Un économiste pas très distingué

9963374295_56f8faa494_o

CC Truthout.org

– Patrick Mignard, dessinateur de presse occasionnel de Mondes Sociaux vient de publier un manuel d’économie !
– Tiens donc ! (étonnement)
– Rassure-toi, c’est aussi un économiste !
– Ah bon ! (soulagement)
– D’ailleurs, il a écrit récemment un bouquin sur la crise avec Morin, le professeur d’économie toulousain
-Ah, quand même ! (admiratif)
– On le dit engagé, peut-être même au-delà des «économistes atterrés »
– Aie !!! (incompréhension mêlée de désapprobation)

En fait notre mi-dessinateur-bénévole, mi-économiste-plus-qu’atterré propose une nouvelle édition, préfacée par François Morin, revue, complétée, augmentée… mais toujours illustrée de petits dessins caustiques, de l’un de ses ouvrages dont le titre fleure bon la vulgarisation à usage citoyen. Non, ce n’est pas L’économie pour les Nuls : ce livre existe sans doute déjà. Son Manuel d’économie à l’usage de celles et ceux qui n’y comprennent rien à une portée plus universelle. La quatrième de couverture donne le ton : « ‘j’y comprends rien !’, ‘j’ai pas les bases !’, ‘l’éco c’est pas pour moi’… Ces réflexions désabusées et fatalistes que chacun(e) a entendues et entend, n’en finissent pas d’annoncer la capitulation des citoyen(ne)s face à un système qu’ils ne comprennent pas ». « Citoyens, citoyennes ne restez pas mous (molles) du genou économique ! Cessez de vous lamenter sur votre ignorance et aussi sur votre sort de victimes ! Armez vous de la compréhension critique et partons », semble dire l’auteur.

Ne plus cacher l’économie réelle

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La première partie dédiée à « L’économie réelle » est consacrée à quelques catégories économiques de base, autrement dit essentielles, quelquefois tirées –horresco referens– du lexique marxien. Mais d’un lexique revisité, et pas uniquement pour des raisons didactiques : Marx est une référence importante, parmi d’autres références ; un auteur dont les travaux méritent d’être rappelés, mais aussi triés, critiqués, complétés à la lumière d’autres travaux récents ou anciens, et non le Père fondateur d’un dogme immuable auquel il aurait légué son nom ainsi que le droit d’en faire usage à tort et à travers.

Sont notamment abordés la production, la marchandise et son prix, le travail, la force de travail (et le salariat), le capital, le marché, la consommation et le consommateur solvable, l’épargne, l’investissement, la croissance… et enfin le rôle de l’Etat, ce qui renvoie le lecteur aux premières pages intitulées « De l’économique au politique » où il est affirmé avec force que n’étant pas une science exacte, « L’économie ne peut être que politique », une évidence qui mérite d’être rappelée. Patrick Mignard qui a promené son « look de barbudo » dans maints cours du soir pour syndicalistes et militants associatifs, amphis d’Universités populaires et conférences grand public a retenu de cette longue expérience les questions, souvent faussement naïves, posées par ces publics non estudiantins et en conséquence largement ignorés des universitaires. Il en a sélectionné quelques unes auxquelles il répond avec pédagogie, et surtout sans jamais donner de solution toute faite : c’est au lecteur qu’il revient de choisir.

Déconstruire l’économie financière

© Thierry Ehrmann

© Thierry Ehrmann

En fait, ces pages très didactiques servent de mise en bouche pour mieux apprécier le plat de résistance servi dans la deuxième partie intitulée sobrement « L’économie financière » : il s’agit ici de comprendre les multiples crises du capitalisme, et plus spécialement celle qui n’en finit pas de finir depuis la fin des années 2000. Les comprendre pour ne plus les subir, ajoute l’auteur. Et aussi pour ne plus subir les explications de la pensée unique économique, doux euphémisme pour désigner l’aéropage des économistes distingués, improbables admirateurs du garde champêtre de Prévert, celui-là même qui annonçait à grand renfort de tambour dans Spectacle (tout un programme…) : « Nous prévenons la population qu’à partir d’aujourd’hui, il n’y aura rien de changé et que tout se passera comme dorénavant cela s’est toujours passé ! ».

L’auteur propose de revisiter la monnaie et les monnaies « d’hier et d’aujourd’hui », le système bancaire et ses (nouvelles) pratiques, les marchés financiers, la spéculation (présentée non comme une dérive du système, mais comme une règle), la dérégulation et la déréglementation, les origines lointaines et plus récentes de la mondialisation financière contemporaine…  avant d’aborder la crise actuelle. Autrement dit, après avoir décrit « l’explosif », l’auteur rend compte du détonateur (la crise des subprimes), puis de la réaction en chaîne à l’échelle internationale, avant d’insister sur quelques formes particulières de la crise et sur ses conséquences sur l’économie réelle, les Etats, l’Europe et beaucoup d’entre nous (mais pas tous…). Un regret toutefois : pourquoi ne pas avoir présenté les divers scénarios de sortie de crise, en explicitant leurs significations et leurs conséquences économiques, sociales et politiques ? Ce sera peut-être pour la 3ème édition…

© George

© George

Comme pour la première partie, le développement se prolonge par un bouquet de questions : toutes  expriment des demandes d’explication pour mieux cerner la crise et mieux se situer par rapport aux explications dominantes. Il s’achève sur des réflexions conclusives ouvertes dont on extraira celle-ci, relative à l’historicité du capitalisme : « Au-delà de celles et ceux qui ont un intérêt au maintien de ce système et celles et ceux qui ont tout intérêt à sa disparition, la réponse n’en reste pas moins affaire de convictions. Personne n’a la réponse ‘scientifique’, c’est-à-dire incontestable » (p.83).

Ainsi que le souligne la préface, ce manuel est un abrégé. Il est donc très utile pour celui ou celle qui ne comprend rien à un domaine réputé complexe et qui semble de ce fait réservé aux initiés et autres experts. Celui (celle) qui commence à comprendre peut avoir envie d’aller plus loin pour comprendre davantage. Il et elle y sont d’ailleurs implicitement invité(e)s par l’auteur : s’il ne conseille aucun ouvrage en particulier —même pas celui, également didactique, qu’il a écrit sur la crise financière avec François Morin —, il laisse entendre que cette littérature existe et mérite d’être lue. Mais celui (celle) qui commence à comprendre peut aussi avoir envie de « se forger sa propre opinion (…) faire la part des choses entre le discours purement idéologique et celui qui se veut purement pragmatique ». Comprendre ce qui se joue dans notre société peut donner envie d’aller au-delà du monde de la connaissance pour entrer ou revenir dans celui de la Cité. Pour y faire quoi ? « La suite appartient à chacune et à chacun », répond l’auteur (p.18). Nous le suivrons bien volontiers dans cette voie.

© Patrick Mignard

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Flickr  Cité de l’économie et de la monnaie
  • Mignard P., 2013, Manuel d’économie à l’usage de celles et ceux qui n’y comprennent rien, Toulouse : AAEL, 192 p.
  • Mignard P., Morin F., 2010, Autopsie d’une crise annoncée, Toulouse : Le Pérégrinateur, 96 p.
  • Morin F., 2011, Un monde sans Wall Street ?, Paris : Le Seuil.
  • Morin F., 2009, Le nouveau mur de l’argent. Essai sur la finance globalisée, Paris : Le Seuil.

Robert Boure

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr)

More Posts

Robert Boure

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 20/03/2015

    […] en hommage à un cours d’économie que j’ai reçu une fois par Monsieur Patrick Mignard qui a soudainement révolutionné ma façon de voir le monde. Je voulais en faire profiter le plus […]

  2. 20/08/2015

    […] en hommage à un cours d’économie que j’ai reçu une fois par Monsieur Patrick Mignard qui a soudainement révolutionné ma façon de voir le monde. Je voulais en faire profiter le plus […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *