Guy Jalabert : une géographie entre industrie et ville

Assistant agrégé à l’Institut de géographie à partir de 1966, il gravit ensuite tous les échelons d’une carrière d’enseignant-chercheur avec l’accession au grade de professeur en 1973. Lors de son arrivée à la Faculté des Lettres, Guy Jalabert est confronté à l’augmentation rapide du nombre d’étudiants (en 1970 l’Institut Daniel-Faucher est la première UER de Géographie de France par le nombre d’étudiants) et – de façon moins spectaculaire mais probablement plus insidieuse – aux interrogations et aux doutes de géographes concernant leur discipline souvent considérée comme une science « bâtarde » si ce n’est coupable, « d’abdication empiriste » comme l’écrit Bourdieu en 1984.

Il est vrai qu’à la différence des universités nord-américaines où les deux domaines sont nettement séparés, la géographie française est alors partagée entre deux tropismes : celui de la géomorphologie qui la situe du côté des sciences dites exactes et celui de la géographie économique et sociale qui positionne la discipline du côté des sciences humaines et sociales.

La géographie comme science sociale

Sans vouloir choisir un camp contre l’autre, le chercheur s’oriente résolument vers le second pôle. En témoignent ses premières recherches en géographie industrielle qui portent sur l’aéronautique et le spatial. Enquêtes de terrain en Midi-Pyrénées, mais aussi à Bordeaux, à Paris, en Grande-Bretagne, dépouillement minutieux de statistiques encore rarement exploitées – comme celles de l’URSSAF – tous ces matériaux aboutissent à la soutenance et à la publication en 1974 d’une thèse remarquée : Les industries aéronautiques et spatiales en France. Le style Jalabert – mélange de rigueur méthodologique et d’écriture fluide – est déjà là. Cette thèse, appuyée sur de nombreuses lectures d’économistes spatiaux, se distingue nettement des recherches en économie industrielle dans la mesure où l’auteur s’efforce en permanence de replacer l’activité aérospatiale dans son milieu géographique.

Chaînes de montage d’Airbus à Toulouse, 1988. Arch. mun. de Toulouse, 15 Fi 7921

Chaînes de montage d’Airbus à Toulouse, 1988. Arch. mun. de Toulouse, 15 Fi 7921

Guy Jalabert propose à cette occasion aux collègues de sa discipline une feuille de route qu’il s’efforcera d’appliquer à lui-même dans ses travaux ultérieurs : « lier le plus étroitement possible la compréhension de l’espace – finalité de leur étude – à celle des structures économiques et politiques des sociétés industrielles ». Dans cette perspective, la recherche en géographie industrielle ne saurait s’affranchir du regard plus général porté par la géographie urbaine. À vrai dire, il ne s’était jamais détourné de cette exigence, ne serait-ce qu’à travers sa contribution à un ouvrage collectif sur l’évolution de la métropole toulousaine dans son environnement régional publié dès 1972. À la fin des années 1970 et dans les années 1980, il s’investit plus largement dans les problématiques urbaines, en particulier sur la question foncière et sur la périurbanisation. Il en profite pour développer sa collaboration avec des chercheurs d’autres disciplines (en particulier en sociologie et en droit). Il participe aussi à des recherches coopératives, pilotées par Bernard Kayser, avec des collègues d’autres universités en France et en Europe à travers des dispositifs mis en place par le CNRS jusqu’au milieu des années 1980.

  • Responsabilités  :
     Vice-président de l’Université de Toulouse – Le Mirail chargé de la recherche (1981)
    – Représentant de l’Université au Comité Consultatif Régional pour la Recherche et le Développement Technologique (1981-1985)
    – Directeur du Centre Interdisciplinaire d’Études Urbaines (CIEU) (1986-1994)
    – Co-président de la 24ème section (Aménagement – Urbanisme) dans le Conseil National des Universités (1992-1995)

9782717828382_1_75-196x300Ces responsabilités n’empêchent pas Guy Jalabert d’encadrer de nombreux mémoires et thèses tout en continuant à « faire du terrain », seul ou plus souvent en collaboration avec des chercheurs français, espagnols ou québécois. Au cours des années 1990, la géographie industrielle (secteur aérospatial, technopoles) et les questions urbaines (périurbanisation, planification, internationalisation des villes et métropolisation) l’occupent conjointement. Ces recherches aboutissent à la publication d’un livre sur les technopoles en 1990, de deux ouvrages sur Toulouse en 1999 et en 2001 et d’un livre écrit en collaboration avec Jean-Marc Zuliani sur l’insertion de l’activité aéronautique dans l’espace toulousain en 2009. Il se félicite d’avoir pu ainsi dialoguer avec des acteurs de sensibilités différentes, les certitudes professionnelles des représentants du monde industriel contrastant avec les points de vue moins tranchés de nombreux acteurs urbains.

Entre le micro et le macro social

Guy Jalabert n’est pas à proprement parler un épistémologue. À la différence de certains de ses collègues, les tentatives – rarement abouties – de construction d’une épistémologie de la géographie ne lui paraissent pas particulièrement pertinentes. Non par « abdication empiriste », mais parce qu’il estime que la discipline carrefour qu’est la géographie ne peut apporter une contribution utile aux différents corpus théoriques des sciences sociales qu’en lien étroit et constant avec les autres disciplines. En tant que Directeur du CIEU, il a d’ailleurs plaidé pour un renforcement de la réflexion théorique au sein du laboratoire, particulièrement nécessaire, selon lui, en ces temps de pilotage de la recherche par la demande sociale. Parmi les questions vives nécessitant un large débat, il signale la relation entre l’industrialisation au sens large et la production de la ville. Il souhaite également que l’on s’interroge sur « le nouveau paradigme (…) de l’exclusion se substituant à l’analyse marxiste (défunte ?) en terme de classes sociales ». Il estime enfin que « le débat doit être en permanence ouvert en interne sur la capacité à s’insérer dans une recherche dite active, ou appliquée ou expérimentale, en tout cas contractuelle, en réponse à la demande (…) tout en conservant une distance critique vis-à-vis des commanditaires ».

CC Paul Keller

CC Paul Keller

Ce va et vient permanent entre le local et le global, entre le micro et le macro social, entre le souci du détail et les exigences heuristiques, constitue une marque de fabrique du chercheur Jalabert qu’il applique à son terrain de prédilection : Toulouse. Observateur attentif de la Ville Rose depuis les années 1960, il n’a cessé d’en étudier l’évolution, les permanences et les changements, en cherchant constamment à démêler les mythes et les réalités. Mais, pour ce faire, ce toulousain convaincu ne s’est jamais enfermé dans les frontières du local. Les expériences étrangères étudiées, les recherches comparatives effectuées, les échanges scientifiques avec de nombreux collègues français et étrangers, lui permettent d’aller bien au-delà de la description périodique d’une ville pour faire de Toulouse l’exemple emblématique d’une métropole régionale en prise (et aux prises) avec la mondialisation.

À lire aussi
Crédit image en bandeau :  CC http://www.wallpaperup.com


Alain Lefebvre

LISST-CIEU (lefebvre@univ-tlse2.fr)

More Posts

Alain Lefebvre

LISST-CIEU (lefebvre@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/09/2013

    […] lire aussi Guy Jalabert : un géographe de l’industrie Toulouse : l’avion et la ville Toulouse, des avions et des hommes Les sciences sociales […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *