L’écologie dans les médias

CC PublicDomainPictures.net

CC PublicDomainPictures.net

En 1991, Luc Boltanski et Laurent Thévenot ont construit un cadre théorique pour étudier comment, dans des situations de litige, les acteurs se réfèrent à des systèmes de valeurs déclinés en six « cités » de justification correspondant à autant de « biens communs ». En conclusion, ils ont esquissé les contours d’une septième « cité », qui ne rencontrera jamais un franc succès : la cité écologique. J’ai tenté de montrer comment les discours médiatiques, en l’occurrence ceux de la presse généraliste française, autour de controverses environnementales – la centrale nucléaire de Fessenheim et le gaz de schiste – peuvent être analysés à travers le prisme de cette théorie et comment l’existence d’un bien commun écologique demeure précaire.

  • Bodt J.-M., 2014, La « cité écologique » dans l’espace public médiatique. Trajectoires de controverses environnementales dans la presse généraliste française, Thèse de Sciences de l’information et de la communication, Université de Toulouse 2, LERASS.

Les discours médiatiques sur l’environnement

Cul de lampe

Alternativelibertaire33

La médiatisation des luttes et mouvements sociaux, qui permet d’ériger les causes défendues en « problèmes publics », est un thème largement couvert par les sciences sociales. Les débats médiatiques et les actions politiques sont souvent abordés comme étant inextricablement liés. Les trajectoires de conflits ou de controverses poussés par des revendications environnementales sont également fortement marquées par leurs passages médiatiques. Certains acteurs, comme Greenpeace, sont passés maîtres dans les stratégies de communication et la gestion de la relation aux médias. Cependant, dans cette recherche, ce n’est pas tant la façon dont les mouvements écologistes utilisent les médias pour faire gagner en puissance d’expression leurs causes qui m’a intéressé, mais la façon dont les médias rendent compte et mettent en forme les controverses. Les récits médiatiques rendent perceptibles les différents acteurs « autorisés à s’exprimer » et mettent à disposition les arguments qui bénéficient d’une certaine légitimité du fait même de leur médiatisation. Afin de formuler un jugement et de participer aux choix de société, suivant des procédures institutionnalisées (comme le vote ou le débat public) ou plus informelles (par exemple, les manifestations), les publics peuvent puiser des informations et des arguments dans cet ensemble hétérogène de points de vues.

L’analyse a consisté à dégager un « dialogue » entre différents mondes de perception et d’argumentation à partir d’un recueil d’articles de presse le plus exhaustif possible : plus de trois mille articles sur les thèmes de la centrale nucléaire de Fessenheim et du gaz de schiste ont été récoltés dans les archives des sites des journaux Le Monde, Libération, Le Figaro, La Croix, Le Point, L’Express, L’Humanité, Marianne, Le Parisien, Valeurs Actuelles, Mediapart et 20minutes. En utilisant le logiciel de lexicométrie Iramuteq, on a pu extraire une classification lexicale riche en interprétation.

Iramuteq est un logiciel libre développé au sein du LERASS et distribué sous les termes de la licence GNU GPL (v2). Il permet de faire des analyses statistiques sur des corpus « texte » et sur des tableaux individus/caractères. Il repose sur le logiciel R et le langage python.

Dévoiler les « ordres de grandeur »

L’opération de classification lexicale a pour objectif de créer des nuages de mots qui s’opposent statistiquement les uns aux autres. Par exemple, le mot « manifestation » est rarement employé dans le même contexte que « profit », mais fréquemment dans des phrases ou se trouve aussi le terme « citoyen ». Sur la centrale nucléaire de Fessenheim et le gaz de schiste, quatre grandes classes lexicales sont ainsi apparues. Le travail d’interprétation de ces classes a consisté à établir un parallèle entre celles-ci et les « cités » de justification. Je me concentrerai principalement ici sur les analyses concernant le gaz de schiste, qui sont de loin les plus éloquentes.

20110623fessenheim

CC Sortir du nucléaire

La première classe, où se trouvent les mots industrie, investissement, efficacité, croissance, système, innovation, activité, produire, entreprise, compétitif, produit, développement, production, performance (…) exprime des traces du répertoire de justification industriel. Le juste y est mesuré suivant un « ordre de grandeur » qui place d’un côté les effets néfastes (effet de serre, émission, CO², carbone, fossile, charbon, réchauffement…), et de l’autre les potentialités innovantes censées maîtriser ces dysfonctionnements (baisser, réduire, limiter, réglementer, renouvelable, efficacité, amélioration…).

La seconde, fortement marquée par un lexique international (États-Unis, Russie, Chine, Pologne, mondial…), correspond à la cité marchande. Il est question ici d’un marché mondialisé dans lequel la découverte, exploration, estimation (…) de réserves, gisements, ressources, potentiels (…) de pétrole, hydrocarbures non conventionnels, gaz et huiles de schiste (…) représente une révolution, une ruée, un eldorado, boom, essor, rêve (…) pour les producteurs, compagnies, géants (…) pétroliers et gaziers. Dans cet ordre de grandeur, les principes néfastes auxquels il faut remédier sont l’importation et la dépendance.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Une troisième classe circonscrit l’ensemble du vocabulaire de la mobilisation, du processus démocratique et juridique : citoyen, responsabilité, opinion, association, syndicat, public, collectif, peuple, mouvement, manifestation, solidarité, débat, institution, droit, justice, charte, éthique (…).Il correspond à une réminiscence de la cité civique. Le juste y est mesuré en fonction de la capacité des individus à se rassembler dans des collectifs qui subordonnent les intérêts particuliers à une volonté générale.

Enfin, la dernière classe est composée essentiellement de noms propres et de noms désignant des partis politiques : François Hollande, PS, Arnaud Montebourg, Vert, Delphine Batho, Jean-Marc Ayrault, socialiste, EELV, Cécile Duflot, Eva Joly (…). Sans entrer dans les détails, On a fait correspondre cette classe à la cité de l’opinion. Dans cet ordre de grandeur, c’est moins ce qui est dit que celui qui le dit, qui compte.

Ainsi, bien qu’elle ne soit pas récente, la théorie de la justification n’est pas surannée pour interpréter la configuration de discours médiatiques. Les analyses de statistiques lexicales permettent de découper les discours en fonction de quatre des six cités du modèle sociologique. Mais quid de la cité écologique ? Si l’on analyse la totalité des articles sur des sujets importants des rubriques « Planète » ou « Environnement » des journaux, le vocabulaire écologique est si peu représenté, qu’il n’apparait quasiment pas dans les résultats. Cependant, en faisant varier les paramètres de l’analyse, une nouvelle classe lexicale émerge.

Un « bien commun » écologique impossible ?

En réduisant le nombre de journaux au Monde et à 20minutes, une classe à part entière regroupe les termes « vie, humain, destruction, social, biodiversité, homme, espèce, sanitaire, qualité, planète, problème, dégradation, animal, choix, santé, vivre, forêt, écologique, protéger, terre… ». Mais les conditions d’énonciation de ce vocabulaire sont tellement particulières, qu’il est impossible de ne pas soulever des questions quant au traitement médiatique des problématiques écologiques.

ergergegreg

Photo : Reporterre, Le Quotidien de l’Ecologie (http://www.reporterre.net/spip.php?article2306)

Pour Le Monde, le lexique écologique se trouve dans des articles anciens sur la centrale nucléaire de Fessenheim. Après le début des années 2000, période coïncidant avec la crise et la réorganisation du quotidien français de référence, c’est principalement un vocabulaire économique et politique qui est utilisé. Pour le gaz de schiste, par contre, c’est 20minutes qui est essentiellement à l’origine de la constitution d’une classe lexicale écologique. En approfondissant les occurrences de ce vocabulaire par un retour qualitatif aux textes, on s’aperçoit que celui-ci ne se trouve pas tant dans les articles des journalistes, que dans les questions de lecteurs dans le cadre de « chats » mis en place sur le site Web du quotidien. Y aurait-il donc des thèmes portés par les lecteurs qui ne trouveraient pas leur place dans le corps des articles ? A l’heure ou le développement durable fait glisser de plus en plus la crise environnementale vers ses seules dimensions économiques et industrielles, est-il encore possible de penser, dans l’imaginaire partagé par les récits médiatiques, un bien commun qui serait proprement écologique ?

Le concept de « cité écologique » semble ainsi difficilement acceptable, autant pour les médias que pour la sphère académique. En conclusion, la thèse propose une explication philosophique à ce problème. Pour qu’un « juste » puisse être formulé, il faut que celui-ci s’appuie sur un « commun ». Seulement, notre commun n’a jamais dépassé le concept d’humanité. Pour qu’une véritable pensée écologique puisse se dessiner, il faut que le commun comprenne aussi bien les êtres humains que non-humains. C’est alors un problème ontologique qui remonte à l’origine de la modernité qu’il s’agit de résoudre. Pouvons-nous continuer à vivre au travers d’une vision cartésienne et mécaniste de la nature ? Ou ne devrions-nous pas prendre très au sérieux l’hypothèse spinoziste d’une ontologie absolue , dont nous ne sommes que des « expressions », au même titre que les rochers, les rivières, les bactéries, les plantes et les animaux ? Le chemin est engagé depuis fort longtemps, il est plus que jamais d’actualité.

CC agirpoulenvironnement.kiubi-web.com

CC agirpoulenvironnement.kiubi-web.com

 

Crédits image à la Une : CC Kuva: Jared Rodriguez

Jean-Marie Bodt

LERASS (jean-marie.bodt@iut-tlse3.fr)

More Posts - Website

Jean-Marie Bodt

LERASS (jean-marie.bodt@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 23/10/2014

    […] source: http://sms.hypotheses.org/2815 […]

  2. 26/05/2015

    […] cette théorie et comment l’existence d’un bien commun écologique demeure précaire. 22/10/2014 JEAN-MARIE […]

  3. 16/05/2016

    […]   […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *