La monnaie comme langage performatif

2965137520_e8f2102bca_o

CC Flickr Bill Brooks

L’euro va-t-il disparaître ? Le bitcoin, monnaie virtuelle circulant sur le Net, est-il un feu de paille ? Le sol violette, monnaie toulousaine, est-il seulement une élucubration altermondialiste ?

Ce billet tente d’apporter des éclairages originaux sur ces questions en proposant d’appréhender la monnaie comme langage performatif, autrement dit « qui fait faire ». Mais d’abord, quelques éclairages sur les actes de langage, puis sur le langage des chiffres (Fauré, 2013).

 

Dire c’est faire

© Patrick Mignard

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Une approche performative du langage met l’accent sur le fait que le langage n’est pas seulement utilisé pour décrire ce qui existe mais pour agir sur le réel en l’ordonnant, le constituant, le transformant. De nombreux actes de langage visent ainsi à agir sur ce qui existe, bien plus qu’à le représenter objectivement : ils disent ce qu’il faut faire et pas seulement ce qui est. Lorsque le prêtre marie les époux, lorsque le supérieur donne un ordre, lorsque le professeur dicte la leçon, ils font des choses en même temps qu’ils les disent. Dire le titre de la leçon, c’est dire que tel sera le sujet du jour. C’est dire aussi qu’il est temps de prendre des notes. Ecrire le titre au tableau, c’est faire exister la classe, l’école, tout un rapport au savoir régulièrement contesté, malmené et qu’il faut entretenir, cultiver par d’incessants actes de langage de même nature.

Mais comme le disent les bavardages lycéens et estudiantins contemporains, les salles de cours et les amphithéâtres ne sont plus les sanctuaires d’antan pour la parole professorale (Serres, 2012). « Dire » un cours est de plus en plus difficile. De même d’ailleurs que donner un ordre ou marier deux individus. Comment « faire des choses en les disant » (Austin, 1962) est une performance plus que jamais délicate.

Les actes de calcul

CC Flickr Nicolas Nova

CC Flickr Nicolas Nova

L’exemple des chiffres offre une vue purifiée des mouvements performatifs – où le dire vise à « faire faire » – ainsi que des enjeux qu’ils soulèvent dans les organisations contemporaines. En effet, les chiffres gouvernent des aspects de plus en plus nombreux de notre vie professionnelle, sociale, politique… et font beaucoup parler d’eux, parfois à tort et à travers certes. Mais leur parole disparaît rarement sans laisser de traces. Telle est du moins la première condition de leur performativité : l’existence d’une trace, d’une inscription, d’un texte. Qu’il s’agisse d’une suite d’encoches sur un bâton sumérien ou d’un tableau de reporting (en fait un rapport d’activité) trimestriel, cette textualité est essentielle au rayonnement performatif du chiffre. Ecrit, le chiffre dit, peut être redit et récrit ailleurs, par d’autres personnes, pour faire et faire faire des choses différentes ou au contraire proches, à des personnes elles-mêmes différentes, ou au contraire  semblables. Comprendre comment ces textes agissent et font agir dans des organisations sans cesse plus disloquées et hybrides est un enjeu d’actualité.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La seconde condition de performativité des actes de calcul est le raccordement d’un chiffre à un autre : tout chiffre doit trouver son double, auquel il peut s’égaliser. Bon de commande = facture, facture = billet de paiement, débit = crédit, actif = passif… toute la comptabilité en partie double repose sur l’extension de contrôle d’égalité entre les comptes et sur la réduction systématiques des écarts. Derrière chaque chiffre est un texte, un document, un engagement archivé dans un classeur. Et chacun renvoie à un autre. Telle est leur force. Un texte isolé dans une organisation n’a aucun poids. Si personne ne le cite, ne s’y réfère, ne s’appuie dessus pour agir, le texte n’agit pas. Si le power point de l’enseignant leur parle moins que les présentations identiques en libre accès sur la toile, les étudiants bavardent.

L’approche performative suggère qu’indépendamment des qualités personnelles de l’enseignant, son power point et de manière générale tous ses supports pédagogiques « agiront » d’autant mieux qu’ils seront intégrés à une base documentaire structurée. Quelques soient les évolutions technologiques futures, la valeur ajoutée d’un dispositif pédagogique par rapport à un apprentissage autonome sera toujours d’offrir un programme d’enseignement et d’en garantir la cohérence. Bien sûr, ce que dit le cours est déjà dit ailleurs, sans doute mieux que par le professeur physiquement présent, si l’on veut bien se donner la peine de chercher. Mais ce qu’il dit tire aussi sa force des ponts, des passages, des liens qu’il établit avec les autres enseignements… et les autres enseignants. La valeur ajoutée de cette équipe est d’aider les étudiants à évaluer et améliorer la progression de leurs apprentissages.

© Artnoose

CC Flickr Artnoose

On oublie souvent à quel point les chiffres sont au cœur du travail pédagogique de mise en relation des enseignements. Avec ses limites et ses arbitraires, la notation est le modèle de la plupart des jurys d’attribution d’un diplôme. Pour qui veut apprendre vite et bien, des examens réguliers et des corrections rapides et personnalisées constituent un service précieux. La note vaut ce qu’elle vaut, mais on peut l’améliorer. Et puis elle vient s’ajouter à d’autres. Après, tout dépend des objectifs  de chacun. Comme dans les jeux vidéo, le niveau de difficulté est réglable : moyen = 10-11, bon = 12-15, expert = 16-20. Comme tout logiciel d’apprentissage interactif, les formations offrent une fonction « retour d’expérience » sur leurs filières, leurs départements, voire leurs enseignants. Les utilisateurs notent le service qu’ils ont reçu afin de contribuer à son amélioration. Noter et être noté devient un acte réciproque, symétrique. Les deux systèmes de notation se parlent et s’auto-régulent. Rien ne dit cependant que la notation est le meilleur moyen pour atteindre cet idéal. Les universités françaises refusent ainsi farouchement de se soumettre à la notation individuelle des enseignants et parviennent effectivement à fournir des enseignements de qualité sans avoir nécessairement besoin de chiffrer cette qualité. Ce qui est en réalité surprenant, c’est qu’elles n’aillent pas au bout de leur logique et refusent la notation des étudiants.

Ce que l’argent nous fait dire et faire

En quoi ces considérations éclairent-elles la nature de la monnaie et permettent-elles de répondre aux questions initiales ?

© Patrick Mignard

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Une des premières fonctions de la monnaie est d’instituer un système de notation et de mise en équivalence entre des offres et des demandes. Il y a monnaie, dès qu’il y a unité de compte. C’est ce qu’inventèrent les prêtres-banquiers sumériens pour redistribuer la production centralisée dans leurs temples en évaluant la valeur des stocks selon une unité de comptage commune. Difficile calcul cependant que le « juste prix ». Se riant des prêtres et des banquiers, Crésus popularisa une seconde fonction de la monnaie : celle d’instrument d’échange. Un petit bout de métal et le tour est joué, le troc peut se dérouler en deux temps distincts – l’achat et la vente – sans avoir besoin de passer par un organisme centralisateur. L’histoire monétaire est une suite d’arrangements autour de la manière de noter la valeur de tous ces artefacts qu’inventèrent banquiers, marchands, princes, églises (…) pour mettre en équivalence des offres et des demandes, des achats et des ventes, des entrées et des sorties de stocks.

© SalFalko

© SalFalko

La monnaie est-elle un instrument neutre des échanges, un fluidifiant transparent ou bien une fin en soi, une réserve de valeur désirée pour elle-même ? L’époque semble lointaine où Aristote dénonçait la folie du chiffre pour le chiffre et invitait à plus de chrématistique dans l’usage de l’argent. Aujourd’hui, et depuis presque six siècles, les « modernes » (Latour, 2011) ont tranché : la monnaie a de la valeur en elle-même. Le billet dans la poche a de la valeur. Qu’il s’agisse de dollars ou d’euros, son cours est calculé en permanence, consultable par quiconque sur des écrans d’ordinateurs. Incroyable performance quand on y songe que celle réalisée par le billet de un dollar au cours de 20ème siècle. Fabriqué dans une lointaine imprimerie américaine, le « billet vert » peut être désiré, recherché, redouté, plus que tout autre objet de désir uniquement sur la base d’une formule purement performative promettant à tout détenteur de pouvoir retirer la valeur monétaire comptabilisée sur le billet auprès de la banque émettrice du billet. De mains en mains, de poches en poches, d’un continent à l’autre, le billet vert compte : sa présence a du poids dans les interactions et « en avoir ou pas » fait clairement la différence dans la plupart des situations sociales. Il fait faire et dire à peu près tout et n’importe quoi. Crésus ne fit pas mieux.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

L’immense majorité des transactions financières se dénouent aujourd’hui entre des robots distants qui centralisent les imputations comptables de tous ces échanges et effectuent en quelques nano-secondes des compensations globales à l’issue desquelles les écarts résiduels à traiter en priorité sont censés être identifiés. Cet ingénieux système permet d’échanger n’importe quoi, avec n’importe qui, n’importe où, de plus en plus vite et avec de moins en moins de risque d’échec, erreur ou retard. Cependant, tout cela ne marche que parce que nous accordons de la valeur à des chiffres sur des bouts de papier, leur donnant ainsi le pouvoir de dire les choses qui doivent être comptées et qui doit et comment les compter. La valeur de l’unité de compte dépend en premier lieu de la valeur de ce qui est compté … et recompté. Le rôle proprement calculatoire de l’unité monétaire est de mettre en équivalence le comptage de choses différentes. De même qu’un thermomètre, le prix prend la température du marché. Il renseigne sur les meilleures opportunités de troc du moment.

De même que des alternatives existent à la notation comme méthode unique d’évaluation des enseignements, des alternatives existent à la notation monétaire. Le calcul des équivalences nécessite une unité de compte. Mais rien n’oblige de faire de cette unité de compte un instrument d’échange. Des sites de trocs en ligne qui se développent aujourd’hui montrent que l’échange est possible sans monnaie.

Le sol violette

Le sol violette

Les réponses aux questions initiales apparaissent alors clairement. De même que la note ne disparaîtra pas du jour au lendemain, il est peu probable que l’euro ou le dollar cessent complètement de faire parler d’eux, de dire ce qui compte et doit être compté (Aglietta, 2002). Cependant, de même que les ECTS (European Credit Transfert System) qui permettent aux universités européennes d’établir des équivalences entre leur formation ne servent pas à noter directement les étudiants, l’euro ne sera pas utilisé dans le futur pour « noter » directement les échanges, mais pour compenser des mouvements financiers de long terme. Certes, le billet vert continue aujourd’hui d’être utilisé partout pour dire, faire et faire dire à peu près tout et n’importe quoi. Mais sa suprématie est sérieusement concurrencée par d’autres monnaies régionales ou par des formes monétaires alternatives. Les billets de banque n’occupent plus qu’une part marginale de nos dépenses et l’essentiel de nos ressources monétaires sont aujourd’hui « dématérialisée » (si tant est que l’expression ait un sens). Dans un futur assez proche, le multimonétarisme peut très bien revenir à l’ordre du jour : de nombreux échanges pourront être réalisés sans passer par les monnaies régaliennes, étatiques (dollar, yen) ou continentales (euro), juste en choisissant le moment de mise en vente d’un bien sur un site de centralisation des offres et des demandes. Des bitcoins, des sols violettes, un compte paypal, des points « Auchan », rempliront bientôt et à moindre coût le même office que les billets à ordre anonymes qu’inventèrent les banquiers européens au sortir du Moyen-âge pour créer beaucoup de valeur monétaire avec de moins en moins d’argent et d’or… et de plus en plus de calculs. Ces nouveaux moyens de paiement n’auront pas plus de « philosophie » que leurs prédécesseurs : le sol violette est imprimé aujourd’hui par des adeptes de l’altermondialisme ? Il sera sans doute utilisé demain sans plus d’état d’âme qu’un bitcoin.

Crédits image à la Une : CC PublicDomainePictures.net

Bertrand Fauré

(LERASS : be_faure@yahoo.fr)

More Posts

Bertrand Fauré

(LERASS : be_faure@yahoo.fr)

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. fauré dit :

    Perspectives informatiques, monnaies inattendues, relativité et nouveau monde
    https://www.youtube.com/watch?v=pY9aEduMMwo&list=PL0UDqLtXevvH1w83dlXvs7PmLKaJlFnMx&index=1

  2. François Pelatan dit :

    Ok… donc concrètement ça veut dire quoi exactement : si par exemple, il y a un distributeur ATM bitcoin à Bordeaux, je retire une somme en bitcoin et ensuite j’en fais quoi ? chercher un commerce qui les accepte ou qq chose de ce genre ?

    • Fauré dit :

      Oui. C’est comme si tu étais à l’étranger et que tu n’utilisais que ta carte bleue en fait tu sais 🙂

      La différence, c’est que l’unité monétaire est beaucoup plus grande (1 bitcoin=400-500$) et qu’au lieu d’avoir le nom d’un intermédiaire sur l’ATM tu retires directement à la source monétaire.

  3. François Pelatan dit :

    Présentation intéressante , mais ça représente quel pourcentage aujourd’hui les monnaies alternatives ( pour avoir une idée ) ?

  4. Fauré dit :

    « La contribution de Satoshi Nakamoto a changé la façon dont nous pensons à l’argent. » (Bhagwan Chowdhry)
    http://www.numerama.com/politique/130184-createur-bitcoin-propose-prix-nobel-deconomie.html

  5. Fauré dit :

    « La contribution de Satoshi Nakamoto a changé la façon dont nous pensons à l’argent. » (Bhagwan Chowdhry)

  1. 23/12/2016

    […] L’euro va-t-il disparaître ? Le bitcoin, monnaie virtuelle circulant sur le Net, est-il un feu de paille ? Le sol violette, monnaie toulousaine, est-il seulement une élucubration altermondialiste ? Ce billet tente d’apporte  […]

  2. 23/12/2016

    […] L’euro va-t-il disparaître ? Le bitcoin, monnaie virtuelle circulant sur le Net, est-il un feu de paille ? Le sol violette, monnaie toulousaine, est-il seulement une élucubration altermondialiste ? Ce billet tente d’apporte  […]

  3. 04/07/2017

    […] des projets, économiser des guerres est, quand on y songe, une performance inouïe (Fauré, Mondes Sociaux, 01/04/2014). Et c’est une performance bureaucratique. Derrière le dollar, il y a des banquiers, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *