Le capitalisme cognitif à l’ère du numérique

CC Flickr Jacob Bøtter

CC Flickr Jacob Bøtter

Nous voudrions ici mettre l’accent sur une série de mutations qui se sont produites à l’échelle mondiale depuis les années 1980, en lien avec ce que l’on appelle souvent « l’ère du numérique » ou « la révolution numérique ». Ces mutations s’inscrivent dans la perspective d’un capitalisme que l’on qualifiera volontiers de « cognitif ».

Ce capitalisme ne fonctionne pas pour l’instant sur une base stable et il n’est pas fondé sur un mode de régulation qui en assure la cohérence. Ses contradictions internes sont importantes, en particulier entre finance et connaissance, ce qui induit des chocs de temporalité très forts. En effet, la finance (mais également la circulation des informations) s’inscrit dans un temps très court, tandis que la construction des connaissances et des compétences suppose un temps long.

  • Colletis G., 2010, L’urgence industrielle !, Lormont : Editions Le Bord de l’Eau.
  • Colletis G., Paulre B., coord., 2008, Connaissance et finance dans le capitalisme cognitif. La recomposition du capital au début du XXIème siècle, Paris : Economica.
  • Colletis G., 2008, « Mobilité, attractivité et mondialisation », in Laurent C., coord., Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, Paris : L’Harmattan, coll. Économique, 181-199.
chiefexec_01

Crédits : Evi Widiarti

Les mutations en lien avec le numérique ont été appréhendées, notamment par les économistes, selon des perspectives dont les termes ont évolué. Dans les années 1980, l’accent est mis sur l’innovation et le changement technologique, avec l’idée que les économies vivent une perturbation. Dans les années 1990-2000, est évoqué l’avènement « heureux » et progressif d’une « économie de la connaissance » que nombre de discours économiques « oublient » de mettre en perspective avec les crises du capitalisme. Et c’est au début des années 2000 que commence à être débattue l’hypothèse d’un « capitalisme cognitif » qui resitue les changements technologiques et la montée des interrogations autour des questions de la connaissance et des compétences, mais aussi du travail, dans le contexte d’une crise structurelle du capitalisme.

De quelques mutations industrielles et techno-organisationnelles

Dans les années 1980, en proie à une concurrence de plus en plus forte dans l’informatique, IBM décide d’utiliser sa maîtrise de la numérisation du signal pour numériser la voix et « attaquer » ainsi le monopole d’ATT dans les télécommunications. Ce faisant, IBM remet en cause la frontière des deux secteurs et ouvre la voie à ce qui va devenir le domaine des technologies de l’information et de la communication » (cf. Baumol W. J., Panzar J. C., Willig, R. D, 1983, « Contestable Markets: An Uprising in the Theory of Industry Structure : Reply », American Economic Review, vol. 73(3), 491-96.

 

A partir des années 1990, une seconde mutation – la combinaison de la finance et de l’informatisation – accélère tout en les réorientant les processus évoqués supra. La finance (ici entendue comme la monnaie) et l’informatisation par la numérisation du signal constituent chacun des équivalents universels dont la combinaison délétère fournit le support au développement d’un capitalisme financiarisé et mondialisé dans lequel on ne s’échange plus seulement des biens et des services, mais aussi et de façon à la fois massive et rapide, du capital financier (dont la mobilité est extrême), du travail et des informations.  Dans ces conditions, les revenus du capital et du travail sont largement liés à la mobilité et à la vitesse de circulation de chaque facteur de production, ce qui génère une explosion des inégalités.

Pendant plusieurs décennies, les entreprises ne recherchaient pas les compétences pour faire bouger le travail, et donc les travailleurs, d’un pays à un autre. Bien au contraire, le manque ou la faiblesse des qualifications était un critère déterminant. Désormais, on demande de plus en plus à ces travailleurs de rester dans leur pays d’origine et quand ils n’obtempèrent pas, ils se retrouvent dans des situations de grande précarité. Par contre, les entreprises n’hésitent plus à recruter à l’échelle mondiale des salariés formés, porteurs de savoirs et de savoir-faire, capables de s’adapter à de multiples situations de travail… et qu’elles rémunèrent en conséquence.

En fin de compte, l’image du capitalisme contemporain est celle d’une concurrence généralisée, d’une déstabilisation des oligopoles et d’une finance triomphante grâce à sa volatilité. Perspective guère réjouissante… Et pourtant, dans le même temps, d’immenses potentialités et d’immenses besoins existent ! Les potentialités concernent les technologies, l’innovation, les connaissances et les compétences des hommes et des organisations. Les besoins sont ceux de la santé, de la formation, de la nutrition… C’est donc de besoins fondamentaux qu’il s’agit. Et si l’on prenait l’Agenda de Lisbonne au sérieux ? Autrement dit, si l’on faisait de l’Europe l’espace le plus compétitif du monde par le développement d’une économie et d’une société de la connaissance ? Ou pour dire les choses autrement, si on ouvrait plus résolument la voie à une troisième mutation tournée vers un nouveau modèle de développement ?

Repenser le travail et les activités économiques

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Il est à la fois indispensable et urgent de repenser le travail, de passer d’une division technique du travail (DTT) à une organisation cognitive (OGT) de celui-ci, ce qui suppose a minima que l’on se penche de manière critique sur son statut social. Le travail reste encore trop souvent présenté comme un coût, alors qu’il devrait être considéré comme la seule source de création de richesses. L’optique « productiviste » qui a longtemps prévalu, est aujourd’hui condamnée de l’intérieur (crise de la productivité dans les pays capitalistes) comme de l’extérieur (pression des pays dits « émergents » à forte croissance, comme la Chine, le Brésil ou l’Inde). De même qu’est condamnée l’optique « consumériste », son corollaire inévitable (objets jetables, non réparables, non recyclables).

Adopté en 2000 par les quinze Etats qui composaient alors l’Union Européenne, l’Agenda de Lisbonne avait pour objectif de faire de l’Europe « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d’ici à 2010, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale ». En raison de son échec rapidement constaté, cette stratégie a fait l’objet en 2005 d’une réorientation autour d’objectifs moins ambitieux comme la croissance économique et l’emploi… qui ont été à leur tour remis en question par la crise. En 2010, la stratégie Europe 2020 lui a succédé. Axée sur les investissements dans la recherche et l’innovation, la croissance verte et l’emploi, elle veut concilier développement durable et augmentation de la compétitivité de l’Europe.

Dans ses différentes expressions, le travail cognitif a comme dénominateur commun d’être révélé dans des situations inédites qui, par définition, ne sont ni routinières, ni répétitives. L’enjeu est alors de les formaliser et en même temps de les résoudre. Pour cela, le travailleur cognitif puise dans ses connaissances, ses compétences et son expérience. Il recherche également des connaissances et des compétences complémentaires aux siennes, ce qui confère une forte dimension collective à ses activités. Enfin, il cherche des solutions nouvelles en combinant esthétique, sens du travail bien fait, écoute et éthique (valeurs). Il le fait souvent dans une relation de « proximité » spatiale, professionnelle (complémentarité de compétences), des représentations et des valeurs. Le travailleur cognitif est donc éloigné du travailleur taylorien, isolé derrière la machine, simple appendice de celle-ci, prié ou sommé de laisser sa cervelle et ses affects au vestiaire.

CC Université Toulouse Jean Jaurès

CC Université Toulouse Jean Jaurès

Contraintes d’innover, les entreprises ne peuvent continuer à considérer le travail comme un coût qu’il faut réduire (diminution sensible des charges, pression sur les salaires…) . C’est cette contradiction qui fait échouer nombre d’entreprises et qui enfonce des industries entières dans la crise.

Le véritable pacte social devrait reposer sur un compromis entre capital et travail : d’un côté, des entreprises qui innovent et sont capables de se positionner très rapidement sur des produits à forte valeur ajoutée, de l’autre des travailleurs cognitifs dont les compétences sont recherchées, valorisées, reconnues matériellement et symboliquement. La définition et la mise en œuvre d’un nouveau modèle de développement sont à ce prix.

Un nouveau modèle de développement

Si la conclusion de ce pacte social est un principe (et un enjeu) nécessaire pour la construction d’un nouveau modèle, il n’est toutefois pas suffisant. On en versera quelques autres dans un débat qui ne saurait se limiter aux seuls économistes, même si ces derniers y ont évidemment leur place :

  • Promouvoir une autre conception de la compétitivité en reconnaissant le rôle central de l’innovation et, partant, les compétences de ceux qui travaillent ou exercent une activité.
  • Remettre la finance au service du développement, par exemple, en introduisant des « retardateurs temporels » pour la rendre à nouveau liquide. On pourrait, par exemple, taxer différemment les bénéfices selon qu’ils sont réinvestis dans l’entreprise dans une optique de long terme ou distribués aux actionnaires, instaurer une taxe sur les transactions financières, coefficienter les droits de vote des actionnaires en fonction de la durée de détention de leurs titres… Un tel changement est indispensable car la volatilité de la finance est peu favorable au financement d’investissements durables alors qu’elle lui confère un avantage absolu de rémunération, générateur redoutable de fortes inégalités.
  • Réorienter la production vers les besoins de la société, en allégeant le poids des activités productives sur la nature. Les besoins fondamentaux sont, en effet, aujourd’hui mal satisfaits, y compris dans les pays dits « développés ». Il s’agit des besoins de nutrition, de santé, de logement, de mobilité, d’éducation. L’enjeu est de répondre à ces besoins tout évitant de continuer de considérer la nature comme un stock de ressources inépuisables. Le développement de l’agriculture raisonnée ou de l’agriculture biologique correspond à cette perspective.
CC Flickr Andreas Kontokanis

CC Flickr Andreas Kontokanis

  • Faire de l’entreprise une institution à part entière, reconnue par le droit comme catégorie distincte de la société de capitaux. – Ancrer les activités productives dans les territoires (et abandonner ou limiter fortement les mesures dites d’encouragement à la localisation).
  • Mettre en œuvre les protections nécessaires afin de rendre possible un projet national de développement. Ces protections correspondent aux normes sociales, financières et environnementales qui doivent empêcher la concurrence sauvage et toutes les formes de « dumping ».
  • Promouvoir la démocratie partout, dans l’entreprise comme dans toutes les institutions de la Cité, et articuler démocratie, travail et renouveau des activités productives. L’industrie doit être considérée comme un « bien commun ».

Si le capitalisme est aujourd’hui en crise, une profonde mutation est engagée vers un nouveau modèle de développement dont les termes clés sont le renouveau de la démocratie, une autre conception du travail et des activités productives, une finance qu’il faut « remettre à sa place » en contraignant sa mobilité, une relation différente aux territoires et à la nature.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Hhemken

Gabriel Colletis

LEREPS (colletis@univ-tlse1.fr)

More Posts - Website

Gabriel Colletis

LEREPS (colletis@univ-tlse1.fr)

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *