L’inconnu de la République

CC Flickr Ian Burt

CC Flickr Ian Burt

Le 21 février 2014, François Hollande annonce l’entrée au Panthéon de quatre grandes figures symbolisant « l’esprit de résistance » : Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Antonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay.

Olivier Loubes (Framespa), historien de l’éducation et de l’imaginaire politique, est le biographe de l’une d’entre elles : Jean Zay (1904-1944). Dans Jean Zay : l’inconnu de la République (2012), il se demande en quoi cet homme politique méconnu est « l’archétype du républicain d’État ». En fait, il entend sortir ce Radical de l’oubli dans lequel il est tombé et offrir « une occasion de réfléchir à ce qu’est la République à l’échelle d’un républicain qui traverse une période de trouble de l’identité nationale ». Il mobilise trois histoires qui s’alimentent, se croisent et s’entremêlent : l’histoire du radicalisme, celle de l’école républicaine et celle de la France du Front populaire et de Vichy.

  • Loubes O., 2012, Jean Zay : l’inconnu de la République, Paris : Armand Colin, Nouvelles biographies historiques, 286 p.

Les années de formation

Jean Zay est issu d’une famille protestante et républicaine radicale par sa mère, Alice Chartrain, et d’une famille israélite par son père, Léon Zay. C’est avant tout son père qui est « une des clés essentielles » de sa vie. Léon Zay s’émancipe du judaïsme et embrasse la religion de sa compagne. Il est aussi l’animateur du Progrès du Loiret, journal radical qui devient la « seconde maison » de Jean Zay et participe à sa formation intellectuelle et politique. Jean Zay est aussi un symbole de la « méritocratie républicaine » : son certificat d’études en poche (1916), il devient boursier à son entrée en sixième au lycée d’Orléans.

Il est profondément marqué par la guerre de 1914-1918 qu’il vit dans l’angoisse, son père étant mobilisé durant tout le conflit dans l’artillerie. Ses « journaux de guerre », rédigés entre 1916 et 1918, témoignent d’une certaine précocité dans l’écriture, mais aussi d’une volonté d’imitation du père, puisque qu’ils se présentent sous la forme d’articles de presse et relatent ses pensées durant le conflit. Ils témoignent d’« un petit patriote bien représentatif de ces écoliers de l’arrière entre 1914 et 1918, d’autant mieux pénétrés de la culture de guerre que leurs pères sont au front ». Ainsi, il est bien un « enfant de la guerre » dont le potentiel s’est nourrit du capital culturel et politique familial.

En 1924, il « fait son droit » à Paris et en 1928, il s’inscrit au Barreau d’Orléans. Mais il se passionne aussi pour l’écriture et devient dans le courant des années 1920, un « éditorialiste fécond, un chroniqueur littéraire, un conférencier réclamé, un congressiste remarqué » dont on peut suivre la construction intellectuelle, puisqu’il publie régulièrement dans La France du Centre et dans des revues littéraires. Durant ces années, il se montre un « pacifiste fervent » mais non inconditionnel. Sur le plan politique, il participe au débat local lors de la campagne de 1924 qui porte le Cartel des Gauches au pouvoir et ce bien qu’il ne soit pas encore en âge de s’inscrire sur les listes électorales. Son adhésion en 1925 au Parti Radical marque le début de son ascension politique.

La construction de l’homme politique

CC Wikimedia Commons Agence de presse Meurisse

CC Wikimedia Commons Agence de presse Meurisse

Dans les années 1930, Jean Zay est « un jeune radical en pleine définition ». En 1932, il devient l’un des plus jeunes députés. Les idées qu’il exprime dans cette première moitié des années 1930 s’axent autour d’un interventionnisme accru de l’État et d’une volonté de rajeunissement des institutions et du personnel politique. Mais c’est la crise du 6 février 1934 durant laquelle les ligues d’extrême-droite tentent de faire tomber la République qui détermine ses engagements futurs et sa participation au rassemblement, puis au gouvernement de Front populaire.

Il se rend compte « des fragilités de la démocratie républicaine » et des dangers du fascisme ; son pacifisme s’estompe et laisse place à la volonté du combat antifasciste : « la paix oui mais entre démocraties (…) et pour la démocratie ». En parallèle, il se construit progressivement une figure d’homme politique national, notamment par le biais des congrès des Radicaux. Son influence croît au sein du parti, Jean Zay « permet[tant] de faire le lien entre les tenants de la tradition et les jeunes réformistes ». Au Congrès d’octobre 1935, il devient un leader national de l’aile gauche et se voit confier la mission de Rapporteur pour la politique générale : « Jean Zay devient Jean Zay ». Au mois de janvier 1936, il devient secrétaire d’État. C’est le début d’une existence d’« homme d’État républicain ».

Le « moment Jean Zay »

journalzay-f57e3

Coupure de presse La France du Centre

Quelques mois plus tard, il devient ministre de l’Éducation nationale du Front populaire. Léon Blum, porté à la Présidence du Conseil, ne le choisit pas pour son expertise mais plutôt car il est un (jeune) leader des radicaux (il a alors 31 ans). Son mandat marque un tournant réel dans les conceptions éducatives de l’État. Il souhaite orienter son action vers trois domaines : une meilleure coordination administrative (réorganisation et unification du système), une orientation scolaire plus ouverte et une évaluation des innovations sur un petit nombre (expérimentation). Si son œuvre législative n’est pas très importante selon les historiens de l’éducation, il fait de la culture et de l’éducation des objectifs majeurs. Son passage à la tête du ministère reste un moment de « démocratisation scolaire » et une tentative de bâtir une République sociale.

Dès le 9 août 1936, il est à l’origine d’une loi sur la prolongation de l’obligation scolaire de 13 à 14 ans dans un contexte de chômage important, la seule qu’il réussit à faire passer au Parlement. Ses autres projets, dont celui de réforme générale de l’enseignement suscitent la controverse et ne sont jamais votés. Malgré tout, signe d’une « méthode Jean Zay », les blocages corporatistes et législatifs sont dépassés par le biais d’une règlementation administrative (décrets, arrêtés et circulaires) qui lui permet d’imposer ses idées. Parmi ces mesures, on trouve un début de démocratisation du collège, la création du CNRS ou encore du Festival de Cannes dont la première édition devait se tenir en 1939, en réponse à la Mostra fasciste italienne.

Pour Olivier Loubes, Jean Zay est le « Jules Ferry du Front populaire » : il intervient pour démocratiser le système scolaire inspiré par le premier : « le système scolaire français est repensé autour de l’égalité sociale et de la diffusion populaire de la culture » dans un contexte où l’école est vue comme un sanctuaire « hors des passions humaines », où les fascismes n’ont pas leur place. Pourtant, depuis le début des années 1930, deux France se font face, le climat est à la guerre civile « larvée ».

« Je vous zay » (Céline, 1938)

2011-1_affiche-ils-assassinent-1942

Affiche Imprimerie CDC, Lyon, 1943.

Après 40 mois à la tête du ministère de l’Éducation nationale, il est mobilisé dès le 3 septembre 1939. Affecté en Lorraine durant la « drôle de guerre », il rejoint Bordeaux pour participer à une session des Chambres le 19 juin 1940 au titre de « député aux armées ». Deux jours plus tard, il embarque sur le Massilia avec un groupe de parlementaires, et rallie l’Afrique du Nord afin de poursuivre la guerre. Le 16 août 1940, il est arrêté à Rabat et reprend le chemin de la France pour y être jugé pour « désertion en présence de l’ennemi ». Jusqu’en 1940, les attaques dont il était l’objet, parfois violentes, restaient minoritaires dans l’espace politique. Mais, Jean Zay incarne désormais le Front populaire pour ses ennemis : il est l’« Homme-République des antirépublicains » comme le sont également Léon Blum ou Georges Mandel. Pour l’extrême-droite maurassienne et les partisans du Régime de Vichy, il apparaît « comme un archétype des forces cachées qui menacent la France », un représentant des « quatre états confédérés » (protestants, juifs, francs-maçons et métèques), un ennemi intérieur de « la vraie France ».

Le Drapeau, qu’il qualifie lui-même de pastiche littéraire, est son texte le plus controversé. Il s’achève sur ces vers : « Laisse-moi, ignoble symbole, pleurer tout seul, pleurer à grand coup / Les quinze cent mille jeunes hommes qui sont morts. / Et n’oublie pas, malgré tes généraux, ton fer doré et tes victoires, / Que tu es pour moi de la race vile des torche-culs ». Rédigé en 1924, il fait l’objet d’une « instrumentalisation politique haineuse » par l’extrême-droite lors de la campagne électorale de 1932. Il est publié le 9 février 1934 pour alimenter des campagnes de haine.

Le 4 octobre 1940, il est condamné à la déportation et à la dégradation par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand, ce qui fait de lui le premier condamné politique du régime de Pétain. Pour Olivier Loubes, Jean Zay est un « martyr » à l’image d’Alfred Dreyfus, puisqu’il est condamné « volontairement » à la même peine que lui. Il « incarne l’ennemi idéal de la dictature pétainiste, car il est le représentant idéal de la République honnie : parlementaire, ministre du Front populaire, franc-maçon », juif et déserteur. Il est une cible idéale pour un régime souhaitant se construire sur des valeurs en opposition à celles de la IIIe République dont il est l’un des symboles.

zorglubSa déportation est finalement commuée en internement à la maison d’arrêt de Riom. Durant sa captivité, il partage son temps entre les visites et le travail ; il entretient aussi quelques contacts avec la Résistance. Entre 1940 et 1944, il écrit beaucoup (correspondance, carnets, exercices, rédaction de mots croisés, manuscrits de deux romans policiers, contes pour enfants) et « creuse la réflexion sur son action politique et sur son état de prisonnier dans le remarquable examen de conscience personnel et politique qu’est Souvenirs et solitude » (publié à titre posthume en 1945). Le 20 juin 1944, peu après le débarquement en Normandie, il est assassiné par des miliciens français. Son corps est jeté dans une faille près de Cusset dans l’Allier et n’est retrouvé que le 22 septembre 1946.

Quelle place dans les mémoires collectives ?

Constatant « l’oubli partiel mais puissant » dans lequel est tombée l’action de Jean Zay, Olivier Loubes s’intéresse ensuite à sa postérité et aux cheminements de sa mise en mémoire dans la deuxième moitié du XXe siècle. Il s’attache à décrire les supports mémoriels (plaques, établissements scolaires, cérémonies, hommages, ouvrages), les grandes phases d’historicisation de la figure de Jean Zay et les différents sens donnés aux hommages au fil des décennies. Il souhaite ainsi « faire l’histoire de la mémoire » de Jean Zay et s’interroger sur les « écrans » et les filtres qui ont participé à la construction progressive d’une figure de « martyr républicain ».

Chronologie commémorative

  • 22 juin 1945 : hommage solennel de l’Assemblée consultative provisoire
  • 5 juillet 1945 : réhabilitation par la Cour d’appel de Riom
  • 11 avril 1946 : citation à l’ordre de la nation
  • 14 mai 1948 : Légion d’honneur et hommage national à la Chambre
  • 10 mars 1949 : obtention du certificat de résistance (n° 10779)
  • 24 juin 1950 : inauguration d’un monument construit à l’emplacement de son exécution
  • 1965 : première étude biographique (Maurice Charvardés, Un ministre éducateur : Jean Zay)
  • 1967 : premier travail universitaire (Marcel Ruby, Vie et œuvre de Jean Zay)
  • 29 et 30 septembre 1994 : premier colloque scientifique consacré à Jean Zay
  • 2006 : hommage de François Fillon lors de l’inauguration du Foyer des Lycéennes de Paris
  • 14 janvier 2012 : la promotion de l’ENA choisit le nom de Jean Zay

Dans les années qui suivent la fin de la Deuxième Guerre mondiale, il s’agit de le relier à la IIIe République et à la cohorte des « victimes du nazisme », mais aussi de travailler à la reconnaissance de son statut de résistant. Dès la fin des années 1940 et dans les décennies qui suivent, Jean Zay est plutôt présenté comme un symbole de « l’école publique (…) [et] de la République laïque » contribuant à fixer une mémoire plus partisane, ancrée à gauche. Le retour de la Gauche au pouvoir en 1981 permet d’apaiser, puis de revivifier sa mémoire. En 1994, les cérémonies du cinquantenaire de sa mort marquent l’émergence d’un nouvel âge mémoriel. Dans les années 2000, un large consensus politique s’exprime autour de sa figure de « républicain œcuménique ou presque ». Olivier Loubes affirme que son « destin posthume (…) suit les pulsations de l’histoire de la République, prise dans des évolutions plus larges ».

Dans sa conclusion, il plaide pour la panthéonisation de Jean Zay « par ce qu’il fit et pour ce qu’il fut », car Jean Zay n’est pas seulement un ministre éducateur, un homme d’État. Il est avant tout un grand républicain qui rassemble au-delà de son propre camp. La décision a été prise depuis, mais elle ne va pas sans susciter le retour de controverses autour de « l’Homme-République » et surtout de son poème Le Drapeau. Le mérite de cette biographie est de permettre au lecteur de mieux saisir la complexité de ce personnage et de son rapport à la République.

Cliquez pour le savoir

Cliquez pour découvrir cet inconnu

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Yann Caradec

 


Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

More Posts - Website

Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *