Jean Jaurès dans La Dépêche

CC Mondes Sociaux

CC Mondes Sociaux

À l’occasion du centenaire de la mort de Jean Jaurès (1859-1914), l’Université de Toulouse 2 a été rebaptisée du nom de ce célèbre homme politique, journaliste et philosophe. Si elle n’a pas fait l’unanimité, cette décision est l’occasion de revenir sur le parcours et les idées de cet homme politique emblématique, notamment à travers un ouvrage qui lui a été consacré.

Des spécialistes reconnus (Rémy Pech, Alain Boscus, Rémy Cazals, Jean Sagnes, Jean Faury, Georges Mailhos) se sont en effet associés pour éditer et remettre en contexte l’ensemble de ses articles parus dans La Dépêche, quotidien régional d’influence radicale et socialiste (chroniques politiques, analyses économiques, réflexions sur la société, les mœurs ou l’éducation, critiques littéraires et artistiques, etc.). En près de 25 ans, Jaurès a rédigé 1 312 articles, soit une collaboration quasi-hebdomadaire.

  • Pech R., Cazals R., éds., 2009, Jaurès : l’intégrale des articles de 1887 à 1914 publiés dans La Dépêche, Toulouse : Privat-La Dépêche du Midi, 939 pages.

Dessiné et gravé par Louis Boursier D´après une photo de © H.Manuel/Ville de Castres, Centre national et musée Jean Jaurès D´après une photo de ©akgimage/ UllsteinBild

Dessiné et gravé par Louis Boursier, d’après une photo de © H.Manuel/Ville de Castres

Dès sa fondation en 1870, le quotidien souhaite mettre en place un réseau de correspondants locaux particulièrement dense. Pour faire rayonner son journal, Rémy Couzinet s’entoure de « grandes plumes », capables « d’insuffler dans les colonnes du quotidien le souffle des grandes valeurs de liberté, d’émancipation sociale et surtout de laïcité » : Arthur Ranc, Camille Pelletan, Georges Clémenceau… et Jean Jaurès. Tous contribuent à faire de la Dépêche un journal « de propagande républicaine » et une tribune pour les hommes politiques. La diffusion augmente rapidement, passant de 80 000 exemplaires en 1887 à 135 000 en 1900, puis à 292 500 à la veille de la Première Guerre mondiale.

À son arrivée en 1887, Jean Jaurès est un jeune normalien agrégé de philosophie. Selon Rémy Pech, son style journalistique est « généreux, ample, exigeant et simple ». Il explique, s’appuie sur des exemples et des sources sûres, mais aussi sur son expérience et sa connaissance des arcanes parlementaires et de la vie politique nationale et internationale. En définitive, sa conception du journalisme relie information, engagement politique et éducation populaire. Son aisance d’écriture et la pertinence de ses analyses lui permettent d’imposer rapidement sa marque, même si cela ne va pas sans provoquer conflits ou polémiques au sein du journal. Pour les auteurs, les articles écrits entre 1887 et 1892 « constituent un ensemble remarquable pour analyser ses débuts en politique et son évolution vers le socialisme ».

Entre le 15 mai 1893 et le 20 octobre 1898, Jean Jaurès anime la « Quinzaine littéraire » du journal, sous le pseudonyme de « Liseur ». Pour Georges Mailhos, il est un lecteur « inlassable et éclectique, observateur de l’actualité culturelle et artistique de son temps ». Il rédige 89 « causeries » dans lesquelles il présente les écrivains, connus ou inconnus, faisant ou non l’actualité de l’époque : Rimbaud, Mallarmé, Daudet, Renan, Liane de Pougy, Jean Ajalbert..

 


Jean Jaurès en 1914 à Paris (documentaire… par Rue89Video

La question sociale et le socialisme

Issu d’une famille de la bourgeoisie castraise, Jaurès ne connaît que très peu le monde ouvrier. À partir de 1885, il prend conscience qu’il « aime le peuple (…) et [qu’il] veut le défendre ». Dès 1887, il souhaite aller vers « une société libre et juste ». Confronté à la grande dépression de la fin du XIXe siècle, il demande une « vaste transformation de l’organisation sociale » (politique, sociale et économique) susceptible d’éviter la répétition des crises. S’il est encore un républicain modéré, il commence à se tourner vers le socialisme, fort du constat que « la société dans laquelle il vit est une société injuste, mauvaise, infâme, misérable, barbare ».

Son engagement dans la grande grève des mineurs de Carmaux en 1892, le pousse à placer la question sociale au centre de son action et de sa pensée politiques. Sa réflexion théorique s’approfondit, il lit aussi bien Marx que Louis Blanc ou Proudhon. Il en tire la conclusion qu’il ne peut y avoir de socialisme sans liberté. S’il est nécessaire de privilégier une « appropriation collective des instruments de travail », il faut aussi respecter la propriété individuelle quand elle ne donne pas lieu à l’exploitation d’autrui. Pour lui, le socialisme « est l’aboutissement du combat engagé en 1789 pour libérer l’homme ». Il souhaite « un remaniement de fond en comble de l’ordre social ». L’opposition de classes, inhérente au capitalisme, lui permet de poser les questions de l’injustice, de l’exploitation et du salariat ; ou encore de tracer les grandes orientations de la société future telle qu’il la souhaite.

Capture d'écran de Germinal, Claude Berri, 1993

Capture d’écran de Germinal, Claude Berri, 1993

Sa vision du socialisme s’appuie sur trois piliers : le suffrage universel, la lutte syndicale et des réformes audacieuses. En effet, il a très tôt compris que le versant ouvrier est insuffisant pour hâter une transformation majeure de la condition de travailleur, et qu’il est bel et bien nécessaire d’y ajouter l’action de l’État.

Réformiste ou révolutionnaire ?

Il considère que le pragmatisme du réformisme (caisses de retraites ouvrières, journées de huit heures, nationalisations, impôt progressif…) est un atout et en même temps une nécessité permettant d’amoindrir les souffrances des travailleurs les plus faibles et de leur donner « des armes supplémentaires dans la voie de l’émancipation ». Mais, il rappelle que « nulle réforme, même de détail, ne peut être sérieusement accomplie sans une réforme d’ensemble », qui changerait l’ordre social.

22-01-1898Profondément républicain, il estime que la République ne se discute pas et doit être renforcée et pérennisée. Il se prononce pour un processus révolutionnaire par étape car, pour reprendre ses mots, « tout progrès, si minime soit-il, est une force nouvelle pour de nouveaux progrès ». Cela le conduit en 1901 à redéfinir le concept d’évolution révolutionnaire (emprunté à Marx) qui introduit les réformes comme une préparation à la révolution et non comme « des adoucissants ». Au tournant du siècle, « sa maturité politique et militante ainsi que sa renommée et ses relations s’accroissent ». En 1903, âgé de 44 ans, il est « un homme politique influent », « une personnalité au faîte de son rayonnement ».
En outre, il comprend, à la faveur de l’affaire Dreyfus (dont il demande la réhabilitation), que la consolidation de la IIIe République est menacée par la réaction. Pour lui, le renforcement du pôle républicain passe par l’unification d’un mouvement socialiste fortement divisé à l’époque en deux groupes : les « révolutionnaires » et les « évolutionnistes ». Étant un leader du second groupe, il souhaite faire une synthèse entre républicanisme, marxisme et socialisme français.

Deux événements lui permettent d’y parvenir : la création de L’Humanité en 1904 qui représente un outil pour l’unification des socialismes et le Congrès d’Amsterdam de l’Internationale Ouvrière durant lequel il accepte de renoncer à toute participation ministérielle. L’unité sera acquise le 26 avril 1905, lors de la naissance de la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO).

La nécessaire laïcisation de l’État

une_seule_ecole_laique

Affiche comité national d’action laïque

Un autre thème lui est cher : la séparation de l’Église et de l’État dont il est, avec Aristide Briand, l’un des artisans essentiel. Selon Jean Faury, il est très « attaché à la science, à la raison, à la laïcité, [mais il reste] en même temps (…) religieux ». Considérant que l’Eglise a trahi le message du Christ, il juge nécessaire une séparation des Églises et de l’État « pour couronner l’œuvre républicaine de laïcisation ». Dans un article, il affirme que « l’État n’est ni catholique, ni protestant, ni déiste, ni athée, l’État est laïque. Il reconnait à tout homme, quelle que soit sa religion ou son irreligion, le même droit à la liberté. Dès lors, aucun groupe de croyants ne peut exercer sur lui, État, une influence privilégiée. C’est dire que l’État doit être séparé de toutes les Églises » (10 avril 1904). Cela se traduit, grâce à l’action du Bloc des gauches, par la loi du 9 décembre 1905 qui met fin au Concordat napoléonien de 1801 et ancre la République dans la laïcité.

Internationalisme et pacifisme

Jaurès est enfin un internationaliste convaincu et un pacifiste militant. Dans les dix dernières années de sa vie, outre les questions ouvrières et syndicales, il s’intéresse de près au contexte international et voit dans les nombreuses crises « un baril de poudre dont la mèche se rallume sans cesse ». S’il est affecté par l’annexion de l’Alsace-Lorraine en 1870, il n’est pas marqué par l’esprit de revanche contre l’Allemagne. Garantir la paix est le moyen pour assurer « le progrès de la démocratie et les avancées sociales ». Et cette paix doit reposer sur un accord durable entre la France, l’Angleterre et l’Allemagne.

illus-p23a25

Discours de Jaurès au Pré-Saint-Gervais (25 mai 1913)

Contre les nationalismes il défend des solutions pacifiques dans l’optique d’une coopération internationale « fondée sur le progrès économique et social et la fraternité des peuples ». Progressivement, le combat pour la paix passe au premier plan dans ses analyses. Il se crée alors des ennemis à la droite et à l’extrême-droite de l’échiquier politique, dont certains vont jusqu’à réclamer sa mort. Le 30 juillet 1914, il publie un dernier article dans la Dépêche, L’oscillation au bord de l’abîme. Le lendemain, il est assassiné à Paris par un « énergumène armé », Raoul Villain (acquitté en 1919), ce qui précipite le ralliement des socialistes à l’Union Sacrée.

Cet ouvrage à redécouvrir est un important travail de recueil d’articles restés inaccessibles. Leur réunion en un seul volume aide à « mieux cerner les continuités et les ruptures de son engagement, les évolutions de sa pensée, l’originalité de son action et la singularité de quelques moments forts de son existence ». On y trouve une matière dense à exploiter sur les plans politique, littéraire, philosophique ou encore historique. L’ajout de plusieurs index (personnes, lieux, thématiques) renforce la solidité de l’ensemble et permet de naviguer dans près de 25 années de la pensée de Jean Jaurès. À n’en pas douter, cette compilation d’articles constitue une très bonne base pour lire Jean Jaurès dans le texte.

Crédits image à la Une : tous droits réservés 1 jour, 1 question

 

Avenue


Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

More Posts - Website

Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/09/2017

    […] Wikimedia Commons. Jean Jaurès dans La Dépêche. CC Mondes Sociaux À l’occasion du centenaire de la mort de Jean Jaurès (1859-1914), […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *