Connaissez-vous le monde merveilleux des bulles ?

 
CC Pixabay AllanW

CC Pixabay AllanW

Pas question d’évoquer ici la transparence irisée du savon, ni la gracieuse mécanique des fluides au sein d’un liquide (a)doré.

Non, il s’agit de parler d’images et d’écrits figurant sur une petite rondelle de métal fabriquée à l’époque médiévale. Présenté ainsi, cela peut paraître à peine poétique, mais le sujet n’en recèle pas moins quelques éléments de surprise.

La bulle, cet objet matriciel

La bulle peut se définir comme un objet matriciel, une double empreinte réalisée sur un flan de plomb. Cet objet s’apparente, dans sa forme, au traditionnel sceau de cire mais le matériau employé en fait une marque métallique a priori moins fragile. Alors que le sceau est le fruit d’une impression manuelle exercée sur une galette de cire, la bulle est frappée à l’aide d’un boullôtèrion : le flan de plomb est disposé entre deux coins fixés au bout d’une sorte de longue pince. A l’arrière de chaque matrice, un gros ergot reçoit la masse du marteau appliqué d’un coup sec. Les deux coins écrasent le plomb et y impriment les caractères et les figures gravés en creux. Sa dimension obéit à une certaine taille standard, il s’agit souvent d’un module d’une quarantaine de millimètres pour quelques millimètres d’épaisseur.

Comme l’empreinte de cire, la marque métallique est utilisée pour valider le document manuscrit auquel elle est appendue. Fixée à la feuille de parchemin, elle authentifie le contenu du support écrit dont elle est totalement indissociable. Qu’elles soient constituées de liens de chanvre ou de lacs de soie, les deux attaches passées à l’intérieur de la rondelle vierge, se trouvent comprimées lors de la frappe mécanique et permettent ainsi d’assurer l’indispensable association entre les deux éléments [fig. 1]. Autre avantage de cette combinaison : l’objet-bulle peut être précisément daté lorsqu’il est appliqué au bas un document délivrant les jour, mois et année de sa confection. Dans le domaine de la civilisation matérielle du Moyen Age, le fait est assez rare pour être souligné.

Bulle pontificale d’Innocent III (1216). © Laurent Macé, tous droits réservés

Ill. 1 : Bulle pontificale d’Innocent III (1216). © Laurent Macé, tous droits réservés.

A l’instar du sceau, la bulle délivre sur son pourtour circulaire une légende contenant des indications qui renseignent avec profit sur l’identité du sigillant (son nom : Bertrand de Nîmes), ainsi que sur son titre ou sa fonction (seigneur de ; connétable du comte de Toulouse) ou sa place dans la parenté (femme de ; fils de). L’espace central ou champ, laisse une bonne place à l’image : peuvent être représentées des armoiries, souvent apparentes à la surface d’un écu ; plus fréquemment, se trouve une figure équestre montrant le chevalier dans le cadre de son activité militaire, mais aussi des magistrats municipaux (collège de consuls), des hauts dignitaires de l’Église (principalement des évêques), des collectivités (coseigneuries), des officiers royaux [fig. 2]. Toutes ces marques portent donc des signes ou des attributs qui révèlent l’état de chacun, son rang, sa place dans la société de ce temps.

Ill. 2 : Bulle d’un notaire public du roi (1296). © Laurent Macé, tous droits réservés

Ill. 2 : Bulle d’un notaire public du roi (1296). © Laurent Macé, tous droits réservés.

Objets des grands

Les autorités supérieures ne dédaignent pas de recourir à cet usage, bien au contraire comme on le voit avec les fameuses bulles pontificales. Si cela désigne communément un document émis par la chancellerie du pape, à l’origine il caractérise un mode de scellement qui emprunte la marque de plomb. Pendant une période d’au moins trois siècles, cette bulle obéit à un schéma assez figé : sur une face, le champ est occupé par une inscription délivrant sur trois lignes le nom de l’évêque de Rome ainsi que son ordinal : pape Innocent III. De l’autre côté, deux bustes se tiennent de part et d’autre d’une croix latine ; une abréviation les désigne S PA (Sanctus Paulus) et S PE (Sanctus Petrus). Saint Pierre et saint Paul sont les fondateurs de l’Eglise chrétienne d’Occident, ils en sont les premiers piliers, on comprend donc aisément leur présence sur l’empreinte de celui qui en est le légitime successeur [fig. 3].

Bulle pontificale : saint Paul et saint Pierre. © Laurent Macé

Ill. 3 : Bulle pontificale : saint Paul et saint Pierre. © Laurent Macé, tous droits réservés.

Les détenteurs de grandes principautés se montrent également dans leur parure de plomb. A la fin du XIIe siècle, dans leurs domaines « provençaux », les Comtes de Toulouse utilisent plusieurs bulles au sein de leurs divers ressorts géographiques. D’un côté, ils sont montrés à cheval, brandissant leur épée et se protégeant de leur écu armorié. De l’autre, ils placent en plein champ leurs armoiries, la fameuse croix dite « de Toulouse » [fig. 4].

Ill. 4 : Bulle du comte de Toulouse Raimond V pour le comté de Mauguio (1199). © Laurent Macé, tous droits réservés.

Ill. 4 : Avers de la bulle du comte de Toulouse Raimond V pour le comté de Mauguio (1199). © Laurent Macé, tous droits réservés.

 

Bullen° 4bis

Ill. 4 : Revers de la même bulle. © Laurent Macé, tous droits réservés.

A un autre niveau, le roi de France use parfois d’une bulle d’or, appelée « chrysobulle », mais cette pratique est assez rare. Elle est, en revanche, plus fréquente à l’est du royaume de France, chez les empereurs germaniques qui n’hésitent pas à orner certaines cessions de privilèges d’une prestigieuse marque imprimée dans le précieux métal [fig. 5].

Ill. 5 : Bulle de l’empereur Charles IV, en 1378 (cliché Arch. nationales)

Ill. 5 : Bulle de l’empereur Charles IV, en 1378 (cliché Arch. nationales).

L’exploitation de ces données fait l’objet d’études qui sont appelées à se développer davantage. Tout d’abord parce que le corpus est encore en devenir, les fonds d’archives recèlent de nombreux exemplaires qui n’ont pas été répertoriés. Et ensuite, parce que l’action des détectoristes doit entrer en compte dans l’enrichissement des catalogues, même si les chercheurs n’ont pas toujours accès à ces nouvelles informations. Dans les pays anglo-saxons et scandinaves, les inventaires existants ont été complétés, voire dépassés, par les multiples découvertes fortuites qui ont été réalisées au cours de cette dernière décennie. La chronologie de la diffusion de la pratique connaît déjà des révisions spectaculaires. Enfin, des analyses de laboratoire permettront à l’avenir d’obtenir des informations sur la nature et l’origine du matériau employé, sur les techniques de frappe, sur cette utilisation spécifique des métaux. La bulle de plomb a donc encore beaucoup de messages à délivrer, ils sont autant d’échos des temps médiévaux qu’elle nous invite à entendre.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Didgeman


Laurent Macé

FRAMESPA (mace@univ-tlse2.fr)

More Posts

Laurent Macé

FRAMESPA (mace@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. KELLER dit :

    Serait-il possible d’avoir l’image de l’autre face de la bulle n°2 bulle d’un notaire public du roi ainsi que les références des archives? j’attends avec impatience le compte-rendu du colloque de Cerisy et donc le texte de votre communication sur les bulles
    merci d’avance
    D.keller vice-président de l’association héraldique et sigillographie d’Alsace

  2. Pelatan dit :

    Euh ! le comté de Mauguio n’est pas en Provence ( 1199) à moins bien sûr que ses limites de l’époque traversent le Rhône !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *