La vie quotidienne dans les tranchées

CC Wikimedia Commons

CC Wikimedia Commons

« Existe-t-il une « vie quotidienne » dans les tranchées de 1914-1918 ? ». C’est à cette question que Rémy Cazals et André Loez répondent dans Vivre et mourir dans les tranchées. Cet ouvrage de synthèse, qui s’appuie sur les témoignages (carnets de route, lettres, souvenirs, récits rédigés, etc.) de cent cinquante et un français, a pour objectif de faire découvrir l’expérience des « poilus » et d’analyser en quoi celle-ci constitue une « régression épouvantable des conditions d’existence ».

Pour les deux historiens, il y a bien un « équilibre dans le déséquilibre » qui pousse « des hommes ordinaires » à continuer de vivre, à s’adapter et parfois à s’habituer aux conditions de vie au front. Rémy Cazals et André Loez cherchent à comprendre l’expérience des fantassins confrontés à l’inhumanité de la Première Guerre mondiale en décrivant les aspects de leur quotidien et à montrer la guerre vue du bas de la hiérarchie militaire.

  • Cazals R., Loez A., 2012, 14-18. Vivre et mourir dans les tranchées, Paris : Tallandier, 298 pages.

La « société des tranchées »

On a souvent parlé de l’immobilité du front (il est stabilisé dès septembre 1914), mais la vie dans les tranchées est loin d’être immobile. Les temps alternent : au calme relatif de l’hiver succèdent les grandes offensives de printemps ; la vie du poilu est faite de moments d’accalmie, de violence des grandes batailles (Artois, Verdun, Somme…), de patrouilles, de rotations, de permissions (à partir de juillet 1915).

Pour eux, il existe bel et bien une « société des tranchées ». En effet, si la tranchée est avant tout un abri permettant aux soldats de se protéger, elle est aussi un lieu de vie quotidienne (corvées militaires, création de liens sociaux, perfectionnement du système de défense, transports divers, etc.) et de brassage (social, culturel, géographique, etc.) pour les militaires tout au long de la guerre : la tranchée est bien un lieu d’habitation et de socialisation. En son sein, on tente de « s’adapter à de nouvelles formes de vie » et de se rapprocher de la vie civile. L’attache du poilu à sa « vie d’avant » est très prégnante, même si elle tend à se réduire avec l’allongement de la guerre, révélant la double identité des soldats, à la fois civile et militaire.

CC Wikimedia Commons

CC Wikimedia Commons

Confrontés à une guerre et à une violence très largement subies et principalement impersonnelles, les soldats essayent de maintenir une certaine forme de normalité dans les pratiques sociales (artisanat, repas, écriture, etc.) et dans leur rapport au monde. La tranchée accueille aussi « des loisirs ordinaires [qui] permettent d’échapper un instant aux logiques anormales de la guerre ». Cela va du théâtre aux sports collectifs, en passant par la lecture, les conversations ou encore les journaux de tranchées « qui contribuent (…) à ancrer dans la normalité l’expérience des tranchées, participent d’un effort plus large de divertissement visant à faire passer le temps et supporter la guerre ». Si des liens sociaux forts peuvent être créés entre les soldats, ils restent précaires et instables dans un environnement où « la mort (…) rôde » : on vit et on meurt sous le regard des autres.

Nombre de témoignages insistent sur un thème obsédant : la boue qui imprègne le quotidien des poilus. S’il peut être très compliqué de maintenir une hygiène du corps et de soi (sommeil, propreté, nourriture, etc.) en raison de la précarité qui règne au front, le fantassin cherche à rendre ses conditions de vie moins inacceptables malgré un ravitaillement souvent difficile.

Le vécu au front

Les auteurs s’attachent aussi à retranscrire le ressenti du poilu, son expérience du front et du combat, ses sentiments face à la mort, aux « planqués » ou encore à la société de l’arrière. Pour les soldats, la montée au feu est vécue comme un « moment d’extrême intensité ». Ils doivent faire face à des émotions et des sensations contradictoires, ainsi qu’à la permanence de la peur : « attaquer, c’est souvent être dans un état second, mêlé d’attention extrême et de confusion profonde ». Démontant au passage quelques mythes comme celui du combat au corps à corps et de la baïonnette, les deux historiens décrivent, au plus près, cette adaptation des hommes face à l’expérience d’une guerre longue et industrielle.

8244073444_6966a82477_z

CC Flickr Renaud Camus

Petit à petit, au contact de ses pairs, le poilu renforce son expérience du combat, apprend le métier et acquiert des savoir-faire utiles à sa survie. Par exemple, face au bombardement et à l’artillerie, il apprend à reconnaître les calibres, les types de projectiles ou encore leur direction. L’univers de la tranchée étant avant tout sonore, l’attention aux bruits de la guerre est un enjeu vital. La canonnade est une « expérience (…) terrible pour le corps et l’esprit », elle a un effet traumatisant pour des soldats confrontés à un sentiment d’impuissance. Dès 1915, l’utilisation des gaz de combat ajoute la suffocation à la peur d’être déchiqueté.

La mort, quotidienne et massive, imprègne très largement les récits des combattants. Si les pertes militaires sont très importantes (1,4 millions de morts pour la France), les blessures sont d’une ampleur sans précédent : on compte 93 000 mutilés et près de 10 000 « gueules cassées ». Pour en saisir les principaux aspects, il faut lire les descriptions et les notes des médecins, témoignages « les plus saisissants sur la violence du conflit et l’horreur des blessures qu’il provoque ». Cela a des conséquences sur le moral des hommes du front.

Affronter la guerre

Les soldats finissent par s’accoutumer à la violence, à la présence de la mort ou à l’alternance des rythmes et à la sensation que la guerre ne finira jamais. Mais ils mettent aussi au point des stratégies pour faire face à la réalité et amoindrir les effets du conflit. Ils usent de plusieurs moyens pour en atténuer l’impact : donner un sens et une justification pour affronter l’épreuve (patriotisme, guerre défensive, protection du pays, etc.), s’entourer d’une carapace, s’endurcir et retenir ses émotions, ou encore s’en remettre à des pratiques religieuses et/ou superstitieuses.

CC Flickr Anam il Senzanome

CC Flickr Anam il Senzanome

Si le fatalisme et l’indifférence semblent dominer, d’autres attitudes s’expriment comme l’angoisse ou la colère, des pratiques d’évitement (affectations tranquilles, mutilations volontaires, etc.) ou des transgressions (refus d’attaquer, fraternisations, mutineries, désertions), l’ensemble constituant « un véritable système déviant par rapport aux règles de la guerre ». Une réticence individuelle croissante à la violence est observable dans bon nombre de témoignages.

Le regard porté sur l’ennemi est une autre donnée importante. Il peut être variable selon les affectations, les moments de la guerre ou l’intensité des combats. Cependant, les soldats ont conscience de vivre « dans une grande proximité » (géographie, conditions de vie, etc.) si bien qu’ils peuvent, non seulement éprouver de l’hostilité vis-à-vis de l’ennemi, mais aussi de la compassion ou de la sympathie.

Quelques témoignages

  • Louis Birot, 2000, Carnets. Un prêtre républicain dans la Grande Guerre, Albi, FSIT, 333 p.
  • Abel Ferry, 1920, La guerre vue d’en bas et d’en haut, Paris, Grasset, 328 p.
  • Jules Isaac, 2004, Un historien dans la Grande Guerre, Lettres et carnets 1914-1917, Paris, Armand Colin, 310 p.
  • Louis Maufrais, 2008, J’étais médecin dans les tranchées, Paris, Laffont, 332 p.
  • Camille Rouvière, Journal de guerre d’un combattant pacifiste, Anglet : Atlantica, 333 p.

Le retour au temps de paix

Rémy Cazals et André Loez s’intéressent aussi à la vie de ces témoins après la guerre. Ils décrivent leurs différents moyens mis en œuvre pour tenter de retrouver une existence normale au retour du front. Certains souhaitent dénoncer la guerre et révéler les atrocités qu’ils ont vécues. Cela passe par le témoignage et/ou l’écriture, afin de fixer les souvenirs et informer sur la réalité de la guerre. Mais cela peut aussi revêtir d’autres formes, en particulier l’engagement dans des associations pacifistes ou d’anciens combattants, très actives après-guerre.

D’autres décident de garder le silence sur cette expérience « inouïe ». Quand ils n’ont pas disparu, leurs récits sont redécouverts plusieurs générations après. Pour la majorité, les « normes et références culturelles sont restées intactes (…) La vie d’autrefois a même pris une nouvelle valeur », le soulagement d’être encore en vie se mêle à la tristesse du deuil des camarades et amis. Si tous ont été changés par la guerre, une grande majorité aspire au retour à la « normalité » et à la vie civile.

Avec cet ouvrage, Rémy Cazals et André Loez souhaitent enfin et surtout déconstruire une « fausse idée » qui circule souvent : celle d’une brutalisation des sociétés européennes à la suite de la Guerre de 1914-1918, qui se traduirait par une radicalisation politique très marquée. Cette explication, confrontée aux témoignages des soldats, à une bibliographie très riche et aux connaissances des deux historiens spécialistes de la période, ne tient pas. Cette histoire par le bas, au plus près des combattants du front, démontre qu’il n’existe pas de culture de guerre, les français (comme les autres nationalités présentes dans les tranchées) ayant déployé « de multiples stratégies de limitation de la violence » : « si les soldats sont acteurs de la guerre, c’est moins par la violence exercée, consciente et personnelle, que par leurs efforts permanents pour s’adapter aux conditions de vie et de mort extraordinaires qu’elle leur impose ».

Crédits image à la Une : CC Pixabay wattman050 

Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

More Posts - Website

Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *