La mise en scène des identités par le film-recherche

2896487398_87acec783c_o

CC Flickr Eelke

Dans le film-recherche, les objets et les sujets filmés s’inscrivent avant tout dans un questionnement scientifique, mobilisant notamment la sociologie. En référence aux travaux de Paul Ricoeur sur la notion d’identité, cette démarche m’a conduit en tant que chercheur et réalisateur, à revisiter mes réalisations filmiques dans le cadre académique d’une Habilitation à diriger les recherches.

Et à les revisiter en m’interrogeant sur l’identité personnelle, l’identité collective du « nous », l’identité de l’autre, des autres, mais aussi les identités professionnelle, territoriale et culturelle. C’est en effet dans la relation sociale entre filmé et filmeur que s’installent le questionnement et le dispositif socio-filmique.

 

  • Jean-Pascal Fontorbes, 2013, La mise en scène des identités. Constructions scientifiques au croisement de mon cinéma et d’une sociologie, Dynamiques Rurales, Habilitation à diriger les recherches, Université Toulouse 2 – le Mirail.

L’identité négociée entre acteurs sociaux et réalisateur

CC Flickr Amy Ross

CC Flickr Amy Ross

Filmer des réalités sociales, c’est d’abord se regarder soi-même, s’interroger. Mais c’est également interroger l’identité négociée avec l’autre, les autres, les filmés. Je montre, à tous les sens du terme, que la reconnaissance réciproque est une construction sociale qui n’est jamais acquise une fois pour toutes et qui peut faire l’objet, à tout moment, d’une nouvelle négociation. Je prends pour exemple mon film 12 ½, réalisé sur et avec André Boniface, célèbre joueur de rugby français de la fin des années 1960. En concertation avec Anne-Marie Granié, sociologue, j’ai choisi d’interroger l’identité des frères Boniface dans leurs multiples facettes : l’identité de l’individu, l’identité de l’individu sportif, l’identité familiale, l’identité des frères André et Guy Boniface dans la vie et dans le sport, l’identité rugbystique, l’identité territoriale (La Chalosse, puis les Landes). André Boniface a dû expliquer aux chercheurs, à la caméra, qui il était et qui il avait été par rapport à son frère, depuis longtemps décédé, par rapport au monde rugbystique ; mais aussi qui avait été son frère Guy, avec lui et sans lui, dans la vie et sur les terrains de rugby. L’identité se définit en effet toujours par rapport à l’autre, aux autres. Des aspects identitaires d’André et de Guy peuvent être repérés dans ce qu’André raconte de leurs modes de constructions sociales, culturelles, sportives et dans les situations d’interactions entre eux ou encore entre eux et les autres.

Rendre compte de cette construction par le film

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

Dans 12 ½, j’ai souhaité mettre André dans une situation sociale spécifique qui était celle de raconter son histoire de vie avec Guy, de se la raconter et de la raconter en même temps à Guy. Aussi est-il interpelé au plus près de l’image qu’il a de lui-même. Cette analyse, qui peut s’appliquer à tous les âges de la vie, est centrale dans le monde du rugby. André parle « des tensions, des émotions, des sensations de course ». Si je connaissais ces différents éléments  car ils renvoient à ma propre pratique, les mots et les manières de dire d’André en disent long sur l’importance qu’il accordait et accorde encore à son physique, à sa condition physique toujours en alerte et au physique de Guy.

Comme l’analyse littéraire de l’autobiographie le vérifie, l’histoire d’une vie ne cesse d’être refigurée par toutes les histoires véridiques ou fictives qu’un sujet se raconte sur lui-même. Cette refiguration fait de la vie elle-même un tissu d’histoires racontées. Dans la mesure où elle se négocie en permanence du fait de nos relations avec les autres et « qu’il est toujours possible de tramer sur sa propre vie des intrigues différentes (…), l’identité narrative ne cesse de se faire et de se défaire » (Ricoeur P., 1985, Temps et récit, Tome III, Le temps raconté, Paris : Le Seuil).

L’action qui se joue exigeant par ailleurs des formes d’engagements interactionnels, j’ai filmé ce que j’ai vu, perçu, ressenti, à partir de ce que je suis. Et comme le filmé « fait un pas vers le film » avec ce qu’il voit du filmeur, la négociation identitaire se joue toujours à la frontière de cette intersubjectivité, où don et reconnaissance sont intrinsèquement liés.

Le récit comme expérience de pensée

J’interroge continuellement l’identité narrative et sa mise en scène. Dans chacun de mes films, toujours en référence à Paul Ricoeur, je m’attache à montrer en quoi le récit est une expérience de pensée, interrogeant tout autant le chercheur-cinéaste dans sa manière de raconter et de rendre compte de sa captation, que les filmés dans leur manière de raconter, de se raconter, de raconter les autres.

La méthodologie choisie s’intéresse particulièrement à la rencontre, à la mise en scène d’une réalité partagée, à la mise en scène de soi (le chercheur-cinéaste), à la mise en scène de l’autre, des autres. Dans un de mes films, Je vais voir mes vaches, réalisé en 2009, le paysan André Valadier donne une représentation de son identité professionnelle par les façons dont il est à la fois en relation avec ses vaches et ses paysages ou plutôt « son paysage ». Ainsi, les usages des différentes unités paysagères révèlent les liens nécessaires et entretenus avec l’homme et le troupeau. J’ai alors tenté de prélever et d’écrire en film les images et les sons qui expriment cela. Par exemple, en filmant la montée et la descente de l’estive, l’intention se focalise sur la pratique de l’espace. Comment l’homme et son troupeau montent et descendent ensemble ? Avec quelles connivences ?

CC Wikimedia Commons  Bart

CC Wikimedia Commons Bart

De cette manière, je témoigne de la mise en vue des paysages, porteurs d’identités multiples ; mais aussi du sens des gestes, des regards, des émotions, des lieux, des sons qui renvoient à des identités négociées et revendiquées et à la subjectivité du chercheur-cinéaste. Le cinéma oblige le chercheur à s’interroger sur la manière dont il rencontre le monde social, la manière dont il en parle, la manière dont il le montre. Pour moi, faire du terrain en cinéma, c’est alors passer d’une histoire à une autre. Mais c’est aussi se placer dans le champ et le hors champ, mêlant des interactions sociales qui participent à ce dont il est rendu compte du terrain.

Finalement, mes trois films-recherche Je vais voir mes vaches, 12 ½ et CUMA SI , ainsi que le processus d’un film en cours de tournage sur la thématique « famille, transmission culturelle et correspondance des arts », ont constitué le corpus de cette Habilitation à diriger les recherches sur lequel j’ai mis à l’épreuve les éléments de ma construction théorique au travers des différentes identités, de l’intersubjectivité, des regards croisés, du don contre don, des interactions et interrelations sociales rendant compte d’un travail filmique co- construit. En référence au concept de complexité, mes films-recherche ne sont jamais une fin en soi, mais suscitent toujours un prolongement. C’est ce travail processuel et de croisements que je revendique.

Quelques films récents

  • Fontorbes J.-P., Granié A.-M., 2013, El campo, el barrio, una otra manera de vivir con Pigüé, ENFA DR, vidéo 75mn, présenté au Colloque ANR de Mar del Plata, Argentine en octobre 2013.
  • Fontorbes J.-P., 2013, Lycéens en chemin, Lycée agricole de Toulouse-Auzeville, ENFA DR, vidéo, 40mn.
  • Fontorbes J.-P., Granié A.-M., 2013, De traces en traces, ENFA DR, vidéo, 29mn, réalisé dans le cadre du Projet de recherche ECRITO (2011-2012), financé par le Région Midi-Pyrénées.
  • Fontorbes J.-P., 2011, CUMA SI, ENFA DR, vidéo, 50mn.
  • Fontorbes J.-P., Granié A.-M., 2010, Una vuelta en Pigue, sociabilidades rurales pampeanas, ENFA DR, vidéo 37mn.
  • Fontorbes J.-P., Granié A.-M., 2010, 12 et 1/2 , auto-récit, ENFA DR, vidéo 58mn.
  • Fontorbes J.-P., Granié A.-M., 2009, Je vais voir mes vaches, ENFA DR, vidéo 42 mn.

Crédits image à la Une : CC Flickr Universo Produção

Jean-Pascal Fontorbes

Dynamiques Rurales (jean-pascal.fontorbes@educagri.fr)

More Posts - Website

Jean-Pascal Fontorbes

Dynamiques Rurales (jean-pascal.fontorbes@educagri.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *