Le culte de l’attractivité

CC Pixabay PublicDomainPictures

CC Pixabay PublicDomainPictures

Depuis quelques années, l’attractivité est devenue une préoccupation constante des élus et de ceux qui les conseillent, qu’ils soient en charge d’une ville, d’une région ou d’un pays. Il faut attirer des entreprises, des activités, des cadres, des personnes « créatives », des étudiants, bref, tout ce qui est censé contribuer à la croissance économique et à la création d’emplois. En revanche, personne ne semble envisager d’encourager la venue de migrants pauvres, y compris lorsqu’il s’agit d’étudiants, ou de personnes en situation de réinsertion sociale.

Certaines politiques d’attractivité misent sur des incitations financières directes, telles que des exonérations fiscales importantes pour les entreprises ou des salaires très élevés offerts à des professionnels reconnus dans leur domaine. Très coûteuses, ces politiques ont des résultats assez aléatoires en dehors de certaines villes, régions ou nations que l’on est de plus en plus amené à considérer comme des paradis fiscaux. D’autres misent sur des aménagements tels que des parcs d’activité technologiques censés être recherchés par les entreprises, ou des quartiers d’habitation adaptés aux goûts supposés des « créatifs ».

Ces politiques d’aménagement rappellent beaucoup le célèbre culte du Cargo que les mélanésiens ont développé au contact des occidentaux (des militaires américains notamment).

Le culte du cargo par wesh

  • Worsley P., 1977, Elle sonnera, la trompette. Le culte du cargo en Mélanésie, Paris : Payot.

Dans ce mythe, qui comprend de nombreuses variantes, le Cargo désigne les richesses que les blancs reçoivent des navires ou des avions qui viennent les ravitailler. Pour les mélanésiens, comme les blancs ne travaillent pas, la seule solution pour obtenir ces richesses envoyées par leurs ancêtres est d’utiliser des rites magiques appropriés. Ainsi, copiant ce qu’ils prenaient pour des rites, se mirent-ils à construire des simulacres de docks, de radios et de pistes d’atterrissage, pour attirer le Cargo. Un peu de la même façon, les aménagements réalisés dans un objectif d’attraction supposent qu’il suffit de mettre en place les conditions nécessaires (services aux entreprises, zones industrielles, locaux, quartiers destinés aux personnes diplômées à revenu élevé) pour que des entreprises ou des professionnels s’implantent.

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Deux recherches auxquelles j’ai participé dans les dernières années me font douter du bien-fondé des politiques d’attractivité. La première de ces recherches porte sur des entreprises dites « innovantes » suivies par notre équipe depuis une dizaine d’années (voir l’article de Nathalie Chauvac publié par Mondes Sociaux).

  • Grossetti M., Barthe J.-F., Beslay C., 2008, « Choix de localisation et mobilisation des ressources dans la création d’entreprises innovantes », Géographie, Economie, Société, vol.10, n°1, 43-60.

L’article publié par Géographie, Economie, Société en 2008 fait le point sur les « choix de localisation » de ces « startups » que tant de politiques cherchent à attirer. Nous examinions deux niveaux géographiques différents : celui de l’agglomération urbaine et celui des locaux. Au premier de ces niveaux, notre constat était que les « choix de localisation » sont extrêmement rares : les personnes qui fondent ces entreprises, par ailleurs souvent originaires de la région, les installent là où elles vivent et ne se posent pas la question d’une quelconque optimisation qui les amènerait à envisager d’autres solutions. Les quelques exceptions concernent des cas où les fondateurs, soit vivent dans des villes différentes, soit associent le projet de créer leur entreprise à celui de s’installer ailleurs (souvent « dans le sud »). Au second niveau en revanche, le choix est plus explicite et correspond principalement à l’arbitrage entre des contraintes de déplacement, le coût des locaux et l’accès à des services spécifiques (pépinières d’entreprises par exemple). La concurrence entre agglomérations est très faible, même s’il en existe une, bien réelle, entre les secteurs d’une même agglomération.

© Patrick Mignard

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La seconde recherche (2010) concerne les professionnels censés avoir des activités « créatives ». Il s’agissait d’un projet européen dont l’objectif était de tester sur 13 villes certaines théories sur les facteurs supposés attirer ces activités.

  • Martin-Brelot H., Grossetti M., Eckert D., Olga Gritsai O., Kovács Z., 2010, « The spatial mobility of the ‘creative class’ : an European Perspective », International Journal of Urban and Regional Research, vol.34, n°4, 854-870.

Le principal résultat est que les membres de la supposée « classe créative » sont aussi peu mobiles que les créateurs d’entreprises évoqués plus haut. La plus grande partie d’entre eux est constituée de personnes nées dans la région avoisinante ou qui y ont effectué leurs études. Ceux qui ne sont pas dans ce cas connaissent déjà des personnes dans la ville (effet de réseau) ou y viennent pour l’intérêt de l’emploi qui leur est proposé. Aucun des facteurs strictement urbains (qualité du bâti, offre culturelle, etc.) ne semble jouer un rôle important dans leur décision, sinon peut-être pour les retenir une fois installés. Des résultats similaires ont été mis en évidence aux Etats-Unis par le géographe Allen Scott.

CC Free Stock Photos Netalloy

CC Free Stock Photos Netalloy

L’erreur de beaucoup de raisonnements sur l’attractivité est de surestimer la mobilité géographique durable, celle qui amène une famille à s’installer dans une ville pour plusieurs années, ou une entreprise à créer un établissement important dans une agglomération où elle n’était pas présente auparavant. Il est indéniable que la mobilité de courte durée des personnes s’est accrue considérablement avec le développement des transports rapides (aériens ou ferroviaires), mais la mobilité durable a connu une progression bien moindre. Les créateurs d’entreprises ou ceux qui ont des professions « créatives » ont des familles, des réseaux, ils suivent des logiques sociales complexes qui sont très loin de ramener leurs « choix de localisation » à la recherche d’un lieu de villégiature pour quelques jours. Les entreprises sont engagées dans des logiques économiques dans lesquelles la question de la localisation est souvent secondaire. Elles peuvent parfaitement entretenir des liens distants en organisant des courts séjours de leurs membres et en utilisant les moyens de communication actuels. Si elles considèrent devoir être présentes dans une agglomération pour accéder à des ressources particulières (marchés le plus souvent, technologie parfois), elles peuvent ouvrir des antennes légères et facilement réversibles. Pour les villes, il semble souvent préférable de miser sur la formation de celles et ceux y qui vivent déjà, et sur l’élévation du niveau général des services urbains accessibles à tous, que d’espérer attirer des talents ou des richesses que l’on serait incapable de créer. En matière de développement économique, le culte de l’attractivité n’a guère plus de chances d’aboutir à des résultats que celui du Cargo …

Crédits image à la Une : CC Flickr Ian Burt


Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 10/09/2014

    […] vous invite à la visionner, puis à aller lire son billet, dont voici le chapô […]

  2. 04/06/2015

    […] Le culte de l’attractivité. Depuis quelques années, l’attractivité est devenue une préoccupation constante des élus et de ceux qui les conseillent, qu’ils soient en charge d’une ville, d’une région ou d’un pays. Il faut attirer des entreprises, des activités, des cadres, des personnes « créatives », des étudiants, bref, tout ce qui est censé contribuer à la croissance économique et à la création d’emplois. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *