World Trade par le bas

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

Et si les transformations sociales et économiques du monde pouvaient être éclairées par les couleurs d’un marché montagnard d’Afrique de l’Est, dans le cambouis d’un bord de route au Bengladesh ou depuis une ruelle d’un souk tunisois ?

Tel est l’objectif du projet de recherche international Other Markets  qui s’intéresse aux marchés informels en tant que lieux décisifs, mais négligés, de l’analyse des transformations urbaines et des négociations entre exigences politiques, acteurs sociaux et contraintes environnementales. Un objectif qui s’est traduit, entre autres, par la publication d’un Atlas.

À l’heure où le centre de gravité du dynamisme économique mondial glisse vers les « suds », les périphéries supposées se placent au centre du dispositif, contestant les anciennes hégémonies et parfois le système sur lequel repose l’ordre mondial établi. Les chercheurs à l’origine de ce projet font le pari que les activités informelles sont au cœur de ces transformations, participant à l’extension de la portée des économies émergentes vers de nouveaux marchés et de nouveaux espaces. Les marchés informels n’ont pas seulement une dimension économique : ce sont aussi des lieux d‘interactions sociales intenses, de relations sociales et culturelles souvent alternatives.

  • Mörtenbröck P., coord., 2014, Informal Market World’s Atlas, Rotterdam : Nai010 Publisher.

 

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

L’Atlas Informal Market Worlds rassemble quatre-vingt études de cas présentant autant d’exemples de culture spatiale et visuelle de marchés informels. Quatre sont proposés par des membres du Labex Structuration des Mondes Sociaux (SMS), au Bengladesh (Yann Philippe Tastevin), en Tanzanie (Sylvain Racaud), en Tunisie (Adrien Doron) et en Chine (Olivier Pliez). Présenter leurs contributions est l’occasion de mettre en visibilité une publication collective internationale et les travaux de chercheurs aux terrains souvent lointains mais qui appartiennent à un pôle dynamique à Toulouse

Du bidouillage mécanique au cluster transnational

A 120 km de Kolkata, la ville moyenne de Jessore s’est développée dans la proximité de l’ancienne capitale des Indes Britanniques. Lors de l’indépendance du Bengladesh en 1971, la ville acquiert une position frontalière et devient une étape essentielle sur le parcours reliant Dacca à Kolkata, alors que les échanges sont croissants entre le Bengladesh et l’Inde. L’augmentation du trafic routier entraîne progressivement l’apparition d’ateliers de réparation de fortune, au bord de la route. Cette activité s’appuie sur la créativité des artisans locaux. En effet, dans ce « conservatoire du roulant » qu’est le Bengladesh, on ne passe pas commande au constructeur automobile pour changer une pièce de moteur, on utilise ce qu’on a sous la main, on l’invente, voire on créée une nouveau moteur à partir de moteurs de pompes d’irrigation importés en nombre dans cette région agricole. Certains ateliers sont même passés de la transformation à la construction de véhicules créés à partir de pièces de seconde main.
Aujourd’hui, le marché de la route RN concentre près de 1500 ateliers de réparation, transformation et construction. Ce cluster industriel qui s’est développé « par le bas » s’accompagne également d’un centre de commerce de pièces détachées de plusieurs centaines d’échoppes qui alimentent les ateliers. Parmi ces commerçants, certains sont devenus de véritables entrepreneurs transnationaux, passé de l’import de matériel agricole chinois à la recherche de nouvelles opportunités sur les marchés de la République Populaire, comme les pièces de véhicules électriques. Il ne s’agit alors plus seulement d’importer l’objet mais de participer à la distribution de l’innovation.

Une interface entre mondes urbains et mondes ruraux

Au cœur des montagnes d’Uporoto, à l’ouest de la Tanzanie, le petit marché de Kiwira a bien changé. Vingt-cinq années de libéralisation du pays ont transformé le modèle agricole traditionnel vers des cultures vivrières de plus en plus commerciales, tandis que Kiwira est devenue un marché régional cristallisant les interactions entre mondes ruraux et urbains.

760495222_32e0f27114_z

CC Flickr Egui_

A 1400 m d’altitude, les étals de Kiwira reflètent les productions de l’arrière-pays montagnard : maïs, bananes, haricots, fruits. Le jour de marché est un évènement rituel qui attire les mardis et vendredi 1000 à 2000 vendeurs et 15 000 à 20 000 clients. Marché de détail dès les années 1950, Kiwira s’est transformé à partir des années 1980 en articulant deux fonctions commerciales complémentaires : le ravitaillement de la population locale et la collecte de denrées alimentaires avant leur expédition vers les centres urbains. La croissance des activités a entrainé l’équipement du marché, avec un espace couvert au centre et des clôtures. Les activités se sont aussi diversifiées, la place accueillant aussi le commerce de produits manufacturés (quincaillerie, plastiques, vêtements). Si le commerce des produits agricoles est largement féminin, ce sont davantage des hommes qui s’approvisionnent en produits manufacturés dans les villes et cabotent de marchés en marchés. Les produits revendus ne sont d’ailleurs plus seulement ceux de la région, mais ceux du monde. Ainsi, la Chine est entrée en force sur le marché de Kiwira.

A l’inverse, certains clients viennent de loin. Ce sont des grossistes ou leurs agents qui négocient les régimes de bananes. La capacité de collecte des bananes de Kiwira attire des grossistes de villes lointaines pour satisfaire les demandes urbaines à Dar es-Salaam, Dodoma et dans une moindre mesure, en Zambie, au Malawi et parfois en République Démocratique du Congo et au Botswana. Ainsi Kiwira articule les échelles et donne à voir l’intégration des zones rurales au territoire national et à la mondialisation.

Une médina « made in China »

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, la Médina de Tunis n’est pas pour autant épargnée par les transformations du monde. Dans cet espace urbain, le souk de Boumendil est devenu le marché central de produits « made in China » de l’agglomération de Tunis. On y vend et on y achète en gros et au détail des vêtements, des jouets, des articles de quincaillerie, de maison et tous les petits objets du quotidien (small commodities).

4300566866_b2337df7b4_o

CC Flickr CHRISTOPHER COZIER

Initié dès la fin des années 1980 en Tunisie, le commerce contemporain du made in China s’est considérablement développé à partir des années 2000 et de l’entrée de la Chine à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). De plus en plus d’importateurs ont développé une activité commerciale transnationale et se sont rendus régulièrement en Chine, principalement à Yiwu, capitale mondiale de l’exportation des small commodities, et à Guangzhou. Ceux qui n’avaient pas les moyens d’opérer à l’échelle mondiale se sont approvisionnés sur les grands marchés régionaux, algériens (notamment au souk Dubaï d’El Eulma) ou libyens, via la place marchande et contrebandière frontalière de Bengardane.

En apparence spontané, le formidable développement de ce commerce a été encouragé par la famille Ben Ali-Trabelsi, alors « régnante » en Tunisie, et même encadré par un système clientéliste détournant les recettes des douanes au profit des proches du régime. Deux ans après la révolution tunisienne, le contexte politique, économique et social se recompose et les acteurs les mieux installés dans le commerce du made in China à Boumendil affrontent un double mouvement de régulation et de dérégulation. Le mouvement de régulation est causé par le retour de l’Etat tunisien comme puissance publique régulatrice. Il s’est notamment traduit par le rétablissement des douanes au port. A l’inverse, les marchands font face dans le même temps à la croissance du marché, essentiellement du fait de la présence de revendeurs informels qui s’installent partout où ils le peuvent aux abords de Boumendil. L’Etat tunisien ne semble pas en mesure de contrôler à Tunis cette expansion rapide et informelle du made in China qui s’étend jusque au cœur de la médina sur les trottoirs du centre-ville.

Yiwo, La Mecque des small commodities

Au sud de Shanghai, Yiwu se targue d’abriter le plus important marché de gros du monde, spécialisé dans la vente de small commodities. La « source » est un marché à la mesure de sa clientèle mondiale : 62 000 cabines présentent 400 000 types de produits proposés par 100 000 fournisseurs.

Dans les années 1970, Yiwu n’était qu’une petite ville spécialisée comme tant d’autres dans la fabrication d’un produit. Avec la libéralisation impulsée dès 1979, ces villes sont entrées en concurrence et les pouvoirs publics de Yiwu ont impulsé sa mutation en un marché de gros destiné à écouler les produits des mono-industries des localités de la province. Puis les activités commerciales se sont ouvertes à des partenariats privés permettant la création d’une cinquantaine de marchés affiliés dans chaque province du pays.

CC Wikimedia Commons

CC Wikimedia Commons

Aujourd’hui, les marchands arabes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord sont particulièrement présents. Dubaï a longtemps été l’interface de négociation principale entre le monde arabe et la Chine. Toutefois, au cours des années 2000, de nombreux acheteurs sont venus seuls ou en petits collectifs directement à Yiwu, contournant les intermédiaires situés à Dubaï, afin de trouver les prix les plus bas. Désormais, près de 70% des 11 000 résidents étrangers sont des Arabes. Cette présence a conduit à l’émergence d’un comptoir arabe et musulman en ville : Exotic Street. Les commerçants de passage prient à la mosquée, se promènent avec leur interprète, le plus souvent musulman, déjeunent et discutent dans les restaurants hallal. La plupart partagent le même objectif (faire de l’argent rapidement) et la même identité religieuse. Ainsi, les réseaux mondiaux peuvent se matérialiser dans des lieux improbables où une mondialisation discrète se construit quotidiennement.

Un Atlas pour saisir les mondes du marché informel

On aura compris que l’Informal Market World’s Atlas multiplie les points de vue et les angles afin de mieux saisir les marchés informels dont on parle peu mais qui se multiplient à l’échelle mondiale. Parce qu’il accorde une grande place à la qualité esthétique, l’ouvrage propose de nombreuses illustrations cartographiques et photographiques permettant aisément le voyage. Au fil des pages, les quatre-vingt portraits de lieux de l’échange informel, et l’utilisation originale des ressources territoriales, sociales et juridiques, permettent de multiplier les points de vue sur des mouvements globaux déterminants mais encore trop négligés par les chercheurs.

Crédits image à la Une : CC Flickr James Merhebi


Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

More Posts - Website

Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 07/10/2016

    […] Et si les transformations sociales et économiques du monde pouvaient être éclairées par les couleurs d’un marché montagnard d’Afrique de l’Est, dans le cambouis d’un bord de route au Bengladesh ou depuis un souk tunisien.  […]

  2. 01/12/2016

    […] lire dans Mondes Sociaux, Doron A., « Wolrd trade par le bas« , Mondes Sociaux, septembre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *