Les sciences sociales toulousaines et l’industrie aéronautique

En un peu moins d’un siècle, Toulouse est devenue une des villes d’excellence de la construction aéronautique française et européenne. Tout commence en 1912 avec l’implantation, par le bagnérais Pierre-Georges Latécoère, d’un atelier de mécanique au Pont des Demoiselles. Pendant la Première Guerre mondiale, il y fait fabriquer des wagons et des obus dans le cadre de commandes d’État et perfectionne ses savoir-faire et ses réseaux.

À la fin de l’année 1917, le ministre de l’Armement, Louis Loucheur, lui octroie une commande de 1 000 avions de reconnaissance biplaces Salmson. L’industriel pionnier et « visionnaire » selon l’historien Jean-Marc Olivier, reçoit l’aide de techniciens d’exception tels Émile Dewoitine (qui fonde son entreprise à Toulouse dès 1920, lointaine ancêtre d’Airbus) ou Marcel Moine (responsable des bureaux d’études de Latécoère pendant plus de 50 ans). Latécoère lance alors la construction d’une usine à Montaudran sur un terrain de 45 hectares. Cette installation marque le début de la grande aventure aéronautique toulousaine jamais interrompue depuis et dont les récits prennent une allure légendaire.

Des témoignages à la recherche scientifique

Toulouse-aviation. Morin descend de son appareil après l'atterrissage. 27 février 1911.(source : Arch. municipales de Toulouse, 9 Fi 4723

Source : Arch. mun. de Toulouse, 9 Fi 4723

De l’épopée des premiers pilotes de l’Aéropostale à la construction de Caravelle, Concorde ou plus récemment de l’A380, c’est toute une région qui a vibré et vibre encore au son des moteurs d’avions et de la conquête de l’air. Malgré les nombreuses péripéties, les fluctuations et les mutations, les échecs et les réussites, cette branche industrielle s’est consolidée pour représenter, de nos jours, le premier secteur économique de Midi-Pyrénées. Depuis son installation à Toulouse, sans que l’on ne sache encore très bien si elle est le résultat d’une décision d’État ou le fruit de la mobilisation des acteurs locaux pour l’expansion d’un territoire réputé sous-industrialisé, l’aéronautique n’a cessé de grandir et de marquer de son empreinte la ville et les hommes. Très tôt, de nombreuses personnes (acteurs, témoins, chercheurs) ont amorcé une réflexion sur l’aéronautique, chacun dans leur domaine de compétence et selon leur méthode d’analyse. Mais, l’étude de cette branche industrielle très particulière doit également prendre sa place dans les laboratoires de recherche de sciences humaines et sociales de la « ville rose ». En effet, la proximité des matériaux dont se nourrit le chercheur – archives, observations, entretiens, enquêtes de terrain, questionnaires, etc. – pour élaborer ses théories, expérimenter des concepts ou retranscrire des moments-clés, offre des possibilités inégalées. Pourtant, force est de constater que cette thématique reste encore trop peu prise en considération, dans un cadre interdisciplinaire, par les spécialistes toulousains (historiens, sociologues, économistes, géographes, etc.). Afin de mieux comprendre la dynamique collective des recherches récemment amorcées au sein du LABEX SMS autour de cette thématique, il est nécessaire de revenir sur quelques-uns des travaux clés de ces universitaires.

Le rôle précurseur des géographes

Ce n’est qu’à l’orée des années 1970 qu’a commencé l’étude de la branche aéronautique enToulouse Midi-Pyrénées dans les laboratoires toulousains. Elle a d’abord été le fait des géographes et en particulier de Guy Jalabert (LISST-CIEU) qui dès 1973 soutient une thèse d’État de géographie industrielle intitulée Les industries aéronautiques et spatiales en France. Dans celle-ci, il analyse, entre autres, l’impact de cette branche dite de pointe sur son environnement local, national et même international, ainsi que le rôle joué par l’État dans son développement. On peut dire que Guy Jalabert est à l’origine de l’émergence d’un pôle de recherche en géographie économique et industrielle aéronautique à Toulouse. En 2009, en collaboration avec Jean-Marc Zuliani (LISST-CIEU), il rédige un nouvel ouvrage de référence, Toulouse, l’avion et la ville, dans lequel les deux chercheurs
décrivent l’inscription de l’aéronautique dans le tissu industriel local, son importance vitale pour la région toulousaine et ses principales caractéristiques, dans une perspective à la fois historique, géographique, urbaine et sociale. L’objectif central du livre est d’étudier les « rapports entre un secteur dominant et la ville où il s’inscrit ».

De l’action des économistes…

ImageLes économistes, tels Med Kechidi (LEREPS), Damien Talbot (GRETHA Bordeaux), Vincent Frigant (GRETHA Bordeaux) se sont aussi emparés de cette thématique. Dans Les territoires de l’aéronautique : EADS, entre mondialisation et ancrage, paru en 2006, les trois chercheurs démontrent, en reprenant la notion de clusters (pôle de compétence), que deux des principaux territoires de l’aéronautique française – Midi-Pyrénées et Aquitaine – donnent au géant EADS un ancrage à la fois local et mondial. Combinant une approche géographique et une approche économique, ils présentent et analysent les activités qui composent ces systèmes agglomérés d’acteurs pour « apporter des éléments de compréhension des processus qui ont vu se constituer un groupe [EADS], sur ses stratégies productives ainsi que sur ses composantes clés » (p. 222). L’internationalisation des capitaux et la financiarisation des logiques d’entreprises sont moins marquées que dans d’autres secteurs industriels. Mais le désengagement progressif de l’État en matière de politique industrielle, au profit d’une gouvernance mixte (publique/privée), peut empêcher la concrétisation de certains grands programmes ambitieux et/ou coûteux à la rentabilité incertaine et/ou lointaine, ce qui pourrait avoir de grandes conséquences économiques pour l’activité de l’entreprise.

… aux enquêtes sociologiques

D’autres chercheurs, notamment en sociologie, se sont intéressés aux spécificités de cette27574100985920L branche. C’est notamment le cas d’Yvette Lucas et Christophe Beslay (CERTOP) qui se sont attachés aux questions de formation et d’évolution des qualifications dans les usines de la SNIAS Toulouse. Dans leur ouvrage Le vol du savoir (1989), ils analysent l’évolution de la catégorie des techniciens, notamment en comparant la hausse de leur nombre et l’extension des mutations technologiques. Pour les deux sociologues, la transformation que subit le travail au contact de la machine entraîne l’émergence de nouveaux savoirs professionnels et redéfinit le collectif de travail et la place de l’humain dans celui-ci. L’arrivée de l’informatique (notamment la CFAO) aboutit à la création et à la disparition de corps de métiers, ainsi qu’à l’évolution des qualifications et de la sociologie des compagnons.

Le temps des historiens

Pierre-Georges Latécoère

CC Wikipedia. Pierre-Georges Latécoère

Peu à peu, les historiens se sont également saisis de l’aéronautique comme objet de recherches. En effet, ils commencent à disposer du recul nécessaire à cette discipline pour analyser et déployer une grille d’analyse pertinente au travers des archives, publiques ou privées, peu à peu mises à disposition. C’est notamment le cas de Jean-Marc Olivier (FRAMESPA) et d’Alain Boscus (FRAMESPA). Même si aucune monographie à proprement parler n’a paru à ce jour, les deux historiens enrichissent, par le biais d’articles et de communications, la connaissance du secteur. Jean-Marc Olivier s’intéresse par exemple à ses premiers développements à Toulouse et plus particulièrement à l’histoire de la société Latécoère dans la première partie du XXe siècle. Alain Boscus, dans la continuité de ses recherches sur le mouvement ouvrier, s’attache à l’histoire sociale et syndicale des « compagnons ». Fort de ces premières expériences et sous l’impulsion de Jean-Marc Olivier, un séminaire régulier pour l’année 2012-2013 a été mis en place au sein du laboratoire FRAMESPA. Il est intitulé « Histoire mondiale de l’aviation, de ses acteurs et de leurs réseaux » et permet à des chercheurs de divers horizons d’échanger et de partager leurs connaissances dans l’optique de se saisir de cette part très importante de l’histoire locale, nationale et même internationale. En outre, plusieurs travaux de master et de doctorat sont en cours. Ils permettront de consolider un pôle performant en analyse aéronautique au sein de ce laboratoire et plus largement du LABEX SMS.

À lire aussi
Crédit image en bandeau :  CC Roger Meyer


Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

More Posts - Website

Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Valeriane Martini dit :

    En Sciences économiques, il existe une thèse de NABET, G. « Le développement du secteur spatial en Europe : les relations État-industrie », thèse de doctorat sous la dir. d’Alain Capian, Université Toulouse 1, 1986.
    Résumé ici : http://www.theses.fr/1986TOU10057

  1. 04/09/2013

    […] Pierre-Georges Latécoère est le fils d’un industriel de Bagnères de Bigorre qui dirigeait une menuiserie fabriquant des meubles et des décors pour les hôtels des stations thermales des Pyrénées et qui a également été adjoint municipal républicain de 1892 à 1901. Après des études à l’École centrale, le jeune Latécoère prend la direction des entreprises familiales à la mort de son père (1905). Il décide de diversifier les activités de la société et obtient en 1911 une commande de 1500 wagons pour la Compagnie du Midi. Il en profite pour changer de site et fait bâtir en 1912 sa première usine toulousaine : 100 ouvriers. Durant la guerre, aidé  par le député radical de Bagnères, une relation de son père, il obtient des commandes militaires (fabrication d’obus), tout en poursuivant la fabrication de wagons pour la Compagnie du Midi. En 1917, toujours grâce à ses appuis politiques, le ministère de l’Armement lui confie la fabrication de mille avions de reconnaissance biplaces Salmson. Comme la société Latécoère est novice dans la construction aéronautique, l’administration lui affecte Marcel Moine, ingénieur Arts et Métiers (chef du bureau dessin), Émile Dewoitine, technicien issu de l’école Breguet comme adjoint de Moine, Marcel Piat (chef de fabrication) et René Fould (administration). C’est le début de l’industrie aéronautique à Toulouse. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *