L’économie par les territoires

CC Pixabay ArtsyBee

CC Pixabay ArtsyBee

Vers une nouvelle géographie économique est un ouvrage collectif franco-canadien, à la fois bilan, feuille de route de la discipline et hommage à Claude Manzagol décédé en 2008, référence de la géographie économique et urbaine francophone. Parmi les auteurs qui ont tous eu l’occasion de travailler avec Claude Manzagol, les chercheurs toulousains sont particulièrement présents au fil des chapitres : soit en raison de leur engagement ancien sur les terrains de l’économie productive – et l’on pense notamment aux travaux de Guy Jalabert sur le pôle aéronautique toulousain -, soit à travers les recherches interdisciplinaires menées actuellement au sein du Labex Structuration des Mondes Sociaux (SMS).

  • Guillaume R., Klein J.-L., dirs., 2014, Vers une nouvelle géographie économique, Québec : Presses de l’Université du Québec, Coll. Géographie contemporaine, 205 p.

Un hommage à Claude Manzagol

5351622717_47911560de_m

CC Flickr Missy Schmidt

D’abord élève de Pierre George, figure de la géographie régionale française, Claude Manzagol a été nommé en 1965 Professeur à l’Université de Montréal. Ses principales recherches ont porté sur la localisation des activités industrielles, les  rapports entre territoires et innovation (notamment pour les « hautes technologies ») et les enjeux géographiques de la mondialisation. Deux de ses ouvrages ont marqué la géographie économique : d’une part, La logique de l’espace industriel paru en 1980, qui fait la synthèse des théories de la localisation et aborde les dimensions spatiales de l’entreprise dans ses différentes formes ; d’autre part, La Mondialisation. Données, mécanismes, enjeux publié en 2003, qui présente les mutations d’un monde de plus en plus complexe. Véritable lien entre les écoles de géographie française et nord-américaine, Claude Manzagol a su adapter la géographie économique aux mutations nées de la mondialisation, notamment en développant la « boîte à outils » de cette discipline. Selon lui, « la mondialisation, parce qu’elle produit simultanément de l’universel et du particulier, n’abolit pas l’espace des lieux au profit de l’espace des flux ».

  • Manzagol C., 2003, La mondialisation : données, mécanismes, enjeux, Paris : Armand Colin.
  • Manzagol C., 1980, La logique de l’espace industriel, Paris : Presses Universitaires de France.

Les évolutions contemporaines de la discipline

Capture d’écran 2014-10-21 à 14.55.27

CC Datar.gouv.fr

Régis Guillaume, géographe toulousain chercheur au LISST-CIEU, présente une synthèse de l’évolution de la géographie des espaces productifs en France entre les années 1980 et 2000 alors que de nouveaux modèles de développement viennent remplacer le modèle fordiste (longtemps considéré comme la base d’un compromis économique et social acceptable) désormais en crise. L’analyse des travaux produits dans la période montre que l’évolution de la discipline est, entre autres, à mettre en perspective avec les apports de la sociologie et de l’économie. La géographie industrielle se renouvelle et élargit ses bases théoriques pour appréhender les crises, le chômage, les délocalisations. Ce panorama est d’autant plus bienvenu qu’il offre une synthèse salutaire aux candidats des concours de l’enseignement secondaire.

 

Une géographie à l’épreuve des faits

Le texte inédit de Claude Manzagol propose une analyse des liens entre le territoire et l’innovation. A la suite de la crise du fordisme, et des déstructurations provoquées par la mondialisation, de nombreux chercheurs ont mis en avant le rôle de la proximité entre établissements productifs, les acteurs socio-économiques et les institutions productrices de connaissances. La proximité serait à même de générer dynamisme, innovation et développement économique. Mais l’examen critique de « recettes » de développement appliquées de façon souvent trop mécaniques montre que la proximité n’engendre pas nécessairement le développement et l’innovation. Et lorsque la colocalisation semble fonctionner, son succès tient plus souvent à de longues trajectoires historiques ainsi qu’à un ensemble de facteurs éloignés des seuls effets de la proximité.

Cet examen critique est poursuivi par les auteurs de l’ouvrage. Ainsi, Guy Jalabert, à qui Mondes Sociaux a déjà consacré un portrait, et Jean-Marc Zuliani, deux spécialistes de la géographie industrielle et en particulier du pôle aéronautique toulousain, questionnent les logiques de structuration des espaces productifs. Ils examinent la logique des flux et celle des systèmes d’acteurs et des territoires en rappelant que l’une ne dispense pas de l’autre. Parce qu’elle est à la fois le fruit d’une production segmentée, internationalisée et hyperlocalisée, l’industrie aéronautique toulousaine illustre parfaitement les processus d’homogénéisation et d’adaptation technologique ainsi que les processus de différenciation et de spécialisation inhérents à la mondialisation.

CC Wikimedia Commons

CC Wikimedia Commons

Dans un souci identique à celui de Claude Manzagol, soumettant les recettes magiques à l’épreuve des faits, Richard Shearmur interroge l’innovation métropolitaine. On ne compte plus les publications sur la mondialisation qui font de l’innovation l’apanage des métropoles. Le principal argument du triomphe des métropoles est que ces concentrations sont les territoires les plus productifs. Or cette productivité est expliquée par l’innovation métropolitaine dont la principale preuve est… la forte productivité des métropoles ! L’auteur s’engouffre dans cette brèche du raisonnement en décortiquant les ressorts de la productivité métropolitaine et en démontrant qu’elle est en partie survalorisée. Si leur rôle est indéniable, notamment dans la localisation de services rares, ces ressorts ne sont pas nécessairement reliés à l’innovation, laquelle innovation peut aussi foisonner ailleurs.

charest05

CC roycaricatures.wordpress.com

Hors milieux métropolitains, David Doloreux et Yannick Melançon, exposent les efforts des gouvernements pour favoriser l’innovation. A partir de l’exemple de l’industrie maritime quebécoise, ils montrent que réunir les ingrédients, en l’occurrence les institutions productrices de connaissances, les acteurs et les interrelations, ne suffit pas pour construire un système régional d’innovation. Ils rappellent la complémentarité nécessaire entre production de connaissances, connaissances demandées par la structure productive, et les capacités des entreprises comme des autres acteurs à les mettre en valeur.

Des pistes en devenir

Juan-Luis Klein et Matthieu Roy concluent l’ouvrage par une mise en perspective de la géographie économique et de la nécessité  d’une part, d’élargir son champ d’étude, d’autre part, de revisiter ses approches. Prenant au sérieux le renouvellement d’une sociologie économique qui tente de ré-enchâsser l’économique dans le social, ils exhortent la géographie économique à être « actuelle », et pour cela, à répondre aux problématiques qui émergent des restructurations économiques engendrées par la mondialisation. Comment ne pas abandonner la recherche d’un équilibre entre les territoires ? Comment prendre en compte les transgressions des échelles par les réseaux des acteurs dominants ?

Les réponses exigent une approche territoriale, économique, sociale et politique esquissée dans l’ouvrage. Cette combinaison passe également par une meilleure prise en compte des échelles et des réseaux qui les transgressent.

 

Crédits image à la Une : CC Flickr Frits Ahlefeldt-Laurvig

Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

More Posts - Website

Adrien Doron

LISST (adriendoron.geo@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 23/10/2014

    […] via L’économie par les territoires | Mondes Sociaux. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *