L’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse au XVIIIe siècle (1751-1793)

9442706813_6473a40c2a_o (1)

CC Flickr Franck Berthelet

Le 13 janvier 1751 est fondée l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse par lettres patentes royales. Dissoute le 8 août 1793 par décret de la Convention, cette institution fut la seule académie d’art de province à bénéficier du patronage royal. Au siècle suivant, l’historien d’art Philippe de Chennevières-Pointel, militant pour la revalorisation des provinces, la présenta comme un modèle, garante et protectrice des arts régionaux face à l’action centralisatrice et stérilisante parisienne, responsable de « l’anéantissement des arts en province. Or elle est aujourd’hui quelque peu oubliée.

Partant de cet état de fait, cette recherche doctorale propose un portrait entièrement renouvelé de l’Académie toulousaine : ses origines, les détails de sa mise en place, son organisation, le quotidien de ses enseignements, ses écueils et ses réussites. Un portrait qui dépasse le simple cadre de la monographie isolée pour replacer cette institution dans le mouvement académique français du Siècle des Lumières.

La méconnaissance de l’Académie toulousaine est d’autant plus étonnante compte tenu de la conservation d’un foisonnant corpus documentaire et graphique, pour l’essentiel jamais exploité – voire inédit. Il est le témoin d’une activité riche et variée relatée par les deux manuscrits Mondran, pièces maîtresses de ce corpus. Rédigés par l’un des académiciens et constitués de plusieurs centaines de feuillets consacrés à l’histoire quotidienne de l’Académie, ils représentent à eux-seuls une véritable mine d’informations. Forte de ce remarquable matériau, cette étude vient logiquement s’appuyer sur son exploitation intensive.

  • Guillin M., 2013, « L’anéantissement des arts en province » ? L’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse au XVIIIe siècle (1751-1793), Thèse d’Histoire de l’Art, Université Toulouse 2 – le Mirail (FRAMESPA).

Un établissement utile et dynamique…

BERTRAND François, Portrait de Louis de Mondran, Huile sur toile, 1,29 x 1,27 m, Toulouse, Musée des Augustins, Inv. 2006 1 1, cliché Daniel Martin.

Bertrand François, Portrait de Louis de Mondran, Huile sur toile, 1,29 x 1,27 m, Toulouse, Musée des Augustins, Inv. 2006 1 1, cliché Daniel Martin.

Appréhender la singularité de l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse nécessite préalablement de se plonger dans le XVIIe siècle. L’érection en académie royale ne constitue en effet que le couronnement des précoces et constantes ambitions du foyer toulousain dans le domaine de l’institutionnalisation des arts. Au cours du Grand Siècle, il a successivement été le théâtre de la création en 1641 de la première académie d’arts en France, puis du plus grand nombre de tentatives en ce sens.

Au siècle suivant, davantage propice à ce genre d’initiative, elle voit naître la première école gratuite de dessin du royaume fondée en 1726 par le peintre Antoine Rivalz. Cette dernière s’est muée en 1746 en Société des Beaux-arts, avant de devenir académie royale sous l’autorité directe du souverain. Elle échappe ainsi à la tutelle parfois impérieuse du Directeur des Bâtiments du Roi et de l’Académie parisienne imposée à ses homologues de province.

… Mais isolé

Les attributs de la peinture, de la sculpture et de l’architecture

Les attributs de la peinture, de la sculpture et de l’architecture Anne Vallayer-Coster, Paris, 1744 – Paris, 1818

L’analyse du programme pédagogique toulousain révèle une ferme volonté d’utilité et d’efficacité. Seule la capitale pouvant prétendre à des établissements spécialisés, ceux de province, avec leurs moyens limités, se doivent d’être pluridisciplinaires afin de répondre aux divers besoins locaux. Ainsi, en dépit de son titre, l’Académie de Toulouse ne se propose pas seulement de former des artistes, mais aussi des artisans destinés aux industries environnantes et des ingénieurs réclamés par l’active politique de travaux publics des États du Languedoc et l’entretien du Canal royal. Évolutif, son programme pédagogique se veut le plus complet possible inspiré des propositions pédagogiques existantes, mais également grâce à de véritables innovations. Ainsi, dès 1757, l’établissement toulousain accueille les femmes à tous ses cours, excepté l’étude du modèle vivant. De même, en offrant un bon apprentissage du dessin aux apprentis dont le futur métier en nécessite la maîtrise, il devance de plus de quarante ans l’École royale gratuite de dessin créée à Paris en 1767. Par ailleurs, en 1793, il est le premier à introduire l’hydrodynamique à son programme. Ce souci d’efficacité passe enfin par la hiérarchisation rigoureuse des enseignements avec la formation au dessin comme base obligatoire pour tous les élèves et la sanction de chaque cours par un concours aux strictes conditions d’admission destiné à ne laisser que les plus aptes accéder au niveau supérieur.

À cet effet, elle organise des activités théoriques et des expositions publiques annuelles ouvertes au commerce. Ainsi, sur le modèle des conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris, chaque mois, académiciens et élèves toulousains écoutent la lecture d’une analyse d’œuvre ou d’une réflexion sur les arts. Toujours sur le modèle parisien, les salons organisés dans la Galerie de peintures du Capitole sont les plus nombreux et les plus réguliers en province avec quarante-deux éditions de 1751 à 1791. Sur ce point, elle peut particulièrement compter sur un groupe d’amateurs motivés, à l’image de Louis de Mondran qui est à l’origine de l’obtention des précieuses lettres patentes et féru d’urbanisme : ils en sont de véritables pygmalions et d’actifs protagonistes.

CROIZAT Ambroise, L’Etablissement de l’Ecole de dessin, eau-forte d’après la miniature capitulaire d’Antoine Rivalz, 1726, 0,193 x 0,29 cm, Toulouse, Musée Paul-Dupuy, Inv. 55-97-7, cliché Daniel Molinier.

Ambroise Croizat, L’Etablissement de l’Ecole de dessin, eau-forte d’après la miniature capitulaire d’Antoine Rivalz, 1726, 0,193 x 0,29 cm, Toulouse, Musée Paul-Dupuy, Inv. 55-97-7, cliché Daniel Molinier.

Quant aux artistes toulousains, premiers ambassadeurs de l’institution qui les a formés, l’étude de leur parcours révèle que peu de grands noms sont sortis de l’Académie toulousaine, le plus célèbre étant le peintre Jean-Auguste-Dominique Ingres. Beaucoup ont plutôt fait carrière en Languedoc, notamment au sein même de leur ancienne école, tels le peintre François Cammas et le sculpteur François Lucas, permettant à cette dernière de renouveler son effectif professoral.

Cette intense activité a donc amené à réviser la notion d’anéantissement des arts à Toulouse pour plutôt évoquer un certain isolement. Solide, dynamique et individualiste, l’Académie toulousaine a privilégié son rayonnement local au détriment de sa promotion nationale. Elle a donc laissé péricliter la correspondance établie avec ses consœurs parisienne et marseillaise.

Certes, passé l’éclat de 1751, le rayonnement national de cette institution est somme toute très relatif. Mais en proposant une solide formation locale à des élèves dont la majorité reste destinée à l’artisanat d’art, elle est devenue incontournable dans l’une des provinces les plus éloignées de la capitale. C’est ainsi que l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse a formé en quarante-deux ans d’existence près de six-cents élèves. Brutalement supprimée par la Révolution, elle survit grâce à ses professeurs qui maintiennent leurs leçons. Elle est l’ancêtre de l’actuel Institut supérieur des arts de Toulouse, fruit d’une fusion entre l’Ecole supérieure des Beaux-arts et le Centre d’enseignement supérieur de musique et danse.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Alexas_Fotos

Marjorie Guillin

FRAMESPA (marjorie.guillin@orange.fr)

More Posts

Marjorie Guillin

FRAMESPA (marjorie.guillin@orange.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/09/2017

    […] équipement qui commande la recherche à mener : nous l’appellerons « régime généraliste ». L’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse au XVIIIe siècle (1751-1793…. Le 13 janvier 1751 est fondée l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *