du dictionnaire)

des sculptures qui ont pour la plupart été publiés ou analysés ; il ne prétend pas à l’exhaustivité puisque ses rédacteurs comptent environ 2 500 textes publiés auxquels s’ajoutent « d’innombrables inédits » à découvrir, l’objectif étant pour eux de « présenter l’éventail le plus large des types de témoignages ». Celui-ci semble atteint puisque, en comptant les 250 cités par Norton Cru et les 500 du dictionnaire de 2013, on arrive à un « corpus fort respectable » d’environ 750 témoignages. Leur analyse permet notamment de mettre en évidence la récurrence de thèmes comme la vie au front ou à l’arrière, l’omniprésence de la mort, les émotions diverses, la hantise de l’hiver, la camaraderie, le patriotisme ou la révolte.

Marius Piquemal (1894-1915) est né à Serres (09). Passé par l’Ecole normale d’instituteurs de Foix, il arrive sur le front en mai 1915 avec le grade de sergent. Il a écrit sur deux petits carnets et quelques lettres conservés par sa famille. Son témoignage évoque les paysages traversés pour aller au front, la vie au cantonnement, les marches, le bruit, la peur des bombes aériennes. Suite à une offensive le 22 juillet dans le secteur du Linge dans les Vosges, il décrit l’horreur de la guerre : « Des corps coupés en deux, des viandes sanguinolentes, un foie hors d’un corps, des cadavres. Horreur ! Horreur ! Le blessé avec la mâchoire emportée se fraie un passage et laisse l’empreinte de sa main teinte de sang sur tous les chasseurs qu’il dépasse ». Cette réalité le démoralise. Il souhaite être blessé (la « fine blessure ») pour quitter le front, mais il est tué une semaine plus tard, le 29 juillet 1915.

Quelques outils, placés en annexe, complètent habilement l’ouvrage : un graphique des témoignages parus par année entre 1914 et 2012 (2 517 publiés surtout entre 1914 et 1939 et à partir de 1993) ; un tableau comparatif des professions des témoins choisis entre l’étude de Norton Cru et celle du dictionnaire de 2013 ; plusieurs index (thèmes, unités, personnes, lieux) utiles aux généalogistes mais plus largement à toute personne souhaitant se concentrer sur une zone géographique, une unité ou un témoin en particulier.

En définitive, ce dictionnaire permet de (re)découvrir la richesse des témoignages et leur importance dans l’analyse historique et la construction de l’histoire de la Grande Guerre. À la différence de Jean Norton Cru, les auteurs de 500 témoins de la Grande Guerre disposent de plus de recul et de moyens technologiques plus importants. La remise en contexte des différents récits ainsi que les nombreux éléments de réflexion sur leur écriture et sur leur analyse constituent ses apports majeurs. Mais, selon les auteurs, il ne doit pas remplacer la lecture des témoignages, simplement orienter les lecteurs sur les choix les plus judicieux.

Capture d’écran 2013-04-15 à 14.19.18Cazals R., dir., 2013, 500 Témoins de la Grande Guerre, Toulouse : Éditions Midi-Pyrénéennes, EDHISTO, 496 pages.

Mis en ligne le 3 février 2014


Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">