Une figure d’intellectuel catholique engagé

On retrouve à travers cette biographie les questions fondamentales à la fois religieuses, politiques et sociales de son époque : le catholicisme contemporain, mais aussi de manière plus vaste les enjeux et les engagements des intellectuels dans l’Europe des années trente jusqu’aux années soixante.

Bruno de Solages est né sous le pontificat de Léon XIII et a vécu jusqu’à celui de Jean-Paul II. Ses fonctions successives font de lui un témoin mais aussi un acteur de l’Eglise au XXème siècle. Il a été présent sur tous les plans : en prenant la défense de ses amis (Teilhard de Chardin, Henri de Lubac et des penseurs comme Maurice Blondel), qui s’attiraient alors la désapprobation de Rome en raison du poids de la « crise moderniste » (un débat portant entre autre sur les rapport entre l’Eglise et les sciences historiques) ; mais aussi sur le plan spirituel -par sa vocation de prêtre-, et sur le front politique, par son engagement de citoyen. L’œuvre qu’il a entreprise seul ou en lien avec ses amis, qui se trouvent être les spécialistes dans leurs domaines d’études (le bibliothécaire de l’institut catholique de Toulouse, Martimort, pour la liturgie par exemple) a eu des conséquences durables. Les théologiens considèrent que son travail sur les premiers chapitres de la Genèse et leur interprétation a permis à l’exégèse de progresser : c’est donc grâce à son intervention que des recherches ont été poursuivies sur ces textes et sur les sources du Pentateuque (les cinq premiers livres de la Bible).

Concilier foi et raison

Concilier foi et raison reste un élément majeur de l’œuvre de Solages et l’un des objectifs de son engagement (et son amitié avec Teilhard en est un exemple). Cela se retrouve dans l’intérêt que Solages porte aux sciences. Ancien rédacteur en chef de la Revue apologétique, il rencontra le Père Pierre Teilhard de Chardin en 1928. Le paléontologue répondit à ses questions et Solages s’intéressa à sa pensée, voyant dans l’œuvre teilhardienne un moyen de convertir certains intellectuels.

De cette rencontre naît une amitié durable et décisive dans l’œuvre des deux hommes. Solages demande à Teilhard d’écrire Comment je crois. Bruno de Solages devient, depuis Toulouse, le propagateur de la pensée teilhardienne à travers certains de ses discours de rentrée, notamment celui de 1947. Il diffuse les idées de son ami dans le diocèse mais aussi au-delà, en demandant aux séminaristes de recopier des textes du jésuite. Il n’hésite pas à défendre Teilhard en se rendant plusieurs fois à Rome et en écrivant à l’assistant du provincial. Ses prises de position lui ont valu quelques inimitiés et d’être l’objet de l’opinion défavorable de certaines personnalités catholiques. Solages tient donc un rôle important parmi les amis de Teilhard et dans l’élaboration de l’œuvre teilhardienne.

De la Résistance à la Déportation

Mgr-de-Solages-54-Dieuzaide-171x300

Bruno de Solages

Les contacts avec les réseaux de Résistance de la région et Solages, de même que son appartenance à celui de Témoignage chrétien permettent de mieux percevoir son engagement pendant la Seconde Guerre mondiale.  On retrouve d’ailleurs un lien étroit entre ses engagements : la plupart de ses amis théologiens et philosophes étaient eux-mêmes résistants ; et les mêmes clivages subsistent dans les débats théologiques. Cela tient au fait que la Résistance de Solages est spirituelle et intellectuelle. Le respect de la personne humaine, la recherche du bien commun et la mise en application des préceptes évangéliques sont liés à ses prises de position. Il a fourni ses faux papiers à Jankélévitch, et a fait de l’Institut catholique de Toulouse, dont il a été le recteur de 1932 à 1964, un lieu de refuge dès les années 30. Il a ensuite inscrit des étudiants juifs au-delà du numerus clausus. Ses actes de Résistance (jusqu’à la déportation), ses liens étroits avec Mgr Saliège, l’influence qu’il a pu exercer sur lui, comme sur ses étudiants et sur l’évêque de Montauban, Théas, apportent un nouvel éclairage sur l’histoire de l’Eglise de France à cette période. L’oubli qui a entouré sa personnalité a recouvert par exemple le fait que la lettre sur la personne humaine de Saliège a été diffusée à l’étranger, après sa traduction réalisée à l’Institut catholique de Toulouse. Les intellectuels réfugiés ont aussi continué à communiquer avec Solages.

Sa biographie manquait à l’histoire du catholicisme au XXème siècle à travers les questions religieuses, politiques et sociales. Par son implication aux Semaines Sociales de France, il a participé à la réflexion sur la pensée sociale de l’Eglise et son engagement dans le monde contemporain.

 Capture d’écran 2013-04-15 à 14.19.03Duffau, M.T., 2012,  Bruno de Solages (1895-1983). Biographie d’un intellectuel catholique engagé, thèse d’histoire, Framespa, Université de Toulouse le Mirail.
Crédit image en bandeau :  CC Christophe meyer

Marie-Thérèse Duffau

Framespa (claude.duffau1@sfr.fr)

More Posts

Marie-Thérèse Duffau

Framespa (claude.duffau1@sfr.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *