Inculquer la santé ?

Campagne 1986Cette thèse étudie la genèse des campagnes de prévention santé par l’exercice physique selon une perspective socio-historique et une démarche compréhensive.

D’une part, elle met en évidence les discours et dispositifs qui font de la thématique de la sédentarité un problème sanitaire de plus en plus préoccupant depuis les années 1960. D’autre part, elle reconstruit les fondements théoriques, éthiques et politiques des messages publics de promotion des activités physiques comme facteur de santé. La recherche révèle les grandes mobilisations successives impliquant les pouvoirs publics et décrypte l’évolution des discours envisageant la pratique physique comme une voie de salut face aux pathologies modernes liées au manque d’exercice. L’analyse est centrée sur les variations des savoirs scientifiques et médicaux utilisés, des justifications sociales énoncées ainsi que des groupes d’influence et experts présentés comme les plus légitimes. Elle se situe au carrefour d’une histoire de la santé publique et d’une sociologie de la communication de masse pour la prévention.

Le cadre argumentaire et les dispositifs révélés par les résultats permettent de distinguer trois phases historiques consécutives.

Omniprésence de l’autorité médicale (1960-1980)

zfeezfezfLes matériaux collectés mettent en évidence une première étape (années 1960 – 1980) qui présente un contenu scientifique original dans la production de films d’information sanitaire. A travers ces productions, éparpillées entre différentes séries telles que « Je voudrais savoir », la recherche fait apparaître une montée progressive des messages d’incitation à l’engagement corporel. L’étayage scientifique, à forte dominance physiologique, est marqué par l’omniprésence de l’autorité médicale, couplé à une volonté pédagogique de plus en plus manifeste. Les messages diffusés restent cependant moralistes en imposant un savoir hygiéniste devant instruire et édifier les téléspectateurs.

Information et communication (années 1980)

campagne 1980Dans les années 1980, l’éclosion des premières campagnes médiatiques modernes en faveur de la santé fait nettement évoluer le format de la prévention et ouvre une seconde phase marquée par une plus grande implication des populations. Les voies de communication se multiplient, notamment par la prolifération de spots télévisés au format publicitaire, par la diffusion de documents d’information ainsi que par des opérations de terrain allant au contact des publics visés. La problématique du manque d’activité physique s’affirme comme une préoccupation politique justifiant des actions plus volontaristes. Les enquêtes épidémiologiques, mettant en évidence la montée des maladies cardio-vasculaires, justifient l’importance de ces campagnes d’éducation à la santé. Les travaux scientifiques mobilisés révèlent au grand public les risques provoqués par le « sédentarisme chronique ». Les liens établis entre le mode de vie et l’état pathologique des populations commencent à présenter l’activité physique comme une nécessité sociale.

Promotion de l’activité physique quotidienne (années 2000)

Les années 2000 voient apparaître une troisième étape visant une plus grande mangerbouger-PNNSopérationnalisation des campagnes. La sédentarité s’impose comme un facteur de risque sanitaire majeur sous l’impulsion du Programme National Nutrition Santé. Ce plan associe nutrition et exercice physique selon le slogan « Manger bouger » et installe un nouveau modèle de prévention sur le temps long. Il actualise les discours en promouvant une activité physique quotidienne, plus ancrée dans les déplacements citadins ou les tâches domestiques. L’argumentaire dépasse les seules références physiologistes et s’ouvre davantage aux sciences sociales en prenant en compte les dispositions des individus assujettis à leurs conditions d’existence. Les préconisations cherchent ainsi à pérenniser la dépense physique chez les individus, tout en justifiant leur nécessaire responsabilisation.

Une morale de l’effort

A travers l’analyse de la mise en agenda politique de la sédentarité, cette recherche révèle l’évolution des dispositifs et la montée progressive d’une nouvelle morale de l’effort impliquant l’entretien du corps dans la société. Les campagnes récentes favorisent l’intériorisation d’une norme de pratique au quotidien, faisant de l’activité une vertu et nécessitant d’amender son comportement en faveur d’un mode de vie actif. L’axe problématique vise ainsi à expliquer l’avènement, au cours des cinquante dernières années, d’un « gouvernement de soi », où l’individu devient la pierre angulaire d’un destin physique marqué par l’impérieuse nécessité de l’entretien corporel. Le cœur de la démonstration tend à saisir l’ambiguïté des discours portant sur l’éducation à la santé et, en fin de compte, à s’interroger sur la réalité de cet effacement progressif des consignes moralisatrices au profit du façonnage d’un idéal corporel « intériorisé » afin de lutter contre ce « fléau » moderne que constitue la sédentarité.

allaiter_en_buvant_2


Antoine Radel

PRISSMH/SOI (antoine.radel@univ-tlse3.fr)

More Posts - Website

Antoine Radel

PRISSMH/SOI (antoine.radel@univ-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Guy PATIN dit :

    Une démarche qui est superbe, malheuresement pas assez
    appliquée en France.
    Ce qui donné un bon départ de la vie à l’enfant qui en
    bénéficie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *