Jeunesse : des livres numériques par milliers

6475467915_7541a4abc5_o

CC Flickr Julia Buchner

Combien d’ebooks et d’applis sont-ils téléchargeables sur les « stores » ?  Les livres pratiques, les « beaux livres » ou les illustrés pour la jeunesse tirent parti des fonctionnalités d’interactivité, d’enrichissements ou d’animation que propose le format epub. Voici plus de quarante ans que le numérique s’est tourné vers le livre -à moins que ce ne soit l’inverse- depuis la création en 1971 aux Etats-Unis de Gutenberg, première bibliothèque numérique.

En France, Gallica (Bibliothèque Nationale de France) propose pas moins de trois millions de documents numériques ou numérisés, dont plus de 550 000 livres… mais seulement 170 000 publiés après 2000. Or cette production récente est distribuée à 46 % par un seul prestataire, contre seulement 0,0125% pour la plateforme d’éditeurs indépendants Lekti : c’est dire si la diffusion joue un rôle essentiel dans la distribution les livres numériques, comme cela est le cas pour les imprimés.

Faire le tri

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

L’édition pour la jeunesse est un vivier d’innovations, y compris numériques. Toutefois, dès que l’on envisage la production en termes de créativité, l’offre paraît moins audacieuse. Pour rendre visible leur production, des éditeurs se sont rassemblés en 2013 pour fonder le Cercle des éditeurs d’applications pour les kids (CRAK). Faire catalogue commun est la solution adoptée par le collectif Kenji afin d’optimiser la diffusion. Le travail de veille que réalisent La Souris grise et Déclic Kids pour répertorier une offre foisonnante ne manque pas non plus d’intérêt. Le Salon annuel du Livre et de la presse jeunesse de Seine-Saint-Denis accueille depuis quelques années cette génération d’éditeurs, des « Pépites » sont décernées aux productions les plus créatives, tandis que son portail Popapp offre une visibilité à une poignée d’œuvres de qualité. Pour sa part, La Revue des Livres pour Enfants éditée par La joie par les Livres, ouvre ses colonnes à une sélection d’objets numériques.

Enfin, les organismes publics qui s’étaient d’abord tournés vers la numérisation des fonds des bibliothèques, proposent désormais leur sélection : ainsi, le portail Enfants.bnf.fr  conseille à ses jeunes lecteurs quelques 200 titres en provenance d’une trentaine d’éditeurs. Dans le même état d’esprit, la création d’œuvres numériques de littérature jeunesse a été l’objet d’attentions particulières, notamment avec la mise en place d’un fonds d’aides lancé en décembre 2013 lors de la 29ème édition du Salon jeunesse.

Et la bibliodiversité ?

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

A l’échelle internationale, à plus forte raison dans les pays en développement, l’édition numérique apparaît comme l’une des solutions envisagées pour promouvoir l’édition dans sa diversité (Kulesz, 2011). Ainsi, au sein de l’Alliance des éditeurs indépendants des possibilités pour diffuser les catalogues des éditeurs du Sud sont examinées. Des modèles spécifiques émergent, adaptés aux potentialités des régions, aux caractéristiques culturelles, linguistiques ou religieuses des lecteurs. Ainsi, en 2010, l’Afrique Subsaharienne a développé une opération visant à fournir une tablette par enfant afin d’encourager à l’éducation. L’incitation à la lecture des jeunes Sud-Africains repose sur le développement de « softs » pour téléphone portable, objets déjà massivement diffusés et appropriés alors que l’équipement en ordinateurs et tablettes tarde à se développer. De même en Inde, la maison Tulika considère que le numérique remplit un rôle fondamental pour la diffusion massive des livres « auprès des bases » (sic). L’édition locale peut aussi tirer son épingle du jeu face à la concurrence des pays du Nord, par une offre adaptée, publiée dans la langue parlée des jeunes lecteurs et traitant de sujets qui les concernent au quotidien : c’est, par exemple, le choix de la maison indépendante Jeunes Malgaches.

Pour tous-tes ou pour chacun-e ?

Dans sa conception la plus contemplative et désintéressée, la lecture est régulièrement remise en cause par des constats statistiques sur la baisse du nombre de livres lus. Cette conception tend à masquer ou à dévaluer les autres manières de lire : ne lit-on pas aussi pour s’évader du quotidien et s’en divertir, pour apprendre, pour se parfaire intellectuellement, spirituellement ? Ces pratiques coexistent et confèrent à la lecture son caractère, à la fois spontané et multiple.  Selon le sociologue Jean-Claude Passeron, elle serait même « l’acte culturel le plus ingénument polymorphe ».

On sait que les critères qui permettent d’évaluer la qualité des œuvres ne sont pas neutres dans la mesure où ils véhiculent des conceptions de la lecture. On sait aussi combien les adultes sont inscrits aux diverses étapes de la vie du livre, y compris et peut-être surtout quand il s’adresse à la jeunesse (création, médiation, prescription…). Ce sont également les conceptions de l’enfance qui sont à l’œuvre, et que les Childhood Studies conduisent à réévaluer en analysant non seulement les consommations culturelles des plus jeunes, mais encore les capacités d’action et de réflexivité (agency).

Le numérique pourrait bien conduire à la lecture toute une fraction du public qui en est pour l’instant écartée. Des recherches en cours devrait nous en dire plus long dans un proche avenir.

Il n’en reste pas moins que l’entrée d’acteurs d’un genre nouveau interroge la définition et les frontières du livre en tant qu’objet matériel. Certains éditeurs se revendiquent du livre et non de l’application logicielle (Numeriklivres), ils proviennent de l’édition imprimée (e-Toiles) quand d’autres entendent tourner la page (Goodbye Paper Editions). Par-delà  ce débat, les technologies numériques profitent peu à l’édition adaptée aux lecteurs en situation de handicap et à la lecture publique. Les possibilités envisagées visent notamment à favoriser la scolarisation et la réussite scolaire.

CC Pixabay OpenIcons

CC Pixabay OpenIcons

Les réflexions menées par l’éditeur Benjamin Media s’orientent du côté des livres audio. Dans les années 1980, les premières collections audio s’étaient heurtées à l’argument de la dévaluation esthétique des œuvres. Néanmoins, le livre audio s’est imposé comme une forme pertinente de médiation culturelle modifiant les conditions d’accès aux œuvres les plus difficiles. Le succès de ce que l’on appelait alors le « livre-cassette » s’est forgé sur la volonté politique de renforcer la démocratisation de la lecture, ajoutée aux innovations technologiques de la production éditoriale et au développement des terminaux nomades dédiés à l’écoute. L’objet a remporté l’adhésion des lecteurs avertis qui ont ainsi découvert les voix de Marguerite Duras et de Nathalie Sarraute lisant leurs œuvres dans la Bibliothèque des Voix (Editions Des femmes), ou celles d’actrices de cinéma choisies autant pour leur professionnalisme que pour leur potentiel médiatique. Des librairies comme Mots et merveilles (fondée par un enseignant) ont alors proposé des milliers de titres pour enfants. Dès lors, l’« auditeur du texte », instance supplémentaire et spécifique de lecture, ultime destinataire des choix d’interprétation critique et dramaturgique de l’éditeur, est venu  intégrer le processus de réception de l’œuvre.

Les études de marché observent de près le développement de l’e-book et les risques qui y sont liés en raison de la présence de multinationales dans la diffusion et la distribution des livres numériques. Les professions du livre ont alerté les pouvoirs publics sur les conséquences du développement d’une industrie aux velléités monopolistiques (dégradation des conditions de travail, dévaluation des métiers du livre,  atrophie de la créativité…). Ces « stores » ont commencé par singer les conseils du libraire ou ceux du bibliothécaire via l’automatisation statistique. Mais la substitution des algorithmes aux agents médiateurs et prescripteurs atteint un comble d’absurdité depuis qu’ils sont paramétrés pour détecter des mots et images sensibles : c’est ainsi qu’en 2012, Tchoupi part en pique-nique, a été retiré de la vente sous prétexte que le titre contenait un terme obscène !

Crédits image à la Une : CC Flickr Devon Christopher Adams
9782092020470

L’obscénité définie par algorithme…

 


Fanny Mazzone

LERASS (fanny.mazzone@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Fanny Mazzone

LERASS (fanny.mazzone@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 09/02/2015

    […] Lire la suite […]

  2. 13/04/2016

    […] de ressources ? Jeunesse : des livres numériques par milliers. Combien d’ebooks et d’applis sont-ils téléchargeables sur les « stores » ? Les livres […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *