Ladépêche.fr, un succès en trompe l’œil

Horace William Petherick, ScËnes de Rue ‡ Londres

Illustration ,1870. DR – Coll. Archives Larbor

Quotidien régional monopolistique, La Dépêche du Midi opère en 2006 un virage numérique présenté comme « stratégique ». Héritière de La Dépêche de Toulouse depuis l’autorisation de reparaître (1947) après l’interdiction prononcée à la Libération, la vieille dame veut entrer au cœur de la Société de l’information en mettant en ligne une nouvelle offre éditoriale.

Cette dernière est fondée, d’une part, sur  le « tout gratuit », d’autre part, sur l’augmentation sensible des contenus et donc des articles. Manifestement, la volonté de faire de l’audience l’emporte sur les préoccupations de renouveler les manières de faire du journalisme et de refonder une presse quotidienne régionale qui s’enfonce lentement et surement dans la crise.

 

  • Bousquet F., 2014, Pour une approche globale de l’information infra-nationale. Éléments d’analyse, du papier au numérique, Habilitation à Diriger les Recherches en Sciences de l’information et de la communication, LERASS, Université Toulouse 2 – le Mirail.
  • Bousquet F., Smyrnaios N., 2013, « L’information en ligne et son territoire : positionnement comparé entre un pure player départemental et un quotidien régional », in Noyer J., Raoul B., Pailliart I., eds., Medias et Territoires. L’espace public entre communication et imaginaire territorial, Lille : Presses Universitaires du Septentrion, Lille, 193-214.
  • Estienne Y., 2007, Le Journalisme après Internet, Paris : L’Harmattan.

Classée dans les dix sites d’informations en ligne français les plus consultés, Ladépêche.fr paraît avoir gagné son pari  et retrouvé sur le Net le lustre qui fut celui de son aïeule durant la Troisième République. Dépassant très largement l’aire traditionnelle de distribution du journal papier, elle est consultée en France et dans le monde francophone, surtout pour des informations d’ordre général. De l’avis des responsables du site, l’édition en ligne est bien référencée par les moteurs de recherche et les infomédiaires (Google, Yahoo, Scoop it…), notamment sur la santé, les faits divers et l’actualité insolite ou people, ce qui lui ouvre les portes d’un lectorat bien plus large que celui de son édition papier.

Bandeau

En mai 2014, le groupe La Dépêche comprend :

  • Des quotidiens : La Dépêche du Midi (17 éditions locales, dont 4 toulousaines), La Nouvelle République des Pyrénées, Le Petit Bleu du Lot-et-Garonne
  • Des hebdomadaires : Midi Olympique, Le Villefranchois, La Gazette du Comminges, La Gazette de Montpellier (33% du capital), La Gazette de Nîmes (33%), MPS (lettre d’informations économiques, désormais seulement en ligne)
  • Un mensuel : Toulouse Mag
  • Des journaux ou des sites d’annonces (certains sont en sommeil) : Publi Toulouse, Publi Bigourdan, Publi Lannemezan, Publi Immo Haute-Garonne, Publi Immo Catalogne et Aveyron Immo
  • UGH : hebdo urbain gratuit
  • Une télévision locale : TLT -TéléToulouse- (22, 6% du capital)
  • Un éditeur de sites web : La Dépêche Interactive
  • Une agence de presse (Ladépêche News ) travaillant pour les journaux télévisés de TF1 et de LCI
  • Des agences de communication : L’Occitane de Publicité (également régie publicitaire), Dépêche Events, Ovalie Communication (spécialisée dans les évènements et la communication liés au rugby et régie publicitaire du Midi-Olympique)
  • Une imprimerie (L’Occitane d’Imprimerie), une agence de voyage (Compagnie Méridionale Voyages Tourisme.

Mais ce succès interroge, y compris l’avenir du titre, car le mode de fonctionnement adopté pour l’atteindre a des conséquences multiples, depuis le malaise des journalistes à la pérennité du modèle économique, en passant par l’identité de plus en plus floue de la centenaire.

Malaise des journalistes

© Patrick Mignard

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Une enquête auprès des journalistes de plusieurs rédactions locales fait apparaître une incompréhension, voire un malaise, par rapport aux orientations de la direction. Mis en ligne en intégralité au petit matin, « leurs » articles publiés dans les éditions papier ont été consultables par les internautes gratuitement et sans limite jusqu’en janvier 2014, moment où un mur a été créé pour limiter la consultation à vingt articles par mois. En parallèle, des informations (générales, loisirs, insolites, people…) sont produites par une équipe de webmestres réécrivant et agrémentant des articles qui peuvent provenir d’une agence de presse, quand elles ne sont pas glanées sur le web. Ecrits par des non-journalistes à destination d’un public inhabituel et qu’ils n’estiment guère, ces articles sont bien souvent des sources de malaise.

Travaillant sous le statut de techniciens informatiques, les webmestres ne produisent pas un contenu original stricto sensu. Ils sont dans une pratique de réécriture et d’accommodement qui relève du mode éditorial et qui s’apparente au travail des rédactions web décrit par Yannick Estienne (2007). Or les journalistes acceptent très mal cette situation qui associe leurs articles à ceux d’un personnel qui ne fait pas le même travail qu’eux. La volonté de la direction du titre a été de construire une barrière infranchissable entre les rédactions papier et la rédaction web, matérialisée par des personnels aux statuts différents, mais aussi par une séparation en deux entités économiques autonomes et surtout par un éloignement géographique empêchant toute rencontre fortuite. Sans dialogue, ni même contact, les deux rédactions s’ignorent et produisent des contenus très éloignés, pourtant réunis sous la bannière de La Dépêche.

Enfin, c’est l’étanchéité des publics qui ressort des représentations des journalistes des rédactions locales. Ils considèrent en effet que le lecteur des éditions papier est respectable, non seulement parce qu’il paye, mais aussi parce qu’ils ont l’impression de le connaître ; d’ailleurs, ils l’assimilent souvent à leur informateur, voire à leur voisin. Par contre, ils jugent les lecteurs en ligne en partie responsables de la dérive vers des contenus people et sensationnalistes. Il faut dire qu’ils ne les connaissent que par l’intermédiaire des commentaires, souvent désagréables pour eux, laissés à la suite des articles.

Trouble de l’identité

© Patrick Mignard

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Comme tous les journaux papier, La Dépêche du Midi a développé une identité fondée sur la hiérarchisation et le rubricage des contenus. Construit sur un découpage territorial abordant l’actualité selon son degré d’éloignement géographique (de l’information nationale et internationale jusqu’à l’hyper-locale), le quotidien toulousain possède une identité stable, construite lentement depuis la fin du dix-neuvième siècle, dont le fondement est l’enchâssement territorial. La version en ligne détruit cet agencement centenaire pour proposer un projet éditorial éclaté, fondé sur l’accumulation de contenus adaptés à une consultation individualisée et surtout facilement repérables par les moteurs de recherche car il s’agit de faire l’objet d’un « maximum de clics ».

Un double classement préside à l’organisation du site : l’un, départemental, adapte au contexte en ligne le rubricage territorial ; l’autre est construit sur le modèle de la presse magazine, avec des rubriques « loisirs », « people » ou encore « tourisme ». L’intégralité des articles des sections départementales est produit par les journalistes du papier alors qu’une grande partie de ceux des nouvelles rubriques est le produit des techniciens informatiques. Le travail rédactionnel des journalistes des éditions locales s’en trouve en outre changé car ils savent que leurs articles sont désormais consultables hors du contexte de la page imprimée et soumis à une mesure d’audience individualisée.

Fragilité du modèle économique

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

Ainsi, pour La Dépêche du Midi comme pour la plupart des autres journaux, le passage en ligne s’est accompagné de la conversion au modèle de l’audience maximale, corollaire de la mise à disposition gratuite des contenus, sans que sa pertinence économique soit véritablement démontrée.

Or l’audience mesurée, par exemple par Médiamétrie pour les acteurs de l’audiovisuel, est un élément fondamental pour expliquer le fonctionnement des médias dits « de masse », de flux, gratuits et financés grâce aux recettes publicitaires. Il est également le produit d’une longue histoire qui a demandé de multiples ajustements et qui ne s’est imposée que grâce à une conjonction de facteurs socio-historiques incluant la privatisation du système audiovisuel français, l’intérêt croissant de la classe politique pour la communication audiovisuelle et surtout le compromis entre tous les acteurs impliqués autour d’une conception quantitative dominante du public.

URL

CC Wikipedia Commons Rock1997

La situation d’internet en 2014 est loin d’être similaire. Non seulement il ne tombe pas nécessairement sous le sens qu’internet est un média de masse, mais encore le très grand nombre d’émetteurs de contenus et relativisation des frontières nationales ne favorisent guère la mise en place d’un modèle de mesure de l’audience consensuel. C’est la raison pour laquelle les chiffres affichés par les organismes de mesure ne sont pas suivis du même effet économique (notamment sur les recettes publicitaires) que ceux produits pour la télévision. En effet, il existe plusieurs types de mesures : visiteurs uniques, nombre de clics, pages vues, temps passé sur un site, audience qualifiée, taux de retour sur un site…. Or aucune ne s’est encore imposée. En outre, contrairement à la télévision, à la radio ou à la presse papier, des acteurs à la fois nombreux et divers cohabitent sur la toile et se voient appliquer les mêmes systèmes de mesure. Pour ne citer que les plus fréquentés, moteurs de recherche, réseaux sociaux, sites d’annonces (tel leboncoin.fr) et de partage de vidéos sont des concurrents directs des médias traditionnels. Enfin, tous les titres de presse y sont en concurrence les uns avec les autres et tous avec les médias audiovisuels.

Symbole d’un passage en ligne plus subi que choisi, construit par des ajustements successifs derrière lesquels aucun choix éditorial assumé ne transparaît et à la recherche d’un modèle économique jusqu’ici incertain, Ladépêche.fr est en fait à l’image du monde de la presse quotidienne traditionnelle. Mais sa situation est compliquée en raison de son histoire et son rapport au territoire dans lequel elle est enchâssée, la région Midi-Pyrénées. La conciliation du monopole et de l’hyper-concurrence, de la course à une audience maximisée de la version en ligne et de l’hyper-localisation des éditions papier rendent en effet très incertaine son adaptation au nouveau contexte de fabrication et de diffusion de l’information.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Geralt

Franck Bousquet

LERASS (franck.bousquet@iut-tlse3.fr)

More Posts - Website

Franck Bousquet

LERASS (franck.bousquet@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/05/2014

    […] via Mondes sociaux – Ladépêche.fr, un succès en trompe l’œil. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *