Vous avez dit « organizing » ?

10248755515_8cf2f53abc_o-300x300

CC Flickr Sebastien Wiertz

Qu’est-ce qu’une organisation ? Peut-on encore considérer qu’elle est une entité clairement définie – avec des membres, un organigramme et des activités stables – dans laquelle se produit la communication ? Ou bien faut-il saisir les organisations comme des processus plutôt que des états, et dire que la communication sous toutes ses formes est constitutive de ces processus tout autant que constituée par eux ? C’est cette seconde perspective – l’organisation produite par la communication – qu’explore une livraison récente de Sciences de la Société dédiée à « L’organizing ».

Ce billet présente les principales contributions à un dialogue interdisciplinaire sur les processus sociaux en général et communicationnels en particulier de constitution des organisations qui ne date pas d’hier, mais qui a connu des développements importants ces dix dernières années dans un contexte sociétal où des processus organisationnels de plus en plus disloqués, hybrides et distribués occupent et façonnent les moindres actes de la vie sociale (professionnelle, publique, privée…).

  • Sciences de la Société, 2013, L’organizing : une question de langage, discours et communication, n°88, Fauré B., Robichaud D., eds.

La communication constitutive de l’organisation

Dire que la communication est constitutive de l’organisation ne va pas de soi. Dans le sens commun, c’est plutôt la relation inverse qui domine : l’organisation est là, constituée, structurée et on communique à son propos et avec ses membres ou à l’intérieur d’elle et de ses canaux. La communication est organisée, cela est sûr. Mais ne serait-elle pas aussi organisante ? Telle est l’hypothèse vers laquelle ont convergé un ensemble de travaux en sciences de la communication, en sciences de gestion et en socio-économie des organisations depuis les années 1980.

© Simon Yeo

CC Flickr Simon Yeo

Par exemple, lorsque je dis « bonjour » il est clair que je communique : je m’adresse à quelqu’un selon certains codes afin de l’informer que je l’ai vu et reconnu. Si j’accomplis cette performance à l’entrée du bureau de mon supérieur hiérarchique tout le monde conviendra que je le fais de manière organisée. Si maintenant je songe à tous les « bonjours » que j’envois et reçois quotidiennement avec de multiples interlocuteurs, je me rends compte que je passe beaucoup de temps en salutations et qu’elles ne sont peut-être pas seulement informatives et donc liées à la transmission d’un message, mais peut-être aussi communicatives dans la mesure où elles contribuent à construire un cadre.

Dire bonjour à quelqu’un, ce n’est pas seulement l’informer qu’on l’a vu. C’est aussi lui signifier qu’on veut rentrer en relation avec lui ou elle et qu’on attend une réponse. Comme chacun sait, ce résultat n’est jamais  garanti : nombreux sont les bonjours  qui demeurent ignorés et nos boites mels sont pleines de demandes de contact auxquelles nous n’avons jamais répondu ou que nous éliminons d’office comme « polluantes ». C’est bien pour cela que l’on est heureux quand on obtient une réponse : « Le directeur a répondu à mon mail ! », « Le Président américain a accepté de recevoir la délégation Russe », « On a un taux de retour sur l’enquête de 70%! ». La personne nous a reconnus et accepte d’engager la conversation. C’est un grand pas de fait : on va pouvoir communiquer avec elle et s’organiser pour faire quelque chose ensemble ou, a minima, pour dire qu’on va le faire.

Affiche du film Dr. Folamour, Stanley Kubrick, 1964

Affiche du film Dr. Folamour, Stanley Kubrick, 1964

Dans des mondes sociaux où le changement est un mode de fonctionnement permanent, se dire bonjour ne va pas de soi. En fait, se saluer par écrit ou par oral, de près ou de loin à deux ou à plusieurs, entre amis ou ennemis, proches ou familiers est une performance extrêmement complexe que nous ne parvenons à accomplir que dans de rares cas. Ce qui se passe alors est précisément ce que l’on appelle « de l’organisation » : un cadre est créé pour pouvoir agir ensemble. La communication est organisante : c’est par elle que des choses se créent, se font et se transforment, se constituent donc.

Une telle perspective intéresse tout d’abord les sciences de gestion car elle fournit un cadre d’analyse pour comprendre comment les choses se font « en pratique » dans le quotidien des routines managériales. Envisager la communication comme constitutive éclaire des aspects jusqu’à présent mal connus de la mise en œuvre d’une stratégie d’entreprise au niveau du management de proximité ou de la collaboration budgétaire entre des « responsables projet » et des contrôleurs de gestion. Les pratiques stratégiques et comptables ne font pas qu’appliquer ce que les textes d’en haut disent qu’elles doivent être : elles constituent aussi ce devant être. Si elles ne le font pas, si personne ne parle d’eux comme des textes constitutifs, ces textes ont beau dire tout ce qu’ils veulent, ce qui se passe vraiment leur échappe. Tout manager ayant rédigé un nouveau règlement ou une nouvelle procédure peut comprendre l’importance vitale de cette contrainte communicationnelle : pour que les pratiques suivent vraiment la règle, il faut qu’elles la constituent (et non seulement l’appliquent mécaniquement). Quand tout change – les actionnaires, les directions, les clients, les logiciels, les cadres – les seules règles qui sont suivies sont celles auxquelles on croît et que l’on est prêt à promouvoir et à défendre. Schématiquement, celles qui donnent du sens à l’action. Les construire et les faire évoluer, tel est bien l’enjeu du management contemporain.

Un langage organisationnel transversal ?

© Paul Shanks

CC Flickr Paul Shanks

Cette perspective permet aussi de mieux comprendre comment les organisations se constituent, mais aussi comment elles constituent le monde qui les entoure, le façonnent à leur image et deviennent un principe de « sociétalité » universel. Ne parle-t-on pas d’un langage d’organisation transversal aux cultures et aux communautés linguistiques ?  Transformer une façon de dire « allo » en une marque déposée est indéniablement le fruit d’un travail d’organisation. Cette marque parle à tous car précisément elle marque les esprits. Mais pour qu’elle se transforme en espèces sonnantes et trébuchantes, il faut que tout le monde en parle et sache qu’on en parle. Cela n’est possible que grâce à l’existence de multiples dispositifs permettant de compter qui a parlé de quoi, à qui, quand et où. Aujourd’hui, les réseaux sociaux organisent en partie nos vies, nos façons de parler et d’être ensemble. Et ils le font par le langage, le discours, la communication.

Tel est l’arrière fond sur lequel se déroule le débat engagé par Sciences de la Société à propos de « l’organizing », concept de ralliement pour ceux qui travaillent sur les perspectives processuelles des organisations en prenant au sérieux les « tournants » interprétatif, linguistique ou pratique. Un simple suffixe met le langage, le discours, la communication au cœur de l’analyse d’une organisation-en-train-de-se-faire : émergente, constituée, maintenue, transformée…

Un dialogue interdisciplinaire et transatlantique enrichi

Aboutissement d’échanges multiformes (invitations, co-tutelles de thèses…), pour ne pas dire d’une collaboration de longue date entre des équipes de recherche de l’Université de Toulouse et des universités canadiennes – et notamment de Montréal -, cette livraison de Sciences de la Société reprend et prolonge le numéro 50/51 (La communication organisationnelle en débats, 2000) et le numéro 74 (Les approches communicationnelles des organisations, 2008), mais aussi d’autres publications françaises et internationales relatives à la communication organisationnelle. Les articles publiés présentent les travaux de chercheur(e)s francophones ou anglophones, spécialistes de la communication ou de la gestion, intéressés à divers titres par les approches constitutives de la communication, du langage et du discours dans les organisations.

CC Flickr FutUndBeidl

CC Flickr FutUndBeidl

Ces recherches mettent en évidence la genèse et la convergence des approches scientifiques (Bertrand Fauré et Daniel Robichaud), la malléabilité des textes lors d’un processus de certification (Alexia Jolivet), l’élaboration des savoirs-en-action lors d’une réunion sur un rapport d’audit (Sylvie Grosjean), la construction d’un espace communicationnel hybride entre organisations partenaires (Amaia Errecart), le rôle des « si-alors » dans le renseignement et le conseil des clients d’un centre d’aide en santé mentale (John Moore), l’importance d’un système d’enquête communicationnel des routines pour comprendre la constitution performative des organisations (Alex Wright), et enfin le rôle contrasté des métaphores sur la crise financière dans les discours des médias arabes et occidentaux (Ahmed Abdel-Rahem).

Elles contribuent ainsi au dialogue entre les approches langagières, discursives et communicationnelles des organisations en soulignant l’accentuation actuelle des processus de dislocation-recomposition spatio-temporelle des organisations ainsi que le rôle constitutif des dynamiques conversations-textes pour les réarticuler dans les processus organisationnels. Une organisation change quand les textes et les conversations coévoluent, quand ce qui se dit fait référence à ce qui est écrit et respectivement. Qu’il s’agisse de réaliser un audit, de rédiger un référentiel qualité ou de nouer des partenariats, cet enjeu est crucial car c’est à cette condition que des décisions prises à des endroits différents, à des moments différents, par des personnes différentes, pourront « tenir » ensemble d’une situation à l’autre.

Elles invitent enfin à renouveler la réflexion critique sur les rapports organisation-société et sur la nature des relations de pouvoir ou d’autorité qu’instaurent les organisations et leurs modes de fonctionnement. Les organisations ne sont pas des démocraties, c’est entendu. Mais elles revendiquent désormais de plus en plus bruyamment leur responsabilité sociale dans l’espace public des démocraties modernes. En outre, elles doivent s’adapter aux nouvelles formes de dialogue « démocratique » qui s’inventent sur le Net. Les frontières deviennent poreuses entre la société des organisations et l’organisation des sociétés, de sorte que la réflexion critique sur l’une et sur l’autre doit désormais se mener de front. Un nouveau langage d’organisation est en marche. Ce numéro de Sciences de la Société espère fournir aux lecteurs quelques clés pour en décrypter les enjeux de demain.

Crédits image à la Une : CC Flickr Becky Wetherington


Bertrand Fauré

(LERASS : be_faure@yahoo.fr)

More Posts

Bertrand Fauré

(LERASS : be_faure@yahoo.fr)

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Fauré dit :

    Le numéro spécial de la revue Sciences de la Société dont il est question dans ce billet :
    http://sds.revues.org/340

    Quelques repères pour partir à la découverte de la Communication des Organisations :
    http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_communication_des_organisations-9782707183439.html

    Et pour finir un billet sur le billet 🙂
    https://communicationorganisation.revues.org/4838

  2. LE MOËNNE Christian dit :

    Je me delande si la conception de « la communication » ici mobilisée n’est pas un peu triviale et faible. Ce sont les communications interindividuelles en situation professionnelle qui structureraient les processus organisationnels ? Comment penser les méga-organisations mondiales, couvrant tous les continents ? Peut-être les analyses au micro niveau sont-elles insuffisantes pour en rendre compte, et le dit « organizing », c’est à dire les processus et logiques d’organisation ( ie « organisants ») relèvent peut-être d’abord et surtout des processus de normalisation qui apparaissent dans ce cadre être également des processus d’information-communication.

    • Fauré dit :

      Seule l’épreuve des faits peut nous renseigner sur la force et la valeur d’une théorie ou d’un concept : s’il annonce un évènement exceptionnel que les autres théories n’ont pas vu venir, alors il est délicat de le qualifier de trivial et de faible.

      « Un nouveau langage d’organisation est en marche. » Telle était ma conclusion. Elle prolonge tes analyses des processus de dislocation recomposition spatio-temporelle des organisation : toutes les normes, tous les standards, toutes les institutions, toutes les autorités sont et vont être profondément ébranlées. Le langage est l’épine dorsale par où passera la secousse. Toi qui a lu Leroi Gouran, tu sais bien que internet va faire subir au français ce que l’imprimerie a fait subir au latin. Que vont devenir le Bescherelle, l’accent circonflexe, Plan Comptable? Nul ne sait. Ce qui est sûr, c’est qu’ils vont radicalement changer, que c’est inéluctable et que c’est en train de se passer sous nos yeux. Ca traînait depuis trop longtemps de toute façon. Donc un nouveau langage d’organisation est en marche, un langage qui ne ressemblera à rien de connu et qui pourtant sera familier à chacun, un langage qui sera universel mais en même temps à chaque fois singulier, un langage sans règle, sans norme, sans processus. Un langage dont voici les premiers balbutiements : http://i.giphy.com/eu4VbWSkFOD1C.gif

      Ce numéro de Sciences de la Société espère fournir aux lecteurs quelques clés pour en décrypter les enjeux de demain. »

  1. 03/07/2017

    […] considèrent que la communication est constitutive des processus d’organisation, qu’elle est « organisante » et pas seulement organisée […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *