Sexe, drogues et transmigrations

2243402977_7eab50eaa5_o

CC Flickr Art.flic

Tout au long de sa carrière, Alain Tarrius, professeur émérite de sociologie à l’Université Toulouse 2 – Le Mirail, n’a eu de cesse de lever le voile sur les faits sociaux les moins visibles, de gratter patiemment le vernis de nos sociétés pour donner à voir et à comprendre ce qui se joue toujours dans les interstices, mais qui relève de logiques plus vastes.

Force est de constater qu’il en a pas fini, et qu’avec la même pugnacité, il livre « à chaud », avec le sociologue Olivier Bernet, le dernier numéro de la collection Recherche en cours / cosmopolitismes méditerranéens, en ligne, chez l’éditeur catalan Trabucaire. A partir d’une étude de la frontière franco-espagnole à La Junquera soutenue par le Labex SMS, les auteurs suivent deux pistes. La première retrace les parcours de la prostitution et de la drogue de la Mer Noire et des Balkans jusqu’au Levant Espagnol. La seconde, imprévue, suivie par l’intuition des chercheurs, s’attache à montrer que les réseaux de la mondialisation criminelle présents du côté espagnol de la frontière ont trouvé un terreau favorable dans le département des Pyrénées Orientales.

De la Mer Noire au Levant espagnol

Les transmigrations sont toujours dans la focale d’Alain Tarrius et Olivier Bernet. La première partie de la publication est consacrée aux parcours prostitutionnels de femmes originaires des pourtours de la Mer Noire ou des Balkans, accompagnés par les réseaux criminels qui les encadrent comme par la circulation des drogues.

La transmigration des femmes des Balkans et du Caucase © Alain Tarrius et Olivier Bernet

La transmigration des femmes des Balkans et du Caucase © Alain Tarrius et Olivier Bernet

A partir des entretiens menés avec quelques unes de ces femmes et dont le verbatim très présent ajoute encore à l’implication du lecteur, les auteurs retracent les parcours, les étapes, sordides, et les issues, inégales. Pour Magdalena, Irina et Sofia, il commence sur les paquebots et cargos qui sillonnent cette mer. Le stage à bord ou l’escale au port, à Sotchi –ville Olympique…-, Trabzon ou Odessa, deviennent les lieux des premières passes. Le repérage ne tarde pas. Marins à bord ou logeur de retour au pays, les recruteurs agissent pour le compte d’un large réseau diffusant femmes et drogues vers les Émirats, le Levant espagnol, l’Italie ou la Turquie.

Dessin de Patrick Mignard

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La prise en charge de ces femmes par les réseaux criminels des pourtours de la mer Noire est également une étape de triage. Les « meilleures » sont directement cédées à des acquéreurs des Émirats ou d’Espagne. Irina et sa soeur, déshabillées, palpées, essayées par leurs acheteurs lors d’une vente aux enchères, sont vendues pour 5000 euros chacune et envoyées en Catalogne après une rapide formation de dealer.  Car la vente des drogues est intimement associée à celle des corps. La marchandisation est totale. D’autres, comme Magdalena, doivent passer par une étape de rattrapage en Italie, dans la région de Salerne. Les réseaux, contrôlés notamment par des Géorgiens, fournissent les papiers nécessaires au voyage et la drogue une fois en Espagne. Régularisées, travaillant dans les clubs luxueux du Levant espagnol, certaines peuvent alors prendre un peu mieux le contrôle de leur parcours et établissent une véritable stratégie de voyage, organisant peu à peu leur retour comme c’est le cas d’Irina et de Sofia.

Parmi les parcours évoqués, il y a aussi ceux des déclassées à l’image de Sardinella. Albanaise catholique envoyée pour son noviciat à Tarente, elle s’enfuit et, « de ratage en ratage » comme elle le dit, tombe amoureuse d’un pauvre bougre qui la prostitue dans la cale du bateau de pêche de son patron, lui-même en affaire avec la Mafia locale. Privée de toute initiative, la voilà embarquée par les mafieux après l’élimination de ses proxénètes. Débarquée au port de L’Escala, elle est finalement cédée à un abattoir catalan, non pour elle même mais comme prime d’une transaction de stupéfiants. Il y a bien quelque chose ici de la misère montrée dans Gomorra, célèbre roman de Roberto Saviano.

La « moral area »

Les deux sociologues s’appuient largement sur la notion de « moral area » ou espace de mœurs, proposée par le sociologue Robert Ezra Park, l’un des fondateurs de l’Ecole de Chicago dans les années 1920. Elle leur permet de comprendre les continuités spatiales cachées des économies de l’argent et du désir.

La notion de ‘moral area’, ou ‘zone de mœurs’, est utilisée par l’ensemble des sociologues de l’Ecole de Chicago » (Ulf Hannerz, Explorer la ville, Paris : Editions de Minuit, 1983, préface de Isaac Joseph) pour décrire l’attraction et le brassage, souvent nocturne et dérogatoire de ‘l’ordre urbain’, de populations variées autour d’activités mêlant plaisirs et intérêts. Les ‘moral areas’ jouent un rôle essentiel, bien que non reconnu, masqué, dans les transformations urbaines. Une autre traduction de ‘moral area’ par ‘district moral’ est proposée par Isaac Joseph », Alain Tarrius, 2013

 

moral area

Ports de la moral area en Mer Noire et route des Sultants © Alain Tarrius et Olivier Bernet

Si la Mer Noire est sans conteste une « moral area » dans la première partie du propos, c’est aussi le cas de la Catalogne qui semble retrouver son unité dans les économies peu visibles du sexe et de la drogue, de Perpignan à la station balnéaire « branchée » de Sitges au sud de Barcelone. Les auteurs montrent que les réseaux mafieux, les centralités de prostitution masculine (Sitges) ou féminine (La Junquera), les camionneurs, les bourgeoisies locales, participent à cette zone de moeurs et sont parties prenantes d’un dispositif qu’il ne faudrait pas confondre avec ses manifestations visibles que sont les espaces de prostitution.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

A partir de l’étude de la centralité criminelle et frontalière de La Junquera, débouché des réseaux de drogue et de prostitution russo-italiens, les auteurs s’aperçoivent que le département voisin des Pyrénées Orientales a aussi trouvé sa place dans le dispositif criminel. C’est un espace annexe de vente des drogues. Les puissants réseaux qui opèrent à La Junquera acquièrent rapidement le monopole des drogues les plus lucratives au détriment des petits distributeurs locaux. Pour maintenir leurs bénéfices, ces derniers élargissent leur clientèle auprès des collégiens et lycéens.

C’est en conduisant ce volet de l’enquête, et notamment en cherchant à signaler la situation de jeunes pourtant placés par l’Aide Sociale à l’Enfance départementale (ASE 66) que les chercheurs mettent progressivement à jour un système clientéliste local. En effet, il semblerait que certains enfants soit placés dans des familles d’accueil, souvent elles-mêmes en situation de misère sociale, comme attribution d’un revenu. La volonté de conserver ce revenu justifierait de passer sous silence tout dysfonctionnement (drogue, prostitution) à même de conduire à un retrait de l’enfant de sa famille d’accueil. Les auteurs s’attachent ensuite à exposer la virulence de l’institution à se défendre de l’intrusion de chercheurs, livrant quelques pages offensives, parfaitement assumées, qui restent encore trop rares dans les sciences sociales.

A partir de ces blocages, les chercheurs développent leurs enquêtes auprès des jeunes prostitués et drogués de la région de Perpignan qui leur permettent de confirmer l’intégration des Pyrénées Orientales à la « moral area » Catalane des drogues et de la prostitution. Notamment quand, et c’est à peine un raccourci, de jeunes Perpignanais, certains encore placés par l’ASE 66, sous amphétamines géorgiennes, partent pour la saison estivale se prostituer dans les clubs de Sitges.

© Brett Jordan

CC Flickr Brett Jordan

Des chercheurs inlassables et inclassables

Cet ouvrage, qui devrait donner lieu à d’autres enquêtes et d’autres publications, est une sorte de rapport d’étape d’une recherche collective. Le propos est soutenu par un dispositif de recherche complexe, dépassant la personnalité des deux auteurs. Pourtant, c’est bien Alain Tarrius qui peut, avec une virulence déroutante puis communicative, donner le « coup de pied dans la fourmilière ». A l’instar de Bourdieu, il considère que « la sociologie est un sport de combat » et le démontre énergiquement. Quand une porte se ferme, il s’agit davantage d’une injonction à aller voir -sans voyeurisme- ce qui se cache derrière, à ouvrir un nouveau volet, imprévu, de l’enquête.

Ici les chercheurs sont engagés et le propos, toujours étayé, est bien entendu scientifique. Mais le texte est inclassable et peu conventionnel, tant par sa forme que par le ton combatif qu’il emploie parfois, pour le plus grand bien du lecteur profitant d’un contenu informatif riche et assistant au déploiement d’une pratique de recherche engagée. Enfin, les annexes étoffées présentent un corpus de textes et d’articles publiés par les auteurs et formant une sorte de précis théorique et méthodologique autour du concept de transmigration.

 

Crédits image à la Une : CC Youtube

Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

More Posts - Website

Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *