Les cités du désert

CC Flickr Dick Mooran

CC Flickr Dick Mooran

Les cités du désert. Des villes sahariennes aux saharatowns : une vision quelque peu onirique sans doute, mais aussi et surtout un ouvrage d’Olivier Pliez, géographe au LISST-CIEU (Université Toulouse 2). Un livre qui entend conduire le lecteur bien au-delà des oasis imaginées.

A priori, le lecteur visualise mieux le désert que ses cités. Et ce désert ne peut être que le Sahara tant il est porteur de fortes représentations, particulièrement pour les lecteurs Européens habitués à le voir en images, à en entendre parler et, pour certains, à le consommer en touristes. Mais ces représentations qui font la part belle aux ondulations des ergs et à la progression sereine des méharées sont aux antipodes de ce « petit voyage en géographie saharienne » que propose Olivier Pliez.

 

Sahara, Saharas

Le Sahara que l’on découvre au fil des pages n’est pas si désert que cela. Loin des clichés accumulés, le lecteur découvre des villes qui ne sont pas ou plus des bourgades oasiennes isolées, des pistes transformées – ou non  – en routes, des petits mondes plus ouverts, non pas un Sahara, mais plusieurs. Le monde a fait son entrée depuis longtemps au cœur du plus grand désert de la planète.

Ceci n'est PAS le Sahara

Ceci n’est PAS le Sahara

L’entreprise de déconstruction des représentations du Sahara – essentiellement influencées par la colonisation – est donc lancée. Elle s’adresse tant aux lecteurs néophytes qu’aux « saharologues » chevronnés. Cette démarche utile, qui n’est jamais une finalité, s’accompagne d’une recontextualisation rigoureuse du Sahara dans l’espace et dans le temps de la géographie.

Le Sahara d’Olivier Pliez devient simplement un désert, le moins idéalisé possible, où « la vie peut-être aussi banale qu’ailleurs… ». Il est un espace décloisonné, ouvert au monde – hier comme aujourd’hui – et qui ne peut être réduit à la simple dimension de franchissement, que ce soit par tradition ou par nécessité.  Il se donne à voir comme un assemblage de territoires en recomposition, habité, investi par les sociétés locales ou les Etats. Il se perçoit jusque dans les villes et les « morceaux de villes » dans lesquels s’ancrent ses dynamiques contemporaines.

Villes et morceaux de villes

Dans ce désert dont les perceptions et les dimensions se dessinent tout au long de la lecture, les villes forment un archipel qui guide le travail empirique et sollicite la dimension théorique, tout en servant de fil directeur à la pensée et à la lecture.

Pas plus qu’on ne rencontre Le Sahara, on ne trouve La ville du Sahara. Pour pallier cela, l’auteur propose de croiser deux modèles urbains formés par des dynamiques aux temporalités différentes :

  • les villes sahariennes qui ont prospéré avec les réseaux transsahariens pluriséculaires, commerciaux et religieux ;
  • les villes d’État des années 1960-1980, décidées et aménagées par les Etats postcoloniaux pour affirmer leur présence sur leurs marges.
CC Flickr Jake Brewer

CC Flickr Jake Brewer

Ces deux modèles ne catégorisent pas les villes, puisqu’ils s’entremêlent dans la plupart des cas. Il ne s’agit pas non plus d’une vision linéaire, le second modèle ne remplaçant pas le premier. L’histoire est toujours en marche, les logiques réticulaires étant réactivées depuis les années 1990 par les migrations et l’affaiblissement de l’action des Etats sur le territoire. Le meilleur exemple en est Sebha, oasis libyenne, à la fois étape des réseaux transsahariens historiques, ville aménagée par l’État, et carrefour migratoire contemporain dont les reconfigurations reflètent celles du Sahara. Peu à peu, l’échelle de l’étude s’affine et ce sont des « morceaux de villes » que l’auteur invite à prendre en considération. Ces quartiers représentent souvent la ville, mais pas pour les mêmes acteurs sociaux. Ainsi, Sharia arba’in (du nom d’une artère de N’Djamena, capitale du Tchad, mais aussi Rue 40 pour l’Etat, camp de réfugiés, escale et quartier marchand sur les routes transsahariennes) est la Sebha du migrant burkinabé… finalement rasée en 2007 par les autorités dans le cadre du projet d’aménagement urbain. La ville saharienne et la ville d’Etat demeurent en tension à Sebha.

Le fil des circulations

Suivre la trame urbaine de morceaux de villes distants et dispersés, c’est esquisser une géographie des circulations sahariennes, sans insister outre mesure sur le nomadisme. Quand l’auteur croise les nomades, au même titre que les sédentaires, ces catégories sont toujours prises pour ce qu’elles sont : des métaphores.

CC Wikimedia Commons C. Hiugues

CC Wikimedia Commons C. Hiugues

Comme pour les migrants contemporains, le Sahara  n’est pas seulement un espace traversé. Les ancrages urbains forment des repères pour ceux qui circulent. Entre lieu et expérience sociale du lieu, ces quartiers sont garants des circulations et sont indispensables à repérer pour comprendre comment la ville est devenue carrefour. Le nom d’un marché, d’un quartier, d’une rue, comme la sharia arba’in de Sebha, devient l’ancrage des migrants subsahariens (et Tchadiens en particulier) au cœur du Fezzan libyen. Ils en ont entendu parler, y trouvent un logement comme des nouvelles du pays ou y cherchent un emploi pour gagner de quoi poursuivre la route. À travers cette notion d’ancrage, inscription spatiale des circulations, Olivier Pliez questionne les interactions entre les sociétés locales et les migrants qui impulsent des activités et transforment ces cités du désert.

Mais les obstacles sont nombreux et les itinéraires labiles. Les routes ferment parfois et la ville se transforme à nouveau, à l’image de Dongola, ville soudanaise au départ de la piste de Koufra (Libye) qui a perdu près de 80% de ses commerces et services. Elle est l’exemple qui montre à quel point ces cités du désert sont des carrefours migratoires et commerciaux.

Et c’est bien dans cette caractéristique double que l’auteur conçoit la Saharatown, ville connectée grâce à quelques pistes qui aiguillent les circulations des biens comme des individus, souvent bien au-delà du Sahara quand les produits fabriqués en Chine empruntent aussi ces routes.

Une géographie des relations

Le Sahara des Saharatowns d’Olivier Pliez est un Sahara banalisé et, si l’on peut dire, « dés-exotisé ». Et ce pour le plus grand bien d’une lecture réticulaire, décloisonnée, ouverte au monde.

Cet ouvrage est aussi une manière d’être géographe. Pour ceux qui considèreraient la géographie comme verticale, accumulant strates et savoirs à restituer, ce livre la montre à la fois modeste, inductive, plus horizontale, voire rhizomique, mais non sans épaisseur ; mobile et en fin de compte passionnante. Son approche empirique y est pour beaucoup « quand la curiosité des lieux, même distants, se transforme en découverte de terrains et façonne une méthode d’investigation ». Sa méthodologie fondée sur une ethnographie multi-située permet de suivre les fils qui relient les lieux, les échelles et les idées tout en articulant les continuités des espaces discontinus.

Enfin, dans ces Cités du désert, le lecteur pourra trouver de quoi penser en voyageant et voyager en pensant, de la philosophie (Deleuze et Guattari) convoquée ici ou là, aux recours réguliers à la littérature arabe (El Koni) à la fois heuristiques et sensibles.

 

Crédits image à la Une : CC Flickr Teddy Llovet

Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

More Posts - Website

Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *