Transmigrants et nouveaux étrangers

ezafezfzLa compréhension des mutations qui touchent les migrations internationales passe par le dépassement des analyses classiques et binaires de la migration : immigration et intégration. La transmigration est une forme migratoire contemporaine. Elle s’appréhende à travers un triple rapport des migrants : au là-bas d’où ils viennent et avec lequel ils maintiennent des liens forts ; à l’ici où ils passent, transitent, font étape ; à l’entre-deux, intensément expérimenté, dans ses interactions, sociabilités et qui fait toujours trace. Ce triptyque indique des capacités fortes de mobilisation individuelle et collective.

  • Tarrius, A., Missaoui, L., Qasha, F., 2011, Transmigrants et nouveaux étrangers. Hospitalités croisées entre jeunes des quartiers enclavés et nouveaux migrants internationaux, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

La transmigration : un enchaînement d’étapes

Cette migration contemporaine se caractérise par un enchaînement d’étapes nationales. En France, ces étapes prennent notamment la forme des enclaves urbaines, ces banlieues qui hébergent, depuis les années 80, les « immigrés » maghrébins et leurs descendants. Les transmigrants parcourent des milliers de kilomètres, souvent en tournées de chez soi à chez soi, selon des rythmes différents. Leur activité principale consiste à vendre des produits de contrebande d’usages licites ou illicites, ou des services, en contournant les législations des pays traversés. Les étapes françaises et européennes de ce commerce se déploient, depuis une vingtaine d’années, sur plusieurs continents, amalgamant des étrangers pauvres venus de divers pays du monde : afghans, maghrébins, turcs, bulgares, etc. Ces circulants – commerçants, étrangers pauvres – sont les colporteurs modernes du capitalisme marchand ; c’est pourquoi, les grandes firmes multinationales y trouvent naturellement leur compte. Mais leur déploiement est paradoxalement vecteur de développement et d’émancipation.

CC Sayf

CC Sayf

Les mobilités des transmigrants se construisent selon des axes de circulation spécifiques, associés à des étapes, en dehors des centralités officielles : ces vastes couloirs forment ce que l’on appelle les territoires circulatoires. Ces territoires reposent sur le lien économique, le lien affectif et la force de l’engagement de la parole donnée. Parents, amis, voisins font transmigration collective, mais la route est toujours l’occasion de nouvelles rencontres, cooptations et collaborations, avec toutes sortes d’étrangers, ces inconnus familiers qui se reconnaissent entre eux et ont le sentiment de partager un monde commun. Les liens forts, les proximités sociales et affectives se renforcent, ce qui permet à ces migrants d’étendre, d’« épaissir » l’espace de leurs transactions, et de construire ainsi de nouvelles étapes.

Des réseaux de circulation et d’identité

En France, ces territoires circulatoires se connectent aux villes par le biais des quartiers, stigmatisés, d’habitat social. Les transmigrants bénéficient de l’hospitalité des descendants de migrants, jeunes citoyens français habitants des quartiers enclavés. En retour, ils ouvrent à ces jeunes habitants, les réseaux d’économie souterraine mondiale du « poor to poor », l’« entre-pauvres ». Ces rencontres originales, liées à des activités communes ou des situations de coprésence, se produisent entre les transmigrants et ces jeunes habitants, qui après des années de participation aux dispositifs de l’intégration, ont le sentiment d’être des laissés pour compte. À la recherche de voie de sortie par le bas, la transmigration devient un modèle de mobilités par l’intégration transnationale, sur le mode du brassage et du cosmopolitisme, loin des offres étatiques  d’intégration auxquelles ils ne croient plus vraiment.

Image "Courage", Mll

Image « Courage », Mll

Ces mobilités continentales, le long des territoires circulatoires, produisent des cosmopolitismes migratoires nouveaux, porteurs de métissages identitaires du proche et du lointain. L’hospitalité croisée des jeunes dans les réseaux des transmigrants internationaux, et des transmigrants, dans les logements des quartiers français enclavés, permet le développement d’initiatives populaires de santé, véritable résilience sociale en temps de crise. Ces hospitalités croisées imposent une figure nouvelle de l’étranger, qui se manifeste de l’intérieur même des lieux dits « enclavés », en « déshérence ». L’ensemble de ces populations redéfinit alors, dans l’invisibilité de sa circulation, les frontières nationales, mais également les frontières des réseaux et des enclaves urbaines. Cette convergence manifeste une nouvelle histoire de la migration, à l’initiative non des états, mais des migrants eux-mêmes.

Crédit image en bandeau :  CC Eiimeon

exil-et-litterature-5


Fatima Qacha

LISST-CERS (qacha@univ-tlse2.fr)

More Posts

Fatima Qacha

LISST-CERS (qacha@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *