#EP2014 ou les élections européennes depuis Twitter

CC Flickr mkhmarketing

CC Flickr mkhmarketing

Depuis quelques années, les réseaux socionumériques (Facebook, Twitter…) disposent de centaines de millions de membres dans le monde qui mettent en œuvre des usages complexes et variés. Ces réseaux participent ainsi à l’animation de l’espace public politique au même titre que les sites d’information ou les blogs. L’utilisation intensive de Twitter par le personnel politique, les journalistes, les blogueurs, les militants politiques et les activistes en témoigne (Smyrnaios, Rieder, 2013).

Pour qui s’intéresse aux pratiques sociales, mais aussi à la formation des opinions et à la structuration des réseaux relationnels, ces outils proposent une multitude de données car ils génèrent des traces numériques chaque fois qu’un usager s’exprime, qu’il noue des relations ou qu’il échange des informations.

A partir de ce constat nous avons développé une méthode de collecte et de traitement de tweets sur des sujets politiques de manière à mettre en évidence la structure des réseaux se formant autour des débats (Smyrnaios, Ratinaud, 2014). Et c’est cette méthode qui a été mise en œuvre pour analyser les échanges sur Twitter autour des élections européennes de mai 2014.

Un évènement politique important

Ces élections européennes ont constitué un évènement politique de grande ampleur, contrairement à la tradition qui veut que ce type d’élection passe relativement inaperçu. Comme nous l’avons noté dans une publication précédente, la crise économique et sociale ainsi que le contexte institutionnel et politique (campagnes coordonnées des partis européens, débats entre les candidats à la présidence de la Commission) ont attisé l’intérêt d’un grand nombre de citoyens.

Ce regain d’intérêt pour les élections européennes est visible au niveau de la participation : après trente ans de diminution régulière du taux de participation (61,9% en 1979, 56,6% en 1994 et 43% en 2009), 2014 marque une stabilisation (43,09%) au niveau de l’ensemble de l’Union Européenne (UE). Par contre, l’augmentation de la participation est significative dans des pays comme l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, le Royaume Uni, l’Espagne et la Grèce.

Taux de participation par pays (en %)

Taux de participation par pays (en %)

Au niveau des résultats, le constat principal est que les groupes qui dominent traditionnellement le Parlement (Parti populaire, Socio-démocrates, Libéraux, Verts et Conservateurs) ont perdu des voix au profit de deux courants : le parti de la Gauche européenne (7 sièges supplémentaires) dont le symbole est la victoire en Grèce de Syriza, et l’extrême droite xénophobe et populiste, notamment grâce aux scores obtenus en France par le Front National et au Royaume Uni par l’UKIP.

L’institutionnalisation de Twitter

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Une autre caractéristique de scrutin est le débat nourri qu’il a suscité sur le web et notamment sur Twitter.  En effet, à l’instar des élections présidentielles de 2012 en France et aux Etats-Unis, il a consacré Twitter comme « thermomètre » de l’opinion sur le web. Malgré les critiques fondées qu’on peut adresser à cette idée, du fait notamment de la non représentativité des utilisateurs du service, il n’en demeure pas moins que Twitter est un support prisé par les partis, les candidats, mais aussi les médias et les journalistes. Il constitue également un moyen d’expression important, notamment pour les franges de la population les plus jeunes, éduquées, politisées et au fait des technologies numériques.

A l’échelle européenne, ces élections confirment la tendance à l’ « institutionnalisation » de Twitter. En effet, de nombreuses institutions (Union européenne de la Radiotélévision, Parlement européen, Commission, Partis) ont mis en place des dispositifs communicationnels en ligne qui ont fait la part belle à Twitter : hashtags officiels, appels à des société spécialisés, modules de suivi des réactions en direct, promotion dans les autres médias. Tout a été conçu pour faire de Twitter un support standard de la discussion synchrone autour du processus électoral, comme le montre la capture d’écran ci-dessous en provenance du site du Parlement européen.

De ce fait, la participation au débat autour du hashtag #EP2014 a été relativement importante. En effet, durant le mois de mai plus d’un million de tweets comportant ce hashtag ont été produits : c’est moitié moins que ceux du concours de l’Eurovision, mais dix fois plus que ceux émis lors du débat du 15 mai entre les quatre candidats à la présidence de la Commission (#TellEurope).

azdazd

Du point de vue de l’analyste, l’évolution est intéressante car les possibilités qu’offre Twitter pour la collecte et le traitement des données sont vastes. Dans ce cas précis, la mise en place du hashtag officiel #EP2014 a notamment permis d’agréger les discussions nationales autour d’un point central. De sorte que le réseau qui s’est formé autour de ce hashtag est assez représentatif de la structure du débat qui a eu lieu sur Twitter.

azdzadazd

Ce graphe a été réalisé avec Gephi en utilisant l’algorithme Open Ord. Les points correspondent aux comptes Twitter ayant écrit un message comportant la liste de hashtags mentionnés dans le tableau ci-après. Les lignes entre les points représentent les interactions entre ces comptes. La topologie du graphe est le résultat de l’intensité de l’interaction entre les comptes (plus deux comptes sont caractérisés par une communication bidirectionnelle intense entre eux, plus ils sont proches sur la carte). La taille des points dépend du nombre de « retweets » et mentions reçus. La couleur est fonction du degré d’interconnexion entre les points.

Le graphe ci-dessus a été produit à partir d’un échantillon de 346 000 tweets incluant une série de hashtags relatifs aux élections européennes (#EP2014, mais aussi d’autres, notamment ceux utilisés par les candidats à la présidence de la Commission). Ces tweets ont été collectés entre le 25 mai (0h), jour de l’élection, et le 27 mai (23h59). Ils ont été produits par 138 873 utilisateurs différents et  29% d’entre eux incluent un lien.

Un débat structuré par pays

La première observation est que la discussion a été structurée par pays, ce qui est assez logique. On distingue clairement sept grands ensembles correspondant à des réseaux d’interactions entre comptes en provenance de Belgique (bleu clair au centre), d’Italie (vert), d’Allemagne (noir), des Pays Bas (orange), de Grande Bretagne (rouge), de France (bleu) et d’Espagne (jaune). Cette classification n’est pas construite à partir d’informations de géolocalisation, mais en fonction de la nationalité des principaux nœuds de chaque réseau, vérifiée manuellement. Il existe aussi des ensembles transnationaux d’interactions, comme celui qui lie le compte d’Alexis Tsipras (candidat du parti de la Gauche européenne) à celui de Jean-Luc Mélenchon. Mais le facteur le plus déterminant pour l’intensité des échanges est bien celui du pays de provenance.

Le poids des utilisateurs en provenance de ces sept pays dans la discussion autour des élection européennes, notamment par le biais du hashtag #EP2014, est confirmée par la liste fournie par Topsy. En effet, la France, l’Italie, l’Espagne, la Grande Bretagne, l’Allemagne et la Belgique font tous partie du « top 10 ».

adazazddza

Le poids des médias

La deuxième remarque est que les médias jouent un rôle central dans la discussion car ils constituent les comptes les plus mentionnés et « retweetés ». Outre les comptes de l’Agence France Presse qui se situent au cœur du graphe, ces médias sont par ordre d’importance Le Monde, Le Figaro, Le Parisien, iTélé et BFMTV pour la France ; la BBC pour la Grande Bretagne ; El Mundo, ABC et Eldiario.es pour l’Espagne ; La Repubblica pour l’Italie. Des acteurs internationaux comme Euronews, TNS Opinion et Electionista sont aussi beaucoup cités, notamment en Belgique, ce qui correspond en fait à la suractivité des acteurs européens installés à Bruxelles. Cette tendance est confirmée par la liste (établie par Topsy) de liens les plus cités dans les tweets comportant #EP2014 sur la même période.

zefzefezf

CC Mondes Sociaux

La présence des comptes officiels d’hommes et de femmes politiques dans le graphe est également intéressante à observer. Les plus mentionnés et « retweetés » sont dans l’ordre Jean-Claude Juncker, Matteo Renzi, Jean-Luc Mélenchon, Martin Schulz, Marine Le Pen, Beppe Grillo, Alexis Tsipras, Nigel Farage, François Hollande, Ska Keller et Guy Verhofstadt. Il y a donc un « mélange » entre la politique européenne représentée par les candidats à la Commission et la politique de chaque Etat. La France est particulièrement bien représentée parce que les utilisateurs Français ont été les plus nombreux à participer au débat et parce que le choc de la victoire du Front National a provoqué des échanges et des interpellations vives d’acteurs politiques comme Mélenchon et Hollande.

Il est à noter que le classement concorde en partie avec celui de Vigiglobe ci-dessous, même si la méthodologie est différente : le graphe utilise le nombre de mentions et « retweets » des comptes de l’échantillon, alors que Vigiglobe comptabilise le nombre de citations d’une liste de noms prédéfinie, d’où peuvent être absents certains comme Le Pen, Mélenchon et Farage).

azdzadzaAinsi, les discussions politiques sur Twitter se structurent sur la base d’affinités nationales, y compris quand il s’agit d’un événement international comme les élections européennes. Néanmoins on peut constater l’émergence d’une sphère publique européenne en ligne encore embryonnaire. Il apparaît que les réseaux sociaux en général et Twitter en particulier constituent un terrain privilégié pour cette émergence et il sera intéressant d’observer si cette tendance se pérennisera dans l’avenir.

keep-calm-and-tweet-everything

Crédits image à la Une : CC Flickr Webtreats

Nikos Smyrnaios

LERASS (nicolaos.smyrnaios@iut-tlse3.fr)

More Posts - Website

Nikos Smyrnaios

LERASS (nicolaos.smyrnaios@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *